Saint-Cernin (Cantal)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Saint-Cernin
Saint-Cernin (Cantal)
Vue du village de Saint-Cernin.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Cantal
Arrondissement Aurillac
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Salers
Maire
Mandat
André Dujols
2020-2026
Code postal 15310
Code commune 15175
Démographie
Population
municipale
1 062 hab. (2020 en diminution de 3,54 % par rapport à 2014)
Densité 23 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 03′ 34″ nord, 2° 25′ 17″ est
Altitude Min. 556 m
Max. 985 m
Superficie 46,75 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Aurillac
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Naucelles
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Cernin
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Cernin
Géolocalisation sur la carte : Cantal
Voir sur la carte topographique du Cantal
City locator 14.svg
Saint-Cernin
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative d'Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Saint-Cernin
Liens
Site web http://Saint-Cernin.fr

Saint-Cernin est une commune française située dans le département du Cantal, en région d'Auvergne-Rhône-Alpes.

Elle comprend le territoire de l'ancienne commune de Saint-Martin-de-Valois, appelée, plus anciennement, Saint-Martin-lez-Tournemire, depuis 1826.

Géographie[modifier | modifier le code]

La vallée de la Doire à Saint-Cernin.

Saint-Cernin est une commune située au nord du Cantal dans le pays de Salers. Elle est arrosée par la Doire et le ruisseau de Cautrunes.

Localisation[modifier | modifier le code]

Carte de la commune avec localisation de la mairie.

La commune de Saint-Cernin se trouve dans le département du Cantal, en région Auvergne-Rhône-Alpes[1].

Elle se situe à 19 km par la route[Note 1] d'Aurillac[2], préfecture du département, et à 15 km de Naucelles[3], bureau centralisateur du canton de Naucelles dont dépend la commune depuis 2015 pour les élections départementales[1].

Les communes les plus proches[Note 2] sont[4] : Saint-Chamant (3,9 km), Tournemire (4,8 km), Saint-Cirgues-de-Malbert (4,9 km), Freix-Anglards (4,9 km), Girgols (5,3 km), Saint-Martin-Valmeroux (6,6 km), Besse (7,0 km), Sainte-Eulalie (7,5 km).

Saint-Cernin est limitrophe de neuf autres communes.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Saint-Cernin est une commune rurale[Note 3],[5]. Elle fait en effet partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[6],[7].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction d'Aurillac, dont elle est une commune de la couronne[Note 4]. Cette aire, qui regroupe 85 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[I 1],[I 2].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (72,6 % en 2018), en augmentation par rapport à 1990 (71,3 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : prairies (59 %), forêts (23,9 %), zones agricoles hétérogènes (13,6 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (2,5 %), zones urbanisées (1 %)[8].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Habitat et logement[modifier | modifier le code]

En 2018, le nombre total de logements dans la commune était de 685, alors qu'il était de 697 en 2013 et de 672 en 2008[I 3].

Parmi ces logements, 70,5 % étaient des résidences principales, 18,3 % des résidences secondaires et 11,2 % des logements vacants. Ces logements étaient pour 86,7 % d'entre eux des maisons individuelles et pour 12,6 % des appartements[I 4].

Le tableau ci-dessous présente la typologie des logements à Saint-Cernin en 2018 en comparaison avec celle du Cantal et de la France entière. Une caractéristique marquante du parc de logements est ainsi une proportion de résidences secondaires et logements occasionnels (18,3 %) inférieure à celle du département (20,4 %) mais supérieure à celle de la France entière (9,7 %). Concernant le statut d'occupation de ces logements, 74,9 % des habitants de la commune sont propriétaires de leur logement (72,5 % en 2013), contre 70,4 % pour le Cantal et 57,5 pour la France entière[I 5].

Le logement à Saint-Cernin en 2018.
Typologie Saint-Cernin[I 3] Cantal[I 6] France entière[I 7]
Résidences principales (en %) 70,5 67,7 82,1
Résidences secondaires et logements occasionnels (en %) 18,3 20,4 9,7
Logements vacants (en %) 11,2 11,9 8,2

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Sortie de communion solennelle à l'église Saint-Cernin entre 1905 et 1910.

Antiquité[modifier | modifier le code]

En 1842, des fouilles sur le Puy-Cantarel révèlent notamment des bracelets et colliers gaulois en bronze[9].

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Révolution française et Empire[modifier | modifier le code]

Le décret de l'Assemblée Nationale du décrète « il y aura une municipalité dans chaque ville, bourg, paroisse ou communauté de campagne »[10]. La municipalité de Saint Cernin est rattachée au canton de Saint Cernin et au district d'Aurillac[11]. Le terme « commune », au sens de l’administration territoriale actuelle, est imposé par le décret de la Convention nationale du 10 brumaire an II () : « La Convention nationale, sur la proposition d’un membre, décrète que toutes les dénominations de ville, bourg ou village sont supprimées et que celle de commune leur est substituée »[12]. Ainsi la municipalité de Saint Cernin devient formellement « commune de Saint-Cernin » en 1793[11].

Les cantons sont supprimés, en tant que découpage administratif, par une loi du , et ne conservent qu'un rôle électoral, permettant l’élection des électeurs du second degré chargés de désigner les députés[13],[14]. La Constitution du 5 fructidor an III, appliquée à partir de vendémiaire an IV (1795) supprime les districts, considérés comme des rouages administratifs liés à la Terreur, mais maintient les cantons qui acquièrent dès lors plus d'importance en retrouvant une fonction administrative[13]. Saint-Cernin est alors rattachée au Canton de Saint-Cernin et à l'Arrondissement d'Aurillac par arrêté du 9 vendémiaire an X ()[11],[15]. Cette organisation va rester inchangée pendant près de 150 ans.

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

En 1826, Saint-Cernin absorbe Saint-Martin-de-Valois et en 1839, Freix-Anglards est érigée en commune par démembrement de Saint-Cernin[11].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Découpage territorial[modifier | modifier le code]

La commune de Saint-Cernin est membre de la communauté de communes du Pays de Salers[16], un établissement public de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre créé le dont le siège est à Salers. Ce dernier est par ailleurs membre d'autres groupements intercommunaux[17].

Sur le plan administratif, elle est rattachée à l'arrondissement d'Aurillac, au département du Cantal, en tant que circonscription administrative de l'État, et à la région Auvergne-Rhône-Alpes[16].

Sur le plan électoral, elle dépend du canton de Naucelles pour l'élection des conseillers départementaux, depuis le redécoupage cantonal de 2014 entré en vigueur en 2015[16], et de la première circonscription du Cantal pour les élections législatives, depuis le redécoupage électoral de 1986[18].

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Élections municipales et communautaires[modifier | modifier le code]

Élections de 2020[modifier | modifier le code]

Le conseil municipal de Saint-Cernin, commune de plus de 1 000 habitants, est élu au scrutin proportionnel de liste à deux tours (sans aucune modification possible de la liste)[19], pour un mandat de six ans renouvelable[20]. Compte tenu de la population communale, le nombre de sièges à pourvoir lors des élections municipales de 2020 est de 15[21]. Les quinze conseillers municipaux sont élus au premier tour avec un taux de participation de 41,8 %, issus de la seule liste candidate, conduite par André Dujols[22]. André Dujols, maire sortant, est réélu pour un nouveau mandat le [23].

Les cinq sièges attribués à la commune au sein du conseil communautaire de la communauté de communes du Pays de Salers sont alloués à la liste d'André Dujols[22].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1925 octobre 1941 Joseph Mas Rad. révoqué par le Gouvernement de Vichy[24]
1945 1953 Joseph Mas Rad. Conseiller général
mars 2001 mars 2008 Gilbert Claux   médecin
mars 2008 avril 2014 Noël Delourme    
avril 2014 En cours
(au 4 juin 2020)
André Dujols[25] DVG artisan

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[26]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[27].

En 2020, la commune comptait 1 062 habitants[Note 5], en diminution de 3,54 % par rapport à 2014 (Cantal : −1,53 %, France hors Mayotte : +1,9 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 5002 7342 4922 4663 1804 0853 0463 1672 848
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 8902 7952 6332 5832 3192 3152 3182 1452 157
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 1842 0892 0521 7531 7291 7161 7311 7291 633
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
1 6771 4481 3141 2451 1641 1281 0681 0861 073
2020 - - - - - - - -
1 062--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[28] puis Insee à partir de 2006[29].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 28,0 %, soit un taux supérieur à la moyenne départementale (27,0 %). À l'inverse, le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (27,9 %) est inférieur au taux départemental (35,5 %).

En 2018, la commune comptait 531 hommes pour 541 femmes, soit un taux de 50,47 % de femmes, inférieur au taux départemental (51,13 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit :

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[I 8]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,9 
90 ou +
2,1 
8,2 
75-89 ans
12,2 
18,8 
60-74 ans
17,7 
24,6 
45-59 ans
21,0 
19,3 
30-44 ans
19,2 
11,4 
15-29 ans
11,8 
16,9 
0-14 ans
16,0 
Pyramide des âges du département du Cantal en 2018 en pourcentage[30]
HommesClasse d’âgeFemmes
1,1 
90 ou +
2,8 
9,9 
75-89 ans
13,8 
21,8 
60-74 ans
21,4 
22,4 
45-59 ans
20,9 
16,5 
30-44 ans
15,5 
13,7 
15-29 ans
11,9 
14,6 
0-14 ans
13,7 

Enseignement[modifier | modifier le code]

Il existe un collège depuis les années 1950, d'abord CEG, il a ensuite adopté le nom d'Henri-Mondor, chirurgien natif de la commune.

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus[modifier | modifier le code]

En 2018, la commune compte 469 ménages fiscaux[Note 6], regroupant 1 004 personnes. La médiane du revenu disponible par unité de consommation est de 19 490 [I 9] (20 510  dans le département[I 10]).

Emploi[modifier | modifier le code]

Taux de chômage
2008 2013 2018
Commune[I 11] 3,7 % 3,4 % 5,8 %
Département[I 12] 5,6 % 6,5 % 6,4 %
France entière[I 13] 8,3 % 10 % 10 %

En 2018, la population âgée de 15 à 64 ans s'élève à 654 personnes, parmi lesquelles on compte 82,9 % d'actifs (77,1 % ayant un emploi et 5,8 % de chômeurs) et 17,1 % d'inactifs[Note 7],[I 11]. Depuis 2008, le taux de chômage communal (au sens du recensement) des 15-64 ans est inférieur à celui de la France et du département.

La commune fait partie de la couronne de l'aire d'attraction d'Aurillac, du fait qu'au moins 15 % des actifs travaillent dans le pôle[Carte 2],[I 14]. Elle compte 426 emplois en 2018, contre 438 en 2013 et 399 en 2008. Le nombre d'actifs ayant un emploi résidant dans la commune est de 506, soit un indicateur de concentration d'emploi de 84,2 % et un taux d'activité parmi les 15 ans ou plus de 60,8 %[I 15].

Sur ces 506 actifs de 15 ans ou plus ayant un emploi, 236 travaillent dans la commune, soit 47 % des habitants[I 16]. Pour se rendre au travail, 74,9 % des habitants utilisent un véhicule personnel ou de fonction à quatre roues, 1,4 % les transports en commun, 12,3 % s'y rendent en deux-roues, à vélo ou à pied et 11,5 % n'ont pas besoin de transport (travail au domicile)[I 17].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Saint-Cernin Blason
D'or à la tour de gueules, maçonnée de sable, ouverte du champ et chargée d'un lion du même, accostée de deux étoiles d'azur.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Les distances sont mesurées entre chefs-lieux de communes par la voie routière et évaluées à l'aide d'un calculateur d'itinéraires.
  2. Les distances sont mesurées entre chef-lieux de communes à vol d'oiseau.
  3. Selon le zonage publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  4. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  5. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2023, millésimée 2020, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2022, date de référence statistique : 1er janvier 2020.
  6. Un ménage fiscal est constitué par le regroupement des foyers fiscaux répertoriés dans un même logement. Son existence, une année donnée, tient au fait que coïncident au moins une déclaration indépendante de revenus et l’occupation d’un logement connu à la taxe d’habitation.
  7. Les inactifs regroupent, au sens de l'Insee, les élèves, les étudiants, les stagiaires non rémunérés, les pré-retraités, les retraités et les autres inactifs.
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  2. Agence nationale de la cohésion des territoires, « Carte de la commune dans le zonage des aires d'attraction de villes. », sur l'observatoire des territoires (consulté le ).

Références[modifier | modifier le code]

Site de l'Insee[modifier | modifier le code]

