Glastonbury

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Glastonbury (homonymie).
Glastonbury
Vue depuis la colline
Vue depuis la colline
Administration
Pays Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Nation Drapeau de l'Angleterre Angleterre
Comté Somerset
Code postal BA6
Indicatif 01458
Démographie
Population 8 784 hab. (2001)
Géographie
Coordonnées 51° 08′ 48″ N 2° 42′ 56″ O / 51.146691, -2.71549751° 08′ 48″ Nord 2° 42′ 56″ Ouest / 51.146691, -2.715497  
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Royaume-Uni

Voir la carte administrative du Royaume-Uni
City locator 14.svg
Glastonbury

Géolocalisation sur la carte : Royaume-Uni

Voir la carte topographique du Royaume-Uni
City locator 14.svg
Glastonbury
Liens
Site web http://www.glastonbury.gov.uk/g_gov/index.php

Glastonbury, parfois écrit Glastenbury, est une ville du comté du Somerset, en Angleterre (Royaume-Uni). Elle est peuplée d'environ 8 800 habitants.

Histoire[modifier | modifier le code]

Dans les temps anciens, Glastonbury était une sorte d'île : la mer recouvrait les terres basses des Somerset Levels, comme en témoignent des vestiges de villages lacustres de l'Âge du fer.

Le site est célèbre par son tor (une colline) et serait, d'après certaines sources, plus légendaires qu'historiques, à l'emplacement même de la mythique île d'Avalon, de la légende arthurienne.

Glastonbury fut l'un des premiers établissements chrétiens d'Angleterre, alors que le site était encore entouré de marécages. En 705, le roi Ine y fonde un monastère qui devient un établissement bénédictin au Xe siècle.

Les bâtiments anciens, en acacia et en torchis cèdent la place à des constructions en pierre. Au Moyen Âge, les moines construisent au sommet du tor une église dédiée à l'archange saint Michel, qui s'écroula à la suite d'un tremblement de terre ; la tour actuelle est un vestige d'une deuxième église rebâtie sur les ruines de la précédente.

Article détaillé : Glastonbury Tor.

Près de l'abbaye construite aux XIIIe et XIVe siècles, se trouve la chapelle de la Vierge, construite au XIIe siècle à l'emplacement d'une « Vieille église » incendiée en 1184 et fondée, suivant la tradition, par Joseph d'Arimathie. Différentes fouilles ont été entreprises : une histoire de l’abbaye mentionne la découverte de la tombe de Gauvain[1]. Les circonstances de l'exhumation de la tombe du roi Arthur et de Guenièvre sont relatées par Giraud de Barri qui identifie Glastonbury avec l’île d’Avalon[2] : lors de la reconstruction de l'abbaye après l'incendie, les moines auraient découvert en 1191 un cercueil creusé dans un tronc d'arbre et contenant les ossements d'un homme et, à ses côtés, un squelette d'un corps plus svelte, les deux corps étant placés sous une dalle de pierre, une croix de plomb portant l'inscription :

Hic jacet sepultus inclutvs rex Arturius in insulis Avalonia cum Wenneveria uxore cum sua secunda in insula Avallonia

« Ci-gît le renommé roi Arthur enseveli avec Wenneveria, sa seconde femme, dans l’île d’Avallonie[3]. »

L'annonce de la découverte de la tombe du roi Arthur et de Guenièvre quelques années après l'incendie pourrait correspondre à la nécessité de collecter des fonds importants pour reconstruire l'église, d'où l'idée des moines de broder à partir d'une supposée tombe royale toute une légende autour d'Arthur, de Joseph d'Arimathie, du Saint-Graal, du chevalier Lancelot, en s'inspirant des écrits de leur évêque Geoffroy de Monmouth. Cette légende ne manquerait pas ainsi d'attirer d'importants donateurs et d'accroître sa renommée par rapport à sa rivale l'Abbaye de Saint Denis[4].


En 1539, l'abbaye de Glastonbury est dissoute à la suite d'une ordonnance du roi Henri VIII ; les bâtiments sont dépouillés de tous leurs objets de valeur, qui sont vendus ou attribués au trésor royal. L'abbé Richard Whiting est pendu au sommet du tor de Glastonbury.

Entre 1127 et 1825, une foire annuelle se tenait au pied du tor de Glastonbury, elle durait six jours et terminait le jour de la fête de saint Michel.

Entre 1875 et 1966 Glastonbury avait une gare ferroviaire, sur la Somerset and Dorset Railway. Celle-ci fut fermée lors des coupes associées au Beeching Axe.

De nos jours, le festival de Glastonbury accueille presque tous les ans depuis 1970 les amateurs de musique et d'art du spectacle (ce festival se tient à Pilton).

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Le zodiaque de Glastonbury[modifier | modifier le code]

En 1929, Katharine Maltwood (en), une femme sculpteur britannique, déclencha une polémique en publiant The Glastonbury's Temple of the Stars « Le temple stellaire de Glastonbury » qui soutenait la découverte, au sud de Glastonbury, d’immenses dessins tracés par des éléments du paysage, et représentant les douze signes du zodiaque.

De plus, Katherine Maltwood sut mêler le symbolisme de ces figures aux légendes du roi Arthur, et en particulier à l’histoire du Graal ; cette étude a été poursuivie par Mary Caine dans différents ouvrages, tels que :

  • The Glastonbury Giants ;
  • The Glastonbury zodiac: Key to the mysteries of Britain ;
  • Celtic Saints and the Glastonbury Zodiac.

Musique[modifier | modifier le code]

La commune accueille chaque année le Festival de Glastonbury

Le groupe U2 a créé une chanson nommée Glastonbury.

Le chanteur Laurent Voulzy, chante Glastonbury sur son nouvel album de novembre 2011 Lys & Love

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Guillaume de Malmesbury, De Antiquitate Glastoniensis Ecclesiae, vers 1129
  2. Selon ce clerc, l’abbaye se trouvai près de la colline la Glastonbury Tor (colline devenant une île lorsque la plaine marécageuse l'entourant était inondée)) nommée à l'époque Inis Avallon signifiant l’île aux pommes (une autre explication toponymique donne Inis Gutrin, l’île de verre).
  3. Giraud de Barri, De principis instructione, vers 1193
  4. (en) Robert Dunning, Christianity in Somerset. Taunton, Somerset County Council,‎ 1976, 132 p. (ISBN 9780950361529)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]