Lacanau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Lacanau
Lacanau-Océan, commune de Lacanau.
Lacanau-Océan, commune de Lacanau.
Blason de Lacanau
Héraldique
Lacanau
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Aquitaine
Département Gironde
Arrondissement Lesparre-Médoc
Canton Castelnau-de-Médoc
Intercommunalité Communauté de communes des Lacs Médocains
Maire
Mandat
Laurent Peyrondet
2014-2020
Code postal 33680
Code commune 33214
Démographie
Gentilé Canaulais
Population
municipale
4 460 hab. (2011)
Densité 21 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 58′ 49″ N 1° 04′ 42″ O / 44.9802777778, -1.078333344° 58′ 49″ Nord 1° 04′ 42″ Ouest / 44.9802777778, -1.0783333  
Altitude Min. 0 m – Max. 66 m
Superficie 214,02 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Gironde

Voir sur la carte administrative de Gironde
City locator 14.svg
Lacanau

Géolocalisation sur la carte : Gironde

Voir sur la carte topographique de Gironde
City locator 14.svg
Lacanau

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Lacanau

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Lacanau
Liens
Site web www.mairie-lacanau.fr

Lacanau (en occitan gascon La Canau) est une commune du sud-ouest de la France située dans le département de la Gironde, en région Aquitaine.

La commune de Lacanau fait partie de la Communauté de communes des Lacs médocains qui regroupe les communes de Lacanau, Carcans et Hourtin.

Bordant l'océan Atlantique, Lacanau est une station balnéaire où se déroule chaque année une compétition de surf majeure, le Lacanau Pro.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Lacanau se situe en bordure de l'océan Atlantique, dans le Médoc à l'ouest du département de la Gironde, à 42 kilomètres au nord-ouest de Bordeaux[1].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Communes voisines et limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes voisines[modifier | modifier le code]

Rose des vents Hourtin (23 km)[2] Castelnau-de-Médoc (23 km) Rose des vents
Lacanau-Océan,
Océan Atlantique
N
O    Lacanau    E
S
Lège-Cap-Ferret (21 km) Bordeaux (42 km)

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Lacanau
Carcans Brach
Océan Atlantique Lacanau Sainte-Hélène
Le Porge Saumos

Géologie, relief et hydrographie[modifier | modifier le code]

Lacanau dans les Landes de Gascogne

La commune a une superficie de près de 214 km2 (21 402 hectares) et son altitude varie de 0 à 66 mètres[3].

Située sur la Côte d'Argent, Lacanau fait partie des Landes du Médoc, composante des Landes de Gascogne. On distingue trois zones naturelles :

Ouverte vers le grand large par le golfe de Gascogne, la côte océane du Bordelais offre une ligne de plus de 100 km d'une plage faite de sable fin. La côte est plutôt inhospitalière de par la violence de l'océan aux grands rouleaux, mais aussi aux effets destructeurs des tempêtes hivernales. Elle n'en demeure pas moins fragile[a 2].

Durant l'hiver 2013-2014, la côte Aquitaine subit d'importants dommages et recule de 10 mètres sous l'effet des tempêtes[4]. À Lacanau-Océan, sous le coup des tempêtes conjuguées aux grandes marées, le front de mer essuie un fort recul malgré les protections anti-érosion[5],[6],[7]. La muraille servant de protection contre l'érosion s’est effondrée et les escaliers en bois permettant l'accès à la plage ont été détruits[8].

On y trouve également l’étang de Cousseau. Situé sur la commune, il est d'une superficie de 50 hectares, et fait partie de la réserve naturelle nationale de l'étang de Cousseau. Cette réserve a été créée en 1976 (RNN), et s'étend sur 600 hectares[9]. Elle abrite de nombreuses espèces animales et végétales de milieux variés. La réserve naturelle abrite notamment les derniers spécimens de vaches marine landaise [10]. C'est aujourd'hui l'association SEPANSO qui en a la charge. Il est possible de visiter cette réserve, accompagné d'un guide[11].

