Basilique Saint-Paul-hors-les-Murs

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Paul.
Basilique Saint-Paul-hors-les-Murs
Image illustrative de l'article Basilique Saint-Paul-hors-les-Murs
Façade de la basilique
Présentation
Nom local Basilica di San Paolo Fuori le Mura
Culte Catholicisme
Type Basilique majeure
Début de la construction IVe siècle
Fin des travaux XIXe siècle
Style dominant Architecture néoclassique
Protection  Patrimoine mondial (1980)
Site web www.vatican.va/various/basiliche/san paolo/index it.html
Géographie
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Région Latium
Commune Rome
Coordonnées 41° 51′ 31″ N 12° 28′ 38″ E / 41.858611, 12.47722241° 51′ 31″ Nord 12° 28′ 38″ Est / 41.858611, 12.477222  

Géolocalisation sur la carte : Italie

(Voir situation sur carte : Italie)
Basilique Saint-Paul-hors-les-Murs

Géolocalisation sur la carte : Rome

(Voir situation sur carte : Rome)
Basilique Saint-Paul-hors-les-Murs

La basilique Saint-Paul-hors-les-Murs est une des quatre basiliques majeures de Rome, les trois autres étant les basiliques Saint-Jean-de-Latran, Sainte-Marie-Majeure et Saint-Pierre.

Historique[modifier | modifier le code]

Selon la tradition chrétienne, Paul est décapité dans un vallon désert appelé les Eaux salviennes sur le site actuel de l'Abbaye de Tre Fontane. Son corps est réclamé par une femme appelée Lucina, une matrone romaine appartenant à la communauté chrétienne et qui possédait un domaine agricole le long de la Via Ostiense, en dehors du Mur d'Aurélien (d'où le qualificatif « hors-les-Murs » associé au nom de l'édifice), au niveau de la Porta Ostiensis (ou "Porte Saint-Paul"), propriété adjacente à une nécropole[1]. Lucina l'enterre dans la tombe familiale près d'un vignoble sur les rives du Tibre. Sa tombe étant celle d’un citoyen romain, elle n'a pas à être cachée et devient rapidement un lieu de vénération des chrétiens, si bien que le pape Anaclet y fait construire un oratoire funèbre (édicule appelé Cella Memoriae ou tropaeum), comme sur la tombe de Saint Pierre[2].

La basilique paléochrétienne et médiévale[modifier | modifier le code]

Dès l'officialisation du Christianisme avec l'édit de Milan en 313, Constantin crée une basilique sur la nécropole contenant la tombe de Saint Paul, à environ 2 km de la muraille aurélienne qui ceinturait Rome et place le corps du saint dans un sarcophage de bronze sous le maître-autel. Ce premier édifice, occidenté, est consacré le 18 novembre 324 par le pape Sylvestre.

En 383, Valentinien II, devant l'afflux de pèlerins, décide de raser la basilique et d'en construire une nouvelle, comme en témoigne une lettre adressée par l’empereur au préfet de la ville de Rome, Sallustius, qui était chargé de l’étude des travaux. La construction de cet édifice est poursuivie à partir de 386 sous le règne de Théodose Ier et est achevée sous Honorius en 395. La basilique nouvelle, orientée cette fois, et beaucoup plus vaste, est construit par Cirade, dit "Professeur Mechanicus" qui projette le plan à cinq nefs et le portique à quatre arcades. L'édifice est consacré par le pape Sirice en 391 et est désigné à cette époque comme la « basilique des trois Empereurs »[3].

Galla Placidia, fille de Théodose, et épouse d'Honorius, fait ajouter la mosaïque de l'arc triomphal, datée de 440, qui sera refaite entre les VIIIe et IXe siècles[4].

Léon le Grand entreprend de représenter tous les Papes de l’histoire dans une série de de médaillons peints dans la nef centrale. Après l'incendie de 1823, le pape Pie IX reprend le même principe en 1847 avec des médaillons en mosaïque sur fond d'or.

Le pape Grégoire II y établit de façon stable la communauté et l'abbaye bénédictine. Chargée de garder la dépouille mortelle du saint et de l'honorer, cette communauté perdure jusqu'à aujourd'hui.

La basilique est saccagée par les Lombards, en 739, et par les Sarrasins en 847. Pour défendre le lieu saint, Jean VIII ordonne la construction d'un fortin, autour duquel se forma un bourg appelé Giovannipoli (« ville de Jean »), dont il ne reste aujourd'hui plus aucune trace.

Le pape Grégoire le Grand fait rétablir la communauté monastique de Saint-Paul-hors-les-Murs et restaure la basilique, élevant notamment un campanile (détruit au XIXe siècle).

La basilique subit un incendie en 1115, un séisme en 1349 et une inondation en 1700[5].

La basilique après l'incendie[modifier | modifier le code]

Vue intérieure de la basilique après son incendie.

Sous le pontificat de Pie VII, dans la nuit du 15 au 16 juillet 1823, un incendie détruisit la majeure partie de l'édifice, mais l'abside, le transept et le cloître ne furent pas endommagé. Léon XII s'occupa de la reconstruction de l'édifice qui débuta en 1825. Il fut choisi de garder le plan paléochrétien et de construire un nouveau bâtiment.

Le projet de Giuseppe Valadier fut retenu par le Saint-Siège. Mais la Commission pour la reconstruction confia les travaux à Pasquale Belli. À sa mort Luigi Poletti lui succéda à la tête des travaux achevés en 1831. Le 5 octobre 1840, le pape Grégoire XVI consacra la nef transversale et y célébra la première messe, à l'autel pontifical. Pie IX consacra l'église entière le 10 décembre 1854[6].

Le résultat final, bien qu'ayant gardé la typologie basilicale paléochrétienne, est loin de l'édifice de Théodose.

On supprima toutes les irrégularités (colonnes torsadées, décors sous les arcades...). On remplaça le pavement de marbre uniforme par un pavement géométrique. On plaça un plafond à caissons sur la nef centrale, masquant la charpente. On boucha la moitié des fenêtres de la nef centrale pour ajouter 36 fresques représentant des épisodes de la vie de saint Paul et au-dessous, une frise sur laquelle sont peints les portraits de tous les papes de Pierre au plus récent, actuellement François, le tout étant mis à jour après chaque nouvelle élection pontificale. Une superstition populaire s'inspirant de la Prophétie de saint Malachie[7] affirme qu'une fois tous les médaillons de la frise remplis le temps de l'Église prendra fin, mais de nouveaux médaillons ont été ajoutés avant que tous ne soient utilisés.

La mosaïque de la façade, du XIe siècle, fut remplacée par une nouvelle, loin des canons esthétiques paléochrétiens. Des restes de la première mosaïque sont visibles derrière l'arc de triomphe.

Suite au jubilé de l'an 2000 et la demande croissante des pèlerins, l'archevêque Francesco Gioia (it), administrateur pontifical de la basilique, lance des fouilles menées par l'archéologue Giorgio Filippi afin de vérifier la présence du tombeau de l’apôtre. En 2002 est identifié à 1,37 m sous l'autel papal un sarcophage qui pourrait contenir les reliques de l’apôtre Paul[8]. Le sarcophage porte sur le côté une inscription sur une plaque tombale de marbre d'époque constantinienne. Cette plaque munie d'orifices[9] a comme mention épigraphique « PAULO APOSTOLO MART » (l'inscription complète étant « Paulo Apostolo martyri »)[10].

La basilique actuelle est ainsi un édifice néo-classique, style qui cherche ses références dans le Haut-Empire, témoin de son époque, et non plus un édifice paléochrétien, puisant dans l'art des derniers temps de l'Empire Romain.

Architecture[modifier | modifier le code]

Intérieur de la basilique

L’entrée est entourée d'un quadriportique réalisé par Guglielmo Calderini (it) en 1928 avec au milieu de l'atrium une statue colossale de Saint-Paul et ses attributs (l'épée, instrument de son martyre et livre) réalisée par le sculpteur Giuseppe Obici (1807-1878). Le pronaos de la façade compte dix colonnes monolithiques de granit rose de Baveno, une double rangée de colonnes sur les côtés, et une triple rangée du côté du Tibre, le portique de 70 mètres de longueur étant composé de 146 colonnes.

Le fronton de la façade est décoré de mosaïques exécutées entre 1854 et 1874 (cartons de Filippo Agricola et Nicola Consoni) représentant : « au registre inférieur, Isaïe, Jérémie, Ezéchiel et Daniel ; au milieu, l’Agneau mystique entouré de quatre fleuves symbolisant les quatre Évangiles, et de douze agneaux représentant les douze apôtres. Au registre supérieur, le Christ entre Pierre et Paul ». La porte centrale monumentale en bronze représente des périodes de la vie de Pierre et de Paul[11].

