Catanzaro

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Catanzaro
Blason de Catanzaro
Héraldique
Catanzaro
Administration
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Région Drapeau de la région de Calabre Calabre 
Province Coat of Arms of the Province of Catanzaro.svg Catanzaro 
Maire Sergio Abramo
Code postal 88100
Code ISTAT 079023
Code cadastral C352
Préfixe tel. 0961
Démographie
Gentilé catanzaresi (fr) catanzarais/e
Population 88 435 hab. (31-12-2019[1])
Densité 795 hab./km2
Géographie
Coordonnées 38° 54′ 00″ nord, 16° 36′ 00″ est
Altitude Min. 342 m
Max. 342 m
Superficie 11 130 ha = 111,3 km2
Divers
Saint patron San Vitaliano
Fête patronale 16 juillet
Localisation
Localisation de Catanzaro
Géolocalisation sur la carte : Calabre
Voir sur la carte administrative de Calabre
City locator 14.svg
Catanzaro
Géolocalisation sur la carte : Italie
Voir sur la carte administrative d'Italie
City locator 14.svg
Catanzaro
Géolocalisation sur la carte : Italie
Voir sur la carte topographique d'Italie
City locator 14.svg
Catanzaro
Liens
Site web http://www.comune.catanzaro.it

Catanzaro est une ville italienne, chef-lieu de la province de Catanzaro et de la région Calabre en Italie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Construite sur les collines, Catanzaro s'ouvre sur la mer Ionienne à travers le golfe de Squillace. Ville peu industrialisée, elle doit son essor au travail de la soie.

Histoire[modifier | modifier le code]

La naissance de Catanzaro remonte à l'Age néolithique. En effet on a découvert, dans la zone comprise entre Catanzaro et la ville voisine de Tiriolo (vers Gimigliano-Gagliano), des grottes avec des graffiti, des tombes, des monnaies, des inscriptions.

Selon certaines sources, le nom de la ville serait d'origine byzantine (en référence aux généraux Kattaro et Zaroou) ou grecque (kata'- antheros).

Surement on a des nouvelles certaines en ce qui concerne la naissance byzantine de Catanzaro. En fait c'est la général de Byzance, Niceforo Foca qui, à cause des incursions des Sarrasins, décida l'édification définitive de la ville sur la colline. Catanzaro instaura des rapports commerciaux et culturels avec l'Orient.

Entre le IXe et le XIe siècle, Catanzaro, qui à cette époque était sous la domination byzantine, fut un des prémiers centres à introduire la production de soie en Italie. La soie de Catanzaro approvisionnait presque toute l'Europe et était vendue dans des grandes foires aux marchands espagnols, vénitiens, génois, florentins et hollandais. Catanzaro devint la capitale européenne de la dentelle avec une grande installation d'élevage de vers à soie qui produisait toutes les dentelles et les linges utilisés au Vatican. La ville était célèbre pour sa fine fabrication de soies, de velours, de damas et de brocarts. Dans cette periode, la Calabre seule produisait plus de soir que tout le reste de l'Italie[2],[3].

C'est au XVe siècle, durant la période aragonaise, que Catanzaro vécut des transformations dans la vie économique et sociale, triomphant dans la soie tant que les tisserands français de Tours et de Lyon demandèrent aux maitres tisserands de Catanzaro qu'ils se rendent en France pour créer une école spécialisée dans l'art de la soie, en instruisant en même temps les tisserands locaux. Les malres de la soie de Catanzaro acceptèrent l'invitation, en exportant dans d'autres pays la technique parfaite de la soie pure, des velours, des tissus composés. Pour remarquer cette grande attitude des « catanzariti », il y a encore à Catanzaro un quartier appelé « Filanda », lieu autrefois des laboratoires ét des écoles de la soie. prit de l'importance, avec le développement de l'industrie de la soie[4],[5],[6].

Vers cette époque la Calabria fut divisée en fiefs et dans ce moment commencèrent les luttes avec les différents seigneurs. Catanzaro au contraire resta un domaine de Charles V, roi de Naples et lutta avec lui contre les feudataires calabrais liés au français Odet de Foix qui voulait la conquérir. Charles V et Catanzaro vainquirent et l'Empereur en reconnaisance accorda à la ville le droit de « frapper monnaie ».

La victoire sur les Français et les feudataires rebelles avait fait gagner à la ville l'admiration et l'estime de l'Italie et de l'Europe. Charles V apprécia le courage et définit Catanzaro ville « magnifica et fidelissima » en lui accordant l'honneur de l'écusson impérial de l'aigle royal avec la devise « sanguinis effusione», cette devise est reproduite aujourd'hui sur le gonfalon de la ville. Après la mort de Charles V, il y eut une période de décadence causée par la peste et par les conséquences du tremblement de terre. Sous le royaume de Charles VI aussi, Catanzaro, se distingua pour la culture, pour les écoles professionnelles.

La ville fut ravagée par deux séismes, l'un en 1783, l'autre en 1832.

Actuellement la ville se dispute avec Reggio de Calabre le titre de métropole régionale. Dans les années 1970, le transfert des institutions régionales de Reggio de Calabre à Catanzaro a donné lieu à des émeutes, mais seul le Conseil Régional de Calabre est resté à Reggio.

Monuments et lieux d'intérêts[modifier | modifier le code]

Catanzaro, viaduc Bisantis

Ponts[modifier | modifier le code]

Culture[modifier | modifier le code]

Administration[modifier | modifier le code]

Les maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1806 1810 Carlo De Nobili   1er maire
avant 1812 1814 Antonio De Riso    
1815 1817 Saverio de Siena Orsini    
Les données manquantes sont à compléter.
1860 1860 Vincenzo Stocco Modéré  
1860 1860 Leonardo La Russa    
1860 1860 Giovanni Marincola    
1860 ? Liborio Menichini    
? 1862 Saverio Greco    
1863 1863 Antonio Gimigliano    
1864 1864 Ippolito de Riso   Député et marquis
1865 1865 Leonardo La Russa    
1866 1866 Vito Migliaccio    
1867 1868 Leonardo La Russa    
1869 1870 Vitaliano Sanseverino    
1870 1872 Leonardo La Russa    
1872 1877 Giuseppe Antonio Rossi    
1877 1882 Francesco De Seta    
1882 1888 Carlo Sanseverino    
1888 1892 Giuseppe Antonio Rossi    
1892 1895 Giuseppe Ferragina    
1895 1899 Raffaele Nottola    
1899 1902 Michele Le Pera    
1902 1905 Enrico De Seta    
1905 1910 Giovanni Jannoni    
1910 1914 Enrico De Seta    
1914 1915 Giovanni Jannoni    
1915 1917 Francesco Spizzirri    
1917 1919 Enrico De Seta    
1919 1920 Ignazio La Russa    
1920 1923 Giovanni Jannoni    
1923 1928 Giuseppe di Tocco Parti national fasciste  
1928 1929 Gaetano Adolfo Contegiacomo Parti national fasciste  
1929 1929 Salvatore Strano Parti national fasciste  
1930 1932 Riccardo Raffaeli Parti national fasciste  
1932 1934 Domenico La Russa Parti national fasciste  
1934 1943 Fausto Paternostro Parti national fasciste  
1943 1943 Francesco Carnovale Parti national fasciste  
1943 1943 Armando Milello Parti national fasciste  
1943 1943 Armando Bianco Parti national fasciste  
1943 1946 Giovanni Correale Santacroce Parti socialiste italien  
1946 1948 Vincenzo Turco Démocratie chrétienne  
1948 1956 Francesco Bova Démocratie chrétienne  
1956 1965 Gregorio Morisciano Démocratie chrétienne  
1965 1975 Francesco Pucci Démocratie chrétienne  
1975 1978 Fausto Bisantis Démocratie chrétienne  
1978 1980 Cesare Mulè Démocratie chrétienne  
1980 1982 Aldo Ferrara Démocratie chrétienne  
1982 1985 Marcello Furriolo Démocratie chrétienne  
1985 1987 Angelo Donato Démocratie chrétienne  
1987 1992 Marcello Furriolo Démocratie chrétienne  
1992 1993 Francesco Granato Démocratie chrétienne  
1993 1993 Francesco Fiorita Démocratie chrétienne  
1993 1993 Antonio Bevacqua Parti républicain italien  
1993 1994 Natale D'Agostino    
1994 1996 Benito Gualtieri Parti populaire italien  
1996 1997 Aldo Pegorari    
1997 2005 Sergio Abramo Forza Italia  
2006 2011 Rosario Olivo Parti démocrate  
2011 2012 Michele Traversa PdL  
2012 2012 Giuseppina Di Rosa    
2012 2012 Sergio Abramo PdL  
2012 2013 Silvana Riccio    
2013 En cours Sergio Abramo PdL  

Hameaux[modifier | modifier le code]

Gagliano, Catanzaro Lido, Santa Maria, S. Antonio, Mater Domini, Siano, Bellavista, Sala, S. Janni, Cava, Signorello, Alli, Barone, Germaneto, Pontegrande.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Borgia, Caraffa di Catanzaro, Gimigliano, Girifalco, Pentone, San Floro, Squillace, Sellia, Settingiano, Simeri Crichi, Soverato, Tiriolo

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

(liste non exhaustive)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (it) Popolazione residente e bilancio demografico sur le site de l'ISTAT.
  2. Conrad Malte-Brun, Annales des voyages, de la géographie, de l'histoire, Paris, chez F. Buisson,
  3. (en) Eleni Sakellariou, Southern Italy in the Late Middle Ages: Demographic, Institutional Change in the Kingdom of Naples, c.1440-c.1530, Brill,
  4. « Alliance Française de Catanzaro » (consulté le 26 novembre 2020)
  5. (en) Cesare Rossi, Flavio Russo, Ancient Engineers' Inventions: Precursors of the Present,
  6. >(it) Angela Rubino, La seta a Catanzaro e Lione. Echi lontani e attività presente, Calabria Letteraria, (ISBN 8875741271)

Voir aussi[modifier | modifier le code]