Vecoux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Vecoux
La mairie.
La mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Vosges
Arrondissement Épinal
Canton Le Thillot
Intercommunalité Communauté de communes de la Porte des Hautes-Vosges
Maire
Mandat
Martial Mange
2014-2020
Code postal 88200
Code commune 88498
Démographie
Gentilé Picosé(e)s
Population
municipale
881 hab. (2014)
Densité 65 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 58′ 47″ nord, 6° 38′ 12″ est
Altitude 408 m (min. : 398 m) (max. : 871 m)
Superficie 13,6 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Vecoux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Vecoux
Liens
Site web www.vecoux.fr

Vecoux est une commune française située dans le département des Vosges en région Grand Est.

Ses habitants sont appelés les Picosés. Ce gentilé est partagé avec les voisins de Dommartin-lès-Remiremont.

Géographie[modifier | modifier le code]

Vecoux est un petit village des Hautes-Vosges traversé par la Moselle, peu avant sa confluence avec la Moselotte, à 4 km en amont de Remiremont[1]. La plus grande partie du territoire communal est constituée par la vallée encaissée du Reherrey et les deux massifs forestiers qui l'encadrent[2]. À l'extrême est, le col de Xiard (786 m) — ouvrant sur Thiéfosse — n'est pas carrossable.

Les communes limitrophes de Vecoux sont principalement Dommartin-lès-Remiremont au nord et à l'ouest, et Rupt-sur-Moselle au sud ; à l'est, Vagney et Thiéfosse partagent chacune quelque 500 m avec elle. Le village est bâti selon deux axes, la D 35 dans le sens nord-sud et la D 35A qui le relie à la nationale 66 en 2x2 voies à un kilomètre à l'ouest.

Des entreprises petites et moyennes et de nombreux artisans constituent le tissu économique. La plus grande entreprise est une fabrique d'emballages plastiques. De l’agriculture d’autrefois ne subsistent que deux exploitations, dont une biologique, préservant la ruralité du village.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le nom du village, Vescouz, est attesté dès 1296[3].

Par décret du 10 février 1858, les deux sections de Vecoux et de Reherrey furent, sur leur demande et en raison de leur éloignement du centre du village, érigées en commune sous le nom de Vecoux. La commune est issue du Ban de Longchamp dont la seigneurie était au chapitre de Remiremont qui englobait toutes les communautés de la vallée de la Moselle. À la suite d'une décision prise par l'assemblée provinciale de Lorraine, réunie à Nancy en 1787, on mit en place, en 1788, les municipalités rurales. On créa ainsi au ban de Longchamp, la commune de Dommartin, regroupant les quatre communes de Franould, la Poirie, Vecoux et Reherrey. Au spirituel, la commune dépendait de l’église de Dommartin, doyenné de Remiremont.

Le village de Vecoux est axé sur le ruisseau de Reherrey, affluent de la rive droite de la Moselle.

Les habitants sont appelés les Picosés comme leurs voisins de Dommartin (cependant le nom complet des habitants de Vecoux est Picosés Sauvages ce qui les différencie de ceux de Dommartin) car il est dit que, pendant la guerre de Trente Ans, les paroissiens affamés de Dommartin se sont nourris d'oseille qu'ils allaient cueillir à Celles, sur la commune de Saint-Amé. Ils reçurent alors le surnom de « Pic'oseille » qui a subi quelques modifications jusqu'à nos jours.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
    René Antoine    
mars 1983 juin 1995 Marc Defranoux SE  
juin 1995 mars 2008 Danièle Hossenlopp (né en 1950)   Secrétaire de direction
mars 2008 en cours
(au 18 février 2015)
Martial Mange   Agent SNCF

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1856. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[5],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 881 habitants, en diminution de -10,1 % par rapport à 2009 (Vosges : -1,78 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1856 1861 1866 1876 1881 1886 1891 1896 1901
889 943 804 863 890 872 994 1 105 1 155
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
1 267 1 123 953 1 014 1 004 879 855 912 743
1968 1975 1982 1990 1999 2007 2011 2014 -
679 679 879 1 030 1 097 1 001 936 881 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Budget et fiscalité 2013[modifier | modifier le code]

Pour 988 habitants.

  • Total des produits de fonctionnement : 623 000 €, soit 630 € par habitant
  • Total des charges de fonctionnement : 574 000 €, soit 581 € par habitant
  • Total des ressources d’investissement : 574 000 €, soit 581 € par habitant
  • Total des emplois d’investissement : 599 000 €, soit 606 € par habitant
  • Endettement : 521 000 €, soit 528 € par habitant[8].
L'église Saint-Louis de Vecoux..