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat de la Gironde est de type océanique aquitain[12], les hivers sont doux et les étés chaud et orageux. Les précipitations à Lacanau sont plus importantes que dans le reste du département du fait de sa proximité avec la côte[13].

L'été étant chaud et particulièrement sec, Lacanau est régulièrement sujet aux incendies. En août 2012, 650 hectares de forêts ont brûlé[14]. À la fin de 1948 existaient déjà en Gironde des points de défense et d'observation. L'année suivante une cinquantaine de feux ravagèrent plus de 50 000 hectares[a 3].

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Lacanau est desservie par plusieurs lignes du réseau de bus TransGironde (réseau interurbain de Gironde)[15] :

  • la ligne 702, qui part de la gare Bordeaux-Saint-Jean ;
  • la ligne 611 qui rejoint Lège-Cap-Ferret ;
  • la ligne 714 reliant Lacanau-Océan à Lacanau-Ville ;
  • la ligne 715 qui relie Lacanau-Océan à Cussac-Fort-Médoc ;
  • la ligne 716 qui relie Lacanau-Océan à Macau.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Immeubles de Lacanau-Océan.

La commune est composée de plusieurs zones :

  • Lacanau-Ville, constituée du bourg.
  • Lacanau-Océan, zone située au bord de l'océan Atlantique. Station balnéaire, elle est apparue au début du XXe siècle. Esquissée pendant l'entre-deux guerres, elle s'est développée dans les années 1960-1970, dans le cadre de l'aménagement de la côte Aquitaine. Lacanau-Océan est séparée de Lacanau-Ville de 13 km par la route D6[16].
  • Lacanau-Lac, composée de plusieurs hameaux (Talaris, le Moutchic, le Tedey, Longarisse, la Grande Escoure, Carreyre)[17].

Logements[modifier | modifier le code]

En 2009, le nombre total de logements dans la commune était de 8 782. Parmi ces logements, 23,4 % étaient des résidences principales (pour 85 % dans le département), 75,1 % des résidences secondaires et 1,5 % des logements vacants. Ces logements étaient pour une part de 72,2 % des maisons et de 27,2 % des appartements[18].

Toujours sur l'ensemble des logements de la commune, 2 % étaient des logements d'une pièce, 8 % de deux pièces, 21 % de trois pièces, 32 % de quatre pièces, et 38 % des logements de cinq pièces ou plus[19].

La proportion de ménages propriétaires de leur logement était de 69,6 %, proportion supérieure à la moyenne départementale (56 %), et celle des locataires était de 24,8 %. On peut également noter que 5,6 % des logements étaient occupés gratuitement[20].

L'ancienneté d'emménagement dans la résidence principale, rapporté au nombre de ménages, était de 14 % depuis moins de deux ans, 25 % entre deux et quatre ans, 21 % entre cinq et neuf ans, et 40 % de dix ans et plus (pour 46 % dans le département)[21].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Formes anciennes du nom : Lacanau en 1793 et 1801[22].

Lacanau est issu du gascon canau « canal, rigole », voire « chenal » précédé de l'article défini féminin la[23],[24]. Un canal relie en effet le lac de Lacanau à l'océan Atlantique[25].

Les habitants de Lacanau sont appelés les Canaulais[26].

Histoire[modifier | modifier le code]

Église de Lacanau-Ville

Au XVIIIe siècle, on construit une nouvelle église, l'ancienne ayant été recouverte par les sables et les eaux de l'étang[b 1].

Le train arrive très tôt à Lacanau dans le XIXe siècle, les chemins de fer partant à la conquête de l'Atlantique[b 2]. En 1824, on creuse le canal reliant les étangs de Lacanau, du Porge et de Lège[27]. Les dunes n'étaient pas immobiles avant leur boisement du XVIIIe siècle[b 3]. La fixation des dunes du littoral date du début du XIXe siècle (novembre an XI), où 37 000 hectares sont semés[b 2].

L'économie de la commune avant le XXe siècle est organisée autour du système agro-pastoral et de l'exploitation de la résine.

