Maronne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Maronne
La haute vallée de la Maronne à Saint-Paul-de-Salers (vue vers Lesmaronies et Récusset).
La haute vallée de la Maronne à Saint-Paul-de-Salers (vue vers Lesmaronies et Récusset).
Caractéristiques
Longueur 92,6 km
Bassin 823 km2
Bassin collecteur Dordogne
Débit moyen 20,0 m3/s (Argentat)
Nombre de Strahler 6
Régime nivo-pluvial
Cours
Source dans les Monts du Cantal, sur les pentes septentrionales du Roc des Ombres.
· Localisation Saint-Paul-de-Salers
· Altitude vers 1 430 m
· Coordonnées 45° 07′ 42″ N 2° 37′ 34″ E / 45.1284, 2.6262 (Source - Maronne)
Confluence Dordogne
· Localisation Argentat et Monceaux-sur-Dordogne
· Altitude 166 m
· Coordonnées 45° 04′ 21″ N 1° 55′ 39″ E / 45.072608, 1.927369 (Confluence - Maronne)
Géographie
Principaux affluents
· Rive gauche ruisseau du Rat,
Aspre,
Etze,
ruisseau du Cayrou,
ruisseau de la Bedaine,
ruisseau de la Pagésie
· Rive droite ruisseau d'Incon,
Riou Tort,
Gourdaloup,
Glane de Malesse
Pays traversés Drapeau de la France France
Régions Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes, Auvergne-Rhône-Alpes
Départements Cantal, Corrèze
Principales localités Argentat

Sources : Sandre, Géoportail, Banque Hydro

La Maronne est une rivière française du Massif central qui coule dans les départements du Cantal et de la Corrèze. C'est un affluent de rive gauche de la Dordogne.

Géographie[modifier | modifier le code]

La vallée de la Maronne vue depuis Salers.

La Maronne prend sa source vers 1 430 mètres d’altitude en Auvergne-Rhône-Alpes, dans le massif cantalien et le département du Cantal, sur la commune de Saint-Paul-de-Salers, sur les pentes septentrionales du Roc des Ombres.

Elle chute d'une hauteur de 22 mètres à la cascade du Roc des Bans[1], passe à deux reprises sous la route départementale (RD) 37, longeant le bourg de Saint-Paul-de-Salers par le nord, puis frôle Salers. Sur sa gauche, elle reçoit le ruisseau du Rat, est franchie par la RD 35 au pont de Saingoux, et reçoit encore à gauche l'Aspre. Au village de Salles, elle passe sous la RD 537, puis traverse le bourg de Saint-Martin-Valmeroux, franchie par la RD 922.

Elle passe au sud des bourgs de Sainte-Eulalie et de Loupiac (commune de Pleaux), sous la RD 27 au pont de Chabus, sous la RD 6 au sud-ouest de Saint-Christophe-les-Gorges (commune de Pleaux) et alimente la retenue d'Enchanet longue d'une quinzaine de kilomètres. Elle est franchie par une ancienne ligne ferroviaire au viaduc de la Maronne et reçoit presque aussitôt sur la gauche son principal affluent, l'Etze. Au barrage d'Enchanet, la RD 61 la franchit. Le ruisseau d'Incon la rejoint sur sa droite. Elle alimente ensuite la retenue du Gour Noir, passe sous la RD 2 au pont des Estourocs, marque à partir de cet endroit la limite départementale et régionale entre Cantal (région Auvergne-Rhône-Alpes) et Corrèze (région Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes), reçoit le Riou Tort à droite et est arrêtée par le barrage du Gour Noir. Elle est franchie par le pont interdépartemental des RD 7 (Cantal) et 111E2 (Corrèze), est grossie successivement en rive gauche par le ruisseau du Cayrou puis par le ruisseau de la Bedaine, lieu où la Maronne cesse de servir de limite départementale et régionale, entrant définitivement en Corrèze.

Elle passe sous la RD 13, contourne les tours de Merle par un méandre, reçoit à droite le Gourdaloup et alimente la retenue du barrage de Hautefage — longue d'environ huit kilomètres — dans laquelle débouche en rive droite la Glane de Malesse. Après le barrage de Hautefage, la Maronne reçoit en rive gauche le ruisseau de la Pagésie, est franchie par la RD 1120 à la Broquerie, reçoit encore sur sa gauche le ruisseau du Peyret et entre sur la commune d'Argentat, passant sous la RD 33 au pont de Basteyroux, puis sous la RD 116.

Elle se jette dans la Dordogne en rive gauche par deux bras, à deux kilomètres et demi au sud-ouest d'Argentat, à 166 m d'altitude, en limites de cette commune et de Monceaux-sur-Dordogne.

À partir de Sainte-Eulalie et jusqu'à Argentat, la Maronne s'écoule dans des gorges hautes de cent à deux cents mètres. Elle est longue de 92,6 km[2] pour un bassin versant de 823 km2[3].

Affluents[modifier | modifier le code]

Parmi les 57 affluents répertoriés par le Sandre[2], les plus longs sont, d'amont vers l'aval :

Principal affluent de la Maronne par l'étendue de son bassin versant, l'Etze a trois sous-affluents qui ont eux-mêmes des sous-affluents (un pour le ruisseau Négro[15], deux pour le ruisseau d'Ugeols[16],[17] et quatre pour la Doire[18],[19],[20],[21]). De ce fait, le rang de Strahler de la Maronne est de six.

Hydrologie[modifier | modifier le code]

Le débit de la Maronne a fait l'objet de mesures en quatre endroits différents : à Sainte-Eulalie depuis 1934[22], à Enchanet (Pleaux) entre 1961 et 2011[23], à Cros-de-Montvert entre 1939 et 1945[24], et à Argentat depuis 1918[25].

La Maronne à Argentat[modifier | modifier le code]

Le débit de la Maronne a été observé sur une période de 99 ans (1918-2016), à la station hydrologique du pont de Basteyroux à Argentat, située environ trois kilomètres en amont de son confluent avec la Dordogne[25]. Le bassin versant de la rivière y est de 821 km2.

Le module de la rivière à Argentat est de 20,0 m3/s.

La Maronne présente les fluctuations saisonnières de débit assez importantes et typiques des rivières de régime nivo-pluvial du Massif central, avec des crues d'hiver-printemps portant le débit mensuel moyen entre 19,9 et 33,8 m3/s, de novembre à mai inclus (avec un maximum en février), et des basses eaux d'été de juillet à septembre, avec une baisse du débit moyen mensuel jusqu'au niveau de 4,82 m3 au mois d'août. Cependant ces chiffres ne sont que des moyennes et les fluctuations de débit peuvent être plus importantes selon les années et sur des périodes plus courtes.

Débit moyen mensuel (en m3/s)
Station hydrologique : P1592510 - La Maronne à Argentat pour un bassin versant de 821 km2[25]
(Données calculées sur 99 ans)
Source : Banque Hydro - MEDDE

Étiage ou basses eaux[modifier | modifier le code]

À l'étiage le VCN3 peut chuter jusque 0,27 m3, en cas de période quinquennale sèche, soit 270 litres par seconde.

Crues[modifier | modifier le code]

Les crues peuvent s'avérer fort importantes. Les QJX 2 et QJX 5 valent respectivement 120 et 180 m3/s. Le QJX 10 est de 220 m3/s et le QJX 20 de 260 m3/s. Quant au QJX 50, il est de 310 m3/s.

À titre de comparaison, rappelons que le QJX 50 de la Marne aux portes de Paris vaut 620 m3/s[26]. On voit ainsi que le QJX 50 de la « petite rivière longue de 92 kilomètres et dotée d'un petit bassin » qu'est la Maronne, vaut plus de la moitié de celui de la Marne à proximité de Paris, rivière cinq fois plus longue que la Maronne et dont le bassin versant est quinze fois plus étendu.

Durant la période 1918-2016, le débit journalier maximal enregistré à la station d'Argentat a été de 395 m3/s le . Il s'agissait donc d'une crue plus que cinquantennale, peut-être d'ordre centennal, voire plus ; depuis lors, la plus haute valeur du débit instantané maximal enregistré a été de 251 m3/s le [25].

Lame d'eau et débit spécifique[modifier | modifier le code]

La lame d'eau écoulée dans le bassin de la Maronne est de 773 millimètres annuellement, ce qui est très élevé, largement supérieur, tant à la moyenne d'ensemble de la France, qu'à celle du bassin versant de la Dordogne (528 millimètres)[27]. Le débit spécifique (ou Qsp) se monte à 24,4 litres par seconde et par kilomètre carré de bassin[25].

Communes et départements traversés[modifier | modifier le code]

La Maronne arrose 21 communes[2],[28] réparties sur deux départements :

Hydroélectricité[modifier | modifier le code]

Trois barrages hydroélectriques ont été aménagés sur son cours : le barrage d'Enchanet[29], établi entre Arnac et Pleaux, celui du Gour Noir[30], entre Saint-Julien-aux-Bois et Cros-de-Montvert, et le barrage de Hautefage[31], entre Hautefage et Sexcles.

Environnement[modifier | modifier le code]

Plusieurs zones sont protégées à divers titres le long du cours de la Maronne.

