Accident ferroviaire d'Eckwersheim

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Accident ferroviaire d'Eckwersheim
Relevage de la motrice TGV Dasye 29787 (rame 744), tombée dans le canal, à la suite du déraillement.
Relevage de la motrice TGV Dasye 29787 (rame 744), tombée dans le canal, à la suite du déraillement.
Caractéristiques de l'accident
Date
Type Déraillement (renversement en courbe)
Causes enquête en cours
Site Eckwersheim, France
Coordonnées 48° 41′ 24″ nord, 7° 42′ 17″ est
Caractéristiques de l'appareil
Type d'appareil TGV Dasye
Compagnie SNCF
Phase tests ferroviaires
Passagers 53
Morts 11
Blessés 42
Survivants 42

Géolocalisation sur la carte : Bas-Rhin

(Voir situation sur carte : Bas-Rhin)
Accident ferroviaire d'Eckwersheim

Géolocalisation sur la carte : Alsace

(Voir situation sur carte : Alsace)
Accident ferroviaire d'Eckwersheim

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Accident ferroviaire d'Eckwersheim

L’accident ferroviaire d'Eckwersheim est un déraillement (de type renversement) survenu sur la ligne à grande vitesse (LGV) Est européenne le à Eckwersheim, près de la gare de Vendenheim, à une dizaine de kilomètres au nord de Strasbourg, dans le Bas-Rhin.

L'accident implique une rame TGV spéciale qui circulait pour réaliser des essais d'homologation du deuxième tronçon de cette nouvelle ligne. Ces essais étaient encadrés par Systra, société d'ingénierie ferroviaire. Le train transportait cinquante-trois personnes, des cheminots et des invités (parmi lesquels on comptait des enfants), dont onze ont été tués ou gravement blessés. Avant cet accident, d'autres déraillements de TGV ont eu lieu en France, qui n'ont tout au plus provoqué que des blessures légères. Le déraillement de cette rame est ainsi le premier à causer des morts et des blessures graves.

La rame réalisait pour la première fois cet essai en survitesse à ce point de la ligne. Les systèmes de contrôle automatique (TVM-430 et ERTMS) de la vitesse avaient été désactivés. Deux minutes avant de dérailler, la rame circulait à 360 km/h, c'est-à-dire au-dessus de la vitesse maximale pour laquelle le matériel d'Alstom avait été testé (350 km/h)[1].

Une vitesse excessive serait à l'origine du déraillement. Le train a quitté la voie à une vitesse qui serait supérieure de près de 70 km/h à celle qu'il aurait dû avoir dans la courbe où s'est produit l'accident. D'après le bureau d'enquêtes sur les accidents de transport terrestre (BEA-TT), il avait été prévu ce jour-là d'aller à une vitesse cible de 360 km/h, supérieure à la vitesse commerciale de la ligne (320 km/h) majorée de 10 % soit 352 km/h[2].

Déroulement[modifier | modifier le code]

Déraillement[modifier | modifier le code]

Le , une rame TGV aménagée pour réaliser des essais déraille alors qu'elle se trouve sur le territoire de la commune d'Eckwersheim, près de Strasbourg[3],[4],[5], aux alentours de 15 h[6].

La rame Dasye 744[7] testait le second tronçon de la ligne à grande vitesse Paris – Strasbourg, non encore ouvert au service commercial. Lors d'une marche d'essai en sens banalisé (ou impair) sur la voie de droite en direction de Strasbourg (voie 2), l'accident est survenu au PK 404,0 de la ligne, à proximité des viaducs du canal de la Marne au Rhin, dans une courbe[Note 1] praticable à 160 km/h[8] permettant le raccordement avec les lignes classiques et la gare de Vendenheim[9]. Selon le conducteur, le train circulait à 176 km/h[Note 2], la vitesse assignée par le plan de route sur ce tronçon[10]. L'enquête interne de la SNCF révèlera une entrée en courbe à une vitesse de 265 km/h[8], supérieure à la vitesse de renversement de la rame.

Sous l'effet centrifuge des forces d'inertie, la rame articulée de huit voitures duplex aurait basculé puis déraillé. La rame a ensuite dévalé le talus et traversé le canal. Les différentes voitures se sont dispersées dans l'espace entre les deux voies tandis que la motrice de queue s'est immobilisée dans le canal[4],[11],[12]. L'arrière de la motrice de tête a également déraillé puis s'est disloqué en brisant le parapet en béton du pont. Le bogie arrière s'est encastré dans la poutre gauche du pont contre laquelle la motrice a ripé avant de finir sa course 150 m après le pont[8]. L'huile du transformateur s'est dispersée et a pris feu[4],[13].

La rame avait à son bord cinquante-trois personnes, dont des techniciens de la SNCF (certains travaillant ce jour-là, d'autres en week-end) et des personnes invitées à assister à des pointes de vitesses : collègues, parents, compagnons, amis, proches et quatre enfants[14],[15].

La ministre de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie, Ségolène Royal, et le secrétaire d’État chargé des Transports, de la Mer et de la Pêche, Alain Vidalies, se sont rendus sur place dans les heures suivant l'accident[6], ainsi que Guillaume Pepy, président de la SNCF et de SNCF Mobilités, et Jacques Rapoport, président de SNCF Réseau[16].

Secours[modifier | modifier le code]

Peu avant 17 h 45, le dispositif plan rouge est déclenché. Le SAMU, le Service départemental d'incendie et de secours du Bas-Rhin (SDIS67) et cent gendarmes sont mobilisés[17]. Une centaine de secouristes d'associations de secours à personnes, comme la Croix-Rouge et la Protection civile, sont également dépêchés sur place[18].

Les blessés légers ainsi que les rescapés et les témoins psychologiquement atteints ont été accueillis dans l'école d'Eckwersheim par des secouristes de la Croix-Rouge et de la Protection civile[18].

Un poste de commandement a été installé près du lieu de l'accident pour prendre en charge les blessés graves[18].

Au total, les interventions menées par les services de secours ont duré plus de 30 heures, au cours desquelles 291 pompiers, provenant de toutes les casernes du Bas-Rhin mais aussi de la Moselle et du Haut-Rhin, ont été mobilisés. Le cout des opérations est estimé à 100 000 euros[19].

Bilan[modifier | modifier le code]

Cérémonie d’hommage aux victimes en gare de Strasbourg, le 16 novembre 2015 (les corps des victimes ne sont alors pas encore tous retrouvés).

Le train a déraillé (et l'huile contenue dans le transformateur de la motrice de tête a pris feu, ce dernier ayant percuté le parapet du viaduc), avant de tomber dans le canal de la Marne au Rhin (où la motrice de queue a terminé sa course)[3],[15]. Onze personnes ont été tuées : quatre agents de la SNCF, y compris le directeur du projet de la ligne à grande vitesse, cinq techniciens experts de Systra, l'entreprise d'ingénierie qui supervisait les essais ainsi que deux personnes invitées ont trouvé la mort dans l'accident[20]. Il y a en outre quarante-deux blessés, dont quatre sont dans un état grave ; les quatre mineurs à bord n'ont été que légèrement blessés[21].

Avant cet accident, d'autres déraillements de TGV ont eu lieu en France. Ces derniers n'ont tout au plus provoqué que des blessures légères. Le déraillement de cette rame est ainsi le premier accident de l'histoire du TGV à causer des morts et des blessures graves sans cause extérieure connue[22].

Causes[modifier | modifier le code]

Trois enquêtes ont été diligentées : une enquête judiciaire, une enquête confiée au bureau d'enquêtes sur les accidents de transport terrestre (BEA-TT), organisme chargé d'enquêter sur les accidents ferroviaires en France, et une enquête interne à la SNCF[8],[23].

Le boîtier ATESS (« boîte noire », acquisition et traitement des évènements de sécurité en statique) sera trouvé sans son scellé et parfaitement accessible[8],[24]. Or, c'est à partir de ce boîtier que l'on peut déterminer la vitesse du train, sa position selon sa vitesse, ainsi que toutes les instructions de pilotage et de freinage. De plus, lors d'une réunion organisée par la SNCF, Systra et le BEA-TT pour informer les familles, il apparaît qu'aucune de ces institutions n'est en mesure de préciser à quel point kilométrique réel correspond le point kilométrique zéro d'enregistrement ATESS, dont dépend pourtant toute affirmation relative à la position du train et à sa vitesse[25].

Plusieurs hypothèses ont été établies :

  • une arrivée beaucoup trop rapide au raccordement de Vendenheim qui marque la fin de ligne à grande vitesse[26][réf. insuffisante]. Pour permettre les essais de survitesse demandés pour tester la nouvelle ligne, les systèmes de contrôle embarqués TVM-430 et ERTMS sont désactivés dans la rame d'essai. LE BEA-TT met en doute la nécessité de faire un balayage exhaustif en survitesse[27]. le BEA-TT remarque[27] que la marche du 14 novembre 2015 prévoyait d'aller au-delà de la survitesse de +10 % — par rapport à la vitesse de conception de la ligne — exigée pour une homologation (360 km/h au lieu de 352 km/h). Il faut ainsi distinguer l'arrivée trop rapide pour des raisons de consignes et prévisions dangereuses[28] respectées et celle pour des raisons d'erreur de conduite.
  • une défaillance mécanique soit sur la voie (rail cassé, objet étranger, affaissement de voie), soit sur la rame (rupture d'une roue, perte de freinage, rupture d'une boite d'essieu sous l'effet des échauffements dus aux nombreux freinages le 14 novembre[29]). Il y a déjà eu par le passé des accidents dus à un rail cassé ou un affaissement de voie, mais cela n'avait provoqué qu'un déraillement partiel[30]. L'hypothèse d'une défaillance technique avant l'arrivée dans la courbe pourrait être étayée par certains témoignages selon lesquels le train émettait déjà de la fumée avant de dérailler[31] ;
  • un acte malveillant. Cependant, l'hypothèse d'un sabotage est exclue avant toute enquête par la ministre de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie, Ségolène Royal[32], en déplacement sur le site. Cette hypothèse figure parmi celles considérées par le procureur-adjoint du parquet de Strasbourg, Alexandre Chevrier, mais elle demeure secondaire, faute d'avoir suffisamment d'éléments pour l'étayer ;
  • dans leur rapport d'étape, les experts judiciaires évoquent la dangerosité du tracé de la ligne[33].

Au début de l'enquête, ledit procureur-adjoint a fait savoir qu'aucune hypothèse n'était écartée, que ce soit attentat, malveillance ou problème technique[34].

L'enquête interne immédiate de la SNCF[8] affirme cependant que l'accident aurait été provoqué par une vitesse excessive en courbe, comme l'a fait savoir le président de la SNCF le . Celui-ci a indiqué que l'enquête interne à la SNCF a montré qu'au moment de l'accident, le train roulait à 243 km/h au lieu de 176 km/h, vitesse définie pour l'essai, et que « cette vitesse inadaptée pourrait être la conséquence d'un freinage tardif » (à l'entrée de la zone de l'accident, la rame roulait à 265 km/h, là où sa vitesse aurait dû également n'être que de 176 km/h). La présence de sept personnes dans la cabine de conduite a également été relevée ; elle pourrait avoir contribué à un manque d'attention du conducteur[35],[36].

