Salzbourg

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Salzbourg
(de) Salzburg
Blason de Salzbourg
Héraldique
Drapeau de Salzbourg
Drapeau
Salzbourg
Le centre historique de Salzbourg avec la Cathédrale Saint-Rupert de Salzbourg (centre), la Forteresse de Hohensalzburg (à droite en arrière) et la Kollegienkirche
Administration
Pays Drapeau de l'Autriche Autriche
Land Drapeau du Land de Salzbourg Salzbourg
Statut Ville statutaire
District
(Bezirk)
13 unités administratives cadastrales
Conseillers municipaux SPÖ, ÖVP, liste du Maire
Maire Heinz Schaden (SPÖ)
Code postal A-5020
Immatriculation S
Indicatif 43+ (0) 662
Code Commune 5 01 01
Démographie
Population 153 377 hab. (2018)
Densité 2 335 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 48′ 09″ nord, 13° 02′ 45″ est
Altitude 424 m
Superficie 6 567,8 ha = 65,678 km2
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Salzbourg
Voir sur la carte administrative de la zone Salzbourg
City locator 14.svg
Salzbourg
Géolocalisation sur la carte : Autriche
Voir sur la carte administrative d'Autriche
City locator 14.svg
Salzbourg
Géolocalisation sur la carte : Autriche
Voir sur la carte topographique d'Autriche
City locator 14.svg
Salzbourg
Liens
Site web www.stadt-salzburg.at
Vue de la ville. Au centre, la Cathédrale Saint-Rupert de Salzbourg et la Forteresse de Hohensalzburg ( en arrière)
Vue sur Salzbourg (position Forteresse de Hohensalzbourg) direction nord. À droite, la Cathédrale Saint-Rupert de Salzbourg. En arrière (centre), le Plainberg et le Hochgitzen (à gauche)

Salzbourg (prononcé, en français, [sals.buʁ] ; en allemand Salzburg [ˈzalt͡sbʊɐ̯k] Écouter ; en bavarois Soizburg) est une ville autrichienne, capitale du Land de Salzbourg (520 000 habitants en 2003). Elle compte 154 211 habitants en 2019[1], constituant la quatrième ville la plus peuplée d'Autriche. La vieille ville est inscrite sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO.

Située à la frontière allemande, la ville est célèbre pour avoir vu naître Mozart. Le festival de musique classique de Salzbourg est l'un des plus prestigieux au monde.

La ville a connu plusieurs noms au cours de son Histoire. Les premières traces étymologiques attestées remontent à l'époque romaine, de vers 15 av. J.C. jusqu'à la fin de l'Empire romain, où elle s'appelle Juvavum, même si elle est renommée Municipium Claudium Juvavum sous Claude vers 45 ap. J.C. avant de retrouver son nom d'origine après sa mort. Son nom moderne est attesté pour la première fois en 755 avec l'évêché de Salzburg. Il se compose de deux mots du vieux haut allemand (Salz et Burg, littéralement "sel" et "château fort"). L'étymologie de son nom reste incertaine, la ville pourrait tenir son nom de la rivière qui l'arrose, la Salzach, et du château qui la domine, et non pas, comme le voudrait une traduction trop littérale, du sel, sur le commerce duquel la cité, certes, bâtit en partie sa fortune, mais seulement après avoir reçu ce nom de la rivière Salzach (anciennement Salza), qui tient elle-même son nom du sel car la région regorge de mines de sel comme à Altaussee ou Hallstatt.

Archevêché de Salzbourg, c. 1715. (couleur rose)

Histoire[modifier | modifier le code]

Vue de Salzbourg.
Vue du centre historique de Salzbourg avec la Forteresse de Hohensalzburg (à droite) et la Cathédrale Saint-Rupert de Salzbourg (centre). Avril 2017.
Appartenances historiques

Blason de la Principauté archiépiscopale de Salzbourg Principauté archiépiscopale de Salzbourg 1328-1803
Blason de l'Électorat de Salzbourg Électorat de Salzbourg 1803-1805
Drapeau de l'Autriche Empire d'Autriche 1805-1809
Drapeau du Royaume de Bavière Royaume de Bavière 1809-1816
Drapeau de l'Autriche Empire d'Autriche 1816-1867
Drapeau de l'Autriche-Hongrie Autriche-Hongrie (Duché de Salzbourg) 1867-1918
Drapeau de l'Autriche République d'Autriche allemande 1918-1919
Drapeau de l'Autriche Autriche 1919-1938
Drapeau de l'Allemagne nazie Autriche nazie 1938-1945
Drapeau de l'Autriche Autriche occupée 1945-1955
Drapeau de l'Autriche Autriche 1955-présent

Les premières traces remontent au Néolithique. Mille ans avant Jésus-Christ, les Illyriens occupent le site[réf. nécessaire], habité depuis l'âge de la pierre polie. Les Celtes sont arrivés 400 ans plus tard. À partir de 15 av. J.-C., une ville se forme sur les rives de la Salzach. En 45, la ville s'appelle alors Juvavum, elle appartient à l'empire romain et acquiert le droit municipal. Au Ve siècle un cloître y est aménagé. L'évêque Rupert von Worms (ou Rupert de Salzbourg) reçoit le reste de la ville en 699 en cadeau de la part du comte de Bavière. Il fonde l'abbaye Saint-Pierre. Le nom « Salzbourg » est évoqué pour la première fois en 755. La ville est depuis 739 le siège de l'évêché. Salzbourg devient une ville-État gouvernée par des princes-archevêques au XIIIe siècle.

En 1077, la forteresse de Hohensalzburg (Festung Hohensalzburg) est construite par le prince-archevêque Gebhard.

Au XVIIe siècle, la ville se « baroquise », notamment sous les princes-archevêques Wolf Dietrich von Raitenau, Markus Sittikus von Hohenems et Paris von Lodron. Le 31 octobre 1731 les protestants sont expulsés de la ville[2].

1803 marque la fin des règnes des princes-archevêques de Salzbourg. La ville est donnée en compensation du Grand-duché de Toscane à l'archiduc Ferdinand d'Autriche ; en 1805, elle est annexée avec Berchtesgaden à l'Autriche. En 1809 elle est rattachée à la Bavière, puis en 1816 (après le Congrès de Vienne) elle est de nouveau réintégrée à l'Autriche, ce que confirme en 1819 le recès de Francfort[3].

Vers 1860, les fortifications ne suffisent plus pour contenir la ville et Salzbourg s'étend au delà.

Le , une décision de l'assemblée de Salzbourg permet l'agrandissement du territoire de la ville. Annexant les communes avoisinantes, Salzbourg passe d'une surface de 8,79 km² à 24,9 km² et voit sa population passer de 40 232 à 63 275 habitants.

Le 4 mai 1945 la ville est occupée par des unités du 15e corps de la VIIe Armée US.

Monuments[modifier | modifier le code]

La Salzach divise le centre-ville en deux parties. À l'est, la rue commerçante Linzergasse conduit à la colline des Capucins (Kapuzinerberg), dominée par le couvent des Capucins (XVIIe siècle), puis conduit à l'église Saint-Sébastien et à son cimetière où sont enterrés la famille de Mozart et le médecin Paracelse.

La façade de la Cathédrale de Salzbourg avec ses trois portails - Salzburger Dom.

Du côté ouest, entre la rivière Salzach et la colline Mönchsberg, se trouve la vieille ville qui est particulièrement intéressante, car elle a su préserver son caractère gothique flamboyant et baroque avec de nombreuses constructions des architectes Vincenzo Scamozzi et Santino Solari entre autres.

La cathédrale Saint-Rupert (Salzburger Dom) est une de leurs contributions. Elle était à l'origine romane (terminée en 774), mais elle a brûlé en 1598 et une nouvelle fut érigée au même emplacement entre 1614 et 1628 (style baroque).

L'abbaye bénédictine de Nonnberg, de style baroque, a inspiré le film La Mélodie du bonheur avec Julie Andrews.

L'église de la Trinité : vue du maître-autel.

Parmi les places on trouve la Residenzplatz comprenant la Résidence, le Glockenspiel (jouant trois fois par jour, à 6,11 et 18h, une mélodie changeant chaque mois) et l'église Saint-Michel. L'Alter Markt est célèbre pour ses deux cafés (Tomaselli et Fürst) Il y a encore la Kapitelplatz (bâtiments du prince-archevêque), la Domplatz (place de la cathédrale) et l'Universitätsplatz (Kollegienkirche, faculté de théologie).

Églises[modifier | modifier le code]

Salzbourg est parfois surnommée « la ville aux cent églises ». Parmi les plus célèbres, on trouve l'abbaye bénédictine Saint-Pierre (fondée en 696 par l'évêque de Worms, saint Rupert, patron de la ville). Elle est bordée par le cimetière St Petersfriedhof, lui-même surplombé par des catacombes ; l'église des franciscains, à la fois gothique et romane, la Kollegienkirche (construite en 1708, place de l'université), l'église Saint-Michel (place de la résidence), etc. sont aussi de très belles œuvres vivantes. Des messes (avec orchestre, chœurs et solistes chaque dimanche) et des concerts y ont lieu chaque jour. L'église Saint-Sébastien, sur la Linzergasse, est consacrée aux liturgies en latin. Son cimetière, le cimetière Saint-Sébastien, abrite la tombe de Constance Mozart, veuve du musicien.

Rues[modifier | modifier le code]

Residenzbrunnen, fontaine à Salzbourg.

Mais ce qui donne aussi tout son charme à Salzbourg, ce sont les rues de la vieille ville, véritable dédale composé de maisons et échoppes anciennes tout à fait remarquables. Les seules voitures que l'on y croise sont des fiacres. Les rues les plus célèbres sont la Goldgasse, la Judengasse et surtout la très fameuse Getreidegasse, rue commerçante dont les magasins sont reconnaissables grâce à leurs enseignes en fer forgé doré. On y trouve la maison où Mozart vécut les 19 premières années de sa vie.

Alentours[modifier | modifier le code]

La forteresse de Hohensalzburg, située sur la colline de Festungsberg et surplombant la ville depuis le XIe siècle est la plus grande d'Europe. On peut y monter à pied ou par le funiculaire construit au XXe siècle.

Sur cette colline on trouve également le couvent de Bénédictines Nonnberg, de jolies villas privées, le musée d'art moderne, la muraille protégeant la ville ainsi que plusieurs terrasses offrant un magnifique aperçu sur la ville.

En dehors de la vieille ville, on peut admirer le château Mirabell et ses jardins. L'ensemble a été construit par le prince-archevêque Wolf Dietrich en l'honneur de sa maîtresse Salomé. On y trouve aujourd'hui la mairie avec le célèbre escalier des mariages.

Au nord se trouve le château de Klessheim, et plus au sud on trouve les châteaux d'Hellbrunn avec parc, fontaines, jeux d'eau, zoo et réserve de chasse, mais aussi celui de Léopoldskron, où fut tournée une partie du film La Mélodie du bonheur, et enfin celui d'Anif.

Musées[modifier | modifier le code]

Le 'Hangar-7' de nuit.

Culture[modifier | modifier le code]

Salzbourg a connu une période florissante sous les princes-archevêques, accueillant des artistes de l'Europe entière, et son centre-ville est un chef-d'œuvre d'art gothique et baroque. Parmi les plus grands artistes que Salzbourg ait abrités entre ses murs, Wolfgang Amadeus Mozart est de loin le plus célèbre, et il est devenu l'emblème de la ville.

De nombreux festivals ont lieu toute l'année, produisant des concerts presque quotidiennement. Le festival le plus renommé est sans doute le Festival de Salzbourg (Salzburger Festspiele), fondé en 1920 par Max Reinhardt et Hugo von Hofmannsthal, qui a lieu chaque année de fin juillet à fin août. Concerts, opéras et pièces de théâtre alternent pendant un mois. Un Festival de Pentecôte a lieu depuis 1973.

En 1967, le chef d'orchestre Herbert von Karajan, né à Salzbourg en 1908, crée le Festival de Pâques (Salzburger Osterfestspiele), indépendant du festival d'été : un nouvel opéra est présenté chaque année avec quelques concerts, l'Orchestre philharmonique de Berlin étant dans la fosse.

Bâtiment de l’Institut Orff à Salzbourg.

Ces deux festivals ont lieu dans des salles aménagées par Clemens Holzmeister dans d'anciens bâtiments baroques, qui forment le « quartier du Festival » (Festspielbezirk) : le Grand Palais des festivals (Großes Festspielhaus), la Maison de Mozart (Haus für Mozart, ancien Petit Palais des festivals) et le Manège des rochers (Felsenreitschule).

Mozart est continuellement honoré à travers, par exemple, les Sérénades de Mozart, ensemble de concerts s'étalant de mai à décembre, et des festivals plus ponctuels comme le Mozart-Bach Festival ou le festival de musique de chambre. L'institution qui porte son nom, le Mozarteum, est connue bien au-delà des frontières de l'Autriche.

Les meilleurs musiciens du monde viennent étudier à la prestigieuse école de musique du Mozarteum où des concerts et opéras ont lieu chaque soir.

Plan du réseau de trolleybus.
  • L'Aéroport de Salzbourg, à 2 kilomètres de la ville, est le deuxième aéroport d'Autriche. Il est desservi par les lignes intérieures, les vols internationaux et les vols longs courriers d'un grand nombre de compagnies aériennes.
  • La gare centrale des ÖBB est desservie par de nombreux trains internationaux, nationaux et régionaux.
  • Les transports urbains sont assurés par huit lignes de trolleybus. Le réseau de trolleybus de Salzbourg compte parmi les plus importants d'Europe.

Économie[modifier | modifier le code]

Obligation de Salzbourg en date du 30 août 1921.

Salzbourg est également réputée pour avoir été choisi comme le siège autrichien de Schloetter, entreprise spécialisée dans la galvanisation de métaux.

Célébrités[modifier | modifier le code]

De nombreuses célébrités y sont nées ou y ont vécu, dont voici quelques noms :

Musiciens[modifier | modifier le code]

Écrivains[modifier | modifier le code]

  • Stefan Zweig (1881-1942), écrivain autrichien, il a vécu à Salzbourg de 1919-1933
  • Georg Trakl (1887-1914), poète autrichien né à Salzbourg
  • Thomas Bernhard (1931- 1989), écrivain et dramaturge autrichien, reçut son éducation à Salzbourg
  • Peter Handke (* 1942), écrivain et traducteur autrichien, a vécu à Salzbourg de 1979-1987

Scientifiques[modifier | modifier le code]

Acteurs[modifier | modifier le code]

  • Helmut Berger (* 1944), acteur autrichien, vit à Salzbourg depuis 2004

Peintres[modifier | modifier le code]

Autres[modifier | modifier le code]

Film[modifier | modifier le code]

Films qui ont été faits à Salzbourg :

Jumelage[modifier | modifier le code]

Sport[modifier | modifier le code]

La Red Bull Arena, où évoluent le Red Bull Salzbourg et le FC Liefering, les deux clubs de football autrichiens du groupe Red Bull, dont le siège est à Salzbourg.

Divers[modifier | modifier le code]

Voir (de) Mozartkugel, Salzburger Nockerln
  • L'Europrix, un festival de multimédias, a lieu tous les ans à Salzbourg.
  • Salzbourg n'a pas été retenu par le CIO pour les Jeux olympiques d'hiver de 2014, au bénéfice de Sotchi.
  • Radiofabrik émet depuis Salzbourg.
  • Worakls a composé une musique nommée Salzburg, sortie en juillet 2014.

Sources[modifier | modifier le code]

  1. (de) « Österreich - Größte Städte 2019 », sur Statista (consulté le )
  2. Augustin Fliche, Victor Martin, Histoire de l'Église : Les luttes politiques et doctrinales aux XVIIe et XVIIIe siècles. 2 vol., Bloud & Gay, 1956
  3. René Roux, Problèmes historiques des états allemands, DF, (lire en ligne), p. 222-223

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :