Philippe Burrin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Philippe Burrin

Description de l'image  Philippe Burrin (1993) by Erling Mandelmann.jpg.
Biographie
Naissance 16 mars 1952
Chamoson (Suisse)
Nationalité Drapeau : France Français
Thématique
Formation Université de Genève
Titres Directeur de l'Institut de hautes études internationales et du développement (IHEID) de Genève
Approche histoire politique, histoire de la Shoah
Travaux * thèse de doctorat, Le Fascisme satellite : Bergery, Déat, Doriot, et les hommes de gauche français dans le champ d'attraction des fascismes (1985)
  • Hitler et les Juifs. Genèse d’un génocide (1989)
Auteurs associés
Détracteurs
(Critiques)
Christopher Browning

Philippe Burrin, né le 16 mars 1952 à Chamoson en Suisse, est un historien dont les recherches portent sur les idéologies, les mouvements et les partis politiques en Europe durant l’entre-deux-guerres. À partir de ses travaux sur la Seconde Guerre mondiale, il a tenté de définir les notions de violence de masse et de génocide.

Biographie[modifier | modifier le code]

Études d'histoires et de sciences politiques[modifier | modifier le code]

Licencié de relations internationales (1975), il obtient son doctorat en sciences politiques (1985) à l’Institut universitaire de hautes études internationales (HEI) de Genève sous la direction de Saul Friedländer, spécialiste de l’Allemagne nazie[1].

Carrière universitaire[modifier | modifier le code]

Assistant d’histoire contemporaine (1982-1985) puis maître-assistant (1985-1988) à l’université de Genève, Philippe Burrin retrouve l’HEI en tant que professeur adjoint (1988-1993) puis comme professeur d’histoire des relations internationales à partir de 1993. Depuis 2004 il est directeur de HEI et occupe le même poste du nouvel Institut de hautes études internationales et du développement (IHEID) à partir de janvier 2008.

Apport à l'histoire du fascisme, de la collaboration et de la Shoah[modifier | modifier le code]

Le fascisme satellite[modifier | modifier le code]

Soutenue en 1985 à l’HEI, sa thèse de doctorat intitulée Le Fascisme satellite s’attache à retracer l’itinéraire intellectuel, politique et idéologique de Jacques Doriot, Marcel Déat et Gaston Bergery, individualités passant de la lutte antifasciste au sein de partis de gauche à la fondation de mouvements d’extrême-droite puis à l’engagement dans la collaboration sous le régime de Vichy[2]. À travers ces parcours, Burrin pointe la prégnance de la crise sociale et politique en France durant l’entre-deux-guerres et s’attache à démontrer le processus de dissémination du fascisme en France à travers cette « nébuleuse fascistoïde » ainsi que ses limites. En effet, si Déat, Doriot et Bergery empruntent des éléments à l’idéologie fasciste, le pacifisme intégral qui les unit (par l’expérience de la Grande Guerre) se heurte à l’adoption de l’idéologie d’expansion territoriale propre au fascisme amenant Burrin à parler de « fascismes déficitaires »[3].

La Collaboration[modifier | modifier le code]

Il approfondit cette thèse dans La France à l’heure allemande à travers la façon dont les Français ont réagi et se sont comportés face à l’occupation et vis-à-vis de l’occupant. Il s’intéresse aux différentes formes d’« accommodements » - et ses évolutions - avec l’occupant en analysant les comportements des notables et hommes politiques, du clergé, du patronat, des intellectuels, des artistes et des collaborateurs. En ce qui concerne le régime de Vichy, Burrin se place dans la continuité de la thèse de Robert O. Paxton affirmant tant sa collaboration avec l’occupant que le devancement de ses ordres[4].

Plus largement, Philippe Burrin a apporté des éclaircissements décisifs pour la compréhension du fascisme, de la collaboration ou de la Shoah en permettant d’améliorer la connaissance et l’analyse de ces réalités par des recherches minutieuses et l’élaboration de critères rigoureux pour définir ces notions.

La « Solution finale »[modifier | modifier le code]

Dans Hitler et les Juifs, il analyse la décision de la solution finale prise par Hitler à l’été 1941 par le fait que ce dernier a pris conscience de l’échec de son projet de victoire rapide. Ainsi, dans la guerre longue qui se profile, le Führer décide que le sang allemand versé doit être vengé par celui des Juifs. Ce faisant, l’espoir de vaincre n’aurait pas guidé ce choix qui au contraire aurait cherché à aboutir à la destruction de l’Allemagne compensée par celle des Juifs[5]. Surtout, il démontre que les idéologies antisémites et du racisme biologique ont un poids important sur la persécution des Juifs, celle-ci ne répondant pas seulement à des nécessités pratique selon le courant historiographique dit « fonctionnaliste »[6].

L’ensemble de ses théories et de son cheminement intellectuel sur ces questions sont condensés dans Ressentiment et apocalypse qui regroupe trois conférences prononcées au Collège de France en avril et mai 2003 sur les fondements de l’antisémitisme nazi, c’est-à-dire sur ce qui dans la société allemande a ouvert la voie à l’extermination des Juifs[7]. Ces trois conférences avaient pour but de répondre aux questions suivantes : « Pourquoi l'Allemagne fut-elle le berceau de la tragédie alors même que l'antisémitisme était loin d'être son apanage ? Pourquoi le préjugé antijuif devint-il, sous le nazisme, une sorte de norme dans la société allemande ? Pourquoi alla-t-on jusqu'à l'extermination quand d'autres solutions étaient possibles et avaient été envisagées ? » Burrin démontre la cohérence et la mise en œuvre de ce projet qui s’inscrit dans la vision propre d’Hitler qui guida ce choix : une action fondée sur son propre « ressentiment » - sentiment qu’il exploite au sein de la société allemande pour parvenir au pouvoir - et guidée par sa vision apocalyptique sur la guerre et sa propre vie (fascination du néant et de l’affrontement avec le mal).

L'historien et le devoir de mémoire[modifier | modifier le code]

Parallèlement à ses recherches, Burrin s’investit en tant que scientifique à de nombreux projets animés par le souci du « devoir de mémoire ». Ainsi, il sera consultant pour la conception du centre de documentation du Mémorial de l'Holocauste Mahnmal à Berlin (2001) ; membre de la commission historique de la Fondation pour la mémoire de la Shoah de Paris. Membre du Conseil scientifique d’une Histoire internationale de la Shoah, il travaille depuis 2003 sur ce projet qui devrait regrouper en plusieurs volumes les connaissances scientifiques.

Comme Jean-Pierre Azéma, Henri Amouroux, Marc-Olivier Baruch, Jean Lacouture, Robert O. Paxton et René Rémond, Philippe Burrin fut l’un des experts au procès de Maurice Papon à Bordeaux en 1997[8]. Lors de son intervention, il insiste sur la connaissance des Français avant la guerre de la cruauté de l’Allemagne nazie envers les Juifs notamment en Pologne (par le biais – entre autres - de la presse de l’époque qui faisait ses « manchettes » sur ce thème) et sur la possibilité de marge d’autonomie et d’« échappatoires » au sein de l’administration du régime de Vichy, ce principe étant selon lui « le fondement de la collaboration »[9].

Plus récemment, il fut nommé expert pour le Ministère de l’Education nationale au sein de la commission sur le racisme et l’antisémitisme à l’Université Lyon III présidé par Henry Rousso (2002-2004)[10].

Philippe Burrin est membre du comité de rédaction de L’Histoire, de Vingtième Siècle. Revue d’Histoire et de Relations Internationales.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • La dérive fasciste. Doriot, Déat, Bergery 1933-1944, Paris, Le Seuil, 530 p., 1986 (édition de poche avec une préface inédite, 2003) ((ISBN 202009357X) et (ISBN 2020589230) Compte-rendu : [3]
  • Hitler et les Juifs. Genèse d’un génocide, Paris, Le Seuil, 200 p., 1989 (édition de poche, 1995) (ISBN 2020108844) et (ISBN 2020234084)
  • La France à l’heure allemande 1940-1944, Paris, Le Seuil, 559 p., 1995 (édition de poche, 1997) (ISBN 2020183226) et (ISBN 2020314770) Compte-rendu : [4]
  • Fascisme, nazisme, autoritarisme, Paris, Le Seuil, 315 p., 2000 (ISBN|2020414821)
  • Strands of Nazi Anti-sémitism, Oxford, Europaeum, 44 p., 2004.
  • Ressentiment et apocalypse. Essai sur l’antisémitisme nazi, Paris, Le Seuil, 112 p., 2004 (ISBN 2020632624)(Trad. esp.: Resentimiento y apocalipsis, Buenos Aires/Madrid, Katz editores S.A, 2007 (ISBN 8493543209)
  • 6 juin 44 (avec Jean-Pierre Azéma et Robert O. Paxton), Paris, Perrin, 207 p., 2004 (ISBN 2262019819)

Sélection d’articles et de contributions[modifier | modifier le code]

  • « La France dans le champ magnétique des fascismes », p. 52-72, Le Débat, no 32, novembre 1984.
  • « Poings levés et bras tendus. La contagion des symboles au temps du Front Populaire », p. 5-20, Vingtième Siècle, Revue d’Histoire, no 11, juillet-septembre 1986.
  • « Que savaient les collaborationnistes ? », dans Stéphane CourtoisAdam Rayski (dir.), Qui savait quoi ? L’extermination des juifs 1941-1945, Paris, La découverte, 1987.
  • « Politique et société : les structures du pouvoir dans l’Italie fasciste et l’Allemagne nazie », p. 615-637, Annales ESC, no 3, mai-juin 1988.
  • « Programme ou engrenage, un grand débat historiographique », dans François Bédarida (dir.), La politique nazie d’extermination, Paris, Albin Michel, 1989.
  • « Vichy et les expériences étrangères : esquisse de comparaison », dans Jean-Pierre Azéma – François Bédarida (dir.), Vichy et les Français, Paris, Fayard
  • « L’historien et ‘l’historisation’ », dans IHTP (ed.), Ecrire l’histoire du temps présent. Hommage à François Bédarida, Paris, CNRS Editions, 1993.
  • « Les élites dans l’Europe nazie », p.79-96, dans Marc-Olivier Baruch – Vincent Guigueno (dir.), Le choix des X. L’école Polytechnique et les polytechniciens 1939-1945, Paris, Fayard, 2000.

Distinctions[modifier | modifier le code]

  • Prix François-Millepierres de l’Académie Française en 1990 pour son ouvrage Hitler et les juifs. Genèse d’un génocide.
  • Prix Max-Planck Forschungspreis en 1997.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • Le Curriculum Vitæ de Philippe Burrin : [5]
  • Article à propos de l’ouvrage de Daniel Jonah Goldhagen (Les Bourreaux volontaires de Hitler Les Allemands ordinaires et l'Holocauste, 1997) qui met en lumière les contributions des historiens à la connaissance du génocide des juifs (Philippe Burrin, « Aux origines du ‘mal radical’ : le génocide des juifs en question », p.26, Le Monde Diplomatique, Juin 1997) :[6]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Saul Friedländer, Pie XII et le IIIe Reich, Paris, Editions du Seuil, 1964 ; Hitler et les États-Unis, Paris, Editions du Seuil, 1966 et L’antisémitisme nazi, Paris Editions du Seuil, 1971.
  2. Philippe Burrin, Le Fascisme satellite : Bergery, Déat, Doriot, et les hommes de gauche français dans le champ d'attraction des fascismes, HEI, 674p, 1985.
  3. Extrait p.104. Burrin évoque cette «nébuleuse de ces Français à la recherche d’une rénovation de leur pays, dans le sillage de la guerre, dans le contexte immédiat de la crise et sous le surplomb des fascismes triomphants» (La dérive fasciste. Doriot, Déat, Bergery 1933-1944, citation p.102).
  4. Robert O. Paxton, La France de Vichy (1940-1944), Paris, Editions du Seuil, 1973.
  5. Cette théorie est critiquée par Hitler et les Juifs. Genèse d’un génocide (The Path to Genocide, Cambridge University Press, 1992) qui soutient que c’est dans un contexte d’« euphorie » que la décision de l’extermination des Juifs a été prise par Hitler.
  6. Parmi les tenants du courant historiographique dit « fonctionnaliste » : Götz Aly, Dieter Pohl, Hans Safrian,Thomas Sandkühler, etc.
  7. Cette théorie est critiquée par Christopher Browning (The Path to Genocide, Cambridge University Press, 1992) qui soutient que c’est dans un contexte d’« euphorie » que la décision de l’extermination des juifs a été prise par Hitler
  8. À propos de la vision de ce procès chez Burrin : « L’affaire Papon remet au premier plan, après la disparition de Bousquet, la complicité de Vichy dans la politique d’extermination nazie. Les juges donnent une importance justifiée à ce qu’un haut fonctionnaire comme Papon pouvait savoir, à l’époque, des conséquences de son action, autrement dit du sort des Juifs, qu’il s’appliquait à déporter. » (L’Humanité, 24 septembre 1996).
  9. Voir une partie de l’intervention de Burrin croquée par le dessinateur Riss : [1] (Riss, Le procès Papon. 400 dessins d’audience, Hors-série de Charlie Hebdo, n°6, Paris, Les Editions Rotatives, 144p, 1998).
  10. La commission nommée par Jack Lang comprenait Annette Becker, Florent Brayard, Philippe Burrin, Daniel Filâtre, Pierre-André Taguieff sous la direction d’Henry Rousso. Sur ses conclusions : Henry Rousso (dir.), Le dossier Lyon III. Le rapport sur le racisme et le négationnisme à l’université Jean-Moulin, Paris, Fayard, 314p, 2004 et sur le site de l'Education Nationale : [2].