Le 8 février 2016, le bureau d'enquêtes sur les accidents de transport terrestre (BEA-TT) a affirmé que « la vitesse très excessive de la rame d’essai est la cause unique de son déraillement »[27]. Le bureau faisait reposer cependant cette affirmation sur un calcul qu'il a reconnu ensuite être encore approximatif[37] et reconnaît que « La connaissance de cette cause [vitesse excessive] n’exclut pas a priori qu’il puisse y avoir d’autres causes de déraillement d’un train »[37]. L'enquête du BEA-TT a révélé que dans la courbe limitée à 176 km/h en amont de l’accident, le train circulait à la vitesse de 265 km/h. Au point de déraillement situé 200 mètres plus loin, le train circulait encore à 243 km/h. Le freinage se serait révélé trop tardif d'environ douze secondes. Le BEA-TT indique également que les causes de ce freinage tardif apparaissent « multiples » et ne sont « pas encore complètement établies ». Toutefois les éléments de l'enquête du BEA-TT « ne permettent pas a priori de remettre en cause le sérieux » du personnel chargé de l’exécution des essais « ni de mettre en évidence que la présence d’invités à bord de la rame ait pu jouer un rôle significatif dans l’accident »[38]. Le BEA-TT suggère néanmoins qu'il y aurait eu une interprétation littérale des principes d'homologation[27] mettant ainsi en cause la pertinence de ces principes ou l'interprétation de ces principes.

Le rôle du Centre d'ingénierie du matériel[modifier | modifier le code]

En octobre 2015, le cadre traction ne souhaitait pas dépasser la vitesse de 352 km/h (c'est-à-dire 320 km/h + 10 %). Il reçoit néanmoins un mail du Centre d'ingénierie du matériel (CIM) invitant les équipes de conduite à élever la vitesse cible minimale à 360 km/h[33].

Trois mois plus tard, le 15 janvier 2016, le CIM remet un rapport intitulé Simulation du comportement dynamique. Déraillement TGV Eckwersheim aux enquêteurs du BEA-TT[39] et émet un avis sur les causes du déraillement. L'auteur du rapport suggère qu'une réduction de la vitesse de l'ordre de 15 à 20 km/h aurait pu éviter le déraillement.

Des victimes craignent que le CIM soit à la fois juge et partie, à la fois acteur dans la détermination de vitesses ayant conduit au déraillement et se substituant au travail des experts techniques du BEA-TT[40].

Aspects techniques[modifier | modifier le code]

Détermination des vitesses[modifier | modifier le code]

Les différentes vitesses Valeurs Autres dénominations
Vitesse commerciale maximale de la rame TGV 320 km/h Vmax nominale
Vitesse maximale à laquelle Alstom a effectivement testé la rame TGV (pour les séries Dasye et Euroduplex) 350 km/h
Vitesse commerciale maximale de la LGV Paris – Strasbourg 320 km/h Vmax de conception
Vitesse minimale à atteindre pour homologuer les portions de voie qui seront parcourues à 320km/h en usage commercial (selon les prescriptions du référentiel IN-3279) 352 km/h Vitesse cible
Vitesse minimale à atteindre et effectivement prescrite le jour du déraillement sur la base d'un courrier du Centre d'ingénierie du matériel 360 km/h Vitesse cible
Plus haute vitesse atteinte le selon l'enregistreur de bord (ATESS) 362 km/h
Vitesse commerciale maximale dans la courbe de Vendenheim (voie 2) 160 km/h
Vitesse minimale à atteindre dans la courbe de Vendenheim pour pouvoir l'homologuer 176 km/h
Vitesse commerciale maximale immédiatement après la courbe de Vendenheim pour une circulation dans le sens Strasbourg – Paris[41] 270 km/h
Vitesse commerciale maximale immédiatement avant la courbe de Vendenheim pour une circulation dans le sens Paris – Strasbourg[41] 170 km/h
Vitesse minimale prescrite immédiatement avant la courbe de Vendenheim pour une circulation dans le sens Paris – Strasbourg[39] 330 km/h
Vitesse de la rame au point du déraillement déclarée par le conducteur aux enquêteurs 176 km/h
Vitesse enregistrée par l'enregistreur de bord (ATESS) au point du déraillement[8],[39] 243 km/h
Vitesse enregistrée par l'enregistreur de bord (JRU) au point du déraillement inconnue
Vitesse à ne pas dépasser lors des essais dynamiques en survitesse (selon les prescriptions du référentiel IN-3279) aucune
Vitesse physiquement indépassable dans la courbe de Vendenheim selon le BEA-TT (aidé du CIM)[39] 235 km/h
Vitesse physiquement indépassable dans la courbe de Vendenheim selon les experts judiciaires (aidés d'Alstom) 230 km/h
Vitesse physiquement indépassable dans la courbe de Vendenheim selon le CIM[39] entre 223 et 228 km/h
Vitesse physiquement indépassable selon Pierre Verzat, directeur de Systra 220 km/h

Médiatisation[modifier | modifier le code]

Malgré le nombre important de victimes, cet accident, le plus meurtrier impliquant une rame de TGV en France, est passé au second plan médiatique en raison des attentats terroristes survenus la veille dans l'agglomération parisienne, tuant 130 personnes.

Les sources d'un article du Parisien du 5 mars 2016[42] trahissent le secret de l'instruction en dévoilant illégalement des extraits de déposition contenus dans le dossier judiciaire[43]. Cet article suggère que le freinage tardif aurait été causé par une décision du cadre transport traction (CTT).

Le , le Parisien[44] révèle que lors d’une marche d'essai effectuée le (trois jours avant l'accident, avec déjà des invités à son bord[45]), l'équipe d'essai avait manifesté des difficultés à respecter la vitesse consigne au PK 400[Note 3] (franchi à 297,9 km/h pour une vitesse de référence de 230 km/h) sur la voie no 1 (l'accident ayant eu lieu sur la voie no 2) ; toutefois, l'incident n'a pas eu de conséquences sur la vitesse d'entrée en courbe[Note 4]. Ce même article du Parisien rapporte les propos du CTT selon lesquels il aurait prévenu par écrit sa hiérarchie plusieurs semaines avant l'accident[44].

Le rapport d'étape produit par les deux experts mandatés par la justice[46] indiquerait que « La mise en œuvre des consignes de freinage prévues dans les documents examinés conduisait à faire entrer le train dans la courbe de 945 m de rayon à une vitesse supérieure à celle du basculement » pointant du doigt une erreur de calcul dans la feuille de route. Le début du freinage était spécifié au PK 401 alors qu'il aurait dû se situer un kilomètre plus tôt. Cette erreur aurait été aggravée par l'initiative du CTT qui aurait décidé de repousser le freinage d'un kilomètre supplémentaire. En effet ce cadre aurait jugé, sur la base de l'essai réalisé dans la matinée, que le train disposait d'une marge de sécurité suffisante. Il n'avait pas conscience que le freinage du matin avait en fait débuté 2,5 km plus tôt que ce que prévoyait la feuille de route[46].

Un jardin du souvenir et une stèle commémorative ont été aménagés sur le site de l'accident. Une cérémonie de recueillement s'y déroule le en présence de Guillaume Pepy (président de SNCF Mobilités et du directoire de la SNCF) et de Patrick Jeantet (président de SNCF Réseau et vice-président du directoire de la SNCF)[47].

Conséquences[modifier | modifier le code]

L'ouverture du second tronçon de la ligne à grande vitesse Est européenne, entre Baudrecourt et Vendenheim, a été retardée à la suite de l'accident. Elle entre en service avec trois mois de retard le , au lieu du , date initialement prévue[48]. La ligne est dans un premier temps ouverte dans des conditions temporaires. La voie accidentée étant sous scellés judiciaires, les trains circulent d'abord sur une seule voie entre Steinbourg et le raccordement de Vendenheim (environ 27 km). Durant cette période, Jacques Rapoport, président de SNCF Réseau, a indiqué que « le gain de temps ne sera pas tout à fait à la hauteur des 30 minutes »[49],[50].

