Hayden Christensen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Christensen.

Hayden Christensen

Nom de naissance Hayden Christensen
Naissance (34 ans)
Vancouver, BC, Canada
Nationalité Drapeau du Canada Canadien
Drapeau des États-Unis Américain
Profession Acteur
Producteur
Films notables La Maison sur l'océan
Star Wars - Épisode II
Le Mystificateur
Star Wars - Épisode III
Jumper

Hayden Christensen est un acteur et producteur canado-américain né le à Vancouver (Canada). Il a commencé sa carrière à la télévision canadienne à l'âge de douze ans, puis a continué sur la télévision américaine à la fin des années 1990. Sa performance dans le film La Maison sur l'océan a été acclamée et il fut nominé au Golden Globe du meilleur acteur dans un second rôle. Il a gagné la reconnaissance internationale et est devenu principalement connu pour son rôle d'Anakin Skywalker / Dark Vador dans Star Wars : Épisode II - L'Attaque des clones et Star Wars : Épisode III - La Revanche des Sith.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Hayden Christensen est né à Vancouver en Colombie-Britannique, au Canada. Il est le fils d'Alie Nelson, rédactrice américaine et de David Christensen, programmeur canadien. Son père est d'origine danoise et sa mère est d'ascendance suédoise et italienne[1]. Il a un frère ainé, Tove, une grande sœur, Hejsa, et une petite sœur, Kaylen[2],[3].

Christensen grandit à Thornill, dans la banlieue de Toronto. Il effectue sa scolarité à l'E.J. Sand Public School, Baythorn Public School et l'Unionville High School à Unionville (Ontario). Il devient un athlète au lycée, en jouant au hockey et au tennis au niveau provincial[4].

Il passe ses étés à Long Island avec sa grand-mère maternelle, Rose Schwartz[4], et suit des cours d'art dramatique à l'Actors Studio à New York ainsi qu'à Arts York à l'Unionville High School. Il est repéré quand sa grande sœur, une ancienne championne de trampoline, cherchait un agent après avoir obtenue un rôle dans une publicité de Pringles[4],[5].

1993 – 2005[modifier | modifier le code]

Hayden Christensen obtient son premier rôle en septembre 1993, à l'âge de douze ans en jouant un rôle secondaire dans la série télévisée germano-canadienne Family Passions[6]. L'année suivante, il obtient un petit rôle dans le film L'Antre de la folie de John Carpenter[6]. De 1995 à 1999, il apparait dans plusieurs films et séries télévisées, dont Harrison Bergeron, Le Justicier des ténèbres, Chair de poule, Fais-moi peur ![6] et Virgin Suicides de Sofia Coppola. Il acquiert une plus grande notoriété en jouant dans la série Cœurs rebelles en 2000, dans laquelle il incarne un adolescent abusé sexuellement par sa belle-mère, s'enfonçant dans la drogue et le désespoir[6],[7].

L'acteur a été acclamé par la critique pour son interprétation d'un jeune adulte incompris dans le film La Maison sur l'océan en 2001, ce qui lui vaut le National Board of Review Award de la révélation masculine de l'année ainsi que de nombreuses nominations, dont le Golden Globe et le Screen Actors Guild Award du meilleur acteur dans un second rôle[8],[9],[10]. Cependant, sa performance ne s'est pas répandu auprès du grand public[7] et il ne se révèlera qu'un an plus tard en jouant dans Star Wars. En 2002, Christensen fait ses débuts au théâtre de Londres en jouant avec Jake Gyllenhaal et Anna Paquin dans This Is Our Youth[11].

Il reçoit d'excellentes critiques en 2003 pour sa performance dans Le Mystificateur, biopic racontant l'histoire vraie du journaliste Stephen Glass qui fut renvoyé du journal The New Republic pour avoir publié de faux articles d'après de fausses sources, de fausses notes et de faux contacts[12],[13]. Peter Travers de Rolling Stone écrit : « Hayden Christensen est sensationnel dans le rôle de Glass, trouvant le juste milieu entre l'enfant prodige et le gamin perturbé volant sur une renommée de haut vol qu'il n'a pas gagné »[14]. En 2005, Christensen fait ses débuts à Broadway en apparaissant brièvement dans une pièce de dix minutes. La même année, il prend part aux 24 heures de l'interprétation en jouant dans des groupes sans but lucratif à la Big Apple[15].

Star Wars[modifier | modifier le code]

Le 12 mai 2000, Christensen est annoncé comme l'interprète d'Anakin Skywalker dans Star Wars : Épisode II - L'Attaque des clones (2002) et Star Wars : Épisode III - La Revanche des Sith (2005), où il partagera la vedette aux côtés de Natalie Portman et Ewan McGregor. Le directeur du casting a auditionné plus de 1500 candidats avant que le réalisateur George Lucas ne choisisse Christensen[16]. Lucas a déclaré qu'il a choisi Christensen parce qu'il « avait besoin d'un acteur qui possède la présence du côté obscur » qui était essentiel pour solidifier l'histoire que Lucas essaye de raconter : la chute tragique d'Anakin Skywalker et l'ascension de Dark Vador.

Durant la production de La Revanche des Sith, Christensen demande à Lucas si un costume spécial de Vador peut-être construit pour être adapté à son propre corps, plutôt que d'avoir un acteur différent sous le costume, porté à l'origine par David Prowse[17]. Lucas fut d'accord et un costume a été conçu pour correspondre à la carrure de Christensen, incluant des extensions afin de permettre à l'acteur d'atteindre la taille de Vador (1m98). Cependant, sa voix robotique est doublée par James Earl Jones, qui l'a déjà assuré auparavant dans la trilogie originale[18].

Des rushes de Christensen ont été utilisés dans l'édition DVD 2004 de Star Wars : Épisode VI - Le Retour du Jedi, où il a été inséré à la place de l'acteur Sebastian Shaw en tant que fantôme d'Anakin Skywalker[19]. Lucas a dit qu'il voulait avoir la personne intérieure de Dark Vador de retour, l'homme qu'il était avant qu'il ne bascule du côté obscur[20]. Christensen a déclaré que ce changement a été effectué sans qu'il le sache, chose confirmée par George Lucas lui-même dans le bonus "Le Retour du Jedi : Qu'est-ce qui a changé ?" comme vu sur le site web officiel pour commémorer le DVD de 2006[21].

Sa performance dans les épisodes II et III reçoit généralement de bonnes critiques[22],[23],[24],[25],[26], et il est nominé à plus de dix récompenses, dont le Saturn Award du meilleur acteur en 2006 pour son rôle dans La Revanche des Sith. Parmi ces nominations, il reçoit le Trophée Chopard de la révélation masculine au Festival de Cannes, le ShoWest Award de la star masculine de demain et le MTV Movie Award du meilleur méchant[27]. Ce rôle le révèle définitivement et fait de lui une star reconnue du grand public[28].

2006 – présent[modifier | modifier le code]

Hayden Christensen avec Rachel Bilson durant le tournage de Jumper à Rome en 2006.

Entre 2006 et 2007, il remplace Jared Leto dans Awake, avec Jessica Alba, qui raconte l'histoire d'un homme éveillé mais paralysé durant une opération cardiaque[6],[29]. Il apparait dans Factory Girl avec Sienna Miller et Guy Pearce[6],[30]. Christensen figure avec Samuel L. Jackson, Jamie Bell et Rachel Bilson dans le film Jumper, l'histoire d'un homme qui découvre qu'il a le pouvoir de se téléporter. Le film est sorti le 14 février 2008[31],[32]. Bilson et Christensen jouent dans le même segment du film New York, I Love You[33]. Christensen apparait aux côtés de Mischa Barton dans Territoires vierges, qui est sorti directement en vidéo en Amérique du Nord le 26 août 2008[34]. Le film, basé sur le Décaméron, raconte l'histoire d'un groupe de personnes qui échappent à la peste noire en se cachant dans une villa toscane en Italie[35].

