Ingenheim

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Billigheim-Ingenheim
Page d'aide sur l'homonymie Ne pas confondre avec Innenheim, commune du canton d'Obernai, ni avec Ingersheim, commune du Haut-Rhin
image illustrant une commune du Bas-Rhin
Cet article est une ébauche concernant une commune du Bas-Rhin.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade ’’Bon début’’ quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Consultez la liste des tâches à accomplir en page de discussion.

Ingenheim
Image illustrative de l'article Ingenheim
Blason de Ingenheim
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine
Département Bas-Rhin
Arrondissement Saverne
Canton Bouxwiller
Intercommunalité C.C. du Pays de la Zorn
Maire
Mandat
Gérard Schweitzer
2014-2020
Code postal 67270
Code commune 67220
Démographie
Gentilé Ingenheimois
Population
municipale
325 hab. (2013)
Densité 61 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 44′ 07″ N 7° 31′ 17″ E / 48.7353, 7.521448° 44′ 07″ Nord 7° 31′ 17″ Est / 48.7353, 7.5214
Altitude Min. 157 m – Max. 229 m
Superficie 5,37 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Bas-Rhin

Voir sur la carte administrative du Bas-Rhin
City locator 14.svg
Ingenheim

Géolocalisation sur la carte : Bas-Rhin

Voir sur la carte topographique du Bas-Rhin
City locator 14.svg
Ingenheim

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Ingenheim

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Ingenheim

Ingenheim (prononcé [iŋənajm]) est une commune française de la plaine d'Alsace située à 24,1 km au nord-ouest de Strasbourg dans le département du Bas-Rhin, en région Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine.

Cette commune se trouve dans la région historique et culturelle d'Alsace.

En 2013, la population légale est de 325 habitants. Village de milieu rural, Ingenheim est intégrée dans la communauté de communes du pays de la Zorn qui regroupe 27 localités autour de Hochfelden.

Historique[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Ingenhaim en 739. Provient peut-être du prénom germanique « Ingo » + heim.

Archives de la commune[modifier | modifier le code]

739 : Boron fait don à Inginhaime de l'héritage de son père Badoco à l'abbaye de Wissembourg, par testament.

1176 : le chevalier Kuno von Ingenheim, partant en Palestine, offre à l'abbaye de Marmoutier des biens qu'il possède à Ingenheim

1197 : le village est retenu comme appartenant au Saint Empire Romain Germanique

1224 : à la suite d'un accord avec le Saint Empire Romain Germanique, Ingenheim devient la propriété de l'évêché de Strasbourg. Berthold Ier de Teck devient alors le suzerin du village

1272 : l'évêque de Strasbourg Henri IV de Geroldseck récupère la moitié du village qui avait été engagé aux Seigneurs de Lichtenberg

1289 : Margaretha, fille de Eberhar de Hattmatt, fait don de biens à Ingenheim aux frères prêcheurs de Strasbourg

1316 : l'évêque de Strasbourg Jean Ier de Dirpheim inféode le village aux Greifenstein en échange de leurs droits d'avouerie à Saverne

16 février 1352 : Simon de Lichtenberg achète Ingenheim à Eberhar von Greifenstein

1367 : l'abbaye de St Jean Saverne y possède des biens

1378 : Goetzo von Utweiler vend ses droits à Ingenheim. Un an plus tard, avec son épouse Klara von Waltenheim, ils vendent à Voltz Blochholtz, receveur d'Ingwiller, un tiers de la "maison de pierre" d'Ingenheim et du jardin attenant ainsi que le pigeonnier. Veuve, Klara von Waltenheim vend tout ses droits à Ingenheim

1383 : Voltz dit Blochholtz offre la "maison de pierre" et toutes les dépendances à son seigneur Jean IV de Lichtenberg

1385 : Greda von Waltenheim, épouse Stroseil, rachète une rente à Ingenheim

1386: Jean IV de Lichtenberg vend le château à l'abbé de Neuwiller puis le rachète en 1424

1405 : accord familial entre les Lichtenberg laissant la jouissance du village à Ulrich et Simon, chanoines de Strasbourg

1440 : à la suite d'un partage, le village revient à Ludwig V -baillage d'Ingwiller