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Source de Chaudefontaine
Source de Chaudefontaine
  • L'église Saint-Louis et son orgue[9], [10], [11],[12].
  • Le monument aux morts[13], et la plaque commémorative[14].
  • Source de Chaudefontaine avec une eau sortant à 21 °C[15].
  • Le point de vue sur le bas de la vallée depuis le tumulus : table d'orientation et vue jusqu'au plan d'eau de Remiremont.
  • La voie verte des Hautes-Vosges emprunte le parcours de la voie déclassée de la ligne SNCF Remiremont-Bussang.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Étienne Augustin Vadet[16],[17], né à Arcis-sur-Aube le 27 février 1776 et mort à Vecoux le 18 novembre 1865, était chef d'escadron au 16e chasseurs à cheval, chevalier de l'Empire[18]. Il est obligé de renoncer à la carrière des armes le 22 mai 1809 à Essling, après avoir reçu une balle autrichienne qui n'a pas pu être enlevée.
  • Son frère Pierre Germain Vadet, gendre de Jean-Charles Pellerin et beau-frère de Nicolas Pellerin, imagiers d'Épinal, sous-officier dans le même régiment, a la jambe droite emportée le 21 mai 1809 sur le même champ de bataille.
  • Un troisième frère, Augustin Vadet, fonde à Vecoux, en 1827, un tissage à bras qui emploiera jusqu'à 110 personnes sur les communes du Syndicat, Dommartin et Vecoux, dans des petits ateliers et dans les fermes. Augustin et Étienne Augustin Vadet reposent au cimetière du village.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Pierre-Henri Mathieu, La Seconde Guerre mondiale dans la région d'Éloyes, Epinal, Association de recherches archéologiques et d'histoire d'Éloyes et dans ses environs, , 513 p. (ISBN 2-9513453-1-3)
    Le Général de gaulle dans la Région de Remiremont : le général de Gaulle a tenu à assister à l'office religieux dans l'église de Vecoux le dimanche 22 octobre 1944, p. 135

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Liste des masses d'eau superficielles et des masses d'eau souterraine de la commune de Vecoux
  2. Présentation physique et géographique de Vecoux
  3. La première mention de « Vecoux » apparaît "VESCOUZ" en 1296
  4. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  5. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  8. Les comptes de la Commune de Vecoux, : Les Comptes de la commune, Analyse des équilibres financiers fondamentaux
  9. L’orgue de Vecoux
  10. Vecoux, orgue de l'église Saint Louis
  11. Association d’Étude pour la Coordination des Activités Musicales (ASSECARM), Orgues Lorraine Vosges, Metz, Éditions Serpenoise, , 677 p. (ISBN 2-87692-093-X), p. 622 à 624
    Présentation des orgues de l’église Saint-Louis de Vecoux
  12. http://vosges.orgues.free.fr/pagesorgues/LABRESSE.htm De 1923 à 1944, L'organiste de La Bresse, Camille Amet vint à Thiéfosse après la déportation]. Son fils Marc, élève de l'École Niedermeyer de Paris, fut victime de la guerre
  13. Synthèse des morts pour la France à Vecoux
  14. Plaque commémorative
  15. Caractéristiques de quelques sources thermales secondaires des Vosges : Source de Chaude Fontaine, pp. 2 et 3
  16. Source : Albert Ronsin (dir.), Les Vosgiens célèbres, Ed. G. Louis, 1990
  17. Jean-Marie Thiébaud, Les corps francs de 1814 et 1815 : la double agonie de l'empire, les combattants de l'impossible, L'Harmattan (ISBN 9782901952824, lire en ligne)
  18. Armoiries : D'azur au cor de chasse d'or, traversé en pal d'une épée haute du même, et accompagné de six molettes d'argent, trois à dextre, trois à sénestre, l'une sur l'autre ; champagne de gueules du tiers de l'écu, au signe des chevaliers.
    Source 
    « BB/29/972 page 110. », Titre de chevalier accordé à Étienne, Augustin Vadet, à la suite du décret du le nommant membre de la Légion d'honneur. Trianon (). État civil du bénéficiaire Né le à Arcis-sur-Aube., sur chan.archivesnationales.culture.gouv.fr, Centre historique des Archives nationales (France) (consulté le 4 juin 2011)