Les essais dynamiques sur la ligne ont repris le . Un nouveau protocole avec activation du système automatique de contrôle de vitesse est mis en place. La portion de ligne endommagée lors de l'accident, toujours sous scellés judiciaires, est exclue des essais[51]. Pour mener ces essais, la rame Dasye 749 a été spécialement équipée d'instruments de mesure par le technicentre Est européen de Pantin. Le tronçon est homologué pour une vitesse commerciale de 300 km/h contre 320 avant l’accident.

La SNCF organise le [52] une réunion avec les familles des victimes de l'accident afin d'éclaircir les circonstances dans lesquelles il est survenu et aborder le problème de l'indemnisation des victimes. Le président de la SNCF, Guillaume Pepy, a déclaré que tous les passagers (cheminots et invités) seront indemnisés de la même manière[53],[54].

Le conducteur de la rame et le « cadre transport traction », tous deux employés de la SNCF, ainsi que le « pilote traction », employé de Systra, sont mis en examen dans le cadre de l'enquête le [55].

La voie accidentée est ouverte au service commercial le [56] bien avant que les experts judiciaires ne remettent leur rapport d'expertise au juge d'instruction (rapport attendu pour mai 2017).

Pratique des invitations[modifier | modifier le code]

Durant toute la campagne d'essais, un grand nombre d'invitations ont été lancées par SYSTRA et par la SNCF. Il existait un règlement intérieur encadrant officiellement ces invitations de personnes étrangères aux essais[33].

