Accident ferroviaire de Dudelange

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Accident ferroviaire de Dudelange
Wagons détruits lors de l'accident.
Wagons détruits lors de l'accident.
Caractéristiques de l'accident
Date
Type collision frontale
Site Drapeau du Luxembourg Dudelange
Coordonnées 49° 29′ 07″ nord, 6° 06′ 39″ est
Caractéristiques des appareils
Type d'appareil Locomotives Série 13
(avec 21 wagons)
Automotrice 2200
Compagnie SNCB CFL
No  d'identification Train no 49800
Locomotives nos 1309 et 1330
Train no 88807
Automotrice 2211
Lieu d'origine Gare de Thionville Gare de Luxembourg
Lieu de destination Triage de
Monceau-sur-Sambre
Gare de Thionville
Passagers 0 0
Équipage 1 2
Morts 0 1
Blessés 1 1
Survivants 1 1

Géolocalisation sur la carte : Luxembourg

(Voir situation sur carte : Luxembourg)
Accident ferroviaire de Dudelange

Géolocalisation sur la carte : Canton d'Esch-sur-Alzette

(Voir situation sur carte : Canton d'Esch-sur-Alzette)
Accident ferroviaire de Dudelange

L'accident ferroviaire de Dudelange s'est produit le , à h 45 à Dudelange, au Luxembourg. Il s'agit d'une collision frontale entre deux trains sur la ligne 6, entre la gare de triage de Bettembourg (lb) et la frontière entre le Luxembourg et la France. L'accident a fait un mort et deux blessés graves[1].

Circonstances[modifier | modifier le code]

Un Train express régional reliant Luxembourg à Thionville, constitué d'une rame à deux niveaux de type 2200 opérée par la Société nationale des chemins de fer luxembourgeois (CFL), est entré en collision frontale avec un train de marchandises Sibelit reliant Thionville à Monceau-sur-Sambre[2],[3] (près de Charleroi), remorqué par deux locomotives série 13 de la Société nationale des chemins de fer belges (SNCB) et composé de 21 wagons pour le transport de tôles d’acier[4].

Le train de voyageurs avait auparavant rencontré un signal d’arrêt[5].

Ce type d'accident est relativement rare et souvent meurtrier. La collision frontale de Zoufftgen, en 2006, a également eu lieu dans ce secteur, mais à la frontière (soit à environ 1 500 mètres de là).

Bilan[modifier | modifier le code]

Le conducteur du train de voyageurs est décédé, et une contrôleuse est légèrement blessée. Le conducteur du train de fret est également blessé. Le premier train ne transportait pas de passagers au moment de l'accident, les seuls présents à bord ayant tous descendu à la gare de Bettembourg[4].

Enquêtes[modifier | modifier le code]

Les trains luxembourgeois ainsi que le tronçon qui relie Bettembourg à la France sont équipés, depuis , avec le système européen de contrôle des trains (ETCS). Côté français, les homologations ne sont cependant pas encore finalisées. Les autorités n'ont cependant pas souhaité s'avancer plus largement sur ce point[6].

Secours[modifier | modifier le code]

Les secours ont été alertés à 8 h 55 et les premières équipes sont arrivées sur place à 9 h 06[1].

Une centaine de secouristes et policiers, aidés de maîtres-chien, ont été mobilisés[7]. Un poste médical avancé a été installé. En revanche, le plan "grandes victimes" n'a pas été activé, les autorités ayant eu confirmation que moins de dix personnes étaient impliquées[1].

Dégâts matériels[modifier | modifier le code]

Les deux trains se sont télescopés. Le train de voyageurs était assuré par l'automotrice à deux niveaux n°2211 mise en circulation le 27 février 2006 par les CFL. Cette automotrice est composée de trois caisses immatriculées 2211-1, 2211-3 et 2211-5. La caisse n°2211-5 (portant l'immatriculation internationale UIC 94 82 00 2211 5-8 L-CFL), en tête dans le sens de la marche, a été détruite sur presque toute sa longueur par le train de fret. Les deux autres caisses ne se sont pas chevauchées et sont restées sur les rails.

Le train de fret était quant à lui emmené par deux machines : en tête du convoi la locomotive n°1309 (immatriculation internationale : 91 88 0130 090-9 B-BLX) mise en service par la SNCB le 25 mai 1999, et en deuxième position la locomotive n°1330 (n° international 91 88 0130 300-2 B-BLX) mise en service le 26 mai 2000 par le même opérateur. La 1309 a été pliée vers le haut par l'impact avec le train de voyageurs, et enfoncée par son propre convoi. La seconde locomotive (1330) est enfoncée aux deux extrémités, mais moins lourdement. En outre, plusieurs des wagons du train de fret, qui roulaient à vide, ont déraillé et ont été détruits.

Les dégâts aux voies et à la caténaire sont moins importants que lors de la catastrophe de Zoufftgen[8].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c « Un mort et deux blessés dans la collision », L'essentiel,‎ (lire en ligne).
  2. « Trains, Railways and Locomotives: Railcolor.net », sur www.railcolor.net (consulté le 20 février 2017)
  3. (en) « WNXX Interactive • View topic - Head on collision in Luxembourg », sur webcache.googleusercontent.com (consulté le 20 février 2017)
  4. a et b « Accident ferroviaire mortel de Dudelange : franchissement d'un signal d'arrêt », France 3 Grand Est,‎ (lire en ligne).
  5. « Le conducteur a franchi un signal d'arrêt », L'essentiel,‎ (lire en ligne).
  6. « Accident de train au Luxembourg: un mort, plusieurs blessés », L'avenir,‎ (lire en ligne).
  7. « Accident ferroviaire mortel de Dudelange : franchissement d'un signal d'arrêt - France 3 Grand Est », France 3 Grand Est,‎ (lire en ligne)
  8. « Collision ferroviaire sur la ligne Luxembourg-Thionville: Au moins un mort, le trafic suspendu vers la France », Wort.lu,‎ (lire en ligne).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]