Parc naturel[modifier | modifier le code]

Depuis sa source jusqu'à Saint-Martin-Valmeroux, la rivière est comprise dans le parc naturel régional des volcans d'Auvergne. Elle y est franchie par le GR 400 qui fait le tour du volcan cantalien.

Natura 2000[modifier | modifier le code]

Le Réseau Natura 2000 distingue trois zones importantes sur le cours de la Maronne :

ZNIEFF[modifier | modifier le code]

Plusieurs zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) concernent le cours de la Maronne : quatre dans le Cantal et deux en Corrèze.

Dans le Cantal, la vallée de la Maronne en amont de Saint-Martin-Valmeroux fait partie d'une ZNIEFF de type II, celle des monts du Cantal, très importante par la variété de sa faune et de sa flore[38],[39].

Les trois autres ZNIEFF du département sont de type I :

En Corrèze, il existe deux ZNIEFF de type II :

  • la première s'étend sur plus de 1 500 hectares depuis la retenue du Gour Noir jusqu'à celle de Hautefage et inclut les parties aval des affluents de la Maronne : le Riou Tort et le ruisseau de la Bedaine[46]. La rivière s'y écoule dans une vallée boisée aux rives encaissées favorisant une flore diversifiée. Côté faune, la vallée abrite, entre autres, des loutres communes (Lutra lutra), cinq espèces de chauves-souris et plusieurs espèces de rapaces[47] ;
  • l'autre ZNIEFF est celle de la vallée de la Dordogne qui inclut la Maronne, en aval du barrage de Hautefage, pour ses derniers kilomètres avant sa confluence avec la Dordogne[48],[49].

Sites pittoresques[modifier | modifier le code]

En Corrèze, un site concernant les communes de Goulles, Hautefage, Saint-Bonnet-les-Tours-de-Merle, Saint-Geniez-ô-Merle et Sexcles, est inscrit depuis 1977 pour son caractère pittoresque[50],[51].

Monuments ou sites remarquables à proximité[modifier | modifier le code]

  • les ruines du château de Branzac du XVe siècle[57] ;
  • la chapelle Notre-Dame du Château qui surplombe les gorges de la Maronne[58] ;

Galerie de photos[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La cascade du Roc des bancs sur le site des cascades du Cantal, consulté le 30 avril 2016
  2. a, b et c Sandre, « Fiche cours d'eau - La Maronne (P1--0250) » (consulté le 30 avril 2016).
  3. [PDF] La Maronne sur le site de la DREAL Limousin, consulté le 30 avril 2016.
  4. Sandre, « Fiche cours d'eau - Ruisseau du Rat (P1400540) » (consulté le 30 avril 2016).
  5. Sandre, « Fiche cours d'eau - L'Aspre (P1400570) » (consulté le 30 avril 2016).
  6. Sandre, « Fiche cours d'eau - L'Etze (P14-0400) » (consulté le 30 avril 2016).
  7. a, b, c et d Atlas routier France 2012, Michelin, p. 261-262.
  8. Sandre, « Fiche cours d'eau - Ruisseau d'Incon (P1510500) » (consulté le 30 avril 2016).
  9. Sandre, « Fiche cours d'eau - Le Riou Tort (P1520650) » (consulté le 30 avril 2016).
  10. Sandre, « Fiche cours d'eau - Ruisseau du Cayrou (P1530550) » (consulté le 30 avril 2016).
  11. Sandre, « Fiche cours d'eau - Ruisseau de Vialore (P1540500) » (consulté le 30 avril 2016).
  12. Sandre, « Fiche cours d'eau - Le Gourdaloup (P1550530) » (consulté le 30 avril 2016).
  13. Sandre, « Fiche cours d'eau - La Glane Dancèze (P1560500) » (consulté le 30 avril 2016).
  14. Sandre, « Fiche cours d'eau - Ruisseau de la Pagésie (P1570570) » (consulté le 30 avril 2016).
  15. Sandre, « Fiche cours d'eau (P1431170) » (consulté le 30 avril 2016).
  16. Sandre, « Fiche cours d'eau (P1441090) » (consulté le 30 avril 2016).
  17. Sandre, « Fiche cours d'eau (P1441100) » (consulté le 30 avril 2016).
  18. Sandre, « Fiche cours d'eau - Ruisseau de Marcenat (P1460530) » (consulté le 30 avril 2016).
  19. Sandre, « Fiche cours d'eau (P1461010) » (consulté le 30 avril 2016).
  20. Sandre, « Fiche cours d'eau (P1461020) » (consulté le 30 avril 2016).
  21. Sandre, « Fiche cours d'eau - Ruisseau de Cabrol (P1460560) » (consulté le 30 avril 2016).
  22. Banque Hydro - MEDDE, « Synthèse de la Banque Hydro - La Maronne à Sainte-Eulalie (P1422510) » (consulté le 30 avril 2016).
  23. Banque Hydro - MEDDE, « Synthèse de la Banque Hydro - La Maronne à Pleaux (Enchanet) (P1502510) » (consulté le 30 avril 2016).
  24. Banque Hydro - MEDDE, « Synthèse de la Banque Hydro - La Maronne à Cros-de-Montvert (P1522510) » (consulté le 30 avril 2016).
  25. a, b, c, d et e Banque Hydro - MEDDE, « Synthèse de la Banque Hydro - La Maronne à Argentat (P1592510) » (consulté le 30 avril 2016).
  26. Banque Hydro - MEDDE, « Synthèse de la Banque Hydro - La Marne à Gournay-sur-Marne (H5841020) » (consulté le 30 avril 2016).
  27. Banque Hydro - MEDDE, « Synthèse de la Banque Hydro - La Dordogne à Pessac-sur-Dordogne (P5550010) » (consulté le 30 avril 2016).
  28. Aux vingt communes répertoriées par le Sandre s'ajoute celle de Saint-Bonnet-les-Tours-de-Merle, bordée au nord par la Maronne sur un kilomètre et demi.
  29. Barrage d'Enchanet sur le site Structurae, consulté le 30 avril 2016.
  30. Barrage du Gour Noir sur le site Structurae, consulté le 30 avril 2016.
  31. Barrage de Hautefage sur le site Structurae, consulté le 30 avril 2016.
  32. [PDF] FR8301055 - Massif cantalien sur le site l'INPN, consulté le 2 mai 2016.
  33. Carte de la zone Natura 2000 FR8301055sur le site l'INPN, consulté le 2 mai 2016.
  34. FR7401103 - Vallée de la Dordogne sur l'ensemble de son cours et affluents sur le site de l'INPN, consulté le 12 juillet 2015.
  35. Carte de la zone Natura 2000 FR7401103 sur le site l'INPN, consulté le 2 mai 2016.
  36. FR8302017 - Site de Palmont sur le site l'INPN, consulté le 2 mai 2016.
  37. Carte de la zone Natura 2000 FR7401103 sur le site l'INPN, consulté le 2 mai 2016.
  38. [PDF] Monts du Cantal sur le site de l'INPN, consulté le 30 avril 2016.
  39. Carte de la ZNIEFF 830007461 sur le site de l'INPN, consulté le 30 avril 2016.
  40. [PDF] Falaises de Saint-Paul-de-Salers sur le site de l'INPN, consulté le 30 avril 2016.
  41. Carte de la ZNIEFF 830009031 sur le site de l'INPN, consulté le 30 avril 2016.
  42. [PDF] Haute vallée de la Maronne - Bois du Theil sur le site de l'INPN, consulté le 30 avril 2016.
  43. Carte de la ZNIEFF 830020454 sur le site de l'INPN, consulté le 30 avril 2016.
  44. Gorges de la Maronne - Barrage d'Enchanet, secteur Auvergnesur le site de l'INPN, consulté le 30 avril 2016.
  45. Carte de la ZNIEFF 830020176 sur le site de l'INPN, consulté le 30 avril 2016.
  46. Carte de la ZNIEFF 740006116 sur le site de l'INPN, consulté le 30 avril 2016.
  47. [PDF] Vallée de la Maronne sur le site de l'INPN, consulté le 30 avril 2016.
  48. [PDF] Vallée de la Dordogne sur le site de l'INPN, consulté le 30 avril 2016.
  49. Carte de la ZNIEFF 740006115 sur le site de l'INPN, consulté le 30 avril 2016.
  50. Arrêté du 14 juin 1977 sur le site de la DREAL Limousin, consulté le 30 avril 2016.
  51. Carte du site inscrit sur le site de la la DREAL Limousin, consulté le 30 avril 2016.
  52. « Église Saint-Paul », base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 30 avril 2016.
  53. « Château de Palmont », base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 30 avril 2016.
  54. « Église Saint-Martin », base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 30 avril 2016.
  55. « Château de Saint-Pol », base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 30 avril 2016.
  56. « Halle », base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 30 avril 2016.
  57. « Ruines du château fort de Branzac », base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 30 avril 2016.
  58. Chapelle Notre-Dame du château sur le site de l'office de tourisme du pays de Salers, consulté le 30 avril 2016.
  59. « Église Saint-Martin », base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 30 avril 2016.
  60. « Restes du château de Merle », base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 30 avril 2016.
  61. « Ruines de l'ancienne église », base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 30 avril 2016.
  62. « Château du Rieux », base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 30 avril 2016.
  63. « Église Notre-Dame », base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 30 avril 2016.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]