En 1884, Pierre Ortal, propriétaire à Lacanau et chef de service aux Chemins de fer des Landes, fait connaître par écrit à la municipalité de Lacanau son intention de créer une station balnéaire sur les dunes littorales de la commune. Le conseil municipal du 5 octobre 1884 étudie l'avant-projet de chemin de fer d'intérêt local déposé par Pierre Ortal pour prolonger la future ligne de Bordeaux Saint-Louis à Lacanau (ouverte en 1885), en vue de créer cette station balnéaire. Pour en arriver là, Pierre Ortal et des notables argentés de la région bordelaise fondent en 1890, la Société immobilière de Lacanau et du chemin de fer de Lacanau à l'océan. Les principaux actionnaires seront Émile Faugère, ingénieur, Albert Lagueyte, Jean Bonnamy, entrepreneurs, et Pierre Durand, l'architecte. En hommes avertis et visionnaires, ils acquièrent des terrains du Domaine de Lacanau et procèdent en un échange avec l'État, en 1900, de quelque 380 ha situés sur les dunes littorales de la commune de Lacanau. Le plan du lotissement est dressé par Pierre Durand et Jean Bonnamy, en 1903. Par ailleurs, Émile Faugère, ingénieur spécialisé dans la construction de voies de chemin de fer, présente aux autorités, le 19 août 1903, le plan de la future voie de chemin de fer dite « d'intérêt local » pouvant relier Lacanau à l'océan. En octobre 1904, les premiers terrains mis en vente seront commercialisés. Les matériaux de construction peuvent être acheminés dès 1905, la voie ferrée et la gare de Lacanau-Océan ayant été mises en service[b 2].

Station balnéaire depuis le début du XXe siècle, Lacanau-Océan a fêté son centenaire en 2006.

Des villas surgissent des sables et seront achevées pour la plupart en 1906-1907 : notamment La Primavera, la villa du fondateur de la station, Pierre Ortal, malheureusement détruite à la fin des années 1970. À sa place, a été élevée une construction moderne, qui n'est pas des plus laides parmi celles construites au cours de ces années-là, mais ce n'est qu'une maigre consolation ; le chalet Bonnamy (l'actuel hôtel de la Côte d'Argent) et la villa les Mouettes de la famille Princeteau, toutes trois ayant été les premières construites sur le boulevard de la Plage. En même temps, sont construites la villa les Genêts et l'hôtel Marian (l'actuel Australien) sur l'avenue de la plage (les actuelles allées Ortal), Beau Site de Jean Émile Faugère la plus belle demeure de la station que les descendants de cet homme investissent toujours en été et la villa PH alias Plaisance de l'architecte Pierre Durand que la commune de Lacanau restaure.

En 1910 est inaugurée la route reliant Lacanau à Lacanau-Océan[28]. Suite au développement de l'automobile, les lignes de chemin de fer fermèrent à partir de 1949[b 2].

Durant la Première Guerre mondiale, les soldats américains aménagent une base d'hydravions et une école de pilotage au Moutchic, qui deviendront ensuite un sanatorium puis un centre médico-scolaire[29].

En septembre 1937, le Cantabria, un navire espagnol transportant des voyageurs espagnols fuyant la dictature de Franco, s'échoue sur les plages de l'Alexandre à Lacanau[29],[30].

Lacanau accueille chaque mois d'août depuis 1979 une épreuve du Championnat du monde de surf, le Lacanau Pro[a 4]. Le club de surf le plus ancien en Europe est le Lacanau Surf Club, créé en 1968.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Mairie de Lacanau

Le nombre d'habitants de la commune étant compris entre 3 500 et 4 499, le nombre de membres du conseil municipal est de 27[31].

Liste des maires successifs[32]
Période Identité Étiquette Qualité
1979 1983 M.Fournier    
1983 1990 Arnou-Laujeac    
1990 2001 Peyrondet    
mars 2001 avril 2014 Jean-Michel David    
avril 2014 en cours Laurent Peyrondet[33] LDVD[34]  

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Depuis le 20 octobre 2013 Lacanau a signé une convention de partenariat avec la ville de Tönning (Allemagne)[35].

