Croix de fer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Croix de fer (Belgique).
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Croix de fer (homonymie).
Croix de fer
Image illustrative de l'article Croix de fer
Symbole de la Bundeswehr au XXie siècle.

Type Médaille de mérite
Décerné pour Acte d'héroïsme[réf. nécessaire]
Statut Plus décernée
Chiffres
Date de création 1813
Dernière attribution mai 1945

  • Grand'croix
  • Croix de chevalier avec feuilles de chêne, glaives en or et brillants
  • Croix de chevalier avec feuilles de chêne, glaives et brillants
  • Croix de chevalier avec feuilles de chêne et glaives
  • Croix de chevalier avec feuilles de chêne
  • Croix de chevalier
  • Croix de fer de 1re classe
  • Croix de fer de 2e classe

La Croix de fer (Eisernes Kreuz) est une décoration militaire allemande qui fut établie comme un honneur militaire par le roi Frédéric-Guillaume III de Prusse en 1813 lors des guerres napoléoniennes. Au XXie siècle, elle est le symbole de la Bundeswehr.

Origine[modifier | modifier le code]

La Croix de fer fut conçue par l'architecte néo-classique Karl Friedrich Schinkel. La décoration est composée de quatre pointes évasées symétriques réalisées traditionnellement en acier (bien que les dernières années, elles le furent en zinc et aluminium). L'origine du symbolisme de la décoration se situe dans la déesse de la paix quand son quadrige fut retrouvé à Paris lors de la chute de Napoléon. Elle fut remise au sommet de la porte de Brandebourg à Berlin. Une Croix de fer fut substituée aux lauriers.

Sur le modèle de la Légion d'Honneur créée par Napoléon, la Croix de fer fut la seconde décoration de mérite militaire européenne attribuée sans distinction de grade ou de catégorie sociale, ce qui contribua à sa popularité.

Les classes les plus élevées de la croix de fer figurent depuis 1813 parmi les plus hautes distinctions militaires allemandes. Au même niveau figuraient seulement l'ordre « Pour le Mérite » (aux militaires jusqu'en 1918), mais qui ne fut attribué qu'aux seuls officiers, ainsi que l'ordre prussien de « l'Aigle noir », attribué rarement.

1813[modifier | modifier le code]

Après sa création, la Croix de fer avec un ruban noir fut attribuée en tant que plus haute décoration militaire durant la guerre contre l'empire français de Napoléon Bonaparte. Pour les non-combattants il exista une version avec un ruban blanc (ainsi qu'en 1870 et en 1914). La Croix de fer était alors ornée de feuilles de chêne au centre, du nombre « 1813 » dans le bas et les initiales de Frédéric-Guillaume (FW) dans le haut, le tout en relief.

De 1813 à 1918 on distingua trois classes:

  • la Croix de fer de 2e classe (avec un ruban)
  • la Croix de fer de 1re classe (avec une agrafe)
  • la Grand'croix (Grosskreuz) de la croix de fer

Les maréchaux Blücher et Hindenburg obtinrent tous deux, pour leurs mérites exceptionnels une décoration d'une classe non prévue initialement et connue sous le nom de Blücherstern (« l'étoile de Blücher »). Cette décoration était constituée d'une Croix de fer fixée sur une étoile dorée à huit branches.

Lors de la Guerre austro-prussienne de 1866, la décoration ne fut pas attribuée.

1870[modifier | modifier le code]

La Croix de fer a été rétablie une première fois le par Guillaume Ier pendant la guerre franco-allemande afin de récompenser la bravoure militaire. Le motif ornemental initial fut conservé au verso et au recto figuraient, toujours en relief, une couronne dans le haut, le nombre "1870" dans le bas et un "W" pour Guillaume (Wilhelm en allemand).

1914[modifier | modifier le code]

La Croix de fer a été rétablie une seconde fois le par Guillaume II pendant la Première Guerre mondiale. Le motif ornemental initial fut conservé au verso et au recto figuraient, toujours en relief, une couronne dans le haut, le nombre « 1914 » dans le bas et un « W » pour Guillaume (Wilhelm en allemand). On instaura aussi la classe pour les non-combattants (les couleur du ruban sont inversées). La décoration perdit un peu de son prestige lors de ce conflit car elle fut attribuée environ 5 millions de fois pour la 2e classe et 218 000 fois pour la première classe. L'un de ses détenteurs les plus célèbres fut Adolf Hitler, titulaire de la croix de fer « 1914 » de première classe.

Il y eut des Étoile-Grand-croix de la Croix de fer :

La Grand-croix de la Croix de fer fut décernée :

1939[modifier | modifier le code]

Adolf Hitler rétablit la récompense une nouvelle fois le , instituant quatre niveaux :

Au verso de la médaille ne figurait plus que le nombre « 1813 » dans le bas et au recto figuraient une croix gammée au centre ainsi que le nombre 1939 dans le bas. Le ruban était désormais à la couleur du Reich, noire, blanche et rouge.

La loi, en rétablissant les croix de 2e et de 1re classe en 1939, crée également un nouveau type d'insigne, les « agrafes » (Spangen) destinées aux personnels qui se voient attribuer la Croix de fer « 1939 » et qui sont déjà titulaires de la Croix de fer « 1914 ». Dans ce cas cet insigne se fixe sur le ruban de la Croix de fer « 1914 » en ce qui concerne le modèle de 2e classe ou, dans le cas de la Croix de fer de 1re classe, sur la poitrine au-dessus de la Croix de fer de 1re classe « 1914 ».

On peut également noter que la Croix de fer de 2e classe ne se porte « en grand » (ruban + insigne) que le jour même de la remise. Ensuite le récipiendaire ne porte plus que le ruban à la boutonnière ou sur la barrette de rubans.

L'attribution de la Croix de fer « 1939 » ne sera pas limitée par l'âge ou le sexe, ni même par la nationalité.

La loi du sera modifiée à trois reprises par des ordonnances instituant quatre classes intermédiaires entre la Croix de chevalier de la Croix de fer et la Grand'croix :

  • Croix de chevalier avec feuilles de chêne, le  ;
  • Croix de chevalier avec feuilles de chêne et glaives ; ainsi que
  • Croix de chevalier avec feuilles de chêne, glaives et brillants, le  ;
  • Croix de chevalier avec feuilles de chêne et glaives en or et brillants, le .

Lorsque Hitler institua le la Croix de fer avec feuilles de chêne, glaives en or et brillants comme la plus haute distinction de combat du Troisième Reich, il prévoyait de n'en attribuer que douze au total, mais finalement seul le pilote de Stuka Hans-Ulrich Rudel, pour qui elle fut originellement créée[1], la reçut.

La Grand'croix de l'Ordre de la Croix de Fer 1939, également rétablie par Hitler le , ne fut attribuée qu'une seule fois au maréchal Göring pour le récompenser de la façon avec laquelle il a mené la Luftwaffe pendant la campagne de France. Le Reichsmarschall affecta de ne plus porter cette décoration après la débâcle de la bataille d'Angleterre et du désastre de Stalingrad. L'insigne original a d'ailleurs été détruit lors du bombardement de sa maison.

Enfin, il était prévu d'ajouter une nouvelle dignité qui devait être créée par Hitler une fois que le conflit eut été remporté par l'Allemagne : l’Étoile de la Grande Croix de l'Ordre de la Croix de Fer.

Quant au nombre de Croix de fer décernées entre 1939 et 1945, on avance le nombre de :

  • env. 2 300 000 pour la Croix de 2e classe (dont 39 femmes, essentiellement des infirmières)
  • env. 300 000 pour la Croix de 1re classe (dont une seule femme, le Flugkapitän Hanna Reitsch)
  • 7 313 pour la Croix de chevalier
  • 883 pour la Croix de chevalier avec feuilles de chêne
  • 159 pour la Croix de chevalier avec feuilles de chêne et glaives
  • 27 pour la Croix de chevalier avec feuilles de chêne, glaives et brillants (la première fut décerné au pilote de chasse Werner Mölders en 1941 pour sa 100e victoire)
  • 1 pour la Croix de chevalier avec feuilles de chêne, glaives en or et brillants (Hans-Ulrich Rudel)
  • 1 pour la Grand'croix (Hermann Göring)

Pour les activités « derrière les lignes », comme les plans de guerre et l'effort de guerre, la médaille habituelle était la Médaille du mérite.

Afin de pouvoir continuer à décorer les soldats titulaires des deux premières classes de l'ordre de la Croix de fer mais ne remplissant pas les conditions pour l'obtention de la croix de chevalier alors qu'ils continuaient à faire preuve d'engagement, de bravoure et de sens du devoir, Adolf Hitler institua la Croix allemande, située dans l'ordre d'attribution entre la Croix de fer de 1re classe et la croix de chevalier de la Croix de fer, avec deux classes distinctes or et argent.

Décernées au début de la guerre lors de cérémonies particulières, ces distinctions sont décernées au cours de cérémonies routinières en 1944, tellement routinières que la propagande n'en fait plus état[2].

Bénéficiaires de la Croix des chevaliers de la Croix de fer avec Feuilles de chêne, glaives, et brillants[modifier | modifier le code]

Pilotes[modifier | modifier le code]

Le Reichsmarschall Hermann Göring n'a jamais obtenu le Diamant. Il était l'un des premiers militaires à avoir eu la Croix de chevalier de la croix de fer en 1939 et le seul à avoir obtenu la "Grand' Croix de Fer" en 1940.

Capitaines de sous-marins[modifier | modifier le code]

Capitaines de sous-marins de l'armée navale allemande (Kriegsmarine) :

Maréchaux[modifier | modifier le code]

Maréchaux (Generalfeldmarschälle) :

Généraux[modifier | modifier le code]

Récipiendaires étrangers[modifier | modifier le code]

  • Eddie Chapman (1914-1977) citoyen britannique, agent double, reçut la Croix de fer pour actions de sabotage (simulées) sur le sol anglais. Il est le seul Anglais à avoir reçu cette distinction depuis la fin de la guerre franco-allemande de 1870.

1945 à nos jours[modifier | modifier le code]

Croix de fer de 1re classe 1939 dans la version de 1957
Logo de la Bundeswehr

Suivant la fin de la Seconde Guerre mondiale, le gouvernement de l'Allemagne de l'Ouest permit à ses vétérans militaires de continuer à porter la Croix de fer mais sans la svastika (des feuilles de chêne remplacèrent la croix gammée centrale). Aussi, en 1957, il distribua des croix équivalentes sans le symbole honni.

Comme la Croix de fer est une décoration de période de guerre, aucune n'a été remise depuis mai 1945.

En 1977, Sam Peckinpah réalisa le film Croix de fer, dont l'histoire raconte la fascination du capitaine Stransky envers cette décoration militaire. Celui-ci est prêt à sacrifier ses hommes pour obtenir la Croix de Fer 1re classe.

La Croix de fer est aussi le symbole de l'armée allemande actuelle, la Bundeswehr. On la retrouve, entre autres, peinte sur le fuselage de ses avions ou sur le flanc de ses chars de combat.

Une polémique voit le jour en 2008, quand il est question d'attribuer à nouveau la croix de fer « modernisée » aux unités ayant servi à l'étranger sous mandat de l'OTAN.

L'après-guerre dans la culture populaire[modifier | modifier le code]

La Croix de Fer est retrouvée chez beaucoup de bikers, hot rodders, boneheads et autres, utilisant l'icône militaire allemande pour donner une image de dur, ou comme un symbole de rébellion et de non-conformisme. Dans les années 1960, la Croix de Fer a été adoptée par les surfers Américains. Cal Look, Volksrod et autres Volkswagen utilisent souvent la Croix de Fer comme un symbole qui reflète le pays d'origine. Ed Roth créa des accessoires pour bikers, hot rodders et surfers dérivés des trophées de la Seconde Guerre mondiale, qui incluent la Croix des Surfers et le Stahlhelm. Le chanteur et leader du groupe Metallica, James Hetfield, possède une version personnalisée de la guitare électrique ESP Eclipse (basée sur la Gibson Les Paul) avec la Croix de Fer sur l'avant. Cette version est dénommée "ESP JH-6 Iron Cross".

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Fabrice d'Almeida, L’œil du IIIe Reich. Walter Frentz, le Photographe de Hitler, Perrin, 2008, ISBN 978-2-262-02742-1

Références[modifier | modifier le code]

  1. Pilote de stukas, autobiographie de H. U. Rudel
  2. F. d'Alemeida, Walter Frentz, l'Oeil du IIIe Reich, p.122.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]