Bidouze

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

la Bidouze
Illustration
Caractéristiques
Longueur 82,4 km
Bassin 285 km2Voir et modifier les données sur Wikidata
Bassin collecteur l'Adour
Régime pluvio-nival
Cours
Source Massif des Arbailles
· Localisation Pyrénées-Atlantiques
· Altitude 650 m
· Coordonnées 43° 07′ 48″ N, 1° 01′ 20″ O
Géographie
Pays traversés Drapeau de la France France

La Bidouze[1] (Biduze, en euskara) est un cours d'eau du Pays basque français (département des Pyrénées-Atlantiques). C'est un affluent gauche de l'Adour qui arrose les coteaux du sud de l'Adour.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Elle prend sa source dans un petit lac souterrain nommé Eltzarreko Ordokia au nord de la forêt des Arbailles.

Elle se jette dans l'Adour à Guiche (Pyrénées-Atlantiques). Sa longueur est de 82,4 km[2].

Département et communes traversés[modifier | modifier le code]

Pyrénées-Atlantiques :

Principaux affluents[modifier | modifier le code]

Abréviations : (G) ou (rg) Affluent rive gauche ; (D) ou (rd) Affluent rive droite ; (CP) Cours principal, signale le nom donné à une partie du cours d'eau prise en compte dans le calcul de sa longueur.
  • (D) Ihityko erreka (4,3 km), Chorizako erreka (3,9 km) et Larramendiko erreka (2,9 km), de Saint-Just-Ibarre
  • (G) Hosta ur handia, 8,1 km, de Hosta
  • (G) Laminosine (Othapaleko erreka à sa source), 8,5 km, d'Ibarrolle
    • (G) Ohilokiko erreka, 1,6 km
  • (G) Artikaiteko erreka[3], 7 km, d'Utziate
  • (G) Latsagako erreka et Bertzaitzeko erreka, d'Ostabat-Asme
  • (D) Babatzeko erreka, 5,4 km, de Juxue
    • (G) Negeluko erreka, 2,2 km
  • (G) Ibideko erreka (né Ithurriberriko erreka) et Haranbeltzeko erreka, d'Ostabat-Asme
  • (D) Eldurne, d'Arhansus
  • (D) Izpatxuriko erreka, 16,2 km, composé des Pagolako uhaitza (CP), de Pagolle, et Lambarreko erreka, d'Ordiarp
  • (G) Ur Beltza, d'Uhart-Mixe, 3,2 km
  • (D) Azkabia de Lohitzun et Sorhapuru
  • (D) Ehulondo ou Chichan[4], 5,9 km, de Lohitzun et Berraute
  • (G) la Joyeuse, 26,8 km, d'Iholdy
  • (G) Minhurrieta[5], 16,7 km, de Béguios (union des Jelozeko erreka (CP) et Xurrutuko erreka, 3,9 km)
    • (G) Sarrikotako erreka, d'Arraute
    • (G) Lamulariko erreka
  • (D) Lauhirasse[6], d'Arbouet-Sussaute et du Lauhire voisin.
  • (G) Ihiburu[7], l'Ihouri[8] ou Lihoury, 45,8 km, formé des trois cours d'eau:
    • (CP) la Harane ou Laharanne[9]
    • (D) l'Apʰatarena (la Pataréna, l'Apatharena), 17 km
    • (G)l'Arbéroue (Arbelua en basque)[10], 27,4 km.

Usages[modifier | modifier le code]

En 1829, J. Dutens signale que la navigation sur la Bidouze commence à Came, seul point de commerce sur la rivière, et permet un trajet de 20 km (jusqu'à sa confluence avec l'Adour. Les bateaux qui y circulent alors mesurent de 5 à 22 m de longueur, 1 à 5 m de largeur et 0,40 à 0,80 m de tirant d'eau ; ils transportent des pierres de taille, moellons et pavés provenant des carrières de Came et de Bidache, destinées à la construction de Bayonne et des environs[11].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Autres graphies : Bedose, Bidose (1360), Bidoze (1372), Bidouse.
  2. Sandre, « Fiche cours d'eau - Bidouze (Q8-0250) ».
  3. Artiçayte, Arreyte dans Paul Raymond, Dictionnaire topographique du département des Basses-Pyrénées, Paris, Imprimerie Impériale, , 208 p. (BNF 31182570, lire en ligne).
  4. Aphalecerraco erreca (Apʰaleiherako erreka ?) sur la carte de Cassini
  5. Mihourita sur la carte de Cassini.
  6. l'Ouhiras sur la carte de Cassini.
  7. 'limite des joncs' ; moulin d'Hiburi.
  8. Hihouri sur la carte de Cassini.
  9. la Haranne sur la carte de Cassini.
  10. Erberua vers 980, Arberua en 1106, Arbeloa en 1264 ; le basque Arbelua évolue normalement en gascon Arberoa / Arberoue.
  11. [Dutens 1829] Joseph Dutens, Histoire de la navigation intérieure de la France, t. 1, Paris, A. Sautelet & Cie, , 652 p., sur gallica (lire en ligne), p. 64. Cité dans [Védrine & Saint-Arroman 2007] Laurent Védrine et Philippe Saint-Arroman, « La batellerie de l’Adour. Enquête sur les bateaux à architecture monoxyle et monoxyle assemblée », Aquitania, t. 23,‎ , p. 287-320 (lire en ligne [sur persee]), p. 314.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • Ressource relative à la géographieVoir et modifier les données sur Wikidata :