Argentat-sur-Dordogne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Argentat-sur-Dordogne
Les quais de la rive gauche d'Argentatdepuis le pont de la République.
Les quais de la rive gauche d'Argentat
depuis le pont de la République.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Corrèze
Arrondissement Tulle
Canton Argentat
(bureau centralisateur)
Intercommunalité CC Xaintrie Val'Dordogne
Maire
Mandat
Jean-Claude Leygnac
1917-1920
Code postal 19400
Code commune 19010
Démographie
Population
municipale
3 100 hab. (2014)
Densité 105 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 05′ 39″ nord, 1° 56′ 19″ est
Altitude Min. 166 m
Max. 532 m
Superficie 29,57 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Corrèze

Voir sur la carte administrative de la Corrèze
City locator 14.svg
Argentat-sur-Dordogne

Géolocalisation sur la carte : Corrèze

Voir sur la carte topographique de la Corrèze
City locator 14.svg
Argentat-sur-Dordogne

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Argentat-sur-Dordogne

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Argentat-sur-Dordogne
Liens
Site web argentat-sur-dordogne.fr

Argentat-sur-Dordogne est, depuis le [1], une commune nouvelle française située dans le département de la Corrèze en région Nouvelle-Aquitaine.

La commune nouvelle regroupe les communes d'Argentat et de Saint-Bazile-de-la-Roche, qui deviennent des communes déléguées, le . Son chef-lieu se situe à Argentat.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Située dans le Massif central, au confluent de la Maronne avec la Dordogne, elle se trouve à l'extrémité sud de la faille d'Argentat. À l'est, la commune est bordée par le Doustre, et à l'ouest elle est arrosée par la Souvigne.

La cité d'Argentat se situe aux confins de trois régions, le Limousin, l'Auvergne et le Quercy, sur la Dordogne après que celle-ci ait traversé des gorges profondes de façon impétueuse. Argentat se trouve dans la partie ouest de la Xaintrie petit pays du Bas-Limousin.

De cette situation géographique découle l'intérêt de la ville : passage de la Dordogne d'une part, et port de trafic fluvial important vers Bergerac et Libourne.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Climat[modifier | modifier le code]

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

La commune est née le 1er janvier 2017 de la fusion des deux communes d'Argentat et d Saint-Bazile-de-la-Roche[1] qui prennent alors le statut de commune déléguée.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Période Identité Étiquette Qualité
1er janvier 2017 en cours Jean-Claude Leygnac LR Ancien maire d'Argentat et conseiller départemental

Communes déléguées[modifier | modifier le code]

Liste des communes
Nom Code
Insee
Intercommunalité Superficie
(km2)
Population
(dernière pop. légale)
Densité
(hab./km2)
Argentat
(siège)
19010 22,41 2 977 (2014) 133
Saint-Bazile-de-la-Roche 19183 7,16 123 (2014) 17

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 2014. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2017[3],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 3 100 habitants.

           Évolution de la population  [modifier]
2014
3 100
Population municipale [6].
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

  • La Maison du Patrimoine.
  • L'église Saint-Pierre.
  • Le couvent des Récollets, fondé au début du XVIIe siècle.
  • La croix des gabariers.
  • Le quai maçonné Lestourgie XIXe siècle avec jolie promenade, sur la rive droite de la Dordogne.
  • Le couvent des Clarisses, 7 rue des Clarisses.
  • L'hôtel de Turenne, la " Raymondie ", 13 rue des Clarisses.
  • La chapelle édifiée à la fin du XIXe, rue des Clarisses.
  • La rue Porte-Basse.
  • La maison natale du général Delmas et son buste (1906) par Eugène-Jean Boverie.
  • La maison Filliol (XVIe), ancien relais de poste
  • Le manoir de l'Eyrial (1457).
  • Le château Neuville, dénommé aussi château Fénelon, .
  • Le château du Bac : façade XVIIIe siècle, pigeonnier XVIe siècle.
  • La Chapelle-aux-Plats, ancienne paroisse fusionnée avec la commune d'Argentat. Son château appartenait à une branche de la famille de Pestels.
  • Le Barrage d'Argentat et le château du Gibanel
  • Pont sur la Maronne

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « recueil des actes administratifs de Corrèze » (consulté le 30 juin 2016).
  2. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  3. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2009 .
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années [ 2012]