Wagon couvert

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Wagon couvert de type G de la DR (années 1950) semblable au type 2 UIC mais avec des portes de seulement 1,80 m de large.

Un wagon couvert est un type de wagon ferroviaire constitué d'une caisse, généralement en bois, couverte d'un matériau étanche permettant de transporter des marchandises craignant l'eau ou d'une certaine fragilité. Dans certaines circonstances, ces wagons furent amenés à transporter des hommes. Afin de permettre chargements et déchargements, ce type de wagon comporte une ou deux portes de grande largeur par côté.

En Amérique du Nord, le wagon couvert est appelé Boxcar (« wagon-boîte »).

Histoire[modifier | modifier le code]

En France[modifier | modifier le code]

Les compagnies françaises ont décidé de limiter le nombre de wagons spéciaux, elles ont défini trois types de principaux : couvert, plate-forme et à bords(à houille). Lors de l'Exposition universelle de 1867 à Paris, il n'est présenté qu'un type de wagon couvert. Deux types de wagons aux caractéristiques fondamentalement différentes cohabitent sur les réseaux. Pour l'un la caisse est indépendante du châssis et pour l'autre les deux éléments ne font qu'un[1].

Si les premiers wagons furent de petites longueurs et montés sur deux essieux (du fait de la longueur des plaques tournantes des gares), dès la fin de la Première Guerre mondiale arrivèrent en France des wagons de plus grande longueur et montés sur des bogies. Ce type de wagon devint par la suite la norme et annonça la disparition presque totale des couverts à essieux car il transportaient plus pour une tare proportionnellement plus faible.

Certains wagons couverts pouvant être intégrés à des trains dits de messageries, ils disposent d'un châssis roulant et des organes de freinage apte à des vitesses pouvant aller jusqu'à 160 km/h. C'est le cas des wagons qui transportèrent pendant de nombreuses années les fruits et légumes du midi jusqu'aux halles parisiennes en formant le « Provence Express ».

De nombreux autres wagons qui ont assuré le service des colis (SERNAM) jusque dans les années 1980 étaient aptes aux 120 km/h.

Après la Première Guerre mondiale, tous les wagons couverts portèrent des inscriptions donnant leur capacité en hommes et en chevaux. Cette mesure concernait tous les wagons couverts, indiquant « hommes : 40, chevaux en long : 8 », ou moins lorsqu'il s'agissait de plus petits wagons sur les chemins de fer secondaires. Cette inscription est trop souvent associée à tort avec la déportation, alors qu'elle trouve son origine dans un usage militaire qui avait déjà cours depuis la Première Guerre, et même avant.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, ces wagons à 2 essieux et à caisse en bois, marqués: "Hommes: 40; chevaux: 8" équipés de 8 volets d’aération rabattables sont devenus le douloureux symbole de la déportation. Dans certains convois les Allemands arrivaient à mettre jusqu'à 115-120 hommes par wagon. Les prisonniers restaient debouts, pressés les uns contre les autres. Les prisonniers qui se connaissaient, s'organisaient à désigner un chef de wagon, ce qui permit de faire asseoir alternativement la moitié des hommes et d'approcher en cas de nécessité les malades de la petite lucarne grillagée de 80x50 cm, seule ouverture sur l'extérieur. Beaucoup ne résistent pas à la soif à l'asphyxie, au supplice de la promiscuité. Le 2 juillet 1944, 530 prisonniers sur 2162 décèdent dans ces wagons, pendant le transport vers l'Allemagne. (« train de la mort »)[2]

Après la Seconde Guerre mondiale, un train de 40 de ces wagons remplis de cadeaux fut envoyé aux États-Unis pour exprimer la reconnaissance des provinces de France.

Caractéristiques aujourd'hui[modifier | modifier le code]

En France, les portes sont la plupart du temps coulissantes, sauf pour quelques wagons couverts anciens destinés au transport du bétail. Concernant les toitures, il en existe deux « allures ». La première est bombée, c'est la forme d'origine des toitures en Europe, la deuxième à deux pentes, cette forme est arrivée après la Première Guerre mondiale et vient des États-Unis. Cette forme est appelée toiture Murphy. Le matériau de toiture, peut être de la toile goudronnée, du bois enduit ou une feuille métallique.

Les wagons couverts comportent généralement des volets grillagés d'aération. Les wagons couverts classiques récents sont du type UIC-G.

On distingue aujourd'hui des variantes (type UIC-H) à parois métalliques coulissantes ou bâchées permettant de faciliter le chargement, ces wagons étant mieux adaptés à la palettisation. Noter que des wagons à bâchage mécanique permettent de répondre au même besoin mais font partie des wagons plats.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Michel Chevalier, Exposition Universelle de 1867 à Paris : Rapports du Jury international, Volume 9, P. Dupont, 1868, p. 495 lire (consulté le 22/01/2010).
  2. Témoignage de Victor Michaut sur « Le train de la mort » : http://www.museedelaresistanceenligne.org/mediatheque/pageDoc_eysses.php?&media_id=1671

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :