Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Né (homonymie).
Le Né au pont des Rices à Blanzac.
Le Né au pont des Rices à Blanzac.
Le Né au sud du bassin de la Charente
Le Né au sud du bassin de la Charente
Caractéristiques
Longueur 66,1 km [1]
Bassin 602 km2 [2]
Bassin collecteur Charente
Débit moyen 4,80 m3/s (Salles-d'Angles) [2]
Régime pluvial océanique
Cours
Source chez Baraud
· Localisation Bécheresse
· Altitude 160 m
· Coordonnées 45° 30′ 30″ N, 0° 05′ 56″ O
Confluence le Port du Lys
· Localisation Merpins, Salignac-sur-Charente
· Altitude 4 m
· Coordonnées 45° 41′ 00″ N, 0° 24′ 39″ O
Se jette dans la Charente
Géographie
Principaux affluents
· Rive gauche Arce, Maury, Beau
· Rive droite Écly
Pays traversés Drapeau de la France France
Régions traversées Charente, Charente-Maritime
Principales localités Blanzac, Barbezieux

Sources : Sandre:R4--0250, Géoportail, Banque Hydro

Le est une rivière du sud-ouest de la France et un affluent gauche de la Charente. Il arrose les départements de la Charente et Charente-Maritime, en région Nouvelle-Aquitaine. Il délimite en partie la frontière sud entre la Grande et la Petite Champagne, appellation d'origine contrôlée des crus du Cognac.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le prend sa source à côté de Voulgézac, près de Blanzac-Porcheresse, sur la commune de Bécheresse à une altitude de 160 mètres, près du lieu-dit chez Baraud[3].

Il coule globalement du sud-est vers le nord-ouest en traversant l'Ouest de la Charente, puis il passe en limite de la Charente-Maritime sur 18 km avant de confluer dans la Charente à Salignac-sur-Charente près du lieu-dit le Port du Lys, en limite avec la commune de Merpins et en face de la commune de Saint-Laurent-de-Cognac, à l'altitude de 4 mètres[3].

Sa pente est faible et les zones inondables formaient des marais envisageables de réinstaller comme zones tampon des inondations. Le Né a une longueur de 66,1 km[1].

Communes et cantons traversés[modifier | modifier le code]

Le Né traverse 28 communes[1] et 7 cantons :

Soit en termes de cantons, le Né prend source dans le canton de Blanzac-Porcheresse, traverse les canton de Barbezieux-Saint-Hilaire, canton de Châteauneuf-sur-Charente, canton de Segonzac, canton d'Archiac, canton de Cognac-Sud, conflue sur le canton de Pons.

Affluents[modifier | modifier le code]

Le Né a 18 affluents référencés dont 17 par le Sandre[1] :

Hydrologie[modifier | modifier le code]

Débit de pointe en décembre 1982 : 80 m3/s.

Le Né a plusieurs stations hydrométriques sur son cours :

  • à Salles-d'Angles, station R4122520 (1969-1999), à l'altitude 30 mètres pour un bassin versant de 602 km2 et un module de 5,26 m3/s.
  • à Salles-d'Angles, les Perceptiers (total), station R4122523 (1994-2012), à 20 mètres d'altitude pour un bassin versant de 602 km2 et un module de 4,80 m3/s[2].

Natura 2000[modifier | modifier le code]

L'ensemble formé par la rivière le Né et ses principaux affluents a été désigné comme zone spéciale de conservation au titre de la Directive habitats, faune, flore de 1992 et fait partie du réseau européen Natura 2000 depuis 2013.

Le site Natura 2000 de la vallée du Né forme un ensemble alluvial s’étirant sur plus de 4 600 ha, et s’étend sur 57 communes et deux départements : la Charente (52 communes sur environ 4 200 ha) et la Charente-Maritime (cinq communes sur environ 400 ha).

L’intérêt majeur du site réside dans la présence d’une population de vison d'Europe (Mustela lutreola), espèce d'intérêt communautaire en voie de disparition en Europe Occidentale. Le vison d'Europe est un petit mammifère carnivore, inféodé aux zones humides des vallées alluviales[6].

Bourgs traversés[modifier | modifier le code]

Hydronymie et toponymes[modifier | modifier le code]

Les formes anciennes sont « aquam vocatam Net » vers 1090, « usque ad Ne » vers 1145, « in riberia Neti et in terris ultra Netum » au XIIe siècle, « prope Nedum » en 1229, « prope fluvium Ne » dans le premier quart du XIIIe siècle, « in loco qui dicitur Capd Nedi » vers 1300. Peut-être une racine celte[7].

Le Né a donné son nom à quatre communes : Lagarde-sur-le-Né, Saint-Fort-sur-le-Né, Saint-Martial-sur-Né, Saint-Palais-du-Né.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Sandre, « Fiche cours d'eau - Le Né (R4--0250) », consultée le 8 mai 2012
  2. a, b et c Banque Hydro - MEDD, « Banque Hydro (option "Tous Mois", décocher "station en service") », 1994-2012 (consulté le 8 mai 2012)
  3. a, b, c et d Géoportail - IGN, « Géoportail » (consulté le 18 février 2010)
  4. Station 05010960
  5. Sandre, « Fiche cours d'eau - Le Biau de Langlade (R4130560) » (consulté le 10 mai 2012)
  6. Acteurs territoires des espaces naturels, « Site Natura 2000 "Vallée du Né" », (consulté le 13 mars 2014)
  7. Jacques Duguet, Noms de lieux des Charentes, éd. Bonneton, , 232 p. (ISBN 2-86253-185-5, présentation en ligne), p. 57