En octobre 2009, Christensen commencer à tourner dans le film d'horreur L'Empire des Ombres, réalisé par Brad Anderson, avec Thandie Newton et John Leguizamo[36],[37], qui sort en 2011. Christensen apparait dans le film de gangster Takers aux côtés d'Idris Elba et Paul Walker, qui sort le 27 août 2010[38]. Il prête sa voix dans le film d'animation Quantum Quest: A Cassini Space Odyssey, qui est le quatrième film où il collabore avec Samuel L. Jackson.

En 2010, Christensen a poursuivi USA Network en justice sur des allégations où ils ont volés son idée pour la série télévisée Royal Pains. La requête prétend que Christensen à rencontré USA pour lancer une série similaire appelée Housecalls. Au cours de la réunion, Christensen prétend qu'il n'a jamais été informé qu'un programme similaire était en développement[39],[40]. Bien qu'un juge fédéral a rejeté la plainte de Christensen dans un premier temps, en juin 2012 une seconde cour d'appel a décidé de renverser la décision de la cour inférieure et de renvoyer l'affaire à la cour de district pour davantage de procédure, ce qui est considéré comme une grosse victoire pour Christensen[41].

Le 20 mai 2013, durant le Festival de Cannes, le studio russe Enjoy Movies annonce la création de Glacier Films, une alliance de studios avec Hayden Christensen et son frère Tove. Glacier Films projette de produire en trois ans onze films à "micro-budget", coûtant 1.5 millions de dollars chacun. Le premier projet, American Heist tient en premier rôle Christensen lui-même, aux côtés d'Adrien Brody et Jordana Brewster, avec un tournage qui débute en juin 2013. C'est un remake du film Hold-up en 120 secondes avec Steve McQueen, dont la sortie est prévue pour 2015[42]. La même année, Christensen joue dans Outcast avec Nicolas Cage[43].

Vie Privée[modifier | modifier le code]

En 2007, Christensen débute une relation avec l'actrice Rachel Bilson qu'il a rencontrée sur le tournage du film Jumper. Ils se sont fiancés le 25 décembre 2008[44],[45]. En juin 2010, ils se séparent mais se remettent à nouveau ensemble en novembre 2010[46],[47],[48],[49],[50]. Le , il a été annoncé qu'ils attendent leur premier enfant, une fille[51]. Le 29 octobre 2014, Christensen et sa compagne Rachel Bilson sont devenus les parents d'une fille prénommée Briar Rose Christensen[52].

Christensen possède une ferme près d'Uxbridge en Ontario depuis 2007[53],[54]. Il a lui-même entièrement rénové la propriété et a consacré du temps à apprendre à propos "du bétail, des cultures et des machines agricoles"[53]. En novembre 2013, Christensen s'est associé avec la chaine canadienne de vêtements RW&Co pour lancer une marque de vêtements pour hommes, inspirée par sa ferme[55].

Christensen a effectué un message d'intérêt public pour Do Something en 2008[56]. Il a servi de modèle pour une publicité de Louis Vuitton[57] et a aussi été nommé ambassadeur du parfum Challenge de Lacoste[58]. Il est aussi apparu dans la Campagne Lazarus Effect de RED, qui est destiné à la sensibilisation afin de combattre le sida en Afrique[59],[60].

Il est un supporter des Maple Leafs de Toronto et il vit désormais à Los Angeles.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

  • 1993 : Family Passions (série TV) : Skip McDeere
  • 1995 : Love and Betrayal: The Mia Farrow Story (téléfilm) : Fletcher
  • 1995 : Harrison Bergeron (téléfilm) : Eric
  • 1995 : Un si grand amour (No Greater Love) (téléfilm) : Teddy Winfield
  • 1997 : Chair de poule (Goosebumps) (série TV) : Zane (saison 2, épisodes 24 et 25 : Le Pantin maléfique)
  • 1999 : Real Kids, Real Adventures (série TV) : Eli Goodner
  • 1999 : Fais-moi peur ! (Are You Afraid of the Dark?) (série TV) : Kirk (saison 6, épisode 13 : L'Histoire du mont Foudroyant)
  • 1999 : Jett Jackson (The Famous Jett Jackson) (série TV) : Steven (saison 4, épisode 17 : Popularité)
  • 2000 : Trapped in a Purple Haze (téléfilm) : Orin Krieg
  • 2000 : Cœurs rebelles (Higher Ground) (série TV) : Scott Barringer

Distinctions[modifier | modifier le code]

Sources : IMDb[61]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. William Leith, « A force to be reckoned with », Telegraph, London,‎ (lire en ligne)
  2. John Hiscock, « Skywalker comes down to earth », Telegraph, London,‎ (lire en ligne)
  3. « Hayden Christensen Biography », Yahoo! (consulté le 1 juillet 2008)
  4. a, b et c Linda Lee, « Film: Up and Coming — Hayden Christensen; Life as the Latest Bearer of the Force », New York Times,‎ (lire en ligne)
  5. Andrew Goldman, « Space Boy », The New York Times,‎ (lire en ligne)
  6. a, b, c, d, e et f « Hello Magazine Filmography — Hayden Christensen », Hello Magazine (consulté le 1 juillet 2008)
  7. a et b David Welch, « The cast and crew of the latest Star Wars flick aren't cloning around », Sci Fi,‎ (consulté le 1 juillet 2008)
  8. « HFPA — Awards Search », Golden Globes (consulté le 1 juillet 2008)
  9. « 8th Annual SAG Awards Nominees » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), mis en ligne le 2008-09-07, consulté le 1 juillet 2008
  10. « National Board of Review of Motion Pictures — Awards 2001 » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), consulté le 1 juillet 2008
  11. Loveridge, Lizzie (March 2002), "A CurtainUp London Review: This is Our Youth", CurtainUp.com.
  12. Roger Ebert, « Shattered Glass Review », Roger Ebert.com, Chicago Sun-Times,‎ (lire en ligne)
  13. Jim Schembri, « Darth wish », The Age, Melbourne,‎ (lire en ligne)
  14. Peter Travers, « Shattered Glass Review », Rolling Stone,‎ (consulté le 27 juillet 2008)
  15. « The 24 Hour Plays 2005 », IBDB (consulté le 18 mai 2010)
  16. « Robin Gurland — Don't Call Her; She'll Call You », Star Wars.com,‎ (consulté le 17 mai 2010)
  17. « Star Wars — Lucas Made Vader Suit Extra Awkward », Contact Music (consulté le 30 juillet 2010)
  18. « Hayden Christensen Talks About "Revenge of the Sith" », Movies About (consulté le 17 mai 2010)
  19.  Star Wars Trilogy: Star Wars Episode VI: Return of the Jedi [DVD].
  20. « Moviefone Unscripted with Hayden Christensen and George Lucas », YouTube,‎
  21.  Star Wars Episode III: Revenge of the Sith [DVD].
  22. « Review: Star Wars: Episode II — Attack of the Clones », Chicago Sun-Times, {{Article}} : paramètre « année » ou « date » manquant (lire en ligne)
  23. « Revenge of the Sith review », Houston Chronicle (consulté le 30 septembre 2005)
  24. « May the Force Be Over », Village Voice (consulté le 10 mai 2005)
  25. A. O. Scott, « Kicking Up Cosmic Dust », New York Times,‎ (lire en ligne)
  26. « Review: Star Wars: Episode III — Revenge of the Sith », Chicago Sun-Times, {{Article}} : paramètre « année » ou « date » manquant (lire en ligne)
  27. « 2006 MTV Movie Awards », MTV (consulté le 4 août 2008)
  28. « Hello Magazine Profile — Hayden Christensen », Hello Magazine (consulté le 1 juillet 2008)
  29. Frank Scheck, « Awake: Bottom Line: Sleep won't be an option », The Hollywood Reporter,‎ (lire en ligne)
  30. Peter Howell, « 'Factory Girl': Time's up », TheStar,‎ (lire en ligne)
  31. Peter Kiefer, « Oh My God, Can You Rent the Colosseum? », New York Times,‎ (lire en ligne)
  32. « Christensen Onboard Jumper? », Moviehole,‎ (lire en ligne)
  33. « Bilson and Christensen Reteam For New York Love Story », Contact Music (consulté le 30 juillet 2010)
  34. « Virgin Territory », Tribute.ca (consulté le 30 juillet 2010)
  35. Dave Foster, « Virgin Territory (R2) in August », DVD Times,‎ (consulté le 1 juillet 2008)
  36. « Hayden Christensen is 'Street' smart », The Hollywood Reporter, {{Article}} : paramètre « année » ou « date » manquant (lire en ligne)

    Le modèle {{dead link}} doit être remplacé par {{lien brisé}} selon la syntaxe suivante :
    {{ lien brisé | url = http://example.com | titre = Un exemple }} (syntaxe de base)
    Le paramètre url est obligatoire, titre facultatif.
    Le modèle {{lien brisé}} est compatible avec {{lien web}} : il suffit de remplacer l’un par l’autre.

  37. « Hayden Christensen is 'Vanishing on 7th Street' », Cinematical (consulté le 18 mai 2010)
  38. « Takers », Coming Soon (consulté le 9 novembre 2010)
  39. « Hayden Christensen claims USA stole his idea for 'Royal Pains' », The Hollywood Reporter, {{Article}} : paramètre « année » ou « date » manquant (lire en ligne)
  40. Bruce Golding, « Christensen sues USA Network over 'stolen' TV series », New York Post, {{Article}} : paramètre « année » ou « date » manquant (lire en ligne)
  41. « Hayden Christensen Wins Big Victory Against USA Network in 'Royal Pains' Appeal », Hollywood Reporter, {{Article}} : paramètre « année » ou « date » manquant (lire en ligne)
  42. Dave McNary, « Hayden Christensen Launching Glacier Films Slate »,‎
  43. « Nicolas Cage, Hayden Christensen to Begin 'Outcast' Chinese Shoot in April », Hollywood Reporter, {{Article}} : paramètre « année » ou « date » manquant (lire en ligne)
  44. « Rachel Bilson and Hayden Christensen are engaged », People (consulté le 20 avril 2009)
  45. « Christensen Proposed Over Christmas », Contact Music (consulté le 11 juillet 2010)
  46. « Rep: Rachel Bilson, Hayden Christensen's Wedding Officially "Off" », Us Weekly,‎ (lire en ligne)
  47. Dahvi Shira, « Hayden Christensen & Rachel Bilson Call Off Engagement », People Magazine,‎ (lire en ligne)
  48. Alla Byrne, « Hayden Christensen & Rachel Bilson Are Dating Again », People Magazine,‎ (lire en ligne)
  49. Cristina Everett, « Hayden Christensen and Rachel Bilson 'dating again' months after calling off engagement », New York Daily News,‎ (lire en ligne)
  50. http://www.nydailynews.com/entertainment/gossip/rachel-bilson-hayden-christensen-dating-months-calling-engagement-article-1.453221
  51. http://celebritybabies.people.com/2014/07/18/rachel-bilson-pregnant-expecting-daughter-hayden-christensen/
  52. http://www.voici.fr/news-people/actu-people/rachel-bilson-et-hayden-christensen-sont-devenus-parents-546111/
  53. a et b John Hiscock, « Hayden Christensen dreaming of the simple life », The Toronto Star,‎ (lire en ligne)
  54. Alexandra Heilbron, « Christensen buys Toronto area farm », Tribute.ca,‎ (lire en ligne)
  55. « Hayden Christensen Teams With RW&Co: Collection Inspired By 'Star Wars' Actor's Farm », Huffington Post,‎ (lire en ligne)
  56. « Hayden Christensen Promotes Teens for Jeans », Do Something (consulté le 7 janvier 2008)
  57. « Hayden Christensen Smartens up for Louis Vuitton », Contactmusic.com (consulté le 5 octobre 2009)
  58. « Hayden Christensen’s New "Challenge": Face of Lacoste Fragrance », People (consulté le 18 mai 2010)
  59. Hayden Christensen, « Hayden Christensen on "The Lazarus Effect" », CNN,‎ (lire en ligne)
  60. « The Lazarus Effect Campaign », Join Red (consulté le 10 mai 2010)
  61. Page consultée le 4 novembre 2008.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :