Bassens (Gironde)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Cet article concerne la commune de Gironde. Pour celle de Savoie, voir Bassens (Savoie).
Bassens
Entrée dans Bassens en arrivant de Lormont, côté Garonne.
Entrée dans Bassens en arrivant de Lormont, côté Garonne.
Blason de Bassens
Blason
Bassens (Gironde)
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Aquitaine
Département Gironde
Arrondissement Arrondissement de Bordeaux
Canton Canton de Lormont
Intercommunalité Communauté urbaine de Bordeaux
Maire
Mandat
Jean-Pierre Turon
2014-2020
Code postal 33530
Code commune 33032
Démographie
Gentilé Bassenais
Population
municipale
6 944 hab. (2011)
Densité 676 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 54′ 05″ N 0° 30′ 59″ O / 44.9015, -0.5163 ()44° 54′ 05″ Nord 0° 30′ 59″ Ouest / 44.9015, -0.5163 ()  
Altitude Min. 2 m – Max. 56 m
Superficie 10,27 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Gironde

Voir sur la carte administrative de Gironde
City locator 14.svg
Bassens

Géolocalisation sur la carte : Gironde

Voir sur la carte topographique de Gironde
City locator 14.svg
Bassens

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bassens

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bassens
Liens
Site web ville-bassens.fr

Bassens (graphie identique en gascon) est une commune du sud-ouest de la France, située dans le département de la Gironde (région Aquitaine).

Ses habitants sont appelés les Bassenais[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune de l'aire urbaine de Bordeaux située dans la banlieue nord de Bordeaux sur la rive droite de la Garonne.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Bassens
Blanquefort Saint-Louis-de-Montferrand Ambarès-et-Lagrave
Bassens Carbon-Blanc
Bordeaux Lormont

Histoire[modifier | modifier le code]

Entre 1801 et 1806, la commune est réunie à celle de Carbon-Blanc sous le nom de Bassens-Carbon-Blanc. Les deux communes sont séparées en 1853[2].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes

Les armes de Bassens (Gironde) se blasonnent ainsi :

D'argent au navire de gueules et d'azur, habillé et pavillonné d'or, ouvert de six sabords aussi d'azur, voguant sur une champagne du même, chargée d'un croissant d'or surmonté d'une grappe de raisin de gueules feuillée de sinople, au chef aussi de gueules chargé d'un léopard aussi d'or armé et lampassé aussi d'azur.

Économie[modifier | modifier le code]

Près de 400 ha de terrains sont en cours d'aménagement pour l'implantation d'industries, parmi lesquels une usine Michelin pour la fabrication de caoutchouc synthétique.

En 2012, la cale sèche du port de Bassens est devenue le premier site français de démantèlement de grands navires marchands[3]. Le premier navire à y être démantelé est le Matterhorn, un cargo de 115 mètres. La création de ce site par une filiale de Veolia Environnement est issue de la volonté française, au moment du Grenelle Environnement, de mettre en place sa propre capacité de déconstruction de grands navires marchands, activité jusqu'ici inexistante en Europe de l'Ouest, les vieux bateaux étant expédiés dans d'autres régions (à 90 % l'Asie du Sud) où le démantèlement est opéré dans de mauvaises conditions environnementales et sociales.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 en cours Jean-Pierre Turon[4] PS  
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 6 944 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 165 1 910 1 890 1 839 1 900 1 894 1 869 1 853 1 996
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 144 1 193 1 259 1 281 1 241 1 228 1 202 1 216 1 172
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 214 1 164 1 157 1 941 2 589 2 455 2 309 2 194 2 967
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
3 396 4 841 6 133 6 595 6 472 6 978 6 694 6 618 6 944
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2004[6].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

thumb

Patrimoine environnemental[modifier | modifier le code]

Dans son palmarès 2012, le Conseil National des Villes et Villages Fleuris de France a attribué une fleur à la commune au Concours des villes et villages fleuris[8].

Établissements scolaires[modifier | modifier le code]

  • École maternelle du Bousquet
  • École maternelle Frédéric Chopin
  • École primaire Rosa Bonheur
  • École primaire François Villon
  • Collège Manon Cormier

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Bassens a développé des associations de jumelage avec[9],[10] :

Accès[modifier | modifier le code]

La mise en service, en 1967, du pont suspendu d'Aquitaine a facilité considérablement les liaisons vers le centre de Bordeaux.

Transports en commun[modifier | modifier le code]

Train TER Aquitaine[modifier | modifier le code]

Gare de Bassens.

La ville possède une gare (Gare de Bassens) située sur la ligne de Paris-Austerlitz à Bordeaux-Saint-Jean et desservie par les TER.

Réseau TBC[modifier | modifier le code]

  • Tramway

A Mérignac Centre ↔ Thiers - Benauge / La Gardette-Bassens-Carbon-Blanc / Floirac Dravemont

  • Bus

Depuis le 22 février 2010

Liane 7 Les Aubiers ⇔ Ambarès-et-Lagrave-Parabelle
Flexo 50 Ambarès (Soirée) Stalingrad ⇔ Ambarès-et-Lagrave-Europe puis desserte à la demande des arrêts du Bec d'Ambès
Ligne 90 Bassens-La Chênaie ⇔ Carbon-Blanc-La Mouline ou Saint-Louis-de-Montferrand-Belle Rive
Ligne 91 Stalingrad ⇔ Ambès-Escarraguel
Ligne 92 Stalingrad ⇔ Ambès-Escarraguel ou -Fort Lajard
Ligne 93 Lycée de LormontAmbès-Fort Lajard
Ligne 94 Lycée de LormontAmbarès-et-Lagrave-Parabelle
Ligne 96 Lycée de LormontSaint-Louis-de-Montferrand-Belle Rive

Réseau Trans Gironde[modifier | modifier le code]

Le réseau Trans Gironde ne dessert pas la commune.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Nom des habitants des communes françaises sur habitants.fr, consulté le 22 novembre 2011.
  2. Le territoire communal sur le site Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui de l'EHESS, consulté le 22 novembre 2011.
  3. À Bordeaux, cap sur le démantèlement de navires, Le Monde, 26 décembre 2012 [1]
  4. Commune de Bassens sur le site de l'AMF, Association des Maires de France, consulté le 22 novembre 2011.
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011
  7. « Notice no IA33001314 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  8. Site des Villes et Villages Fleuris, consulté le 21 février 2013.
  9. Jumelages sur le site officiel de la commune
  10. Jumelages étrangers de Bassens sur l'atlas français de la coopération décentralisée et des autres actions extérieures