  1. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », (consulté le ).
  2. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », (consulté le ).
  3. a et b « Chiffres clés - Logement en 2018 à Saint-Cernin » (consulté le ).
  4. « Chiffres-clés - Logement en 2018 à Saint-Cernin - Section LOG T2 » (consulté le ).
  5. « Chiffres-clés - Logement en 2018 à Saint-Cernin - Section LOG T7 » (consulté le ).
  6. « Chiffres clés - Logement en 2018 dans le Cantal » (consulté le ).
  7. « Chiffres clés - Logement en 2018 dans la France entière » (consulté le ).
  8. « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune de Saint-Cernin (15175) », (consulté le ).
  9. « REV T1 - Ménages fiscaux de l'année 2018 à Saint-Cernin » (consulté le ).
  10. « REV T1 - Ménages fiscaux de l'année 2018 dans le Cantal » (consulté le ).
  11. a et b « Emp T1 - Population de 15 à 64 ans par type d'activité en 2018 à Saint-Cernin » (consulté le ).
  12. « Emp T1 - Population de 15 à 64 ans par type d'activité en 2018 dans le Cantal » (consulté le ).
  13. « Emp T1 - Population de 15 à 64 ans par type d'activité en 2018 dans la France entière » (consulté le ).
  14. « Base des aires d'attraction des villes 2020 », sur site de l'Insee (consulté le ).
  15. « Emp T5 - Emploi et activité en 2018 à Saint-Cernin » (consulté le ).
  16. « ACT T4 - Lieu de travail des actifs de 15 ans ou plus ayant un emploi qui résident dans la commune en 2018 » (consulté le ).
  17. « ACT G2 - Part des moyens de transport utilisés pour se rendre au travail en 2018 » (consulté le ).

Autres sources[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Métadonnées de la commune de Saint-Cernin », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  2. Stephan Georg, « Distance entre Saint-Cernin et Aurillac », sur https://fr.distance.to (consulté le ).
  3. Stephan Georg, « Distance entre Saint-Cernin et Naucelles », sur https://fr.distance.to (consulté le ).
  4. « Communes les plus proches de Saint-Cernin », sur www.villorama.com (consulté le ).
  5. « Zonage rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  6. « Commune urbaine-définition » (consulté le ).
  7. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  8. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  9. « Deribier-St Cernin », sur Cantal Passion (consulté le )
  10. Motte 2003, p. 24.
  11. a b c et d Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale : Saint Cernin », sur ehess.fr, École des hautes études en sciences sociales (consulté le ).
  12. Motte 2003, p. 23.
  13. a et b Gérard Lang, « Le Code officiel géographique (COG) - 4.3. : l’œuvre révolutionnaire », sur http://projetbabel.org/, (consulté le ).
  14. « Histoire de la décentralisation », sur http://www.collectivites-locales.gouv.fr/ (consulté le ), p. 6.
  15. Gérard Lang, « Le Code officiel géographique (COG) - 4.4. : le Consulat et l'Empire », sur http://projetbabel.org/, (consulté le ).
  16. a b et c « Code officiel géographique- Rattachements de la commune de Saint-Cernin », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  17. « communauté de communes du Pays de Salers - fiche descriptive au  », sur la Base nationale sur l'intercommunalité (consulté le ).
  18. « Découpage électoral du Cantal (avant et après la réforme de 2010) », sur http://www.politiquemania.com/ (consulté le ).
  19. Loi no 2013-403 du 17 mai 2013 relative à l'élection des conseillers départementaux, des conseillers municipaux et des conseillers communautaires, et modifiant le calendrier électoral, article 51 et son décret d'application no 2013-938 du 18 octobre 2013.
  20. « Election des conseillers municipaux et du maire », sur le site de la DGCL (consulté le )
  21. Article L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales
  22. a et b « Résultats du 1er tour pour Saint-Cernin », sur le site du Ministère de l'Intérieur (consulté le )
  23. « Répertoire national des élus - version du 3 septembre 2020 », sur https://www.data.gouv.fr/ (consulté le )
  24. JOEF du 1er octobre 1941.
  25. « André Dujols, réélu maire », sur La Montagne, (consulté le )
  26. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  27. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  28. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  29. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019 et 2020.
  30. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Département du Cantal (15) », (consulté le ).
  31. « Église Saint-Cernin », notice no PA00093601, base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 19 décembre 2016.
  32. cf le site de l'Office du tourisme https://www.salers-tourisme.fr/eglise-saint-saturnin
  33. « Château de Faussanges », notice no PA00093599, base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 19 décembre 2016.
  34. « Château du Cambon », notice no PA00093598, base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 19 décembre 2016.
  35. « Château de Ragheaud », notice no PA00093600, base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 21 décembre 2016.
  36. « Tour-donjon de Marze », sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 21 décembre 2016.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Claude Motte, Isabelle Séguy & Christine Théré, avec la collaboration de Dominique Tixier-Basse, Communes d’hier, communes d’aujourd’hui : Les communes de la France métropolitaine, 1801-2001. Dictionnaire d’histoire administrative, Paris, Institut National d’Études Démographiques,, , 408 p. (ISBN 978-2-7332-1028-4, lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :