Pélage (hérésiarque)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pélage.

Pélage ou Pelagius (v. 350 - v. 420) était un moine ascète breton dont les idées sur le caractère contingent de la grâce divine furent jugées hérétiques par l'Église.

Biographie[modifier | modifier le code]

Mosaïque funéraire de Pelagius ; couvercle d’une tombe d’enfant (fin IVe s. – début Ve s. ap. J.-C) - Musée du Louvre.
Pélage, représenté dans un ouvrage calviniste du XVIIe siècle accompagné d'une légende le maudissant[Note 1]

Originaire de Bretagne romaine (Britto pour Augustin, Britannus selon Marius Mercator), Pélage dont le nom d'origine était Morgan[1],[2], est né vers 350 après J.-C.. Sûrement d'origine sociale modeste, il arrive à Rome entre 380 et 390.

Après le départ de Jérôme de Stridon pour la Palestine, Pélage entreprend de prêcher à l'aristocratie romaine. En effet sa vie ascétique en qualité de Servus Dei ainsi que son enseignement connaissent un engouement considérable. Il prêche alors une règle de vie afin de faire d'elle « une élite de la vertu. ». Néanmoins son message n'est pas limité à la seule aristocratie, celle-ci est juste mieux préparée à recevoir son message.

Célestius se joint à lui dans les années 390 et ils rencontrent vers 400, à Rome, le prêtre oriental Rufin le Syrien, disciple de Théodore de Mopsueste.

En 410, après le sac de Rome par les Wisigoths, Pélage part pour l'Afrique avec son disciple Célestius. Il se rend à Hippone où il espère rencontrer Augustin, mais celui-ci est absent. Il le rencontrera finalement à Carthage. Il part ensuite dès 411 pour Jérusalem, laissant Célestius en Afrique.

Expulsé de Jérusalem puis d'Antioche, on suppose qu'il se réfugia en Égypte pour y mourir vers 420.

Le pélagianisme[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Pélagianisme.

En réaction contre le pessimisme fondamental du manichéisme, Pélage considérait que tout chrétien peut atteindre à la sainteté par ses propres forces et par son libre arbitre et minimisait le rôle de la grâce divine non indispensable à ses yeux[3].

Cet enseignement fut déclaré comme hérétique par le pape Zosime en 418 car il niait la nécessité de la grâce et l'existence du péché originel, enseignant que l'homme était en lui-même et par nature, capable de choisir le bien.

Le schisme pélagien fut mené par Célestius et un groupe de 18 évêques d'Italie conduit par Julien d'Eclane qui refusèrent de se soumettre au décret de Zosime.

Le semi-pélagianisme, doctrine tentant de concilier l'augustinisme et le pélagianisme, distinguait entre l'initiation de la foi, soumise au libre-arbitre du croyant, et l'augmentation de la grâce, initiée par Dieu.

Citations[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Édition[modifier | modifier le code]

  • Patrologia latina supplementum, I, édition par A. Hamman, Paris, 1958, 1101-1560.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Pro libero arbitrio (Pour le libre arbitre) (415-416) : fragments chez saint Augustin (Sur la grâce, Sur le péché originel)
  • De indurationa cordis Pharaonis (Sur l'endurcissement du cœur de Pharaon), édition par G. Morin, apud G. de Plinval, Essai sur le style et la langue de Pélage, Fribourg, Librairie de l'Université, 1947.
  • Epistula ad Demetriadem (Lettre à Démétriade) (412). Sur la bonté essentielle de la nature humaine.
  • Epistula ad Claudiam sororem de Virginitate, (attribution incertaine)
  • De Natura (405-406)
  • Commentaire sur les treize épîtres de saint Paul (vers 410)
    • Expositiones xiii epistularum Pauli: In 1 Corinthios
    • Expositiones xiii epistularum Pauli: In 2 Corinthios
    • Expositiones xiii epistularum Pauli: In Ephesios
    • Expositiones xiii epistularum Pauli: In Galatas
    • Expositiones xiii epistularum Pauli: In Philippenses
    • Expositiones xiii epistularum Pauli: In Romanos, édition par T. de Bruyn, Pelagius's Commentary on Saint Paul's Epistle to the Romans, Oxford, Clarendon Press, 1993
    • Expositiones xiii epistularum Pauli: In 1 Thessalonicenses

Études sur Pélage[modifier | modifier le code]

  • Georges de Plinval, Pélage, ses écrits, sa vie et sa réforme: étude d'histoire littéraire et religieuse, Payot, Lausanne, 1943.
  • Jean-Marie Salamito, Les virtuoses et la multitude, Aspects sociaux de la controverse entre Augustin et les pélagiens, Millon, coll. Nomina, Grenoble, 2005.
  • B. R. Rees, Pelagius: life and letters, Rochester, New York, 1998.
  • B. R. Rees, The letters of Pelagius and his followers, Woodbridge, 1991.
  • Sebastian Thier, Kirsche bei Pelagius, Berlin, 1999.
  • John Ferguson, Pelagius: a historical and theological study, New York, 1998.
  • Robert F. Evans, Four letters of Pelagius, London, 1968.
  • A. Solignac et G. Nuovolone, "Pélage", dans le Dictionnaire de spiritualité, Tome 12-B, 1985, 2889-2942.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Accurst Pelagius, with what false pretence

    Durst thou excuse Man's foul Concupiscence,
    Or cry down Sin Originall, or that

    The Love of GOD did Man predestinate.

    « Maudit Pélage qui avec fausseté

    Excuse de l'homme la concupiscence
    Ou méprisa le péché originel, ou que

    L'amour de DIEU l'homme prédestina »

Références[modifier | modifier le code]