Comptes de la commune[modifier | modifier le code]

Les comptes de la commune de Lacanau de l'année 2011[36]
Chiffres clés 2011 En milliers d'euros En euros par habitant Chiffres 2000
Total des produits de fonctionnement (A) 11 550 2 592 6 979
Total des charges de fonctionnement (B) 10 633 2 386 6 598
Résultat comptable (R=A-B) 917 206 381
Total des ressources d'investissement (C) 4 784 1 074 2 386
Total des emplois d'investissement (D) 4 672 1 048 2 479
Besoin ou capacité de financement des investissements (E=D-C) -112 -25 93
Encours de la dette au 31/12 9 459 2 123 5 238
Annuité de la dette 1 169 262 1 051
Budget principal seul - Population légale en vigueur au 1er janvier de l'exercice 2011 : 4 456 habitants


Les taux de fiscalité 2011[37]
Fiscalité locale Taux
Taxe d'habitation (y compris THLV) 9,86 %
Foncier bâti 17,86 %
Foncier non bâti 27,15 %
Cotisation foncière des entreprises 0,00 %
Taux votés pour l'année 2011[38].

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune est membre de la communauté de communes des Lacs Médocains, structure intercommunale regroupant trois communes : Lacanau, Hourtin et Carcans. Elle fut créée le 1er janvier 2003[39].

La communauté de communes est membre du syndicat mixte Pays de Médoc, structure administrative d'aménagement du territoire, regroupant six communautés de communes : Médoc Estuaire, Médulienne, Lacs Médocains, Cœur du Médoc, Pointe du Médoc et Centre Médoc[40].

Autres circonscriptions[modifier | modifier le code]

Lacanau fait partie du canton de Castelnau-de-Médoc et de l'arrondissement de Lesparre-Médoc[41].
Le canton de Castelnau-de-Médoc comprend dix-neuf communes, dont Brach, Sainte-Hélène, Saumos et Le Temple. Constitué définitivement en 1800 (loi du 28 pluviôse an VIII), c'est l'un des soixante-trois cantons que compte le département (circonscriptions électorales servant à l'élection des conseillers généraux, membres du conseil général du département).

Lacanau fait partie de la cinquième circonscription de Gironde, composée de six cantons dont Castelnau-de-Médoc et Saint-Laurent-Médoc. La cinquième circonscription de Gironde est l'une des douze circonscriptions législatives que compte le département.

Instances judiciaires[modifier | modifier le code]

Il n'y a pas d'administration judiciaire à Lacanau.

Le Tribunal d'instance, le tribunal de grande instance, la cour d'appel, le Tribunal pour enfants, le Conseil des prud'hommes, le Tribunal de commerce, le Tribunal administratif et la Cour administrative d'appel se situent à Bordeaux[42].

Population et société[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 4 460 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
960 674 732 853 879 843 894 1 040 938
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 020 1 015 1 032 974 962 934 1 007 1 106 1 047
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 146 1 306 1 402 1 516 2 019 2 115 2 103 2 050 1 974
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
1 845 1 846 2 038 1 961 2 405 3 142 4 105 4 381 4 460
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[43] puis Insee à partir de 2004[44].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement âgée. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (26,8 %) est en effet supérieur au taux national (21,8 %) et au taux départemental (21,9 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (51,7 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,9 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2008, la suivante :

  • 48,3 % d’hommes (0 à 14 ans = 17,7 %, 15 à 29 ans = 11,1 %, 30 à 44 ans = 25,8 %, 45 à 59 ans = 21,5 %, plus de 60 ans = 24 %) ;
  • 51,7 % de femmes (0 à 14 ans = 16,9 %, 15 à 29 ans = 12,6 %, 30 à 44 ans = 22,1 %, 45 à 59 ans = 18,9 %, plus de 60 ans = 29,6 %).
Pyramide des âges à Lacanau en 2008 en pourcentage[45]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90  ans ou +
1,2 
7,4 
75 à 89 ans
10,5 
16,4 
60 à 74 ans
17,9 
21,5 
45 à 59 ans
18,9 
25,8 
30 à 44 ans
22,1 
11,1 
15 à 29 ans
12,6 
17,7 
0 à 14 ans
16,9 
Pyramide des âges du département de la Gironde en 2008 en pourcentage[46].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,3 
90  ans ou +
1,2 
6,2 
75 à 89 ans
9,6 
12,7 
60 à 74 ans
13,4 
20,6 
45 à 59 ans
20,4 
21,3 
30 à 44 ans
20,3 
20,3 
15 à 29 ans
19,0 
18,5 
0 à 14 ans
16,2 

La commune dépasse les 40 000 habitants en période estivale[47].

Enseignement[modifier | modifier le code]

Située dans l'académie de Bordeaux, la commune administre deux écoles primaires : l'école primaire publique Ville et l'école primaire publique Antonia Guittard[48]. La commune dispose depuis la rentrée 2013 d'un collège vers lequel les élèves des environs, qui étaient jusqu'alors dirigés vers Hourtin, peuvent poursuivre leur scolarité[49].

Santé[modifier | modifier le code]

Plusieurs professionnels de la santé sont installés à Lacanau : médecins généralistes, infirmiers, pharmaciens, kinésithérapeutes-ostéopathes, podologue, opticiens, orthophoniste, vétérinaires, laboratoire d'analyses médicales, maison de retraite[50].

Les hôpitaux les plus proches sont à Arès (Centre médico chirurgical Wallerstein) et Lesparre (Clinique mutualiste du Médoc)[50].

Sports[modifier | modifier le code]

Surf Lacanau

De nombreuses structures sportives sont mises à disposition comme La Maison de la Glisse qui abrite le club de surf situé à Lacanau-Océan, le club de voile situé sur le lac de Lacanau, le club canoë-kayak Lacanau Guyenne avec un local sur le lac et un autre sur l'océan, le pôle de l’Ardilouse qui comprend des courts de tennis (intérieur-extérieur), des salles de squash de trinquet et des terrains de paddle-tennis. Il y a également plusieurs terrains de golf, une salle multi-sport (hand-ball, basket, badminton, danse, judo) et un stade de foot (stade Albert François)[51].

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Le Lacanau Pro est une grande compétition de surf qui se déroule chaque année à Lacanau. Elle fait partie du circuit permettant de participer aux championnats du monde de surf[52].

Article détaillé : Lacanau Pro.

Médias[modifier | modifier le code]

La ville de Lacanau dispose d'un cinéma (situé à Lacanau-Océan) et de médiathèques (situées à Lacanau-Océan et Lacanau-Ville) où sont régulièrement proposées des expositions[53].

On trouve également deux espaces publics numériques (EPN), au Centre social et d'animation PIJ et au Lacanau surf club[54].

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

En 2010, le revenu fiscal médian par ménage était de 30 549 €, ce qui plaçait Lacanau au 13 064e rang parmi les 31 525 communes de plus de 39 ménages en métropole[55].

Emploi[modifier | modifier le code]

Répartition de la population active par catégories socioprofessionnelles (recensement de 2009)

  Agriculteurs Artisans, commerçants,
chefs d'entreprise
Cadres, professions
intellectuelles
Professions
intermédiaires
Employés Ouvriers
Lacanau 0,3 % 20,8 % 6,5 % 19,5 % 33,3 % 19,6 %
Moyenne départementale 1,6 % 6,4 % 15,9 % 25,7 % 29,4 % 20,9 %
Sources des données : INSEE[56]

Tissu économique[modifier | modifier le code]

Fin 2010, Lacanau comptait 888 établissements dont 6,5 % relevaient du secteur de l'agriculture (pour une moyenne de 13 % sur le département) et 73,3 % de celui du commerce et des services (pour 58 % sur le département) et 8,2 % du secteur de l'administration et de la santé[57].

L’économie est largement tournée vers le tourisme estival. Outre sa célèbre plage et ses six aires de baignade aménagées, la commune dispose notamment d'un casino, de terrains de golf, d'aires de pratique de sports nautiques, de courts de tennis, etc.

