Carbon-Blanc

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Carbon-Blanc
Image illustrative de l'article Carbon-Blanc
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Aquitaine
Département Gironde
Arrondissement Bordeaux
Canton Carbon-Blanc
(chef-lieu)
Intercommunalité Communauté urbaine de Bordeaux
Maire
Mandat
Alain Turby
2014-2020
Code postal 33560
Code commune 33096
Démographie
Gentilé Carbonblannais
Population
municipale
6 941 hab. (2011)
Densité 1 798 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 53′ 45″ N 0° 30′ 19″ O / 44.8958333333, -0.50527777777844° 53′ 45″ Nord 0° 30′ 19″ Ouest / 44.8958333333, -0.505277777778  
Altitude Min. 10 m – Max. 55 m
Superficie 3,86 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Gironde

Voir sur la carte administrative de Gironde
City locator 14.svg
Carbon-Blanc

Géolocalisation sur la carte : Gironde

Voir sur la carte topographique de Gironde
City locator 14.svg
Carbon-Blanc

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Carbon-Blanc

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Carbon-Blanc

Carbon-Blanc est une commune du sud-ouest de la France, située dans le département de la Gironde (région Aquitaine).

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation de Carbon-Blanc dans la CUB (cliquer pour agrandir)

Localisation et accès[modifier | modifier le code]

Commune de la Communauté Urbaine de Bordeaux (CUB), elle appartient de fait à l'aire urbaine de Bordeaux située dans son unité urbaine entre la Garonne et Dordogne.

Accès par l'autoroute A10, sortie 43 et 44.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Carbon-Blanc
Ambarès-et-Lagrave
Bassens Carbon-Blanc Sainte-Eulalie
Lormont

Histoire[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Carbon-Blanc est un dérivé de « charbon blanc » (lèpre). La commune doit en effet son nom à la léproserie qui y était installée au Moyen Âge, créée par les moines de l'abbaye cistercienne Notre-Dame de Bonlieu.

Le terme « charbon blanc » était parfois employé dans le midi toulousain pour désigner la partie centrale de l'épi de maïs, en raison du fait que sa couleur est blanche et que sa légèreté en fait un combustible intéressant, notamment pour bien « faire prendre » le feu lorsqu'on allume la cheminée [souvenir personnel].

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Entre 1801 et 1806, la commune a été absorbée par celle voisine de Bassens[1].
En 1853, les deux communes sont à nouveau séparées[1].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mai 1945 1976 André Vignau-Anglade    
1976 mars 2001 Philippe Madrelle PS sénateur, président du conseil général
mars 2001[2] 27 septembre 2013[2] Franck Maurras PS[2] démissionnaire pour détournement de fonds[2]
3 octobre 2013 2014 Nicolas Madrelle PS  
2014 en cours Alain Turby [3] SE  

En 1976, Philippe Madrelle (PS) est élu maire la commune. Il le demeurera jusqu'en 2001. Lors des élections municipales de 2001, Philippe Madrelle se présentera en tant que tête de liste et démissionnera suite à l'élection et laisse la place de maire à Franck Maurras[4].

Franck Maurras (PS) se présentera en tant que tête de liste en 2008. Son unique adversaire, Marie-Claude Gougaud (UMP) reçoit alors 22,33% des suffrages. Le 21 septembre 2013, Franck Maurras annonce sa démission à la presse et avoue avoir détourné des fonds d'une association d'accompagnement à la création d'entreprise "Gironde Initiative"[5].

Le 3 octobre 2013, Nicolas Madrelle, jusqu'alors 2e adjoint au conseil municipal, fils de Philippe Madrelle, l'ancien maire de la ville est élu maire de Carbon-Blanc[6].

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune de Carbon-Blanc comptait 6941 habitants. À partir du XXIe siècle siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans (2004, 2009, 2014, etc. pour Carbon-Blanc). Les autres chiffres sont des estimations.

           Évolution de la population  [modifier]
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
735 839 918 851 824 788 887 846 855
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
865 865 852 958 964 1 127 1 107 1 149 1 300
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
1 628 3 075 4 567 5 733 5 842 6 620 6 729 7 007 6 901
2011 - - - - - - - -
6 941 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Jumelages[modifier | modifier le code]

La commune entretient des accords de coopérations avec[8] :

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Parc Favols, grand parc qui existe depuis le milieu du XVIIIe siècle et autrefois était un terrain de vigne.
  • Moulin de Bellevue
  • Maison Pour Tous, ancienne ferme, devenue centre culturel.
  • Château Brignon, château qui date du XVIIe siècle et a été augmenté au XIXe ; le terrain était au départ un terrain agricole, transformé en terrain moderne[Quoi ?] dès la fin du XVIIIe siècle.
  • Église Saint-Paulin, église néogothique dont la construction est liée à la fondation de la commune de Carbon-Blanc ; c'était au départ une chapelle tout en bois, puis elle fut restaurée en pierre.
  • Micro-musée, mini musée regroupant les trésors de Carbon-Blanc.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Jérôme Fernandez (joueur de handball français).

Transports en commun[modifier | modifier le code]

Train TER Aquitaine[modifier | modifier le code]

La ville possède une gare (Gare de Sainte-Eulalie - Carbon-Blanc) située sur la ligne de Chartres à Bordeaux-Saint-Jean et desservie par les TER.

Réseau TBC[modifier | modifier le code]

  • Tramway

A Mérignac Centre ↔ Thiers - Benauge / La Gardette-Bassens-Carbon-Blanc / Floirac Dravemont

  • Bus

Depuis le 22 février 2010

Liane 7 Station Les Aubiers Les Aubiers ⇔ Ambarès-et-Lagrave-Parabelle
Flexo 50 Ambarès (Soirée) Stalingrad ⇔ Ambarès-et-Lagrave-Europe puis desserte à la demande des arrêts du Bec d'Ambès
Ligne 90 Bassens-La Chênaie ⇔ Carbon-Blanc-La Mouline ou Saint-Louis-de-Montferrand-Belle Rive
Ligne 92 Stalingrad ⇔ Ambès-Escarraguel ou -Fort Lajard
Ligne 94 Lycée de LormontAmbarès-et-Lagrave-Parabelle
Ligne spécifique 96 Saint-Louis-de-Montferrand-Belle Rive ⇔ Lormont Allendre

Réseau Trans Gironde[modifier | modifier le code]

201 Buttinière ⇔ Blaye-Office du Tourisme
202 Buttinière ou Blaye-Office du Tourisme ⇔ Blaye-Office du Tourisme ou Saint-Ciers-sur-Gironde-Église ou Pleine-Selve-Chez Pidoux
301 Buttinière ⇔ Sante-Eulalie-Argentière ou Izon-Le Pin ou Libourne-Gare Routière

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]