Twixt (film)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Twixt.

Twixt

Titre original Twixt
Réalisation Francis Ford Coppola
Scénario Francis Ford Coppola
Acteurs principaux
Sociétés de production American Zoetrope
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Horreur
Sortie 2011
Durée 90 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Twixt est un film d'horreur américain écrit et réalisé par Francis Ford Coppola, présenté pour la première fois le 4 septembre 2011 au Festival international du film de Toronto, et sorti le 11 avril 2012 en France.

Le titre est un mot d'anglais archaïque, twixt, signifiant « entre (deux choses) ».

Synopsis[modifier | modifier le code]

Hall Baltimore est un écrivain sur le déclin. Alors qu'il est en tournée de promotion dans une petite ville, il découvre qu'une jeune fille a été assassinée. La nuit, Hall rêve d'un fantôme nommé V qui lui raconte une étrange histoire, peut-être en rapport avec le meurtre. À sa grande surprise, certaines des réponses à ces questions se trouvent dans sa propre vie…

Fiche technique[modifier | modifier le code]

  • Titre original : Twixt
  • Titre de travail provisoire : Twixt Now and Sunrise
  • Réalisation : Francis Ford Coppola
  • Scénario : Francis Ford Coppola
  • Direction artistique : Jimmy DiMarcellis
  • Décors : Katherine Covell
  • Costumes : Marjorie Bowers
  • Photographie : Mihai Malaimare Jr.
  • Montage : Robert Schafer, Kevin Bailey et Glen Scantlebury
  • Musique : Dan Deacon et Osvaldo Golijov
  • Production : Francis Ford Coppola
Producteurs délégués : Anahid Nazarian et Fred Roos
Producteurs associés : Masa Tsuyuki et Josh Griffith
  • Directeur artistique : Jimmy DiMarcellis
  • Société de production : American Zoetrope
  • Société(s) de distribution :
Drapeau de la France France : Pathé Distribution

Distribution[modifier | modifier le code]

Source et légende : Version québécoise (V. Q.) sur Doublage Québec[2]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

Box-office[modifier | modifier le code]

Pays ou région Box-office Box-office arrêté le… Nombre de semaines
Drapeau des États-Unis États-Unis/Drapeau du Canada Canada non sorti à ce jour
Drapeau de la France France 106 347 entrées[3]
Paris 56 405 entrées[3]
Alt=Image de la Terre Mondial 368 086 $[3] 3 décembre 2012

Réception critique[modifier | modifier le code]

Le film reçoit globalement de bonnes critiques en France[4],[5], la moyenne des notes de la presse est de 3/5 sur Allociné. Le Monde souligne ainsi la « beauté fragile, poignante, totalement romantique » du film et le « merveilleux état de grâce » du réalisateur Francis Ford Coppola[6]. Les Cahiers du cinéma trouve que le film « ne se prend pas au sérieux » et qu'il est « la confession d'un artiste soucieux de la beauté »[5] ; à la fin de l'année, la revue classera Twixt comme troisième meilleur film de 2012 (derrière Cosmopolis et Holy Motors). Pour Excessif, c'est un « film merveilleux »[5].

Le site internet Chronic'art remarque « l'hallucinante liberté que s'octroie désormais Coppola » qui réalise des « croisements inouïs (...), une série B gothique et bouffonne en même temps qu'un exorcisme intime, des expérimentations numériques splendides (...) mais aussi sa manière décomplexée et farceuse de prendre en marche le train de la 3D. Twixt se présente comme un film en 3D, donc, mais juste un peu, comme ça, en passant. En tout et pour tout, deux séquences, à peine plus de cinq minutes, signalées à leur entame par une animation kitschissime - une paire de lunettes chaussées par l'écran pour donner le top, façon Freddy 6 »[7].

Pour Libération, Twixt est « absolument renversant (...) secoué, extravagant au bord du délire ». Le journal souligne également la belle performance d'Elle Fanning[8]. Dominique Widemann de L'Humanité, le film « use d'un éclectisme cousu de main de maître »[5].

Certaines critiques sont plus partagées et mitigés, à l'instar de celle dans Métro : « l'image est stylée mais le maître hésite entre effroi, burlesque et le baroque sans convaincre »[5]. Le Journal du dimanche regrette une image « ultra-esthétisante, [qui] ne sauve jamais ce thriller qui part dans tous les sens »[5]. Le Nouvel Observateur est plus catégorique en écrivant que Coppola a créé « le nanar à orientation variable, l'intermittent spectacle et les lunettes à sieste partielle »[5]

Les critiques Américaines sont beaucoup plus mitigés pour juger Twixt qui recueille sur Metacritic une moyenne de 40/100 parmi 6 critiques, considéré comme mitigé. Sur Rotten Tomatoes, le film recueille sur 18 critiques seulement 29 % d'avis positifs soit la mention "rotten". La presse Américaine est très déçue tel Hollywood Reporter qui écrit notamment « Facilement le plus stupide des films de Coppola » ou The Playlist qui souligne le comique involontaire du film.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]