Walther von Brauchitsch

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir von Brauchitsch.
Walther von Brauchitsch
Image illustrative de l'article Walther von Brauchitsch

Naissance 4 octobre 1881
Berlin, Allemagne
Décès 18 octobre 1948 (à 67 ans)
Hambourg, Allemagne
Origine Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Grade Generalfeldmarschall
Années de service 1900 – 19 décembre 1941
Conflits Première Guerre mondiale,
Seconde Guerre mondiale
Commandement Heer
Famille Oncle de Manfred von Brauchitsch

Walther Heinrich Alfred Hermann von Brauchitsch, né le 4 octobre 1881 à Berlin, mort le 18 octobre 1948 à Hambourg, est un militaire allemand. Il est le commandant en chef de la Heer (armée de terre allemande) au début de la Seconde Guerre mondiale.

Biographie[modifier | modifier le code]

En 1900, Brauchitsch est officier dans la Garde prussienne. Lorsque la Première Guerre mondiale éclate, il est officier de l'état-major.

Lorsque Hitler prend le pouvoir (« Machtergreifung ») et accroît celui de l'armée, Brauchitsch est nommé chef du district militaire de la Prusse-Orientale. En 1937, il devient commandant du 4e groupe d'armées[réf. nécessaire]. Même s'il est opposé au nazisme, il devient en grande partie dépendant de Hitler après lui avoir emprunté 80 000 Reichmarks afin de pouvoir divorcer et se remarier[réf. souhaitée]. En 1938, il succède au général Werner von Fritsch en tant que commandant en chef de l'armée de terre (la Heer), après que celui-ci a dû démissionner à la suite de fausses accusations d'homosexualité, dans le cadre de l’Affaire Blomberg-Fritsch.

Brauchitsch est contrarié par la montée en puissance des SS, il craint que cette organisation ne tente de remplacer l'armée allemande régulière, la Wehrmacht. Il a des différends avec Erich Koch, le Gauleiter de la Prusse-Orientale et Hitler doit s'interposer.

Tout comme le général Beck, il s'oppose à l'annexion de l'Autriche en mars 1938 et à celle de la Tchécoslovaquie en mars 1939, mais il ne s'oppose pas aux plans militaires de Hitler et ne fait rien lorsque Beck lui demande de convaincre l'état-major entier de démissionner si Hitler poursuit son plan d'invasion de la Tchécoslovaquie.

En septembre 1938, un groupe d'officiers ourdit un complot contre Hitler et essaie à plusieurs reprises de convaincre Brauchitsch, en tant que commandant en chef de l'armée de terre, de diriger le coup d'État prévu, mais celui-ci ne leur promet qu'une chose : « Je ne participerai pas, mais je n'empêcherai personne de passer à l'action ». Alors que le projet de coup d'État n'a pas de suite, Brauchitsch ignore les demandes d'aide de Beck et des autres conspirateurs afin d'utiliser l'armée pour renverser Hitler avant que l'Allemagne ne soit plongée dans la guerre.

Le 5 novembre 1939, incité par son second, le chef d'état-major adjoint de l'armée de terre Franz Halder, par les conspirateurs, et par la plupart des hauts-gradés de la Heer qui craignent d'attaquer aussi tôt la France, alors considérée comme la plus grande puissance militaire occidentale, Brauchitsch demande une audience à Hitler pour le convaincre que l'Allemagne ne pourra jamais gagner une guerre prolongée en Europe et le supplie d'abandonner ses plans de conquête. Hitler, furieux, adresse des insultes au commandant en chef de l’armée de terre, Brauchitsch. Halder, présent, est horrifié lorsqu'il aperçoit son supérieur, Brauchitsch, quitter la rencontre « mort de peur ». Hitler rencontre ensuite l'état-major pour déclarer qu'il va écraser l'Ouest en moins d'une année. Il fait également le vœu de « détruire l'esprit de Zossen », une menace qui affole Halder au point d'obliger les conspirateurs à annuler leur deuxième coup d'État planifié.

Le 7 février 1940, Brauchitsch adresse une lettre à tous ses généraux dans laquelle il approuve au nom du Lebensraum toutes les mesures draconiennes prises contre la population polonaise et exige que cessent les critiques contre la politique raciale nazie[1].

En 1940, Brauchitsch devient un élément clé dans la guerre-éclair de Hitler contre l'Ouest, en participant aux modifications des plans militaires pour envahir la France.

Brauchitsch fait partie de la promotion des 12 Generalfeldmarschall nommés à la suite de la campagne de France, le 19 juillet 1940.

Le 28 avril 1941, Brauchitsch entérine l'accord conclu le 26 mars 1941 entre Reinhard Heydrich et Eduard Wagner qui autorise la constitution et l'autonomie opérationnelle des Einsatzgruppen sur le théâtre d'opérations de l'armée de terre[2].

Cependant, il ne parvient pas à s'emparer de Moscou pendant la guerre contre l'Union soviétique, ce qui lui vaut l'hostilité de Hitler. Puis, Brauchitsch est victime d’une grave attaque cardiaque. Hitler le relève alors de ses fonctions et se met à occuper en personne le poste de commandant en chef de l’armée de terre, à compter du 19 décembre 1941, ce jusqu'à la fin du conflit, en l'occurrence son suicide.

Le plus récent biographe de Hitler, Ian Kershaw, dépeint Brauchitsch comme un être « peureux » et « sans caractère ».

Après la guerre, Brauchitsch est arrêté et accusé de crimes de guerre, mais il meurt d'une crise cardiaque en 1948 avant d'avoir pu être jugé.

Promotions militaires[modifier | modifier le code]

Leutnant 22 mars 1900
Oberleutnant 18 octobre 1909
Hauptmann 18 décembre 1913
Major 15 juillet 1918
Oberstleutnant 1er avril 1925
Oberst 1er avril 1928
Generalmajor 1er octobre 1931
Generalleutnant 1er octobre 1933
General der Artillerie 20 avril 1936
Generaloberst 4 février 1938
Generalfeldmarschall 19 juillet 1940

Décorations[modifier | modifier le code]

Note[modifier | modifier le code]

  • Le fils de Walther von Brauchitsch, Bernd von Brauchitsch, a été premier aide de camp du commandant en chef de la Luftwaffe, Hermann Göring
  • Walther von Brauchitsch était l'oncle du pilote automobile des années 1930, Manfred von Brauchitsch.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Christopher Browning Les origines de la solution finale Points/Histoire éd. Seuil p.167 (ISBN 978-2-757-80970-9)
  2. Édouard Husson Heydrich et la solution finale Perrin 2012 p.290 (ISBN 978-2-262-02719-3)
  3. Veit Scherzer: Die Ritterkreuzträger 1939-1945, Scherzers Militaer-Verlag, Ranis/Jena 2007, ISBN 978-3-938845-17-2, S.240

Sources[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

(de) Biographie de von Brauchitsch, Walther Heinrich Alfred Hermann, sur le site Lexikon der Wehrmacht