L'intérieur de la basilique latine mesure 131,66 mètres de long, 65 mètres de large, 29,70 mètres de haut avec 80 colonnes monolithiques en granit de Montofarno. La nef est divisée en cinq vaisseaux. Le sol et les murs sont ornés de motifs géométriques en marbre polychrome tandis que le plafond à caissons est décoré de stuc doré.

Dans les médaillons représentant les papes et qui entourent la nef principale, celui du pape actuel est éclairé en permanence. Selon la légende, la fin du monde adviendra lorsqu'il n'y a aura plus de place pour un nouveau portrait[12].

Candélabre du cierge pascal.

La mosaïque de l'arc triomphal représente un passage de l'apocalypse de Jean avec le buste du Christ en majesté entouré de la cour céleste de 24 vieillards (les docteurs de l'église) qui vont déposer les 24 couronnes d'or. Les symboles des quatre évangélistes sont représentés au-dessus ainsi que Saint Pierre et Saint Paul au-dessous. La mosaïque de la voûte absidale en cul-de-four, exécutée au XIIIe siècle sous Innocent X et restaurée suite à l'incendie, représente le Christ bénissant entouré de Saints.

Sous le ciborium (un dais gothique réalisé par Arnolfo di Cambio en 1285) du chœur se trouve la confessio de saint Paul. Une fenêtre est créée lors de la dernière restauration en 2006 afin de permettre aux fidèles et visiteurs de voir le sarcophage.

Près du ciborium, un candélabre pascal, réalisé à la fin du XIIe siècle par Nicolas, fils d'Angilo et par Pietro Vassalletto (en), témoigne de la richesse du mobilier presbytéral de la basilique. Ses registres alternent des scènes de la vie de Jésus (Passion et Résurrection) avec des motifs végétaux et animaliers[13].

Le cloître réalisé au XIIIe siècle par des Vassaletto, est accessible depuis le bas-côté gauche. De style roman, ses arcades sont soutenues par une série de double colonnes torsadées cosmatesques (incrustées de parphyre, serpentin, tesselles d'or), toutes de formes différentes.

Tombeaux et reliques[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Archiprêtres[modifier | modifier le code]

Le 31 mai 2005, le Motu proprio du pape Benoît XVI fait de la basilique Saint-Paul-hors-les-Murs un vaste complexe extraterritorial (l’ensemble comprenant l'abbaye bénédictine ainsi que des musées et des annexes), régi par un cardinal archiprêtre, comme les trois autres basiliques majeures[14].

Le premier cardinal archiprêtre en a été Andrea Cordero Lanza di Montezemolo.

Liste des archiprêtres[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Cette nécropole comporte des tombes païennes qui vont des derniers temps de la république romaine jusqu'au IVe siècle.
  2. Norbert Hugedé, Saint Paul et Rome, Les Belles Lettres,‎ 1986, p. 230
  3. André Chastagnol, Aspects de l'antiquité tardive, L'Erma di Bretschneider,‎ 1994, p. 321
  4. (en) Frank J. Korn, A Catholic's Guide to Rome. Discovering the Soul of the Eternal City, Paulist Press,‎ 2000, p. 67
  5. (en) Margaret Varnell Clark, Walking Through Rome, iUniverse,‎ 2013, p. 138
  6. Baedekers Autoführer-Verlag, Italie centrale, K. Baedeker,‎ 1909, p. 424
  7. « Prophétie de Saint Malachie et Saint-Paul-hors-les-Murs » (consulté le 11 février 2013)
  8. (it) Giorgio Filippi, « La tomba di san Paolo: i dati archeologici del 2006 e il taccuino Moreschi del 1850 », Bollettino dei Monumenti musei a gallerie pontificie, vol. 26,‎ août 2008, p. 321-352
  9. Un orifice rond est relié à un petit conduit qui rejoint la tombe, et évoque l'usage romain, puis chrétien, de verser des parfums ou des pièces de tissu dans les tombeaux pour qu'ils soient sanctifiés par le contact des reliques et récupérés par les pèlerins.
  10. Jérôme Carcopino, Études d'histoire chrétienne, Albin Michel,‎ 1963, p. 243
  11. Basilique Saint-Paul-hors-les-Murs. À l'extérieur, site du Vatican
  12. Lonely Planet, Rome, Place Des Editeurs,‎ 2014, p. 321
  13. René Jullian, « Le candélabre pascal de Saint-Paul-hors-les-Murs », Mélanges d'archéologie et d'histoire, vol. 45,‎ 1928, p. 75-96
  14. Basilique Saint-Paul-hors-les-Murs. Les origines, site du Vatican

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]