Führerbunker

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Abri du Führer
Cliché de juillet 1947 montrant l'entrée arrière du Führerbunker, dans le jardin de la chancellerie du Reich.
Cliché de juillet 1947 montrant l'entrée arrière du Führerbunker, dans le jardin de la chancellerie du Reich.
Présentation
Nom local Führerbunker
Type Casemate
Architecte Albert Speer, Karl Piepenburg
Date de construction 194323 octobre 1944
Date de démolition 5 décembre 1947
Géographie
Pays Allemagne nazie
Localité Berlin
Localisation
Coordonnées 52° 30′ 45″ N 13° 22′ 53″ E / 52.5125, 13.381552° 30′ 45″ Nord 13° 22′ 53″ Est / 52.5125, 13.3815  

Géolocalisation sur la carte : Allemagne

(Voir situation sur carte : Allemagne)
Abri du Führer

Géolocalisation sur la carte : Berlin

(Voir situation sur carte : Berlin)
Abri du Führer
Plan du Führerbunker.
Plan du Führerbunker :
1. mur (2,2 m d'épaisseur) ; 2. pièce de ventilation[1] ; 3. consigne ; 4. sortie vers le jardin par des escaliers ; 5. chambre de Goebbels ; 6. infirmerie ; 7. lit ; 8. coffre-fort ; 9. chaise ; 10. table ; 11. armoire ; 12. bureau de Goebbels et chambre du médecin ; 13. salle de réunion ; 14. salle de réunion/salle des plans et cartes ; 15. standard téléphonique, bureau de Bormann et salle des gardes[1] ; 16. générateur/ventilateur ; 17. bureau de Hitler ; 18. salle de bains/dressing-room ; 19. chambre d'Eva Braun ; 20. salle d'interrupteurs électriques ; 21. toilettes ; 22. corridor/salon ; 23. doubles portes renforcées ; 24. corridor/salon ; 25. escaliers menant au Vorbunker ; 26. bureau ; 27. canapé ; 28. chaises ; 29. chambre de Hitler ; 30. salon de Hitler.

Le Führerbunker, traduit l'« abri du Führer », est le nom usuel employé pour désigner un complexe de salles souterraines de Berlin (Allemagne) où Adolf Hitler s'est suicidé lors de la Seconde Guerre mondiale. Ce bunker a été le treizième et dernier des Führerhauptquartiere (Quartier-général du Führer)[2].

Il y avait en réalité deux bunkers reliés entre eux : le Vorbunker (« pré-bunker ») était le plus ancien, et le Führerbunker le plus récent. Le Führerbunker était situé à environ 8,2 mètres sous le jardin de la Neue Reichskanzlei (nouvelle Chancellerie du Reich), au 77 Wilhelmstraße, aujourd'hui à environ 120 mètres au nord de la nouvelle Chancellerie, à l'ancienne 6 Voßstraße. Le Vorbunker était situé en dessous du grand hall derrière la vieille Chancellerie, qui était reliée à la nouvelle Chancellerie. Le Führerbunker était situé un peu plus bas que le Vorbunker et un peu plus à l'ouest (ou ouest/sud-ouest). Les deux bunkers étaient reliés entre eux par des escaliers à angle droit (et non en spirale, comme le croient certains).

Le complexe était protégé par une couche de béton d'environ quatre mètres d'épaisseur. Il comprenait environ trente petites pièces sur deux niveaux. Il possédait des sorties menant aux bâtiments principaux et une sortie d'urgence donnant sur le jardin. Les bunkers furent construits en deux phases, l'une en 1936 et l'autre en 1943. Les ajouts de 1943 furent réalisés par l'entreprise Hochtief et firent partie d'un grand plan de construction souterraine berlinoise commencé en 1940. Les pièces occupées par Hitler se trouvaient dans la nouvelle section, plus profonde, et en février 1945 elles étaient garnies de meubles luxueux pillés ou récupérés à la Chancellerie, ainsi que de plusieurs œuvres d'art.

Historique[modifier | modifier le code]

L'année 1945[modifier | modifier le code]

Le 16 janvier 1945, Hitler emménage au Führerbunker. Il y est rejoint par les plus importants de ses officiers ou collaborateurs : d'abord Martin Bormann, puis Eva Braun, Joseph et Magda Goebbels avec leurs enfants, qui occupèrent le Vorbunker. Il y avait aussi du personnel auxiliaire, environ deux ou trois douzaines de personnes affectées au service médical ou administratif. Cet effectif inclut les secrétaires de Hitler, dont Traudl Junge, ainsi qu'une infirmière, Erna Flegel, le chargé des communications téléphoniques, Rochus Misch, son aide de camp Otto Günsche ou bien aussi son officier d'ordonnance Heinz Linge. La chienne de Hitler, Blondi, y était également ; Hitler la promenait souvent dans le jardin de la Chancellerie jusqu'au début des bombardements soviétiques en mars 1945.

Le bunker disposait d'une grande réserve de vivres et d'autres nécessités. Selon les récits, il protégea avec succès ses occupants des bombardements constants et meurtriers de la fin avril. Dans les derniers jours de sa vie, on dit qu'Hitler buvait plusieurs tasses de thé par jour (de dix à seize), même lorsqu'il y eut pénurie de thé. Beaucoup de personnes témoignèrent plus tard du bruit constant du système de ventilation du bunker.

Avril[modifier | modifier le code]

Le 16 avril, l'Armée rouge commence la bataille de Berlin en attaquant les Allemands (en) sur les fleuves Oder et Neisse. À peine trois jours plus tard, les troupes soviétiques commencent à percer les lignes allemandes (bataille de Seelow, 16-19 avril 1945) et à encercler la capitale allemande[3].

Le 20 avril, jour d'anniversaire de Hitler, celui-ci remonte pour la dernière fois à la surface pour distribuer des Croix de fer à quelques enfants soldats des Jeunesses hitlériennes.

Le jour suivant, il donne des ordres qui montrent qu'il a perdu toute conscience de la réalité militaire. Il ordonne à ses troupes de contre-attaquer pour prendre en « tenaille » les troupes soviétiques encerclant Berlin. L'attaque au nord devait être menée par le général SS Felix Steiner et son unité. Celui-ci essaye d'expliquer à ses supérieurs que sa capacité offensive se réduit à deux bataillons de la 4e division de police, et que ceux-ci n'ont pas d'armes de guerre. Personne ne le dit à Hitler. L'attaque au sud était tout aussi peu réaliste : la 9e Armée allemande fut repoussée jusqu'à Halbe[4],[5].

Le 22 avril, lors de la conférence stratégique qu'il tient tous les après-midi, Hitler, déçu, est pris d'une violente crise de colère quand il apprend que ses plans du jour précédent ne seront pas concrétisés. Il déclare la guerre perdue, blâme les généraux et annonce qu'il restera à Berlin jusqu'à la fin avant de se suicider. Tentant d'apaiser sa colère, le général Alfred Jodl lui explique que la 12e armée allemande du général Walther Wenck qui affronte les Américains pourrait peut-être entrer dans Berlin parce que leurs adversaires, déjà sur l'Elbe, ne vont probablement pas aller au-delà vers l'est. Hitler prend une décision immédiate : en à peine quelques heures, Wenck a l'ordre de se retirer pour soutenir les troupes défendant déjà dans la capitale. On se rend alors compte que si la 9e armée va à l'ouest, elle pourra rejoindre la 12e. Le soir même, le général à la tête de la 9e, Theodor Busse, est sommé de rejoindre Wenck et la 12e armée[6].

En dépit des ordres de Hitler, à la date du 25 avril les Soviétiques ont consolidé leur encerclement de Berlin et leurs meilleures unités ont déjà commencé à explorer et pénétrer les défenses du S-Bahn. À la fin de la journée, il n'y a aucun doute que les défenses allemandes ne pourront pas faire mieux que retarder la prise de la ville par les Soviétiques. Les étapes décisives de la bataille ont déjà eu lieu en dehors de la ville[7].

