Accident ferroviaire de Quintinshill

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Accident ferroviaire de Quintinshill
Indendie des wagons à la suite de l'accident.
Indendie des wagons à la suite de l'accident.
Caractéristiques de l'accident
Date 22 mai 1915
Type Collision de trains,
Incendie
Site Drapeau : Écosse Quintinshill, Gretna Green
(Écosse, Royaume-Uni)
Coordonnées 55° 00′ 53″ N 3° 03′ 54″ O / 55.0146, -3.064955° 00′ 53″ Nord 3° 03′ 54″ Ouest / 55.0146, -3.0649  
Caractéristiques de l'appareil
Type d'appareil 1 train militaire,
2 trains de voyageurs,
2 trains de marchandises
Compagnie Caledonian Railway Main Line
Phase Traversée d'une zone de voies de garage
Morts 227
Blessés 246

Géolocalisation sur la carte : Royaume-Uni

(Voir situation sur carte : Royaume-Uni)
Accident ferroviaire de Quintinshill

Géolocalisation sur la carte : Écosse

(Voir situation sur carte : Écosse)
Accident ferroviaire de Quintinshill

L'accident ferroviaire de Quintinshill est la plus grave catastrophe ferroviaire en nombre de victimes au Royaume-Uni. L'accident a lieu le 22 mai 1915 à Quintinshill, près de Gretna Green, en Écosse. Il implique cinq trains et fait 227 morts et 246 blessés[1],[2],[3].

Contexte[modifier | modifier le code]

La locomotive no 121, de la série Caledonian McIntosh 220, qui tirait le train militaire.

L'accident a lieu en mai 1915 au cours de la Première Guerre mondiale. L'armée britannique est alors engagée sur le front de l'Ouest en France. Au Royaume-Uni, de nombreuses troupes sont transportées par train pour rallier le front depuis les camps d'instruction. Le 22 mai 1915, un bataillon du 7e régiment des Royal Scots quitte en train la gare de Larbert, dans le comté de Stirlingshire, à destination de Liverpool. Le convoi militaire est composé d'anciennes voitures en bois, toutes non éclairées sauf une. Le train est tiré par une locomotive de la série Caledonian McIntosh 220, la no 121.

À Quintinshill, est installé un poste d'aiguillage sur la ligne ferroviaire reliant Glasgow à Carlisle, sur l'actuelle West Coast Main Line. En cet endroit, deux voies de garage de trains se situent de part et d'autre des deux voies principales de la ligne. Ces deux voies de garage permettent le stockage provisoire de trains afin de laisser passer des trains plus rapides empruntant les deux voies principales.

Schéma de la zone de garage de Quintinshill.

L'accident[modifier | modifier le code]

Le train militaire quitte Larbert à h 45 et se dirige vers Quintinshill sur la voie principale de la ligne (celle en direction de Carlisle). Vers h 10, un train local de voyageurs à destination de Glasgow arrive sur la voie impaire de Quintinshill (celle en direction de Glasgow). Ce train effectue ensuite une manœuvre pour se mettre en attente sur la voie principale afin de permettre à un train express en retard de le dépasser. En temps normal, et en de pareilles circonstances, le train local aurait dû se mettre en attente sur la voie de garage impaire. Mais ce jour-là, cette voie de garage est occupée par un train de marchandises. De même, la voie de garage principale est elle occupée par un deuxième train de marchandises vide afin de céder la voie au train militaire. Le train express est en provenance de la gare d'Euston de Londres et est à destination de Glasgow ; il circule donc normalement sur la voie impaire de Quintinshill.

Une locomotive McIntosh Cardean 230, identique à celle du train local de voyageurs impliqué dans l'accident.

Le train local est tiré par une lourde locomotive de type McIntosh Cardean 230, la no 907. Il est composé de la locomotive, d'un tender et de quatre voitures de voyageurs. Le train express est un train de voitures-lits, il est tiré quant à lui par deux locomotives de type 220, les numéros 140 et 48, et pèse près de 600 tonnes[1],[2].

L'accident est dû à une suite de négligences et de mésententes entre les aiguilleurs locaux George Meakin de l'équipe de nuit et James Tinsley de l'équipe de jour. Le changement d'équipe a lieu normalement à h et les aiguilleurs se transmettent les consignes à ce moment-là. Mais, ce jour là, l’aiguilleur James Tinsley arrive en retard par le train local de voyageurs et il ne peut prendre à temps les consignes sur les mouvements des trains prévus le matin.

