Yiddish Connection

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le terme de Yiddish Connection désigne, aux États-Unis, les organisations mafieuses composées de Juifs.

Historique[modifier | modifier le code]

Meyer Lansky, le boss le plus connu de la mafia juive américaine.

C'est le titre d'un livre de l'auteur américain Rich Cohen, qui y traite du Milieu juif new-yorkais des années 1920-1930. D'autres auteurs américains parlent de Kosher Nostra, bien que ses membres étaient pratiquement tous dénués de croyances et pratiques religieuses. Contrairement à la mafia italienne, la Yiddish connection n'est pas une organisation caractérisée par des rituels et une hiérarchie centralisée, mais une association informelle de criminels liés par une même origine (communauté ou quartier) et des liens personnels.

L'apogée de la Yiddish Connection se situe dans les années 1930, par la suite, elle se dilua dans la Mafia américaine. Son association avec des membres de la mafia sicilienne de New York donna naissance au Syndicat du crime à l'issue de la Guerre des Castellammaresi en 1931. Lucky Luciano et Meyer Lansky furent les deux artisans de cette association.

Ses principaux membres étaient Monk Eastman, Arnold Rothstein, Meyer Lansky, Bugsy Siegel, Lepke Buchalter, Gurrah Shapiro, Abner Zwillman, Moe Dalitz, Waxey Gordon, Abe Reles, Harry Maione, Martin Goldstein, Frank Abbandando, Dutch Schultz, Mickey Cohen, Harry Strauss, Albert Tannenbaum, Charles Workman, Emanuel Weiss, Isadore Blumenfeld, Seymour Magoon et Sholem Bernstein.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]