La Horde sauvage (film, 1969)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir La Horde sauvage et The Wild Bunch.

La Horde sauvage

Description de cette image, également commentée ci-après

Sam Peckinpah et William Holden sur le tournage du film

Titre original The Wild Bunch
Réalisation Sam Peckinpah
Scénario Histoire :
Walon Green
Roy N. Sickner
Adaptation:
Sam Peckinpah
Walon Green
Acteurs principaux
Sociétés de production Warner Bros.-Seven Arts
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Western
Sortie 1969
Durée 145 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

La Horde sauvage (The Wild Bunch), est un film américain réalisé par Sam Peckinpah, sorti en 1969.

Synopsis[modifier | modifier le code]

1913. Déguisés en soldats, Pike Bishop et sa bande de hors-la-loi cherchent à s'emparer de la paie des ouvriers du chemin de fer. Mais un piège leur est tendu par Deke Thornton, un ancien compagnon d'arme de Pike.

Pour se refaire de leur coup raté, Pike et ses hommes s'allient alors avec un chef mexicain, Mapache, pour attaquer un convoi d'armes de l'armée américaine.

Mais Deke est à leurs trousses ; il a 30 jours pour les rattraper et éviter ainsi de retourner en prison.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Commentaires[modifier | modifier le code]

Avec La Horde sauvage, Sam Peckinpah semble entraîner le western classique vers la sortie. Alors qu'à l'origine, il s'agissait de témoigner de l'Histoire et des valeurs qui avaient constitué les États-Unis (instaurer l'ordre tout en repoussant les frontières de la colonisation, de la culture et de l'élevage), ces valeurs sont devenues fantoches, et c'est la violence dont il s'agit de repousser plus loin la représentation à l'écran (le film fut interdit aux moins de 18 ans à sa sortie en France). Elle est omniprésente dans le dernier tiers du film et esthétisée (à noter le ralenti sur les éclaboussures de sang au moment des impacts de balles). Même les enfants et les femmes tuent chez Peckinpah : ils semblent atteints par cette violence endémique qui frappe l'univers du réalisateur : le film s'ouvre sur une bande d'enfants qui s'amusent d'un scorpion livré à une colonie de fourmis rouges. À la fin, ils brûlent eux-mêmes leur jeu et en rient. Lors du massacre final une femme tire dans le dos et blesse un des membres de la bande, qui est obligé de la tuer.

Les multiples protagonistes, tous mûs par l'appât du gain ou de la vengeance, ou tout simplement égarés dans un monde qui ne les tolère déjà plus, apparaissent interchangeables. Chasseurs de primes abrutis, soldats américains, bandits sans foi ni loi, soulards mexicains sadiques, conseillers militaires prussiens, le même constat domine : naturellement mauvais et irrécupérables, les personnages avancent vers leur destin minable et tragique à la fois. Scorpion ou fourmi rouge, les personnages errent au gré des événements tels des animaux perdus dans leur propre jungle.

Petits détails : la mitrailleuse offerte par les aventuriers à Mapache est une Browning 1917 refroidie par eau — arme qui n'existait pas en 1913. Le type de mitrailleuse offerte aurait dû être une Lewis refroidie par air ou une Colt Potato Digger. De surcroit, la voiture du général est postérieure à 1917.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Fabrice Revault, La Horde sauvage de Sam Peckinpah, éd. Yellow Now, collection « Côté films », 2007 (ISBN 978-2873402112)

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]