Chronologie de l'accident[1],[2] :

Animation montrant les différentes phases de l'accident.
En bleu, le train de marchandises sur la voie de garage impaire ; en orange, le train local de voyageurs ; en gris, le train de marchandises vide sur la voie de garage principale ; en vert, le train militaire ; en violet, le train express.
  • À h 30, le train local en provenance de Carlisle arrive à Quintinshill sur la voie impaire avec à son bord l’aiguilleur James Tinsley. Comme la voie de garage impaire est occupée, l'aiguilleur George Meakin décide de faire stationner le train local sur la voie principale. Mais pendant la manœuvre, l'aiguilleur oublie de prévenir le poste aiguillage de Kirkpatrick, la gare située 5 km au nord-ouest dont dépend Quintinshill. Les signaux de voie libre restent donc positionnés sur la voie qu'emprunte le train militaire en provenance de Glasgow. De plus, l'aiguilleur oublie aussi de mettre en place un collier de sécurité sur le levier de signalisation pour lui rappeler de ne pas manœuvrer ce levier tant que le train local est garé à Quintinshill.
Extinction de l'incendie d'une des voitures.
  • À h 34, un des aiguilleurs informe la gare de Kirkpatrick que le train de marchandises vide en provenance de Kirkpatrick est maintenant positionné sur la voie garage principale mais oublie d'avertir que la voie principale est occupée par le train local.
  • À h 47, l'aiguilleur James Tinsley reçoit le signal depuis la gare de Kirkpatrick que le train militaire entre dans la zone de Quintinshill. Tinsley en informe la gare suivante, celle de Gretna, en oubliant toujours la présence du train local et le mauvais positionnement des signaux.
  • À h 49, le train militaire arrive à Quintinshill avec une vitesse de l'ordre de 110 km/h, il rentre alors en collision avec la lourde locomotive du train local. La locomotive du train militaire se couche sur la voie et la plupart des voitures en bois situées derrière elle se fracassent et volent en éclat sur la voie impaire.
  • À h 50, le train express arrive à 100 km/h et vient heurter les débris de la locomotive, du tender et des voitures qui se trouvent sur sa voie ainsi que les autres voitures du convoi militaire. La locomotive et le tender du train militaire sont poussés contre le train de marchandises garé sur la voie latérale. Une des voitures du convoi militaire, qui était éclairée au gaz, prend feu. L'incendie se propage rapidement à toute la zone et atteint tous les trains. Il dure toute la journée et une partie de la nuit suivante.

Conséquences[modifier | modifier le code]

Les soldats survivants de la catastrophe ferrovaire.

L'accident provoque la mort de 227 personnes et en blesse 246 autres. Outre les militaires, on compte parmi les morts dix civils : deux passagers du train local et huit du train express ainsi que le conducteur et le chauffeur de la locomotive du train militaire. Sur les 500 soldats que transportait le train militaire, seuls 53 sont indemnes ; les autres sont morts, blessés ou disparus dans l'incendie[1].

En dehors des six dernieres voitures du convoi militaire (sur les vingt-et-une), qui s'étaient décrochées au moment de la collision et sont restées en arrière, toutes les autres brulent dans l'incendie ainsi que quatre voitures du trains express et quelques wagons du train de marchandises. De même, les quatre locomotives impliquées (celle du train militaire, celle du train local et les deux du train express) sont gravement endommagées par le feu.

Les soldats rescapés de l'accident sont conduits en train à Liverpool. Après un examen médical, ils sont déclarés inaptes au combat et retournent à Édimbourg.

L'enquête a déterminé que l'accident était dû essentiellement à une erreur d'inattention des aiguilleurs qui n'avaient pas observé le règlement. Ils sont tous deux déclarés coupables d'homicide par le tribunal d'Édimbourg. James Tinsley est condamné à trois ans de travaux forcés et George Meakin à dix-mois de prison.

Galerie de photographies[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Collection Train, l'univers du chemin de fer. Éditions Del Prado, 1998. Grandes catastrophes, Quintinshill, 1915. Numéro 14, volume 1, pages 217-220. (ISBN 2-84-349-010-3).
  2. a, b et c [PDF](en) Lt Col E Druitt, Accident at Quintinshill on 22 May 1915, Board of Trade,‎ 17 juin 1915 (lire en ligne).
  3. (en)« The Quintinshill Rail Crash, May 1915 », sur le site de la BBC,‎ 19 janvier 2007 (consulté le 30 avril 2014).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Collection Train, l'univers du chemin de fer. Éditions Del Prado, 1998. Grandes catastrophes, Quintinshill, 1915. Numéro 14, volume 1, pages 217-220. (ISBN 2-84-349-010-3). Document utilisé pour la rédaction de l’article

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]