Beaulieu-sur-Layon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Beaulieu-sur-Layon
Beaulieu-sur-Layon
L'hôtel Desmazières.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Maine-et-Loire
Arrondissement Angers
Intercommunalité Communauté de communes Loire Layon Aubance
Maire
Mandat
Didier Petit
2020-2026
Code postal 49750
Code commune 49022
Démographie
Gentilé Belloquois
Population
municipale
1 391 hab. (2017 en diminution de 2,11 % par rapport à 2012)
Densité 109 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 18′ 41″ nord, 0° 35′ 17″ ouest
Altitude Min. 17 m
Max. 104 m
Superficie 12,78 km2
Élections
Départementales Canton de Chemillé-Melay
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Pays de la Loire
Voir sur la carte administrative des Pays de la Loire
City locator 14.svg
Beaulieu-sur-Layon
Géolocalisation sur la carte : Maine-et-Loire
Voir sur la carte topographique de Maine-et-Loire
City locator 14.svg
Beaulieu-sur-Layon
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Beaulieu-sur-Layon
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Beaulieu-sur-Layon
Liens
Site web beaulieu-sur-layon.com

Beaulieu-sur-Layon est une commune française située dans le département de Maine-et-Loire, en région Pays de la Loire.

La commune se situe dans l'appellation viticole du Coteaux-du-Layon (AOC).

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Traversée de Beaulieu via les RD 55 et 54.

Commune angevine des coteaux du Layon, Beaulieu-sur-Layon se situe au nord de Bellevigne-en-Layon, sur les routes D 54, Rochefort-sur-Loire et Val-du-Layon / Bellevigne-en-Layon, et D 55, Bellevigne-en-Layon[1], à proximité de l'autoroute A87, à 18 km au sud d'Angers et à 35 km au nord-est de Cholet[2].

Son territoire est bordé au Sud par le Layon[1].

La commune se situe sur les unités paysagères des plateaux de l'Aubance et du couloir du Layon[3].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Beaulieu-sur-Layon est limitrophe avec six communes que sont Rochefort-sur-Loire au nord-ouest, Denée au nord, Mozé-sur-Louet au nord-est, Bellevigne-en-Layon à l'est et au sud-est, Chemillé-en-Anjou au sud et Val-du-Layon à l'ouest et au sud-ouest[1].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Beaulieu vient du latin "bellus locus", "lieu beau", endroit agréable à habiter.
De nombreuses communes portent ce nom unique. Pour éviter les confusions , on indique le département entre parenthèses: ce sont Beaulieu (Ardèche), Beaulieu (Cantal), Beaulieu (Côte-d'Or), Beaulieu (Hérault), Beaulieu (Indre), Beaulieu (Isère), Beaulieu (Haute-Loire), Beaulieu (Nièvre), Beaulieu (Orne), Beaulieu (Puy-de-Dôme). Certaines communes ont adjoint, pour se différencier, un mot indiquant leur situation: Beaulieu-sur-Layon, Beaulieu-sur-Mer, Beaulieu-sur-Loire, Beaulieu-sur-Dordogne, Beaulieu-sous-la-Roche, Beaulieu-les-Fontaines, Beaulieu-sur-Sonnette, Beaulieu-sur-Oudon, Beaulieu-en-Argonne, Beaulieu-lès-Loches, Beaulieu-sous-Parthenay.
La gentilé des habitants de Beaulieu est très variée: Beaulieusard, Beaulieurois, Bellilocien, Bellieurain, Bellilocois, Belliloquois, Belliloqueteux, Belliquière, Berlugan, Beloudonien.

Histoire[modifier | modifier le code]

Pendant la Première Guerre mondiale, 34 habitants perdent la vie. Lors de la Seconde Guerre mondiale, 3 habitants sont tués[4].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1983 2001 Antoine Berthelot - Retraité
2001 2014 Marc Silvestre - Directeur travaux BTP
2014 mai 2020 Paul Tresmontan[5] - Directeur financier
mai 2020 En cours
(au 30 mai 2020)
Didier Petit[6]    

Après les résultats des municipales 2020, un recours est porté auprès du tribunal administratif de Nantes, qui décide le 9 juillet, d'inverser le résultat des élections suite à 14 bulletins controversés. La liste adverse fait ensuite appel de la décision devant le Conseil d'État[7],[8].

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune est membre de la communauté de communes Loire Layon Aubance, après disparition de la communauté de communes des Coteaux du Layon[9], elle-même membre du syndicat mixte Pays de Loire en Layon.

Autres circonscriptions[modifier | modifier le code]

Jusqu'en 2014, la commune fait partie du canton de Thouarcé et de l'arrondissement d'Angers[10]. Le canton de Thouarcé compte alors dix-sept communes. Dans le cadre de la réforme territoriale, un nouveau découpage territorial pour le département de Maine-et-Loire est défini par le décret du 26 février 2014. Le canton de Thouarcé disparaît et la commune de Beaulieu-sur-Layon est rattachée au canton de Chemillé-Melay, avec une entrée en vigueur au renouvellement des assemblées départementales de 2015[11].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[12]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[13].

En 2017, la commune comptait 1 391 habitants[Note 1], en diminution de 2,11 % par rapport à 2012 (Maine-et-Loire : +2,25 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 0051 0097779651 0081 0189961 0681 168
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 1851 1341 2261 1881 2001 1231 0951 0291 006
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 018978959854891917932977990
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
1 0259489449959811 0691 3551 3931 431
2013 2017 - - - - - - -
1 4161 391-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[14] puis Insee à partir de 2006[15].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (19,5 %) est en effet inférieur au taux national (22,1 %) et au taux départemental (21,4 %). Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est supérieure à la population féminine (50,9 % contre 48,4 % au niveau national et 48,6 % au niveau départemental).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2008, la suivante :

  • 50,9 % d’hommes (0 à 14 ans = 24,7 %, 15 à 29 ans = 17 %, 30 à 44 ans = 24,6 %, 45 à 59 ans = 17,4 %, plus de 60 ans = 16,3 %) ;
  • 49,1 % de femmes (0 à 14 ans = 24,3 %, 15 à 29 ans = 13,9 %, 30 à 44 ans = 22,5 %, 45 à 59 ans = 17,5 %, plus de 60 ans = 21,8 %).
Pyramide des âges à Beaulieu-sur-Layon en 2008 en pourcentage[16]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,3 
90 ans ou +
0,7 
6,2 
75 à 89 ans
9,7 
9,8 
60 à 74 ans
11,4 
17,4 
45 à 59 ans
17,5 
24,6 
30 à 44 ans
22,5 
17,0 
15 à 29 ans
13,9 
24,7 
0 à 14 ans
24,3 
Pyramide des âges du département de Maine-et-Loire en 2008 en pourcentage[17]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,4 
90 ans ou +
1,1 
6,3 
75 à 89 ans
9,5 
12,1 
60 à 74 ans
13,1 
20,0 
45 à 59 ans
19,4 
20,3 
30 à 44 ans
19,3 
20,2 
15 à 29 ans
18,9 
20,7 
0 à 14 ans
18,7 

Vie locale[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Sur 128 établissements présents sur la commune à fin 2010, 23 % relevaient du secteur de l'agriculture (pour une moyenne de 17 % sur le département), 4 % du secteur de l'industrie, 7 % du secteur de la construction, 48 % de celui du commerce et des services et 19 % du secteur de l'administration et de la santé[18].

La commune se situe dans l'aire d'appellation viticole du Coteaux-du-Layon (AOC). Vingt-sept communes du département, bordant la rivière du Layon, constituent l'aire géographique de l'appellation d'origine contrôlée Coteaux du Layon[19].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Monuments inscrits[modifier | modifier le code]

Autres lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Thomas-Marie-Gabriel Desmazières (1743-1818), né sur la commune, magistrat et ancien député de l'Anjou puis de Maine-et-Loire, maire par intérim d'Angers.
  • Jean Perdriau, né en 1746 à Beaulieu-sur-Layon et mort en 1793 à Chemillé, capitaine de paroisse tué au début des guerres de Vendée.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Célestin Port, Dictionnaire historique, géographique et biographique de Maine-et-Loire et de l'ancienne province d'Anjou : A-C, t. 1, Angers, H. Siraudeau et Cie, , 2e éd. (notice BnF no FRBNF33141105, lire en ligne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c IGN et BRGM, Géoportail Beaulieu-sur-Layon (49), consulté le 14 août 2012
  2. Les distances affichées sont des distances orthodromiques (à vol d'oiseau).
    Lion1906, Distances orthodromiques à partir de Beaulieu-sur-Layon (49), consulté le 7 mars 2015
  3. Département de Maine-et-Loire - DIREN Pays de la Loire - DDE Maine-et-Loire, Atlas des paysages de Maine-et-Loire, Le Polygraphe Éditeur, 2003, p. 140 et 146 - Données consultables sur WikiAnjou.
  4. Port 1965, p. 287
  5. « Paul Tresmontan succède à Marc Silvestre », sur Ouest-France, (consulté le 20 avril 2014).
  6. « Beaulieu-sur-Layon. Le nouveau conseil municipal est installé », sur Ouest-France, (consulté le 4 juin 2020).
  7. « Beaulieu-sur-Layon. Micmac électoral : le perdant sera-t-il gagnant ? », sur Le Courrier de l'Ouest, (consulté le 25 août 2020).
  8. « Beaulieu-sur-Layon. Résultat des municipales : la bataille se poursuit devant les tribunaux », sur Le Courrier de l'Ouest, (consulté le 25 août 2020).
  9. Insee, Composition de l'EPCI des Coteaux du Layon (244900734), consulté le 31 août 2013.
  10. Insee, Code officiel géographique, Fiche de la commune de Beaulieu-sur-Layon, consultée le 22 février 2015
  11. Légifrance, Décret no 2014-259 du 26 février 2014, portant délimitation des cantons dans le département de Maine-et-Loire.
  12. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  13. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  14. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  15. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  16. Évolution et structure de la population sur statistiques-locales.insee.fr
  17. « Résultats du recensement de la population de Maine-et-Loire en 2008 », sur insee.fr (consulté le 2 juillet 2011)
  18. Insee, Statistiques locales du territoire de Beaulieu-sur-Layon (49), consultées le 5 décembre 2012.
  19. INAO, Fiche Coteaux du Layon, consultée le 2 septembre 2012.
  20. « Eglise », notice no PA00108965, base Mérimée, ministère français de la Culture
  21. « Hotel Desmazieres », notice no PA00108966, base Mérimée, ministère français de la Culture
  22. « Logis de la Pinsonniere », notice no PA00108967, base Mérimée, ministère français de la Culture