Alfred Baudrillart

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Baudrillart.
Alfred Henri Baudrillart
Image illustrative de l'article Alfred Baudrillart
Alfred Baudrillart en 1918
Biographie
Naissance 6 janvier 1859
à Paris (France)
Ordination sacerdotale 8 juillet 1893
Décès 19 mai 1942 (à 83 ans)
à Paris (France)
Cardinal de l’Église catholique
Créé
cardinal
16 décembre 1935 par le
pape Pie XI
Titre cardinalice Cardinal-prêtre
de S. Bernardo alle Terme
Évêque de l’Église catholique
Consécration épiscopale 28 octobre 1921 par le
card. Louis-Ernest Dubois
Fonctions épiscopales Évêque auxiliaire de Paris (France)
Recteur de l'Institut catholique de Paris

Blason
(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org

Alfred Henri Baudrillart, né le 6 janvier 1859 à Paris et mort le 19 mai 1942 dans la même ville, est un cardinal français, universitaire, historien, recteur de l’Institut catholique de Paris, écrivain, membre de l'Académie française.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et formation[modifier | modifier le code]

Petit-fils de l'agronome Jacques Joseph Baudrillart, il est le fils de l'économiste Henri Baudrillart, et, allié à la famille de Sacy par sa mère, petit-fils de l'illustre orientaliste Silvestre de Sacy.

Condisciple de Jean Jaurès, d'Émile Durkheim et de Henri Bergson à l'École normale supérieure de la rue d'Ulm (promotion 1878), il est agrégé d’histoire en 1881 et docteur ès lettres et en théologie.

D'abord professeur au lycée de Laval, au Lycée de Caen, puis au Collège Stanislas à Paris, il entre dans les ordres et rejoint la congrégation de l’Oratoire (oratoriens). Il est ordonné prêtre en 1893.

Historien de formation, il est l'auteur de nombreux ouvrages dont une monumentale histoire de "Philippe II et la cour de France".

Dignitaire de l’Église catholique[modifier | modifier le code]

Professeur à l'Institut catholique de Paris, il succède à Mgr d'Hulst en 1907 et devient recteur de cet établissement d’enseignement supérieur catholique auquel il va consacrer toute son énergie au cours de sa vie.

Fondateur des Amitiés catholiques françaises, il participe pendant la Première Guerre mondiale à une importante tournée de propagande en Amérique.

Les prélats et académiciens Duchesne (à gauche) et Baudrillart (à droite), à leur sortie de l'Académie française, en 1921.

Il est élu membre de l'Académie française en 1918 et nommé chevalier de la Légion d'honneur en 1920, officier en 1931 et commandeur en 1935.

Le Saint-Siège reconnaît son zèle et le nomme évêque titulaire d'Himeria (it) en 1921, puis archevêque de Mélitène. Pie XI, qui l'apprécie particulièrement, le crée cardinal en 1935.

En 1929, il consacre Ange-Marie Hiral, évêque titulaire de Sululos (Tunisie) et vicaire apostolique du Canal de Suez.

Proche des milieux politiques et naturellement religieux pendant toute sa vie, remarquablement informé et interlocuteur apprécié des politiques, des militaires et des diplomates, entre autres du président Raymond Poincaré, du maréchal Foch et d'Aristide Briand, il note scrupuleusement dans ses carnets (commencés le 2 août 1914 et rédigés tous les jours sans aucune interruption jusqu’à son décès) ses déplacements et toutes ses rencontres comme ses activités religieuses et universitaires. Ce témoignage constitue un document historique et religieux exceptionnel sur la période cruciale que connut l'Europe entre 1914 et 1942 : les neuf volumes ont été publiés aux éditions du Cerf.

C'est l'un des six cardinaux français à participer au conclave de 1939 à l'issue duquel Pie XII est élu.

A l'épreuve de la Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

En 1940, alors qu'il était déjà diminué par la maladie et par l'âge (il a 81 ans), son anti-communisme le fait basculer dans l'approbation du régime de Vichy après la défaite de la France. Toutefois début 1942, il s'oppose en public aux mesures antisémites du gouvernement du maréchal Pétain. C'est l'opposition du cardinal Baudrillart qui inspire au cardinal Suhard sa protestation publique contre la déportation des juifs en juillet 1942. Le cardinal Baudrillart conspue en privé le régime de Hitler, comme étant païen et inhumain, dans la ligne de l'encyclique Mit brennender Sorge publiée quelques années plus tôt par Pie XI, mais il est particulièrement opposé à la diplomatie britannique et à son action militaire. C'est son hostilité à l'Angleterre qui l'oppose au gaullisme.

Le cardinal meurt quasi aveugle en 1942 à Paris, à l'âge de 83 ans. L'écrivain catholique Paul Claudel proteste auprès de l'archevêque de Paris contre la solennité des obsèques données à Notre-Dame à « l'émule de Cauchon ». Il est solennellement enterré à la chapelle des Carmes de l'Institut catholique.

Publications[modifier | modifier le code]

  • Le Catholicisme en France et les élites intellectuelles, Les Amitiés catholiques françaises, 1900
  • Léon Lefevre, Morel, 1902
  • L'Église catholique la Renaissance le protestantisme, Paris, Bloud, 1905
  • Frédéric Ozanam, Paris, Bloud, 1912
  • Vie de Mgr d'Hulst, Gigord, 1912
  • L'Allemagne et les alliés devant la conscience chrétienne, publication du Comité catholique de propagande française à l'étranger, Bloud et Gay, 1915
  • La Guerre allemande et le catholicisme, Bloud et Gay, 1915
  • La France, les catholiques et la guerre. Réponse à quelques objections, Paris, Bloud et Gay, coll. « Pages actuelles », 1917
  • Eloge de Albert de Mun, Institut de France, 1919
  • Lettres d'un Pèlerin, Athènes, Beyrouth, Smyrne,.... Lib. Bloud & Gay, 1924
  • La Vocation catholique de la France et sa fidélité au Saint-Siège à travers les âges, Spes, 1928
  • La Conquête religieuse de l'Algérie, 1830-1845, Plon, 1930
  • Nos grandes écoles. L'Institut catholique, 1930
  • À la jeunesse, Conseils d'hier et d'aujourd'hui, Paris, De Gigord, 1932
  • Vingt-cinq ans de rectorat. L'Institut catholique de Paris, 1907-1932, Paris, De Gigord, 1932
  • Vocation de la France, Flammarion, 1934
  • La Grande et Belle Histoire de la première croisade, Calmann-Levy, 1935
  • Soyons prêts !, Flammarion, 1937
  • Les Carnets du cardinal Baudrillart, Le Cerf, 9 volumes (environ 10 000 pages), 1998-2003

Iconographie[modifier | modifier le code]

  • Le cardinal Baudrillart a été portraituré par Jules Alexandre Grün et par Félix de Goyon, tableau exposé au salon de la Société nationale des beaux-arts de 1922, ce tableau est passé en vente le 10 octobre 2004, à Troyes chez Maîtres Pomez et Boisseau, no 177 de la plaquette, (reproduit).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]