La vie est belle (film, 1946)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir La vie est belle.

La vie est belle

Description de cette image, également commentée ci-après

Donna Reed et James Stewart

Titre original It's a Wonderful Life
Réalisation Frank Capra
Scénario Frances Goodrich
Albert Hackett
Frank Capra
Jo Swerling
Philip Van Doren Stern
Acteurs principaux
Sociétés de production Liberty Films
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Sortie 1946
Durée 130 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

James Stewart et son ange gardien Clarence (Henry Travers)

La vie est belle (It's a Wonderful Life) est un film américain de Frank Capra, sorti en 1946, d'après la nouvelle The Greatest Gift (en) de Philip Van Doren Stern.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Bedford Falls, petite ville de l'État de New York, la veille de Noël. De chaque foyer s'élève une prière. Les paroles murmurées avec ferveur concernent toutes le même homme — George Bailey — qu'elles proviennent de la bouche de son épouse, de ses enfants, de ses amis et collègues... et de manière générale de tous ceux qui tiennent à lui. Les prières vont être exaucées et Clarence, un ange sans ailes est envoyé au secours de George afin de gagner ses ailes. Avec lui, nous revivons les années écoulées dans la vie de George.

Ayant renoncé à son rêve d'enfant de devenir explorateur, pour reprendre la banque de son père, il a toujours consacré son énergie et son argent à l'amélioration des conditions de vie des habitants de la ville, en luttant contre le désir de puissance d'un homme d'affaires sans scrupules. Il fut également très utile pour son patron, monsieur Gower, un pharmacien, car il empêcha le renvoi de ce dernier en refusant de livrer à un couple, dont le fils était atteint d'une maladie très grave, un cachet empoisonné. Il sauva également son jeune frère Harry de la noyade au cours d'un concours de luge et perdit à cette occasion, l'usage de son oreille gauche. Adulte, George se maria à Mary, amoureuse de Georges depuis l'enfance, et eut d'elle quatre enfants. Deux de ses amis, Bert (Marcel en français) un policier, et Ernie (Ernest en français), un chauffeur de taxi chantèrent même à son mariage. Grâce à lui, son oncle Billy réussit à sauver son entreprise et plusieurs personnes dont son meilleur ami Giuseppe Martini habitèrent dans des jolies maisons construites grâce aux fonds de la banque Bailey. Pourtant, un soir de Noël, l'oncle Billy perd une somme d'argent importante et George, désespéré, envisage de se jeter dans la rivière. Mais il sauve Clarence qui feintait de se noyer. L'instant d'après, celui-ci montre à George comment les citoyens de sa ville auraient évolué sans lui. La ville s'appellerait Pottersville et non Bedford Falls car personne n'aurait tenu tête à Potter, l'homme d'affaires. Il n'y aurait que des bars et des maisons closes. Il n'y aurait jamais eu les maisons de George et monsieur Gowers aurait empoisonné un enfant car personne ne l'en aurait empêché. Il aurait fait vingt ans de prison et serait devenu clochard. Harry se serait noyé et n'aurait pu sauver tous les hommes à qui il a porté secours pendant la guerre. La mère de George serait une veuve acariâtre tenant une pension de famille douteuse, ses amis seraient des mauvais garçons, Mary, une bibliothécaire vieille fille et Violette, une prostituée (dans la vraie vie de George, c'est une fille un peu simplette mais très gentille). Les enfants de George n'existeraient pas et l'oncle Billy serait devenu fou après la faillite de ses affaires.

Se rendant compte de ce qui aurait pu arriver, George demande à revivre. Il s'aperçoit que tous ses amis se sont cotisés pour lui procurer l'argent qui lui manquait. Lorsque l'histoire se termine, il trouve un livre de Clarence dans la pile de billets, avec une dédicace disant qu'aucun homme avec des amis ne connaît d'échec et qui le remercie d'avoir obtenu ses ailes.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Et, parmi les acteurs non-crédités :

Autour du film[modifier | modifier le code]

  • Le film figure à la 20e place du Top 100 de l'American Film Institute.
  • Le décor conçu pour le film est un des plus grands jamais construits en studio. La ville imaginaire de Bedford Falls comprenant immeubles, maisons, boutiques et usines, fut en effet entièrement édifiée à Encino (Californie) occupant une surface de 16 000 m2.
  • James Stewart a toujours déclaré que de tous les films dans lesquels il a joué, La vie est belle était son préféré.
  • Le film a fait l'objet d'une novélisation : It's a Wonderful Life par M.C. Bolin publié chez Harper (1947).
  • Le film connut un remake destiné à la télévision en 1977, sous le titre de It Happened One Christmas.
  • L'épisode L'ange gardien de la série Clair de Lune est un remake du film, mais modelé dans le contexte de la série : À l'approche de Noël, Maddie Hayes, déprimée, souhaite n'avoir jamais sauvé l'agence de détectives de la faillite. Son ange gardien survient et lui montre comment le monde aurait été si elle avait pris cette fatale décision.
  • Le double épisode final de Dallas reprend la trame scénaristique du film. Ainsi, le personnage de J.R. voit ce qu'aurait été la vie de ses proches s'il n'avait jamais existé.
  • Un épisode de NCIS : Enquêtes spéciales situé à Noël, permet à Tony DiNozzo de présenter le film à ses collègues, comme dans sa famille jadis. Il le qualifie de plus grand film de Noël jamais fait...
  • Le film Gremlins de Joe Dante fait au moins deux références à celui de Capra. La première est un extrait de La vie est belle que l'on peut voir alors que la mère de Billy regarde la télévision dans sa cuisine. La seconde est le personnage de Mrs Deagle dont le statut dans la ville et la méchanceté rappelle fortement le M. Potter du film de Capra.
  • Dans l'épisode 15 de la saison 5 de Friends, Phoebe fait des cadeaux similaires au film pour la crémaillère de Ross. De plus, dans la saison 2, Phoebe et Monica parlent du film.
  • La Vie est belle est, avec Le Magicien d'Oz, le film de Noël par excellence. Il est régulièrement rediffusé à la télévision américaine pendant cette période[2].
  • Ce film fait partie de la Liste du BFI des 50 films à voir avant d'avoir 14 ans établie en 2005 par le British Film Institute.
  • Dans la série Les Frères Scott (One tree Hill), dans l’épisode 10 de la saison 4, Lucas Scott est entre la vie et la mort, son oncle Keith décédé lui apparaît en rêve pour lui montrer ce qu'aurait été la vie s'il n'avait pas existé. Durant l'épisode entier, de nombreux passages du film La Vie est belle apparaissent sur les écrans de l'hôpital où les personnages se trouvent en attendant que leur ami se réveille du coma.

Suite du film[modifier | modifier le code]

Le 19 novembre 2013 on apprend qu'une suite est prévue sous le titre It's a Wonderful Life: The Rest of the Story[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Karolyn Grimes a laissé un livre : Zuzu Bailey's It's a Wonderful Life Cookbook (avec Franklin Dohanyes) - Éd. Carol Publishing, 1996, ainsi qu'une biographie : Everytime a Bell Rings: The Wonderful Life of Karolyn Grimes de Clay Eals chez Pastime Press, 1997. On peut consulter le site (en) www.zuzu.net
  2. Quoi de neuf dans le chapeau ? - Denis Rossano, L'Express, 23 décembre 2009
  3. http://www.allocine.fr/article/fichearticle_gen_carticle=18628824.html

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :