Loyre (affluent de la Vézère)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Loyre.
Page d’aide sur l’homonymie Pour les articles ayant des titres homophones, voir Loir et Loire.

Loyre
(Ruisseau de la Boissière,
ruisseau de l'étang de la Boissière)
Illustration
En centre-ville d'Objat, la Loyre coule à l'ombre des bananiers.
Carte.
Cours de la Loyre (Version interactive)
Caractéristiques
Longueur 45,2 km
Bassin 282 km2
Bassin collecteur Dordogne
Débit moyen 3,22 m3/s (Saint-Viance)
Régime pluvial
Cours
Source principale Saint-Martin-Sepert
· Localisation la Boissière
· Altitude 414 m
· Coordonnées 45° 27′ 16,6″ N, 1° 29′ 01″ E
Source secondaire Saint-Martin-Sepert
· Localisation est du bois de Labrand
· Altitude vers 420 m
· Coordonnées 45° 27′ 09,6″ N, 1° 29′ 38,4″ E
Confluence des sources Saint-Martin-Sepert
· Localisation est de la Boissière
· Altitude vers 395 m
· Coordonnées 45° 27′ 02,3″ N, 1° 29′ 12″ E
Confluence Vézère
· Localisation Saint-Viance et Varetz
· Altitude 101 m
· Coordonnées 45° 11′ 32,6″ N, 1° 27′ 39,6″ E
Géographie
Principaux affluents
· Rive droite Roseix
Pays traversés France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Corrèze
Principales localités Objat

Sources : Sandre, Géoportail, Banque Hydro

La Loyre est une rivière française du département de la Corrèze, affluent rive droite de la Vézère et sous-affluent de la Dordogne.

Il ne faut pas la confondre avec une autre rivière du même département, la Loyre, affluent de la Corrèze.

Géographie[modifier | modifier le code]

La Loyre au centre-ville d'Objat.

Selon le Sandre, la Loyre prend sa source à 414 mètres d'altitude, à l'étang situé au nord de la Boissière sur la commune de Saint-Martin-Sepert. Selon le cadastre de cette commune, cette branche porte le nom de ruisseau de l'étang de la Boissière, ou encore ruisseau de la Boissière[1] et le ruisseau de la Loyre naît d'un autre étang situé à l'est du bois de Labrand[2], environ un kilomètre au sud-est du premier site, en bordure de la commune de Saint-Ybard, vers 420 mètres d'altitude. Après environ 500 mètres de parcours chacun, les deux cours d'eau s'unissent vers 395 mètres d'altitude, et seul le nom de « Loyre » demeure.

La Loyre passe à l'est du village de Saint-Martin-Sepert puis à l'ouest d'Orgnac-sur-Vézère, se frayant un chemin à travers des reliefs qui la dominent, par endroits, de plus de 150 mètres.

Elle arrive ensuite dans la plaine du bassin de Brive, traverse la ville d'Objat puis reçoit en rive droite son principal affluent, le Roseix. Elle conflue avec la Vézère en rive droite, à 101 mètres d'altitude, moins d'un kilomètre à l'est du bourg de Varetz, en limite de cette commune et de celle de Saint-Viance.

Une grande partie de son cours sert de limite aux communes qu'elle baigne. Sa longueur est de 45,2 km pour un bassin versant de 282 km2[3].

Son nom se retrouve dans celui d'une intercommunalité corrézienne, la communauté de communes de Juillac-Loyre-Auvézère.

Environnement[modifier | modifier le code]

Les gorges de la Loyre et de son affluent, le Vaysse, sont protégées en tant que zone naturelle d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) sur une superficie de 466 hectares[4]. C'est une zone boisée où poussent le Millepertuis androsème (Hypericum androsaemum), l'Aspérule odorante (Galium odoratum), l'Épervière de Lepèletier (Hieracium peleterianum) ou encore la Laîche pendante (Carex pendula). On y rencontre le rare Cincle plongeur (Cinclus cinclus).

Affluents[modifier | modifier le code]

Parmi les 27 affluents de la Loyre répertoriés par le Sandre[3], le plus long avec 15,1 km est le Roseix[5] en rive droite.

Hydrologie[modifier | modifier le code]

Le débit de la Loyre a été observé sur une période de 43 ans (1969-2011), à Saint-Viance, à la station hydrologique du pont de Burg, environ deux kilomètres avant sa confluence avec la Vézère. À cet endroit, le bassin versant représente 274 km2[6], soit la presque totalité de celui de la rivière.

Le module y est de 3,22 m3/s.

La Loyre présente de fortes fluctuations saisonnières de débit, avec une période de hautes eaux caractérisée par un débit mensuel moyen évoluant dans une fourchette de 2,83 à 6,36 m3/s, de novembre à mai inclus (avec un maximum en janvier). La période des basses eaux a lieu de juillet à octobre, avec une baisse du débit moyen mensuel allant jusqu'à 0,827 m3 au mois d'août. Cependant ces chiffres ne sont que des moyennes et les fluctuations de débit peuvent être plus importantes selon les années et sur des périodes plus courtes.

Débit moyen mensuel (en m3/s)
Station hydrologique : Saint-Viance (pont de Burg)
(Données calculées sur 43 ans)

À l'étiage le VCN3 peut chuter jusque 0,27 m3, en cas de période quinquennale sèche, soit 270 litres par seconde.

Les crues peuvent être importantes. Les QIX 2 et QIX 5 valent respectivement 67 et 93 m3/s. Le QIX 10 est de 110 m3/s, le QIX 20 de 130 m3, tandis que le QIX 50 se monte à 150 m3/s.

Le débit journalier maximal enregistré durant cette période a été de 93,9 m3/s le 10 janvier 1996. Si l'on compare cette valeur à l'échelle des QIX de la rivière, cette crue n'était que du niveau du QIX 5, donc susceptible de se reproduire environ tous les 5 ans. Le débit maximal instantané (113 m3/s), et la hauteur maximale instantanée (4,60 mètres) ont été relevés le même jour.

Au total, la Loyre est une rivière abondante. La lame d'eau écoulée dans son bassin versant est de 372 millimètres annuellement, ce qui est supérieur à la moyenne de la France entière tous bassins confondus (320 millimètres). Le débit spécifique de la rivière (ou Qsp) atteint ainsi le chiffre de 11,7 litres par seconde et par kilomètre carré de bassin.

Département et communes traversés[modifier | modifier le code]

À l'intérieur du département de la Corrèze, la Loyre arrose quatorze communes[3],[7] :

Site notable[modifier | modifier le code]

Sur ce plan de la chartreuse de Glandier (gravure de 1886), la Loyre contourne le monastère.

La rivière entoure dans un de ses méandres, les bâtiments de la chartreuse de Glandier, ancien monastère masculin de l'ordre des Chartreux, fondé en 1219 par Archambaud VI, vicomte de Comborn.

Au XIXe siècle, celle-ci fut le théâtre d'une célèbre affaire judiciaire : « l'affaire Marie Lafarge ».

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « ruisseau de l'étang de la Boissière » sur Géoportail (consulté le 3 février 2013).
  2. « ruisseau de la Loyre » sur Géoportail (consulté le 3 février 2013).
  3. a b et c La Loyre sur le site du Sandre - consulté le 12 novembre 2011.
  4. Gorges de la Loyre et du Vaysse, ZNIEFF n° 472 sur le site de la DREAL Limousin, consulté le 12 décembre 2011.
  5. Le Roseix (P32-0430) sur le site du Sandre, consulté le 12 novembre 2011.
  6. Banque Hydro - Station P3274010 - La Loyre à Saint-Viance (Synthèse), consultée le 12 novembre 2011 (ne pas cocher la case "Station en service").
  7. Contrairement à ce qu'indique le Sandre, les communes de Saint-Ybard et Ussac ne sont pas arrosées par la Loyre.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]