Rilhac-Xaintrie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Rilhac-Xaintrie
L'église de Rilhac-Xaintrie.
L'église de Rilhac-Xaintrie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Corrèze
Arrondissement Arrondissement de Tulle
Canton Argentat
Intercommunalité Communauté de communes du Canton de Saint-Privat
Maire
Mandat
Laurence Dumas
2014-2020
Code postal 19220
Code commune 19173
Démographie
Population
municipale
311 hab. (2014)
Densité 12 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 10′ 04″ nord, 2° 11′ 53″ est
Altitude Min. 264 m – Max. 653 m
Superficie 25,31 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Rilhac-Xaintrie

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Rilhac-Xaintrie

Rilhac-Xaintrie est une commune française située dans le département de la Corrèze en région Nouvelle-Aquitaine. En occitan, on dit Rilhac, prononcer Rilia.

Géographie[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

La commune apparaît la première fois dans les chartes au XIe siècle, sous la forme Rialiaco. Vestiges gallo-romains. Nom masculin latin Regalis.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Rilhac-Xaintrie Blason D'argent à sept vergettes de gueules.
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 mars 2008 Michel Dabertrand   Agriculteur
mars 2008 en cours Laurence Dumas[1]   Fonctionnaire

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[3],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 311 habitants, en diminution de -4,01 % par rapport à 2009 (Corrèze : -0,83 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 108 1 033 1 030 1 190 1 320 1 320 1 361 1 357 1 346
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 326 1 245 1 254 1 253 1 112 999 1 008 953 977
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
975 1 005 959 803 774 744 703 679 607
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2014
581 537 509 439 383 330 317 332 311
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le château, daté des XVe et XVIe siècles, est classé monument historique[6]. Le bâtiment du XIXe siècle qui le jouxte n’est pas protégé. Le site est inscrit.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Berchaire, moine aquitain (vers 650 après JC), devenu Saint-Berchaire a traversé le village lors de son séjour à Auriac.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Site de la préfecture, consulté le 20 août 2008
  2. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  3. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  6. Arrêté du 1er avril 1988, notice de la Base Mérimée, consultée le 26 août