Triouzoune

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

45° 37′ 09″ N 2° 07′ 29″ E / 45.6192, 2.12472

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour voir d'autres.
Cet article a besoin d’être illustré (en discuter). (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).

Pour améliorer cet article, des médias (images, animations, vidéos, sons) sous licence libre ou du domaine public sont les bienvenus.
Si vous êtes l’auteur d’un média que vous souhaitez partager, importez-le. Si vous n’êtes pas l’auteur, vous pouvez néanmoins faire une demande de libération d’image à son auteur.

la Triouzoune
Illustration
Caractéristiques
Longueur 50,5 km
Bassin 130 km2
Bassin collecteur la Dordogne
Débit moyen 1,76 m3/s (Saint-Angel)
Régime pluvio-nival
Cours
Confluence la Dordogne
Géographie
Pays traversés Drapeau de la France France

La Triouzoune est une rivière française d'Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes, affluent de la Dordogne.

Géographie[modifier | modifier le code]

Elle prend sa source vers 900 m d’altitude en Corrèze, en bordure est du plateau de Millevaches, un kilomètre au nord de la Rigaudie, un des hameaux de Saint-Sulpice-les-Bois.

Elle arrose Saint-Angel et rejoint la Dordogne en rive droite dans la retenue du Barrage de l'Aigle, entre les communes de Sérandon et de Latronche, deux kilomètres à l’ouest d’Arches.

Nature et Patrimoine[modifier | modifier le code]

  • L’abbaye de Saint-Angel
  • Le lac de Neuvic
  • Les gorges de la Triouzoune après le lac de Neuvic car elle suit une faille
  • Le pont des Ajustants, à la confluence de la Triouzoune et de la Dordogne

Production hydroélectrique[modifier | modifier le code]

Deux kilomètres au sud-est de Neuvic est implanté le barrage de Neuvic (ou barrage de la Triouzoune) qui a permis la formation d’un lac artificiel de près de 300 hectares.

L’eau est amenée par galerie jusqu’à une usine hydro-électrique située cinq kilomètres au sud-est, sur la commune de Sérandon, en rive droite de la retenue du barrage de l'Aigle.

Hydrologie[modifier | modifier le code]

Depuis sa mise en service en 1961, la station hydrologique de Saint-Angel a enregistré un débit journalier maximal de 15,5 m3⋅s-1 le 26 décembre 1999.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]