Villecomtal-sur-Arros

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Villecomtal-sur-Arros
L'entrée du village.
L'entrée du village.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Gers
Arrondissement Mirande
Canton Mirande-Astarac
Intercommunalité Communauté de communes Astarac Arros en Gascogne
(siège)
Maire
Mandat
André Danos
2014-2020
Code postal 32730
Code commune 32464
Démographie
Gentilé Villecomtois
Population
municipale
830 hab. (2014)
Densité 74 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 24′ 01″ nord, 0° 11′ 58″ est
Altitude Min. 168 m – Max. 315 m
Superficie 11,17 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Gers

Voir sur la carte administrative du Gers
City locator 14.svg
Villecomtal-sur-Arros

Géolocalisation sur la carte : Gers

Voir sur la carte topographique du Gers
City locator 14.svg
Villecomtal-sur-Arros

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Villecomtal-sur-Arros

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Villecomtal-sur-Arros
Liens
Site web villecomtal-arros.fr/

Villecomtal-sur-Arros (Vilacomdau d'Arròs en gascon) est une commune française située dans le département du Gers, en région Occitanie.

Ses habitants sont appelés les Villecomtois(es).

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Commune de Gascogne située sur la route nationale 21 entre Mirande et Tarbes.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

L'altitude de la commune varie entre 168 et 315 mètres[1].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le Lurus, affluent droit de l'Arros dans le bassin versant de l'Adour, conflue sur la commune.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Villecomtal devient officiellement Villecomtal-sur-Arros en 1958[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le comte Arnaud Guilhem III a souhaité que cette petite ville fortifiée devienne le siège des « Petits États de Pardiac ».

Fortifié dès le Moyen Âge, le village reçoit une charte de coutumes en 1337.
Pendant la Révolution, la ville prend temporairement le nom de Pont-Libre.

De ses murailles, il ne reste qu'une vielle porte à voûte en berceau brisé, dite « tour du château d'Arcourt ».

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1930  ? Abel Gardey Rad. Avocat
Ministre (1932-1933)
Député (1914-1919, 1951-1955)
Sénateur (1924-1941)
Président du Conseil Général
2001 en cours André Danos[2] PS Retraité de l'enseignement
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans.

Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[4],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 830 habitants, en diminution de -3,26 % par rapport à 2009 (Gers : 1,81 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1841 1846 1851 1856
600 621 770 871 881 1 016 964 933 931
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
877 840 891 890 882 847 750 753 723
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
714 661 551 583 519 539 552 501 553
1968 1975 1982 1990 1999 2007 2012 2014 -
572 642 671 773 743 809 824 830 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Villecomtal-sur-Arros dispose d'une école maternelle publique (40 élèves en 2013)[7] et d'une école élémentaire publique (66 élèves en 2013)[8].

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Santé[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Rugby à XV

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

Emploi[modifier | modifier le code]

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

L'usine Danone.

Villecomtal-Sur-Arros compte près de 850 habitants (estimation mairie juin 2006) et possède un pôle industriel et artisanal parmi les plus importants (en termes d'emplois) du département du Gers. Ainsi compte-t-on parmi ses unités les plus représentatives :

  • 1 unité de production laitière appartenant à la multinationale Danone et plus connue sous le nom de « Laiterie de Villecomtal » ;
  • 1 unité de production d'emballages pour produits laitiers « Graham Packaging Villecomtal » ;
  • 1 unité de découpe laser « Actilas-Actijet » ;
  • 1 unité de production de sièges « Ets Maestri Frères » ;
  • 1 unité de transformation de matières plastiques « Stradour Industries » ;
  • 1 unité de mécanique de précision « Ets Curdi ».

Elle dispose de nombreuses autres unités artisanales plus petites, ainsi qu'un ensemble de commerces et services tant publics que privés.

La laiterie « Villecontal » créée en 1956 par Léonce Salat et développée par Alain Fremont, est désormais la propriété de la multinationale Danone.

Elle représentait en 2005 :

  • 240 salariés permanents ;
  • 125000 tonnes de produits frais laitiers ;
  • 850 producteurs de lait ;
  • 135 millions de litres de lait collecté.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Porte.

L'église Saint-Jacques est un édifice du XIXe siècle dont les origines remontent au XIVe siècle. Son plafond est entièrement décoré.

Une porte d'enceinte, située au bord la route nationale 21, constitue le principal vestige du château des comtes de Pardiac.

Le Château de Betplan est remarquable par sa façade classique, ses toitures à forte pente et ses terrasses à balustres. Il se trouve à la sortie de Villecomtal, sur la route départementale 38.

Une ancienne maison bourgeoise du XIXe siècle, nichée au fond d'un parc, abrite le restaurant « Le rive droite ». George Sand, en son temps, fut conquise par le charme de ce site.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Victor Luro (1823-1903) : homme politique né et mort à Villecomtal-sur-Arros ;
  • Abel Gardey (1882-1957) : homme politique et ancien maire de Villecomtal-sur-Arros élu en 1930 ;
  • Louis Lafforgue (1892-1934) : homme politique né à Villecomtal-sur-Arros ;
  • Pierre Potier (1934-2006) : chimiste membre notamment de l'Académie des sciences, qui, s'il n'est pas né à Villecomtal, y avait ses origines familiales et y résidait très régulièrement depuis sa prime enfance jusqu'à son décès en 2006.

Vie locale[modifier | modifier le code]

Associations[modifier | modifier le code]

  • Amicale des Sapeurs Pompiers
  • Amitié Afrique Arros : Projet visant à améliorer les conditions de vie quotidienne en Afrique. En Afrique : Antenne locale de l'association, remise en état des pompes, bibliothèque, assistance scolaire. En France : collecte de fonds: vide-greniers, expositions, conférences, vidéos, repas, débats, cours de danse
  • ArrosEco : Association des commerçants, artisans et professions libérales de la communauté de communes des hautes Vallées de Gascogne[11].
  • Association des Retraités de la Laiterie de Villecomtal : Animations pour les anciens de la laiterie, voyages, sorties culturelles...
  • Ball Trap Villecomtal Arros (B.T.V.A.)
  • Cyclo-Club Villecomtal Val d'Arros
  • Fêtes de la Paix : Promotion d’une culture de la paix. organisation de la fête de la paix
  • Foyer Intercommunal du Val d'Arros (FIVA) : Le fiva est une association loi 1901 créée en 1970. Elle regroupe des activités sportives et culturelles. Les sections proposées sont : Couture, Bibliothèque, Cuisine, Danse Moderne, Danses Gasconnes, Échecs, Marche, Patois des Villages, Mémoire des villages, Tennis et Tir à l'arc
  • La Bulle des Arts : Echanges entre arts et artisanats toutes cultures
  • La Gaule Villecomtoise, AAPPMA (Association Agréée pour la Pêche et la Protection du Milieu Aquatique) de la vallée de l'Arros, dont les premiers statuts remontent au 12 décembre 1932, s'occupe de la gestion piscicole et halieutique au sein des différents territoires lui afférant le long de la rivière Arros et dans les limites du département du Gers, à savoir: Beccas, Betplan, Blousson-Sérian, Cazaux-Villecomtal, Haget, Laguian-Mazous, Malabat, Montégut-Arros, Sembouès, Troncens, Villecomtal-sur-Arros.
  • Les Fils d'Argent
  • Les Mousquetaires de l'Astarac : Rassemblement des écoles de rugby de Miélan, Mirande et Villecomtal
  • Régie Rurale des Services en Pays Val d'Adour : Association d'insertion par l'activité économique
  • S.V.A. Rugby

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]