Beaulieu (Hérault)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Beaulieu.
Beaulieu
Chapelle Notre-Dame-de-la-Pitié de Beaulieu
Chapelle Notre-Dame-de-la-Pitié de Beaulieu
Blason de Beaulieu
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Hérault
Arrondissement Montpellier
Canton Le Crès
Intercommunalité Montpellier Méditerranée Métropole
Maire
Mandat
Arnaud Moynier
2014-2020
Code postal 34160
Code commune 34027
Démographie
Gentilé Beaulieurois, Beaulieuroise
Population
municipale
1 724 hab. (2015 en augmentation de 1,53 % par rapport à 2010)
Densité 223 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 43′ 43″ nord, 4° 01′ 19″ est
Altitude Min. 47 m
Max. 105 m
Superficie 7,73 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Hérault

Voir sur la carte administrative de l'Hérault
City locator 14.svg
Beaulieu

Géolocalisation sur la carte : Hérault

Voir sur la carte topographique de l'Hérault
City locator 14.svg
Beaulieu

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Beaulieu

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Beaulieu
Liens
Site web http://www.mairiedebeaulieu.fr

Beaulieu (en occitan : Bello Loco, ou Belloc) est une commune française située dans le département de l'Hérault en région Occitanie.

Situé à l'est du département, entre Montpellier (16km) et Nîmes (33km), et à 27km des stations balnéaires (La Grande Motte et Carnon), ce village viticole traversé par la Via Domitia est réputé dans la région pour ses pierres extraites dans les carrières, sur le plateau du Regagnat, au sud de la commune. La commune fait partie du Montpellier Méditerranée Métropole et de l'association Alliance des Beaulieu de France et de tout pays.

Ses habitants sont appelés les Beaulieurois et les Beaulieuroises. Ils sont égalements surnommés les Manges-Agasses (Li Manjo-Agasso en occitan), qui signifie les Mangeurs de Pie.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Beaulieu vient du latin "bellus locus", "lieu beau", endroit agréable à habiter.
De nombreuses communes portent ce nom unique. Pour éviter les confusions , on indique le département entre parenthèses: ce sont Beaulieu (Hérault), Beaulieu (Ardèche), Beaulieu (Côte-d'Or), Beaulieu (Cantal), Beaulieu (Indre), Beaulieu (Isère), Beaulieu (Haute-Loire), Beaulieu (Nièvre), Beaulieu (Orne), Beaulieu (Puy-de-Dôme). Certaines communes ont adjoint, pour se différencier, un mot indiquant leur situation: Beaulieu-sur-Dordogne, Beaulieu-sur-Mer, Beaulieu-sur-Loire, Beaulieu-sur-Layon, Beaulieu-sous-la-Roche, Beaulieu-les-Fontaines, Beaulieu-sur-Sonnette, Beaulieu-sur-Oudon, Beaulieu-en-Argonne, Beaulieu-lès-Loches, Beaulieu-sous-Parthenay.
La gentilé des habitants de Beaulieu est très variée: Beaulieusard, Beaulieurois, Bellilocien, Bellieurain, Bellilocois, Belliloquois, Belliloqueteux, Belliquière, Berlugan, Beloudonien.

Géographie[modifier | modifier le code]

Carte

Localisation[modifier | modifier le code]

Beaulieu est située sur une colline de calcaire, s'étend sur des plaines et des coteaux arborés ou cultivés (vigne) au nord et au sud-ouest de la commune, elle est boisée par la garrigue au sud ainsi qu'une petite partie au nord par le Bois du Peillou. La commune située dans l'arrière pays montpelliérain, est à une demi-heure de la Méditerranée et du Pic Saint-Loup, à moins d'une heure des hauteurs cévenoles, à 5 minutes des communes de Sommières et Castries, à 20 minutes de Montpellier et à une demi-heure de Nîmes.


Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Beaulieu est limistrophe de huit communes, toutes situées dans l'Hérault :

Rose des vents Saint-Jean-de-Cornies Saint-Hilaire-de-Beauvoir
Saussines
Boisseron par un quadripoint Rose des vents
Saint-Drézéry N Restinclières
O    Beaulieu    E
S
Sussargues Saint-Geniès-des-Mourgues Restinclières

Saint-Drézéry (3km) à l'ouest, Saint-Jean-de-Cornies (3km) au nord-ouest, Saint-Hilaire-de-Beauvoir (3km) et Saussines (4km) au nord, Boisseron (5km) par un quadripoint au nord-est, et collée à Restinclières à l'est et sud-est, Saint-Geniès-des-Mourgues (3km) au sud et Sussargues (2km) au sud-ouest. Cette dernière est naturellement délimitée par le cours d'eau du Bérange.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Trois cours d'eau sont situés dans la commune :

  • Le Bérange
  • Le ruisseau du Mas de Lauriol
  • Le ruisseau de la Gendarme.

