Widukind de Corvey

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Widukind de Corvey était un chroniqueur saxon né en 925 dans une famille noble de Westphalie, moine à l'abbaye de Corvey, sur la Weser. Il meurt vers 980.

Auteur d'une Histoire des Saxons (Rerum Gestarum Saxonicarum libri III) adressée à Mathilde, fille de l'empereur Otton Ier du Saint-Empire.

Le premier livre raconte l'histoire du peuple saxon des origines au règne d'Henri Ier, le second les dix premières années du règne d’Otton Ier , et le dernier la suite des faits jusqu’en 973. L’œuvre a vraisemblablement été composée à partir de 968 pour sa plus grande partie, et complétée après la mort d'Otton Ier[1].

L’auteur s’attache à retracer l’histoire ancienne du peuple saxon en s’appuyant sur les quelques sources écrites et surtout la tradition orale. Il présente avant tout son œuvre comme une histoire de la famille des ducs de Saxe[2], et s’intéresse essentiellement à montrer la légitimité de la Saxe à prendre la succession des Francs dans le royaume de Germanie, insistant sur la culture franque des deux premiers rois Liudolfing (Henri Ier et Otton Ier).

Widukind restant dans son monastère de Corvey n’a qu’une vision partielle de son temps, il omet ainsi la politique italienne d’Otton ainsi que le couronnement impérial de 962, se concentrant sur les expéditions saxonnes de l’autre côté de l’Elbe.

Malgré les réserves qu’impose l’œuvre de Widukind, elle reste cependant l’une des sources les plus importantes du Xe siècle.

Source[modifier | modifier le code]

  • Widukind de Corvey, Trois livres sur l'histoire des Saxons, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2009.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Robert Folz, La naissance du Saint Empire, Paris, Albin Michel, coll. “Le mémorial des siècles”, 1967.

Lien Externe[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. M.C. Isaïa (dir.) Eglise, pouvoirs et société. France, Bourgogne, Germanie. 888-1120 Atlande, 2009, p. 30.
  2. Isaïa, op. cit., p. 30