Auriac (Corrèze)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Auriac.
Page d’aide sur l’homonymie Pour l’article ayant un titre homophone, voir Aurillac.

Auriac
Auriac (Corrèze)
La mairie.
Blason de Auriac
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Corrèze
Arrondissement Arrondissement de Tulle
Canton Argentat
Intercommunalité Communauté de communes Xaintrie Val'Dordogne
Maire
Mandat
Nicole Bardi
2014-2020
Code postal 19220
Code commune 19014
Démographie
Gentilé Auriacois, Auriacoises
Population
municipale
231 hab. (2016 en augmentation de 0,43 % par rapport à 2011)
Densité 6,6 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 12′ 13″ nord, 2° 09′ 00″ est
Altitude Min. 249 m
Max. 687 m
Superficie 34,89 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Corrèze

Voir sur la carte administrative de la Corrèze
City locator 14.svg
Auriac

Géolocalisation sur la carte : Corrèze

Voir sur la carte topographique de la Corrèze
City locator 14.svg
Auriac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Auriac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Auriac
Liens
Site web auriac.fr

Auriac (Auriac en occitan prononcé "auria") est une commune française du département de la Corrèze en région Nouvelle-Aquitaine.

Ses habitants sont appelés les Auriacois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune du Massif central située sur la rive gauche de la Dordogne, à 600 mètres d'altitude.

Localisation[modifier | modifier le code]

Rose des vents Saint-Merd-de-Lapleau Laval-sur-Luzège Soursac Rose des vents
Bassignac-le-Haut N
O    Auriac    E
S
Darazac
Saint-Privat
Saint-Julien-aux-Bois Rilhac-Xaintrie

Hameaux[modifier | modifier le code]

Anjoux, Auliange, Aulianges, Aurillange, Aurillauges, Bel-Air, la Bouldoire, la Boule-Blanche, les Brousses, Chadirac, Chambelat, le Chambon, les Chances, Château-Trompette, les Cheyrolles ,la Combe, le Coudert, Coujouls, Croix-de-Coujouls, Croix-de-Job, Croix-de-l'Arbre, Dezejouls, Encoucharierre, Entre-deux-Ruisseaux, le Flancheix, Groussac, Job, Lachaux, Lacombe, Lalo, Longuechaux, le Mons, Moulin-de-Job, Moulin-de-Vezat, Orliange, Orlianges, Peuch-de-Job, les Queues, Redenat, Rigieix, le Roffy, Selves, Valette, la Vedrenne, Verchapie, Vialore.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Auriac peut provenir du latin aurum l'or suivi du suffixe -acum désignant le lieu, ou encore du nom Aurelius suivi du suffixe -acum. Auriac aurait connu les deux formes anciennes Aureus (signifiant en latin doré ou splendide), puis Auriaco en 1105.[réf. nécessaire]

D'autres sources, de tradition orale, prétendent que l'origine du nom d' Auriac viendraient de la présence d'or dans les multiples ruisseaux de la commune.[réf. nécessaire]

Histoire[modifier | modifier le code]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (décembre 2016)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Auriac est habitée dès la Préhistoire.

Au XIIe siècle Étienne d'Obazine et les moines cisterciens de l'abbaye d'Aubazine, fondent l'abbaye de la Valette. À la suite de la mise en eau du barrage du Chastang en 1951, les bâtiments de l'abbaye sont immergés.

Au XIIIe siècle, l'abbaye bénédictine de Saint-Géraud d'Aurillac y établit un prieuré dont le prieur, qui avait droit de haute-justice, possédait un château dont il reste quelques vestiges du donjon.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 2008 Bernard Selves    
mars 2008 En cours Nicole Bardi[1] SE  

Politique de développement durable[modifier | modifier le code]

La commune a engagé une politique de développement durable en lançant une démarche d'Agenda 21 en 2009[2].

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[4]. En 2016, la commune comptait 231 habitants[Note 1], en augmentation de 0,43 % par rapport à 2011 (Corrèze : -0,38 %, France hors Mayotte : +2,44 %).
Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 2909671 1271 1451 2771 3531 3021 3331 385
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 4131 3141 3331 2001 2121 1811 1511 020982
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
908935900815752689708612518
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
457377305287250215218219219
2013 2016 - - - - - - -
232231-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

Les vaches de la race de Salers paissent dans les prés.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Côme Saint-Damien
  • Les vestiges de l'abbaye de la Valette datant du XIIe siècle, noyée dans la retenue du barrage du Chastang.
  • Chapelle du Puy du Bassin (altitude de 707 m)
  • Camping avec plan d'eau artificiel
  • Église Saint-Côme-Saint-Damien (15e-16e siècles)
  • Chapelle de Dézéjouls (XIXe s.)
  • Chapelle Notre-Dame-de-Chastres de Cours (XIXe s.)
  • Croix monumentale de granit (XIXe s.)
  • Cascade de Redenat
  • Tumulus du Puy-de-Valette
  • Menhir de Selves
  • Maison avec reste de donjon, ancienne demeure du prieur
  • Panorama au Puy-du-Bassin
  • Vallée de la Dordogne.
  • Confluent de la Luzège
  • Il existe depuis 2013, un sentier d'interprétation du patrimoine naturel et bâti qui permet de découvrir le point culminant de la Xaintrie au Puy du Bassin, le centre bourg ainsi que le plan d'eau[7].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Denis Tillinac, écrivain et ami de Jacques Chirac, fils de l'ancien maire de la commune Roger Tillinac, partage sa vie entre Auriac et Paris[8].
  • Guy Bernard, président du club de la pendule, a passé ses vacances d'été dans la commune dans les années 80/90.
  • Saint Berchaire, né vers 620, noble et abbé du Moyen Âge, a séjourné dans la commune.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Auriac Blason D'or au lion de gueules.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

La commune d'Auriac accueillit en 1978-79 la première (et probablement unique) radio locale éphémère, dérogatoire au Monopole de la Radiodiffusion. A l'initiative d'Alain Cassard, responsable à l'INA, originaire de la commune, et de Roger Tillinac, maire à l'époque d'Auriac, la radio pris le nom de « Tamtam - Cantou ». Animée par de jeunes cadres Africains, elle permit de mobiliser la commune par la réactualisation des anciennes "veillées" et de recueillir un patrimoine exceptionnel d’interviews et de récits des habitants de la commune. Ses archives sont déposées sous forme de cassettes audio consultables à la mairie d'Auriac et aux archives départementales de la Corrèze. Un documentaire vidéo rétrospectif a été réalisé en 2012-13 par Clémentine Cassard pour le compte d'INA-SUP.

Pierre Clavel fut un des acteurs locaux essentiels du succès de cette opération méconnue rendue possible par l'aide apportée par Jacques Chirac, pour l'obtention d'un émetteur et l'autorisation d'émettre.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]