Hitler fait venir de Munich le maréchal Robert Ritter von Greim pour qu'il prenne la tête de la Luftwaffe à la place de Hermann Göring. Le 26 avril, Ritter est grièvement blessé par des tirs anti-aériens soviétiques en survolant Berlin dans le Fieseler Storch de sa maîtresse, la pilote Hanna Reitsch. Reitsch réussit à atterrir sur une piste improvisée dans le Tiergarten, près de la porte de Brandebourg[8],[9],[10].

Le même jour, Helmut Weidling, un général d'artillerie, est désigné au commandement de la Région de défense de Berlin[8]. Hitler avait pourtant ordonné l'exécution de Weidling quatre jours plus tôt, le 22 avril, suite à un malentendu sur un ordre de retraite donné par Weidling lorsqu'il était à la tête de la LVI Panzerkorps, commandement qu'il exerçait depuis seulement le 20 avril.

Le 28 avril, Hitler apprend qu'Heinrich Himmler a pris contact avec le comte suédois Folke Bernadotte à Lübeck et qu'il l'a mandaté pour remettre une proposition de paix au général américain Eisenhower. Fou de rage de ce « cavalier seul » de la part de Himmler, Hitler ordonne au maréchal von Greim et à Reitsch de rejoindre par les airs le QG de Karl Dönitz à Ploen et assigne à von Greim la tâche d'arrêter le « traître » Himmler[8].

Le général Hans Krebs donne son dernier appel téléphonique depuis le Führerbunker pour appeler le maréchal Wilhelm Keitel, chef de l'OKW, alors à Fürstenberg. Krebs dit à Keitel que, si des renforts n'arrivaient pas sous 48 heures, tout sera perdu. Keitel lui promet de faire pression sur les généraux Wenck et Busse. Au même moment, Bormann envoie un télégramme à l'amiral Karl Dönitz : « Chancellerie (Reichskanzler), amas de décombres. »[8]. Il continue en disant que la presse étrangère parle de nouvelles trahisons, et que « sans exception aucune, Schörner, Wenck et les autres se doivent de prouver leur loyauté en venant soutenir le Führer. »[11] Bormann est alors le chef de la Parteikanzlei et le secrétaire personnel de Hitler.

Dans la soirée, von Greim et Reitsch s'envolent à bord d'un Arado Ar 96. Von Greim reçoit pour ordre de faire attaquer par la Luftwaffe les forces soviétiques, qui venaient d'arriver à la Potsdamer Platz (à seulement une rue du Führerbunker), et de s'assurer que Himmler soit puni[12]. Craignant que Hitler ne s'échappe dans cet avion, les troupes de la 3e Armée de choc soviétique, avançant dans le Tiergarten et venant du nord, essayent de détruire l'Arado. Leur tentative échoue et l'avion décolle avec succès[13],[14].

Pendant la nuit du 28 avril, Wenck informe Keitel que sa 12e Armée a été repoussée sur tout le front ; le : XX. Armeekorps parvient tout de même à entrer temporairement en contact avec la garnison de Potsdam. Selon Wenck, aucun renfort ne pourrait désormais aider Berlin, ni venant de la 12e, ni de la 9e, ni d'aucune autre[15]. Keitel l'autorise à abandonner sa tentative de secourir Berlin[11].

À h du matin le 29 avril, le général Burgdorf, Goebbels, Von Below et Bormann assistent à la rédaction du dernier testament de Hitler et le signent en qualité de témoins. Hitler dicte le document à Traudl Junge peu après avoir épousé Eva Braun[16],[17].

Tard le soir du 29 avril, Krebs contacte le général Alfred Jodl par radio : « Demande rapport immédiat. Primo position de l'avant-garde de Wenck. Deuxièmement, heure prévue pour l'attaque. Troisièmement, situation de la 9e Armée. Quatre, lieu exact de l'attaque de la 9e. Cinq, emplacement de l'avant-garde du général Rudolf Holste. »[15]. Tôt le matin suivant, Jodl lui répond : « Primo, troupes de Wenck bloquées au sud du lac Schwielow. Deux, 12e Armée incapable de continuer l'attaque sur Berlin. Trois, la plus grande partie de la 9e est encerclée. Quatre, Corps de Holste sur la défensive. »[15],[18],[19],[20].

Dans la matinée du 30 avril, le Brigadeführer SS Wilhelm Mohnke, commandant du secteur centre de Berlin, informe Hitler que sa position ne pourra pas résister plus de deux jours. Plus tard le même matin, Weidling informe lui-même Hitler que les défenseurs utiliseront leurs dernières munitions le soir même et lui demande l'autorisation de tenter de s'échapper de la ville. Vers 13h00, Weidling revenu à son QG du Bendlerblock reçoit l'aval de Hitler pour sa tentative de fuite[21].

L'après-midi du même jour, Adolf Hitler et Eva Braun se suicident, le premier en se tirant une balle et la seconde en absorbant une capsule de cyanure. Conformément aux instructions laissées par Hitler, leurs corps sont incinérés dans le jardin de la Chancellerie. Aussi en accord avec le dernier testament de Hitler, Joseph Goebbels, ministre de la Propagande, devient le nouveau chef du gouvernement et Chancelier du Reich (Reichskanzler). À 3h15, Goebbels et Bormann envoient un message radio à l'amiral Karl Dönitz pour l'informer de la mort du Führer, et le nommer, comme le voulait Hitler, nouveau « Président de l'Allemagne » (Reichspräsident).

À la fin de la journée, les Soviétiques s'étaient emparés du Reichstag, symbole ultime de la chute de Berlin[22] et l'un des derniers points d'appui des combattants allemands défendant la zone autour de la Chancellerie et du Führerbunker.

Mai[modifier | modifier le code]

Carte de l'emplacement du Führerbunker dans le Berlin de 1945.
Carte de l'emplacement du Führerbunker dans le Berlin de l'époque.

Vers 4 heures du matin le 1er mai, Krebs rencontre le général Tchouikov, commandant de la 8e Armée de la Garde soviétique[23]. Il rentre bredouille de cet entretien, après avoir refusé d'ordonner une reddition sans conditions car seul le Reichskanzler Goebbels avait un tel pouvoir. Vers la fin de l'après-midi, Magda Goebbels tue leurs six enfants au cyanure. Magda et Joseph quittent le bunker vers 20h00 ; près de l'entrée de celui-ci, ils mordent tous les deux des capsules de cyanure et, soit se suicident par balle en même temps, soit reçoivent le coup de grâce par les soins du garde SS désigné pour incinérer leurs dépouilles[24].

Weidling avait donné l'ordre aux survivants de s'échapper vers le nord-est à partir de 21h00 le 1er mai, mais la tentative d'évasion intervint un peu plus tard que prévu, à 23h00. Le premier groupe, mené par Mohnke, évite le pont Weidendammer et traverse le fleuve sur une passerelle. Ce groupe est cependant coupé en deux (Mohnke lui-même ne parvient pas à s'échapper et, capturé le jour suivant, sera interrogé par le SMERSH). Le char Tigre qui précédait la première tentative de forcer le passage par le pont Weidendammer fut détruit. Deux autres tentatives par le même chemin s'ensuivirent et, lors de la troisième vers 1h00 le 2 mai, Bormann arriva à franchir la Spree mais fut tué tout près du pont, selon le témoignage d'Artur Axmann qui vit son corps en prenant le même chemin[25],[26].

Les SS français sont les « derniers défenseurs » du bunker, le Bataillon Charlemagne étant la seule unité encore présente jusqu'au 2 mai, afin d'empêcher les Soviétiques de le prendre pour la fête du 1er mai[27].

À 1h00, les Soviétiques reçoivent un message radio du LVI Corps Allemand demandant un cessez-le-feu et annonçant que des émissaires viendraient sous la sauvegarde du drapeau blanc au pont Potsdamer. Tôt le matin du 2 mai, les Soviétiques prennent la Chancellerie. Weidling et ses collaborateurs se rendent vers 6h00.

Les généraux Burgdorf (qui avait joué un rôle primordial dans la mort d'Erwin Rommel) et Krebs avaient préféré le suicide[15]. Il restait alors peu de monde dans le bunker ; ceux qui y étaient encore furent capturés par les Soviétiques le 2 mai. Les officiers soviétiques trouvèrent plus d'une douzaine de corps (apparemment ceux de suicidés) parmi les cendres de beaucoup de documents brûlés.

Depuis la guerre[modifier | modifier le code]

Photo montrant l'emplacement actuel du Führerbunker.
L'emplacement du Führerbunker en 2007.
Photo montrant le panneau devant l'emplacement actuel du Führerbunker.
Panneau devant l'emplacement actuel du Führerbunker.

Les ruines des deux Chancelleries, l'ancienne et la nouvelle, furent démolies par les Soviétiques entre 1945 et 1949, mais le bunker lui-même resta plus ou moins intact, quoique certaines sections en fussent inondées. En 1947, les Soviétiques tentèrent de faire sauter le bunker, mais cela ne fit qu'endommager les murs de séparation. En fait seules les parties apparentes des bunkers furent détruites (tours d'aération et sortie de secours vers le jardin). De nombreuses photos montrent les blocs basculés au sol. En 1959, le gouvernement de la République démocratique allemande essaya à nouveau de détruire l'édifice, apparemment sans beaucoup d'effet. Laissé en friche en raison de sa proximité avec le mur de Berlin, le site fut délaissé jusqu'à la réunification de l'Allemagne. La construction de résidences et d'autres bâtiments, entreprise en 1988-1989, fit redécouvrir plusieurs sections souterraines du vieux bunker par des ouvriers, en particulier l'ancien garage souterrain de la chancellerie, et la plupart furent détruites.

L'ancienne Chancellerie était située au coin des Wilhelmstrasse et Vossstrasse. D'autres parties du complexe souterrain de ce bâtiment furent découvertes au cours de grands travaux se déroulant dans les années 1990, mais elles furent comblées ou rapidement réenfouies. En 1990, on rouvrit pourtant le bunker pour le prendre en photo. Seul le bunker supérieur fut entièrement détruit. Le führerbunker fut arasé au niveau du toit uniquement. Ce sont les services de la Stasi qui filmèrent et photographièrent la construction avant et pendant les travaux de démolition.

Depuis 1945, les autorités redoutent que le site ne devienne un lieu de pèlerinage néo-nazi. L'attitude généralement adoptée pour conjurer ce risque a été de s'assurer que les lieux soient aussi anonymes que possible. Toutefois, beaucoup de monde considère que cela revient tout simplement à « faire du passé table-rase » en ignorant le fait incontournable qu'il s'agit du bunker le plus célèbre de l'histoire.

En 2005, l'emplacement du bunker n'était pas du tout identifié : ses environs immédiats étaient occupés par un petit restaurant chinois et un centre commercial ; l'endroit où se trouvait la sortie d'urgence du bunker (qui menait autrefois au jardin de la Chancellerie) était occupé par un parking.

Le 8 juin 2006 un petit panneau y a été installé ; il représente un schéma du bunker situant son emplacement exact. Le panneau peut se voir au carrefour de In den Ministergärten et Gertrud-Kolmar-Strasse, deux petites rues situées à environ trois minutes de marche de Potsdamerplatz. Le téléphoniste Rochus Misch, un des derniers résidents du bunker encore en vie à l'époque, assista à la cérémonie d'inauguration de ce panneau.

Dans les arts[modifier | modifier le code]

Fiction[modifier | modifier le code]

Documentaires[modifier | modifier le code]

  • (de)/(en) Der Führerbunker (1935-1942) est un DVD de Christoph Neubauer Verlag proposant une reconstitution et une visite virtuelle du Führerbunker. Waldkirchen, 2007. (ISBN 9783981159301).
  • Adolf Hitler's Last Days est un épisode de la série de la BBC « Secrets of World War II ».
  • The World at War est une série télévisée britannique de Thames Television riche en informations sur Hitler et le Troisième Reich. Elle contient une entrevue avec Traudl Junge.
  • Unsolved History: Hitler's Bunker est un numéro de la série Unsolved History de la chaîne américaine Discovery Channel. Diffusé en 2002, il reconstruit virtuellement le bunker en images de synthèse à partir des documents techniques et des images de l'époque.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Synthèses historiques :
    • (en) Antony Beevor, Berlin : The Downfall 1945, Penguin Books,‎ 2002 (ISBN 0670886955) Document utilisé pour la rédaction de l’article
    • (en) Hans Dollinger, The Decline and Fall of Nazi Germany and Imperial Japan, Chancellor Press,‎ 1997 (ISBN 0753700093), p. 239 Document utilisé pour la rédaction de l’article
    • (en) Pietro Guido, Führerbunker-Discovered its Mysteries, Milan, ISEM,‎ 2012, 6e éd. (ISBN 88-87077-03-7)
    • (en) Earl F. Ziemke, Battle for Berlin : End of the Third Reich, New York, Ballantine Books,‎ 1969 Document utilisé pour la rédaction de l’article
    • Joachim Fest, Les derniers jours d'Hitler, Perrin,‎ 2003 (ISBN 2262023298)
    • Mario Frank, Hitler, les derniers jours : dans le bunker heure par heure, Presses de la Cité,‎ 2008

Notes et références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Führerbunker » (voir la liste des auteurs)

  1. a et b Les rôles des pièces nos 2 et 15 sont des suppositions.
  2. L'un des plus célèbres étant le Wolfsschanze (« la repaire du loup »), en Prusse-Orientale.
  3. Beevor 2002, p. 217-233.
  4. Beevor 2002, p. 267-268.
  5. Ziemke 1969, p. 87-88.
  6. Ziemke 1969, p. 89.
  7. Ziemke 1969, p. 111.
  8. a, b, c et d Dollinger 1997.
  9. Beevor 2002, p. 322.
  10. Ziemke 1969, p. 98.
  11. a et b Ziemke 1969, p. 119.
  12. Les ordres destinés à la Luftwaffe diffèrent selon les sources. Beevor dit qu'elle devait attaquer Potsdamerplatz, mais Ziemke assure qu'elle devait appuyer l'attaque de Wenck. Tous les deux s'accordent sur le fait que Himmler devait être puni.
  13. Beevor 2002, p. 342.
  14. Ziemke 1969, p. 118.
  15. a, b, c et d Dollinger, page 239
  16. Beevor 2002, p. 343.
  17. Site web du MI5, citant Trevor Roper (ancien agent du MI5 pendant la guerre). The Last Days of Hitler prétend toutefois que le mariage eut lieu après la dictée du dernier testament.
  18. Ziemke 1969, p. 120.
  19. Beevor 2002, p. 357.
  20. Dollinger (page 239) dit que Jodl répond, mais Ziemke (page 120) et Beevor (page 537) affirment que ce fut Keitel.
  21. Beevor 2002, p. 358.
  22. Yevgeny Khaldei y prit sa photographie la plus connue, fruit d'une reconstitution.
  23. Dollinger (page 239) dit 3h00, et Beevor (page 367) 4h00.
  24. Beevor 2002, p. 380-381.
  25. Beevor 2002, p. 383-389.
  26. Weidling n'aurait donné aucun d'ordre d'évasion (Ziemke 1969, p. 126).
  27. Jean Mabire, Mourir à Berlin : Les S.S. français, Fayard,‎ 1975 (ISBN 2253016233).