Appellations sur le territoire[modifier | modifier le code]

Plusieurs AOC (Appellation d'origine contrôlée)[58] existent sur le territoire : IGP Agneau de Pauillac, IGP Asperges des sables des Landes, IGP Bœuf de Bazas, IGP Canard à foie gras du Sud-Ouest, IGP Jambon de Bayonne, IGP Volailles des Landes.

Tourisme[modifier | modifier le code]

Les plages de la ville de Lacanau ont obtenu le label Pavillon Bleu[59].

L'office de tourisme Médoc Océan est chargé de l'organisation et promotion touristique du territoire de Lacanau, Carcans et Hourtin [60].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'intersection du 45e parallèle nord et du 1er méridien à l'ouest de Greenwich se trouve sur le territoire de la commune (voir aussi le Degree Confluence Project).
  • Lac de Lacanau
  • Lacanau possède deux églises, l'église Saint-Vincent située à Lacanau-Ville, du XVIIIe siècle, et l'église Notre-Dame des Flots à Lacanau-Océan, du XXe siècle[61].
  • Monument en hommage à Pierre Ortal (1906)[28]
  • Monument aux morts américains de la première Guerre mondiale, au Moutchic, sur lequel sont inscrits les noms de neuf pilotes américains d'hydravions de la base du Moutchic morts "lors d'accidents en rapport avec des événements aériens"[62].

Randonnées[modifier | modifier le code]

Il est possible de se promener à pieds ou à vélo le long du sentier GR 8, qui passe dans la forêt domaniale, partant d'Hourtin-Plage (Gironde) pour aller jusqu'à Sare (Pyrénées-Atlantiques), ou bien en suivant les chemins ruraux ou les pistes cyclables, comme la piste cimentée du Littoral (de Lacanau-Océan au Cap-Ferret), ou encore la piste forestière no 206 qui traverse la forêt domaniale[63].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Jean Cayrol (1911-2005), fit connaître la vie à Lacanau-Océan avec son livre Les Enfants pillards (1978).
  • Georges Coulonges (1923-2003), romancier, auteur de chansons interprétées par Jean Ferrat, Bourvil, etc. Ses romans puisent largement dans la vie locale de son bourg natal, Lacanau.
  • Francis Maugard (1931), médecin, poète et peintre, a introduit le surf à Lacanau-Océan dans les années 1960 après des vacances à Biarritz.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Lacanau Blason De gueule au soleil non figuré d’or accosté de deux pins arrachés du même aux troncs écotés, celui de dextre ombré de sable, à la champagne ondée d’argent chargée de trois fasces ondées d’azur surmontée d’une mouette volante aussi d’argent en demi-profil[64].
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean François Callède, Lacanau, Édition Alan Sutton, Juillet 2005, (ISBN 2-849-10006-4)
  • Document utilisé pour la rédaction de l’article René Magnon, Lacanau Océan a cent ans. 1906-2006, ville de Lacanau, 2006, (ISBN 2-952-64520-5)
  • Document utilisé pour la rédaction de l’article René Magnon, Les Plaisirs de la plage de la Belle Époque aux Années Folles, Collection Histoire et patrimoine, 2008 (ISBN 9782953167405)
  • René Magnon, Yvette Canut, Nicole Toumazou, Marie Sanchez, Le charme discret des anciennes villas balnéaires de Lacanau, Guide de découverte, Collection Histoire et Patrimoine, Ville de Lacanau, 2013 (ISBN 978252645218[à vérifier : isbn invalide])

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

Ouvrages et journaux[modifier | modifier le code]

  • Encyclopédie Bonneton - Gironde, Christine Bonneton,‎ avril 2002 (ISBN 2-86253-290-8)
  1. p. 221.
  2. p. 217.
  3. p. 232.
  4. p. 289 et 292.
  • Serge Pacaud, Il y a cent ans naissait La Côte d'Argent, PyréMonde / Princi Negue,‎ 2005 (ISBN 2-84618-221-3)
  1. p. 35.
  2. a, b, c et d p. 36.
  3. p. 37.

Autres sources[modifier | modifier le code]

  1. Cartes IGN et BRGM, Géoportail Lacanau (33), consulté le 10 août 2012.
  2. Les distances affichées sont des distances orthodromiques (à vol d'oiseau).
    Lion1906, Distances orthodromiques à partir de Lacanau (33), consulté le 10 août 2012
  3. « Répertoire géographique des communes », sur le site de l'IGN (consulté le 6 janvier 2013).
  4. France Télévisions, Le littoral aquitain a reculé de 10 mètres avec les tempêtes et les fortes houles, article du 11 février 2014
  5. Sud-Ouest, Lacanau et Montalivet : le front de mer a encore pris une gifle, article du 4 mars 2014
  6. Sud-Ouest, Côte médocaine : le nouveau visage du rivage en images, article du 4 mars 2014
  7. Sud-Ouest, La mer se déchaîne de nouveau sur le littoral à Lacanau, article du 4 mars 2014
  8. Le Monde, Municipales : A Lacanau, l'érosion du littoral au cœur des débats, article du 21 mars 2014
  9. « La réserve naturelle nationale de l’Étang de Cousseau », sur le site de la direction régionale de l’environnement, de l'aménagement et du logement (consulté le 6 janvier 2013).
  10. « SEPANSO ».
  11. « La réserve naturelle nationale de l’Étang de Cousseau », sur le site de la fédération régionale des associations de protection de la nature de la région Aquitaine. (consulté le 6 janvier 2013).
  12. Bulletin du Centre d’études et de recherche scientifiques, Biarritz, 1976, vol. 11, p. 107, [lire en ligne].
  13. « La pluie en France — Les villes où il pleut le plus et celles où il pleut le moins », sur le site Gloubik Sciences (consulté le 6 janvier 2013).
  14. « Lacanau : l'incendie touche à sa fin », sur le site du magazine Le Nouvel Observateur (consulté le 6 janvier 2013).
  15. « Plan des réseaux », sur le site transgironde.fr du conseil général de la Gironde (consulté le 6 janvier 2013).
  16. IGN, Carte régionale aquitaine, 2007
  17. « Présentation », sur le site de la mairie de Lacanau (consulté le 6 janvier 2013).
  18. LOG T2 - Catégories et types de logements, dossier de la commune sur le site de l'Insee, [lire en ligne].
  19. LOG T3 - Résidences principales selon le nombre de pièces, dossier de la commune sur le site de l'Insee, [lire en ligne].
  20. LOG T7 - Résidences principales selon le statut d'occupation, dossier de la commune sur le site de l'Insee, [lire en ligne].
  21. LOG T6 - Ancienneté d'emménagement dans la résidence principale en 2009, dossier de la commune sur le site de l'Insee, [lire en ligne].
  22. EHESS, Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, Notice communale de Lacanau, consultée le 11 août 2012. Nom de la municipalité en 1793 (an II), selon le recensement réalisé sur l’ensemble du territoire français de l’époque, et en 1801, selon les « Arrêtés de réduction des justices de paix » (actes publiés au Bulletin des lois) constituant la première nomenclature officielle des circonscriptions administratives de la France contemporaine.
  23. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France (lire en ligne [1]
  24. Jean-Marie Cassagne et Mariola Korsak, Origine des noms des villes et villages de Gironde, Éditions Bordessoules, 2001, p. 148, (ISBN 2-913471-40-4).
  25. Jean-Marie Cassagne et Mariola Korsak, op. cit.
  26. Mairie de Lacanau, Fiche signalétique, consulté le 6 mars 2014
  27. Aude Guiheneuc et Rémy Toulouse, Le patrimoine des communes de la Gironde, Édition Flohic, 2001, p. 545, (ISBN 2-84234-125-2).
  28. a et b Le patrimoine des communes de la Gironde, Flohic édition, p. 546 (ISBN 2-84234-125-2)
  29. a et b Mairie de Lacanau, Histoire, consulté le 15 mai 2013
  30. La date retenue est celle du journal L'Illustration du 18 septembre 1937 (document en ligne).
  31. Legifrance, Nombre de conseillers municipaux sur le Code général des collectivités territoriales
  32. FranceGenWeb, Liste des maires successifs, consulté le 11 août 2012
  33. Sud Ouest, Le nouveau maire installé, article du 7 avril 2014
  34. Ministère de l'Intérieur, Résultats définitifs municipales 2014 (Lacanau), consulté le 10 avril 2014
  35. « Atlas français de la coopération décentralisée et des autres actions extérieures », sur le site du ministère des Affaires étrangères (consulté le 6 janvier 2013).
  36. « Les comptes des communes », Ministère de l’Économie, des Finances et de l’Industrie et Ministère du Budget, des Comptes publics, de la Fonction publique et de la Réforme de l’État. Consulté le 6 janvier 2013 - « Définition des rubriques », sur le site du Ministère de l’Économie et des Finances
  37. « Les comptes des communes, Fiscalité », Ministère de l’Économie, des Finances et de l’Industrie et Ministère du Budget, des Comptes publics, de la Fonction publique et de la Réforme de l’État. Consulté le 6 janvier 2013
  38. La taxe professionnelle a été remplacée en 2010 par la contribution économique territoriale (CET), composée de la cotisation foncière des entreprises (CFE) portant sur la valeur locative des biens immobiliers et par la contribution sur la valeur ajoutée des entreprises (CVAE).
    Loi n° 2009-1673 du 30 décembre 2009 de finances pour 2010 (Légifrance)
  39. Mairie de Lacanau, Intercommunalité, consulté le 11 août 2012
  40. Pays de Médoc, Composition, consulté le 11 août 2012
  41. [PDF]Arrêté préfectoral du 22 mars 2006 (page 48)
  42. Ministère de la Justice et des Libertés, Liste des juridictions compétentes pour 33680 Lacanau, consulté le 11 août 2012
  43. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  44. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011
  45. « Évolution et structure de la population à Lacanau en 2008 », sur le site de l'Insee (consulté le 10 août 2012)
  46. « Résultats du recensement de la population de la Gironde en 2008 », sur le site de l'Insee (consulté le 10 août 2012).
  47. Mairie de Lacanau, Présentation de la commune, consulté le 27 juin 2011
  48. Académie de Bordeaux, Liste des établissements par commune, consultée le 11 août 2012.
  49. Un collège à Lacanau pour la rentrée, article de Julien Lestage paru dans Sud Ouest, édition du 3 septembre 2013.
  50. a et b Mairie de Lacanau, Santé, consulté le 10 août 2012
  51. Mairie de Lacanau, Vie sportive, consulté le 10 août 2012
  52. Lacanau Pro, Site officiel de la compétition, consulté le 10 août 2012
  53. Mairie de Lacanau, Temps libre, consulté le 10 août 2012
  54. Délégation Internet (gouv), Accès public accompagné à Internet, consulté le 11 août 2012
  55. « Fichier RFDM2010COM : Revenus fiscaux localisés des ménages - Année 2010 », sur le site de l'Insee (consulté le 11 novembre 2012).
  56. « Résultats du recensement de la population - 2009 (Lacanau) », sur site de l'INSEE (consulté le 12 août 2012)
  57. CEN T1 - Établissements actifs par secteur d'activité au 31 décembre 2010, dossier de la commune sur le site de l'Insee, [lire en ligne].
  58. INAO, Fiche de Lacanau, consultée le 12 août 2012
    AOC Appellation d'origine contrôlée (FR), AOP Appellation d'origine protégée (CE), IGP Indication géographique protégée (CE)
  59. Pavillon Bleu, Commune de Lacanau, consulté le 20 août 2012
  60. « Tourisme Médoc Océan », sur Office de tourisme Médoc Océan (consulté le 21 mars 2013)
  61. Mairie de Lacanau, Culte, consulté le 10 août 2012
  62. http://medocgironde.voila.net/pat_lacanau_avia.html
  63. Mairie de Lacanau, Plan de la commune de Lacanau, consulté le 10 août 2012
  64. Site OLDJP la banque du blason 2.
Étape précédente
Carcans
Pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle
08 Coquille.jpg
Voie de Soulac
Étape suivante
Le Porge