1444 : le château est ouvert aux Armagnacs et sans doute incendié

1453 : Ludwig V engage le village à un bourgeois de Strasbourg

1479 : en tant que suzerain, l'évêque Albert permet à Emerich Ritter de racheter le fief du village aux héritiers de Johann von Colmar, auquel il était engagé, avec l'accord de Jacob von Lichtenberg

1480 : à l'extinction des Lichtenberg, Ingenheim passe aux comtes de Zweibrücken-Bitsch

XVIe siècle : l'abbaye de Seltz a la plus grande partie des dîmes qu'elle partage avec le curé

1570 : décès de Jakob de Zweibrücken-Bitsch, ses possessions passent à son gendre Philippe V de Hanau-Lichtenberg

1571 : Ingenheim passe à la réforme protestante

1573 : Philippe IV et son fils Philippe V firent rédiger la première "Hanauische KirchenOrdnung"

XVIIe siècle : importante immigration suisse vers Ingenheim notamment les familles Anihaüslin, Bietiger, Bösiger, Bollinger, Brunner, Frey, Friedrich, Haury, Hauser, Hof, Jakob, Kocher, Langecker, Loffel, Meng, Minger, Niederhaüser, Schaub, Schneider, Schweizer, Stahl, Steinmann, Stimmer, Studer, Zimmermann

1789 : la révolution française dépouille Louis IX de Hesse-Darmstadt, dernier descendant et résidant à Pirmasens de toutes les possessions alsaciennes. Ingenheim fait alors partie de l'intendance d'Alsace, subdélégation Strasbourg

1790 : rattachement à l'arrondissement de Haguenau

1802 : rattachement à l'arrondissement de Saverne

1871 : rattachement à l'arrondissement de Strasbourg et canton de Hochfelden

Consistoire[modifier | modifier le code]

De 1802 à 1853, le village fut le chef-lieu du consistoire qui regroupait autour de lui les communautés protestantes de Dettwiller, Ernolsheim-lès-Saverne, Schwindratzheim, Alteckendorf, Waltenheim-sur-Zorn et Duntzenheim. Ingenheim perdit son statut au profit de Schwindratzheim quand en 1852 la paroisse locale remplaça le consistoire en tant que cellule de base de l'Église protestante.

Description d'Ingenheim en 1702[modifier | modifier le code]

« Ingenheim est un lieu situé dans un fond dont l'église a un clocher vouté, son cimetière renfermé d'une bonne muraille haute de six à sept pieds. »

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason d'Ingenheim

Les armes d'Ingenheim se blasonnent ainsi :
« De gueules au fer de lance d'argent. »[1].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2008 en cours Jean Vix[2]    
mars 2001 mars 2008 Jean Vix    
Les données manquantes sont à compléter.

Maire actuel: Gérard Schweitzer pour la période mars 2014 - mars 2020

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2013, la commune comptait 325 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
517 500 622 680 760 775 680 688 651
1856 1861 1866 1871 1875 1880 1885 1890 1895
539 510 531 545 543 538 483 509 541
1900 1905 1910 1921 1926 1931 1936 1946 1954
529 513 517 444 456 442 419 375 358
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
335 307 304 302 296 301 360 374 333
2013 - - - - - - - -
325 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église protestante :
    • La nef et le chœur furent construits en 1884, après qu'un incendie eut ravagé l'ancienne construction. La tour-chœur datant de la fin du Moyen Âge fut transformée en tour-porche et surélevée de deux niveaux.
    • Cloche de 1700 qui indique les noms de ses fondeurs : « BENEDICTUM SIT NOMEN DOMINI ZACHARIAS ROHR UND IOHANNES GUNTHER GOSEN MICH IN STRASBURG ANNO 1700 » ainsi que les noms du Schuldtheiss, du Heimburger et des échevins de cette époque : « HERR IOHANN CHRISTIAN BRANDT PFARRER ZU INGENHEIM. MICHELS HANS SHULDHEIS. GEORG EBERLIN HEIMBURGER UND DES GERICHTS. GEORG LIENHARDT. HANS WECKEL. HANSEN PAULEN. CLAUS SCHWARTZ. IOHANNES GITZ. IACOB RUMANN. LEONHARDT RIETINGER. ALLE DES GERICHTS »
  • Cimetière de 1890.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]