Accès et transports[modifier | modifier le code]

Elle est desservie par la route nationale RN110 (déclassée en RD610) qui relie Montpellier à Alès, par la D120 qui relie Sussargues à Campagne et est traversée par la D118, reliant Saint-Drézéry à Saturargues.

Deux lignes de bus desservent Beaulieu : La ligne 112 et la ligne 105, tout les deux à destination de Castelnau-le-Lez (Arrêt Notre-Dame-De-Sablassou, liée à la ligne (2) du tramway de Montpellier), passant par le collège Les Pins de Castries. Un bus scolaire dessert aussi Beaulieu à destination des lycées Victor Hugo et Louis Feuillade de Lunel.

Toponymie[modifier | modifier le code]

L'ancien village s'appelait Aissadanègues, et jouxtait un village du nom de Beaulieu, qui se situait près de la Chapelle Notre-Dame-de-la-Pitié de Beaulieu. Lorsque le « Beaulieu primitif », trop éloigné du château, fut abandonné, Aissadanègues reprit à son compte le nom de Beaulieu, attesté sous les formes de Bello Loco en 1194, de Belluoc en 1209, Beaulieu en 1526[1].

Le nom provient du latin bellus locus, fidèlement traduit en « beau lieu », c'est-à-dire « bel endroit, beau site ».

Histoire[modifier | modifier le code]

Anciennement appelé Belloc au XVIIème siècle, Beaulieu, juché sur un plateau calcaire à 100 mètres d'altitude, s'est implanté autour de son château datant du XIIème siècle. Il reste en même temps très attaché à sa chapelle romane. Petit village qui vivra durant des siècles essentiellement d'agriculture dans la plaine agricole du nord (vigne, céréale, pastoralisme...) et de l'extraction de la pierre dans ses carrières au sud. Le village s'autosuffisait avec ses nombreux commerçants et artisans comme le maréchal-ferrant, bourrelier, charron, etc. Dans les dernières décennies du XXème siècle, sa population croît fortement et se tourne résolument vers la métropole de Montpellier.

Les habitants de Beaulieu ont pour surnom les Manges-Agasses (en occitan: Li Manjo-Agasso), qui signifie Les Mangeurs de Pie. L'origine de ce surnom survient à une période de diète auquel les Beaulieurois et le village voisin de Restinclières se disputèrent un chêne entre les deux communes abritant un nid de pies. Les Beaulieurois ont finis par obtenir leurs sésame, tandis que les Restinclièrois seront surnommé suite à cette histoire Li Rasclet, signifiant Les fauchés.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Depuis le début du XXe siècle, 10 maires se sont succédé.

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2008 en cours Arnaud MOYNIER UMP puis LR Cadre supérieur
1995 2008 Claudette LE FAOU PS  
1983 1995 Pierre VOLLE PS  
1965 1983 Henri VIANES   Viticulteur
1959 1965 André MARTINIER   Viticulteur
1947 1959 Gustave JULIAN   Viticulteur
1944 1947 Paul GRASSET    
1935 1944 Barthélémy COUDEYRE   Viticulteur
1929 1935 Jean FERRIER   Viticulteur
1904 1929 Jean THOUZELLIER   Viticulteur
Les données manquantes sont à compléter.

Jumelage[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[3].

En 2015, la commune comptait 1 724 habitants[Note 1], en augmentation de 1,53 % par rapport à 2010 (Hérault : +7,24 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
177 162 227 262 323 383 427 418 455
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
476 486 555 600 585 510 504 564 593
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
605 601 539 515 469 468 462 401 429
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
424 508 556 739 921 1 400 1 568 1 592 1 616
2013 2015 - - - - - - -
1 651 1 724 - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Sports[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

vue aérienne du centre du village

vue aérienne globale du village

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Activités économiques[modifier | modifier le code]

  • Viticulture : Coteaux de Vérargues (classé en AOC "Coteaux du Languedoc")
  • Carrière  : exploitation de la pierre de Beaulieu
  • Commerces
  • Tourisme

Vue Aérienne[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Beaulieu
Blason de Beaulieu Blason D'azur (de sable) au lion d'or.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Ernest Nègre - Toponymie générale de la France - Volume 2 - Page 1124 - (ISBN 2600001336).
  2. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  3. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.


Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :