Authre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

l'Authre
Illustration
L'Authre à Marmanhac.
Caractéristiques
Longueur 42 km [1]
Bassin 154 km2 [2]
Bassin collecteur la Dordogne
Débit moyen 3,06 m3/s (Ytrac) [3]
Nombre de Strahler 4
Régime pluvio-nival
Cours
Source Bertail
· Localisation Lascelle
· Altitude plus de 1 000 m
· Coordonnées 45° 02′ 43″ N, 2° 33′ 59″ E
Confluence la Cère dans le lac de Saint-Étienne-Cantalès
· Localisation Lacapelle-Viescamp
· Altitude 517 m
· Coordonnées 44° 55′ 12″ N, 2° 14′ 59″ E
Se jette dans Cère
Géographie
Principaux affluents
· Rive gauche ruisseau de Reilhaguet, ruisseau de Veyrières, ruisseau de Quitiviers
· Rive droite ruisseau d'Aubespeyre, ruisseau de Cautrunes
Pays traversés Drapeau de la France France
Département Cantal
Arrondissement Aurillac
Régions traversées Auvergne-Rhône-Alpes
Principales localités Marmanhac, Jussac, Naucelles

Sources : Sandre:P18-0400, Géoportail, Banque Hydro

L'Authre est une rivière française du Massif central qui coule dans le département du Cantal.

C'est, avec la Jordanne, l'un des deux plus importants affluents de la Cère, en rive droite.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le nom de cette rivière, comme celui de la commune d'Ytrac, sont de formation celtique et dérivent du nom de pagus gaulois Artintia (comme l'Artense) ou Actarentia qui veulent dire « vallée des ours »[4], nom de pays attesté en 930 dans le cartulaire de Conques.

Géographie[modifier | modifier le code]

L'Authre à Ytrac.

L'Authre prend sa source à plus de 1 000 mètres d'altitude, à Bertail, au nord d'Houade, sur la commune de Lascelle[5], trois kilomètres au sud-sud-ouest du col de Légal dans le Massif central, en région Auvergne-Rhône-Alpes, sur les monts du Cantal, dans la partie sud-ouest du parc naturel régional des volcans d'Auvergne.

Elle coule globalement du nord-est vers le sud-ouest[1].

Elle passe sous les routes départementales (RD) 35 puis 59 avant d'arroser le bourg de Vercuères. Elle s'écoule ensuite au sud du bourg de Laroquevieille et passe une deuxième fois sous la RD 59 à Marmanhac dont elle arrose le bourg. Elle reçoit sur sa droite le ruisseau d'Aubespeyre, passe sous la RD 922 au nord de Jussac et reçoit en rive droite le ruisseau de Cautrunes, son principal affluent. Elle est de nouveau franchie par la RD 59, reçoit en rive gauche la Baysse (autre nom du ruisseau de Reilhaguet), s'écoule à l'ouest de Naucelles, passe sous la RD 52 puis la RD 120. Elle reçoit sur sa gauche le ruisseau de Veyrières, passe sous la RD 253 au nord d'Ytrac, reçoit en rive gauche le ruisseau de Quitiviers, puis passe sous les RD 53 et 64.

Elle est franchie par une ligne ferroviaire puis son cours alimente, sur ses deux derniers kilomètres et demi, le lac de Saint-Étienne-Cantalès où elle est franchie par la RD 18 au niveau du pont de la Marie. Elle contourne Lacapelle-Viescamp par le nord et rejoint un kilomètre plus loin la Cère à 517 mètres d'altitude[6].

Elle est longue de 42 km[1].

Communes traversées[modifier | modifier le code]

Dans le seul département du Cantal, l'Authre traverse dix communes[1], soit de l'amont vers l'aval : Lascelle (source), Laroquevieille, Marmanhac, Jussac, Reilhac, Naucelles, Crandelles, Ytrac, Saint-Paul-des-Landes et Lacapelle-Viescamp (confluence).

Bassin versant[modifier | modifier le code]

Le bassin versant de l'Authre représente une superficie de 154 km2[2]. Il est constitué à 79,18 % de « territoires agricoles », à 15,74 % de « forêts et milieux semi-naturels », à 5,15 % de « territoires artificialisés », et à 0,23 % de « surfaces en eau »[2].

Organisme gestionnaire[modifier | modifier le code]

Affluents[modifier | modifier le code]

L'Authre a trente affluents référencés par le Sandre[1],[note 1]. Cinq d'entre eux dépassent les cinq kilomètres de long :

  • le ruisseau d'Aubespeyre : 5,5 km, en rive droite[7] ;
  • le ruisseau de Cautrunes : 14,4 km, en rive droite[8] ;
  • le ruisseau de Reilhaguet, ou ruisseau de Labeau, ou Baysse : 8,6 km, en rive gauche[9] ;
  • le ruisseau de Veyrières : 8,8 km, en rive gauche[10] ;
  • le ruisseau de Quitiviers : 5,5 km, en rive gauche[11].

Les ruisseaux de Reilhaguet, de Veyrières et de Quitiviers ayant chacun au moins un sous-affluent, le rang de Strahler de l'Authre est donc de quatre.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Depuis sa mise en service en 1998, la station hydrologique d'Ytrac - P1834010 - a enregistré les débits pour un bassin versant de 143 km2 à 544 m d'altitude[3]. Le module ou moyenne annuelle de son débit est de 3,060 m3/s à Ytrac[3]. À cet endroit, le bassin versant représente 93 % du bassin total de l'Authre.

Débit moyen mensuel (en m3/s)
Station hydrologique : P1834010 - L'Authre à Ytrac pour un bassin versant de 143 km2 et à 544 m d'altitude[3]
(le 27-07-2016 - données calculées sur 19 ans de 1998 à 2016)

Étiage ou basses eaux[modifier | modifier le code]

À l'étiage, c'est-à-dire aux basses eaux, le VCN3, ou débit minimal du cours d'eau enregistré pendant trois jours consécutifs sur un mois, en cas de période quinquennale sèche s'établit à 0,160 m3/s, soit 160 litres par seconde, ce qui reste très acceptable[note 2],[3].

Crues[modifier | modifier le code]

Sur cette période d'observation de dix-neuf ans, le débit journalier maximal a été observé le à près de 55,90 m3/s, en même temps que la hauteur maximale instantanée était mesurée à 2,65 m. Le à 15 h 30, le débit instantané maximal a été enregistré à 68,00 m3/s[3].

Le QIX 10 est de 70 m3/s et le QIX 20 est de 81 m3/s[3], alors que le QIX 2 est de 43 m3/s et le QIX 5 de 59 m3/s[3].

Lame d'eau et débit spécifique[modifier | modifier le code]

La lame d'eau écoulée dans cette partie du bassin versant de la rivière est de 677 millimètres annuellement, ce qui représente plus du double de la moyenne en France, à 300 mm/an. Le débit spécifique (Qsp) atteint 21,4 litres par seconde et par kilomètre carré de bassin[3].

Monuments ou sites remarquables à proximité[modifier | modifier le code]

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Vingt-neuf affluents directs, plus un sur un bras secondaire.
  2. Un peu plus du vingtième du module à 3,060 m3/s.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d et e Sandre, « Fiche cours d'eau - L'Authre (P18-0400) » (consulté le 27 juillet 2016).
  2. a b et c Superficie de la zone hydrographique « L'Authre du confluent du [toponyme inconnu] au confluent de la Cère (P183) » ; Sandre, « Fiche cours d'eau - Ruisseau de Leynhac (P1830720) » (consulté le 27 juillet 2016).
  3. a b c d e f g h et i Banque Hydro - MEDDE, « Synthèse de la Banque Hydro - l'Authre à Ytrac (pont le Vert) (P1834010) » (consulté le 27 juillet 2016).
  4. voir bibliographie
  5. « Source de l'Authre » sur Géoportail (consulté le 27 juillet 2016).
  6. « Confluence de l'Authre » sur Géoportail (consulté le 27 juillet 2016).
  7. Sandre, « Fiche cours d'eau - Ruisseau d'Aubespeyre (P1810580) » (consulté le 27 juillet 2016).
  8. Sandre, « Fiche cours d'eau - Ruisseau de Cautrunes (P1810630) » (consulté le 27 juillet 2016).
  9. Sandre, « Fiche cours d'eau - Ruisseau de Reilhaguet (P1820500) » (consulté le 27 juillet 2016).
  10. Sandre, « Fiche cours d'eau - Ruisseau de Veyrières (P1830510) » (consulté le 27 juillet 2016).
  11. Sandre, « Fiche cours d'eau - Ruisseau de Quitiviers (P1830620) » (consulté le 27 juillet 2016).
  12. « Château de Sedaiges », notice no PA00093540, base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 28 juillet 2016.
  13. « Château de la Voulte », notice no PA00125276, base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 28 juillet 2016.
  14. « Eglise Saint-Saturnin », notice no PA00093746, base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 28 juillet 2016.
  15. « Château d'Estang », notice no PA15000029, base Mérimée, ministère français de la Culture consultée le 28 juillet 2016.
  16. « Château de Broussette », notice no PA00093584, base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 28 juillet 2016.
  17. « Château de la Martinie », notice no PA00093726, base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 28 juillet 2016.
  18. « Château de Viescamp », notice no PA00132792, base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 28 juillet 2016.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]