Bien que, après avoir pris connaissance des premiers constats de l'enquête interne SNCF, Guillaume Pepy ait interdit la pratique d'inviter des proches ou des personnes extérieures aux essais[57], le rapport remis par André-Claude Lacoste et Jean-Luc Wybo à la SNCF conseille de limiter cette interdiction aux marches en survitesse, et de réserver une voiture aux personnes extérieures qui pourraient être invitées lors d'essais ultérieurs[58].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Courbe de rayon théorique de 945 m, d'un dévers de 163 mm et en pente de 2,5 . Le train a déraillé environ 200 m après son entrée dans la courbe et 200 m avant le pont (le parapet se situe au PK 404.209, 10 m avant le pont métallique).
  2. 160 km/h + 10 %.
  3. 4 km avant la courbe de l'accident.
  4. le PK 403 a été franchi à 173,2 km/h, soit avec une survitesse inférieure à 10 % par rapport aux 160 km/h requis en courbe.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Le train était-il testé pour dépasser 350km/h ? », sur accident-tgv.com (site sur l'accident de TGV du 14 novembre 2015), (consulté le 9 février 2017).
  2. « Note d'étape du BEA-TT », La vitesse maximale avait été portée à 360 km/h afin de pouvoir tenir en tout point la vitesse de 352 km/h requise par le référentiel d’homologation. [la vitesse nominale (ou commerciale) était de 330 km/h] [PDF], (consulté le 14 mai 2016).
  3. a et b (en) « French TGV high-speed train derails near Strasbourg », sur BBC News, (consulté le 14 novembre 2015).
  4. a, b et c (en) « French High-Speed Train Derails Close To German Border », sur NPR.org, (consulté le 14 novembre 2015).
  5. (en) Kevin Rawlinson, « Ten dead in Strasbourg train crash, reports say », sur the Guardian, (consulté le 14 novembre 2015).
  6. a et b « Déraillement à Eckwersheim », sur www.elysee.fr, https://plus.google.com/101228679424639151504 (consulté le 15 novembre 2015).
  7. Jean-Claude MONS, « Rame TGV 744 équipée pour essais LGV Est », sur vuesurlavoie.com, (consulté le 16 novembre 2015) : « La rame TGV Dasye 744, équipée pour effectuer les essais d'homologation de la phase 2 de la LGV Est, et spécialement décorée pour l'occasion, va quitter Paris-Est pour une nouvelle campagne de mesures. ».
  8. a, b, c, d, e, f et g « Rapport d'enquête immédiate » sur le déraillement de la rame TGV Dasye 744 effectuant la marche d'essais no 814521 [PDF].
  9. Infographie de la SNCF [image] (consultée le 15 novembre 2015).
  10. Le train ne roulait qu'à 176 km/h, pas de mineurs tués.
  11. (en) « At least 10 killed as train derails during testing in eastern France », sur www.trust.org, (consulté le 14 novembre 2015).
  12. (en) Jen Mills, « 'Five dead' after French train derails and smashes into a canal », sur Metro.co.uk, (consulté le 14 novembre 2015).
  13. (en) « Train derails in France after more extremist Twitter threats », sur Dailystar.co.uk, (consulté le 14 novembre 2015).
  14. Accident de TGV : des enfants étaient bien à bord.
  15. a et b « Accident de la rame d'essai de TGV : 10 morts, douze blessés graves, cinq personnes recherchées, numéro vert mis en place », sur www.dna.fr, (consulté le 14 novembre 2015).
  16. « Une rame d'essai TGV déraille à Eckwersheim : 10 morts, 40 blessés », sur www.lalsace.fr, (consulté le 15 novembre 2015).
  17. « Déraillement de TGV en Alsace : Dix morts et douze blessés en urgence absolue… », sur 20minutes.fr, (consulté le 15 novembre 2015).
  18. a, b et c « Déraillement d’un TGV près de Strasbourg : l’école du village transformée en hôpital de campagne », sur France Bleu (consulté le 15 novembre 2015).
  19. « Plus de 30 heures d’opérations », article des DNA du .
  20. « RETRO 2015 - Un TGV déraille à Eckwersheim, 11 personnes décèdent », sur France Bleu (consulté le 1er janvier 2016)
  21. « Accident de TGV à Strasbourg : le conducteur nie tout excès de vitesse », sur Le Figaro (consulté le 16 novembre 2015).
  22. « Le premier déraillement mortel de l'histoire du TGV », sur Le Figaro, (consulté le 14 novembre 2015).
  23. « Déraillement d'un TGV d'essai près de Strasbourg », sur sncf.com, (consulté le 16 novembre 2015) : « Trois enquêtes sont en cours : l’enquête judiciaire, celle du Bureau enquête accident et celle interne à SNCF. »
  24. Chappa, « Boite noire sans scellé et cheminots affirmant « gommer leurs petites erreurs » », sur L'accident de TGV du 14 novembre 2015, Eckwersheim, (consulté le 31 août 2016).
  25. « Compte rendu de la réunion du 5 mars 2016 » (consulté le 14 mai 2016).
  26. (en) « At least 5 killed in French high-speed train test: police », sur afp.com (consulté le 15 novembre 2015).
  27. a, b, c et d « note d'étape », .
  28. Victimes du TGV de l'accident d'Eckwersheim, « Des prévisions déjà risquées ? », sur L'accident de TGV du 14 novembre 2015, Eckwersheim, (consulté le 31 août 2016).
  29. Chappa, « En survitesse, freiner produit beaucoup de chaleur », sur L'accident de TGV du 14 novembre 2015, Eckwersheim, (consulté le 31 août 2016).
  30. « Dramatique accident de TGV : 11 morts, 39 blessés dont des enfants - France 3 Alsace », sur France 3 Alsace (consulté le 15 novembre 2015).
  31. Chappa, « Une fumée bien avant de dérailler ? », sur L'accident de TGV du 14 novembre 2015, Eckwersheim, (consulté le 31 août 2016).
  32. « Dix morts dans le déraillement en Alsace d'une rame TGV d'essai », sur ladepeche.fr, (consulté le 14 novembre 2015).
  33. a, b et c Irma Afnani, « Le traitement médiatique du déraillement du TGV : la fabrique de l'opinion publique », Club de Mediapart,‎ (lire en ligne)
  34. « Accident du TGV d’essai : le conducteur entendu, aucune piste » (consulté le 17 novembre 2015).
  35. « Un freinage tardif à l'origine de l'accident du train qui a déraillé à 243 km/h », sur dna.fr, (consulté le 19 novembre 2015).
  36. « Accident du TGV : la vitesse en cause », sur lacroix.com, (consulté le 19 novembre 2015).
  37. a et b « Le BEA-TT reconnaît avoir surestimé la vitesse de bascule en courbe serrée », sur accident-tgv.com.
  38. « L’enquête confirme une vitesse très excessive », article des DNA du 9 février 2016.
  39. a, b, c, d et e Jean Panhaleux, Bruno Cozzi, Rapport d'enquête technique sur le déraillement d'une rame TGV lors d'une marche d'essai sur la LGV Est-Européenne le 14 novembre 2015 à Eckwersheim (67) (lire en ligne), =.
  40. Chappa, « Lettre ouverte au BEA-TT », sur L'accident de TGV du 14 novembre 2015, Eckwersheim, (consulté le 13 août 2017).
  41. a et b Schéma de signalisation, Steinbourg poste 32 - type SEI, ligne à grande vitesse est-européenne, 2ème phase, SNCF, direction ingénierie et projets, .
  42. Vincent Vérier, « Accident du TGV Est : une erreur humaine et tragique », sur leparisien.fr, article du 5 mars 2016 (consulté le 29 mars 2016).
  43. Art, « Le rapport de la SNCF aux médias et la violation du secret de l’instruction », sur L'accident de TGV du 14 novembre 2015, Eckwersheim (consulté le 29 mars 2016)
  44. a et b Vincent Vérier, « TGV Est : un essai à risque mené trois jours avant le drame », sur leparisien.fr, article du 25 juillet 2016 (consulté le 29 juillet 2016).
  45. « Réactions aux nouvelles révélations du Parisien », sur accident-tgv.com, (consulté le 1er août 2016)
  46. a et b Le Parisien : TGV Est : des erreurs de calcul à l'origine du déraillement
  47. « Recueillement », article des DNA du .
  48. « Strasbourg bientôt à pleine vitesse avec la LGV Est », sur la-croix.com (consulté le 31 janvier 2016).
  49. « La LGV Est-Européenne entre Paris et Strasbourg sera mise en service le 3 juillet », sur ladepeche.fr, (consulté le 31 janvier 2016).
  50. « La SNCF reporte la mise en service de la LGV Est-Européenne au 3 juillet », sur usinenouvelle.com, (consulté le 31 janvier 2016).
  51. « Finalisation des essais dynamiques à partir du 29 février », sur Dernières Nouvelles d'Alsace, 25 février 2016.
  52. Compte-rendu de la réunion du 5 mars 2016 (organisée par la SNCF), sur accident-tgv.com, consulté le 14 mai 2016.
  53. « Accident de TGV d'Eckwersheim : quatre mois après le drame, première réunion entre les victimes et la SNCF », sur franceinfo.fr, (consulté le 5 mars 2016).
  54. « La SNCF a reçu les familles », article des DNA du 6 mars 2016.
  55. « SNCF et Systra : trois mises en examen », article des DNA du 20 octobre 2016.
  56. « Demain, Paris plus proche », article des DNA du 10 décembre 2016.
  57. « Les déclarations de Guillaume Pepy et Jacques Rapoport », sur sncf.com, (consulté le 14 novembre 2016).
  58. André-Claude Lacoste et Jean-Luc Wybo, « Réflexions sur la sécurité de l’organisation d’essais ferroviaires à grande vitesse » [PDF].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]