Sabre laser

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Sabre laser
Image illustrative de l'article Sabre laser
Un sabre laser.
Présentation
Type Sabre
Utilisateur(s) Jedi, Sith
Accessoire(s) La Force
Période d'utilisation An 15 500 av.BY
Autre(s) nom(s) Lightsaber («sabre luminescent»)
Light Sabre («sabre de lumière»)
Poids et dimensions
Longueur du manche 20 à 35 cm
Longueur de la lame variable
Caractéristiques techniques
Matériaux Métal, rayon laser
Variantes Katanas Jedi, double sabre laser

Le sabre laser, sabre-laser[1] ou même sabrolaser[2] est une arme fictive issue de l'univers imaginé par George Lucas, Star Wars. Le nom en version originale est Lightsaber ou Light Sabre (sabre luminescent, ou sabre de lumière). Contrairement à ce que laisse entendre la traduction française, il n'est pas dit dans l'univers Star Wars que la lame est faite d'un laser. La Cité des sciences explique d'ailleurs qu'un plasma confiné par un champ magnétique correspondrait mieux aux effets observés[3].

Employé par les Jedi tout comme les Sith[4], il s'emploie comme un sabre classique, mais peut traverser de nombreuses matières solides, comme la majorité des métaux. Cependant, son fort effet gyroscopique peut être extrêmement dangereux pour quelqu'un qui ne maîtrise pas la Force[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

Si la naissance du sabre laser demeure inexpliquée, on sait qu'il commence à remplacer les katanas Jedi vers l'an 15 500 av.BY. L'arme s'avère supérieure à la précédente mais reste toutefois relativement archaïque. En effet, ses utilisateurs doivent porter une lourde batterie à leur ceinture, reliée au sabre par un cordon[5]. Elle est utilisée par les Jedi lors de la Grande Guerre de l'Hyperespace, face à l'Empire Sith de Naga Sadow[5]. Par la suite, l'utilisation des sabres laser ne cesse de se généraliser parmi les adeptes de la Force, qu'ils soient Jedi ou Sith. À partir de la Grande Guerre des Sith, plusieurs variantes commencent à faire leur apparition comme le double sabre laser d'Exar Kun[5].

Après la Guerre des Clones et la Grande Purge Jedi qui en découle, il ne subsiste presque aucun Jedi. L'usage du sabre laser a donc pratiquement disparu de la galaxie, car exhiber une arme telle que celle-ci équivaut pour un Jedi à être découvert et traqué par l'Empire. Ce n'est qu'après la résurrection de l'Ordre Jedi, sous Luke Skywalker, que le sabre laser refait son apparition[5].

Description[modifier | modifier le code]

Selon les dires de Luke Skywalker, les composants d'un sabre laser sont assez simples[6]. Chacun d'entre eux possède une cellule d'alimentation standard[6], généralement au diatium[7],[4]. Il nécessite ensuite un cristal (il y en a trois la plupart du temps, mais un seul est nécessaire), un émetteur de lame et une lentille[5]. Certains éléments peuvent être modifiés pour améliorer leur efficacité ou leur puissance[5]. La longueur du manche peut varier de 20 à 35 centimètres, sauf rares exceptions[4]. La longueur de la lame est également variable : Yoda possède un petit sabre laser tandis que Dark Malak en utilise un grand[5].

Le faisceau du sabre laser est capable de couper la grande majorité des matières existantes. Pourtant, mis à part un autre sabre laser - ou un laser tout court - il existe certains matériaux ou éléments qui lui résistent :

  • Le cortose (cortosis en vo), un métal coûteux et rare, correspond au moyen le plus couramment employé pour se défendre face à un sabre laser lorsque l'on n'en possède pas un soi-même. Il permet même de « court-circuiter » un sabre laser, le rendant temporairement inefficace[4].
  • Le phrik, alliage utilisé dans la conception des armes des MagnaGardes du Général Grievous[7] et pour les armures des Dark Troopers[4].
  • Le fer mandalorien, beskar en langue mandalorienne, trouvé sur la planète Mandalore, utilisé dans la conception d'armes et d'armures. Ce métal sert également à étancher la porte du tombeau de Freedon Nadd sur la planète Dxun[4].
  • Certaines armes et armures conçues par les Yuuzhan Vong[4].
  • Certains boucliers d'énergie et certains matériaux supraconducteurs[4].
  • La peau de certains animaux[4].
  • Des armes et armures soumises à l'alchimie Sith. Par exemple, cette dernière est employée dans la conception de l'armure de Dark Vador pour la rendre plus résistante[4],[8].
  • L'eau, sauf si le sabre laser en question est spécialement conçu pour lui résister[9]. En cas de pluie, le sabre laser dégage simplement de la vapeur[4].

Les matériaux très denses comme les blindages lourds peuvent ralentir la pénétration de la lame mais ne l'empêchent cependant pas de rentrer[10].

Différentes couleurs[modifier | modifier le code]

Différentes couleurs de sabres laser

Dans la trilogie originale, les lames étaient bleues et plus tard également vertes pour les Jedi, alors que les lames rouges étaient exclusivement réservées aux Sith, bien que des sabres alchimiquement modifiés fussent utilisés par les premiers Seigneurs Sith car leur technologie n'a été développée qu'après l'exil des Jedi Noirs.

Les divers documents de l'univers étendu de Star Wars décrivent des couleurs incluant beaucoup de variations de bleu, vert et rouge ainsi que des couleurs telles le violet, orange, argent, turquoise, rose, bronze, jaune, et également entre autres blanc ou or. La gamme de couleur complète des cristaux et donc des lames est inconnue. Cependant, dans les temps plus récents, la plus petite gamme de couleur est en partie due au fait que l'Empire a détruit les grottes où l'on trouvait les cristaux. Les cristaux synthétiques ont alors remplacé les cristaux naturels mais ceux-ci étaient soit bleus soit verts.

Le Jedi Gantoris créa une lame violette avec des motifs d'arc-en-ciel ondulants autour du cœur blanc du faisceau.

La couleur du sabre laser dépend donc du cristal utilisé pour concentrer le rayon lumineux. Les lames bleues sont souvent associées aux Jedi gardiens, plutôt axés sur le combat et les arts martiaux, les lames vertes aux Jedi consulaires, qui s'occupaient des négociations et de la formation des Padawans, les jaunes aux Sentinelles Jedi, gardiennes du temple Jedi, les lames violettes et cyan sont réservées aux maîtres d'armes (incluses dans l'histoire plus tard et uniquement réservées à Mace Windu dans la double Trilogie car découlant d'une requête de Samuel L. Jackson durant le tournage de la seconde Trilogie) et les rouges aux Sith et aux Jedi noirs adeptes du côté obscur (parfois même orange foncé).

Chaque Jedi ou Sith est libre de choisir le cristal de son sabre laser. Il est choisi durant l'apprentissage, quand le Jedi n'est encore qu'un Padawan et quand lui et son maître font le voyage jusqu'à la planète Illum afin de choisir un cristal. Avant la bataille de Ruusan, les Jedi utilisaient toutes les couleurs connues. Mais après, les Jedi se mirent à choisir des cristaux plus courants comme les bleus et verts. Mace Windu quant à lui brava les obstacles de la planète Hurikane afin de trouver un rare cristal violet.

Les cristaux synthétiques rouges prisés par les Sith peuvent créer en quelque sorte une lame plus puissante mais ne sont pas aussi purs à cause de leur nature artificielle et peuvent donc ainsi être jugés indésirables par certains. Une des raisons pour lesquelles ils préfèrent le rouge est que c'est la couleur du sang de la plupart des espèces connues, humains en tête.

Le choix de la couleur repose également sur la priorité du Jedi. Si un Jedi choisit une couleur bleue, cela signifie qu'il se concentrera sur le combat au sabre plutôt que sur la maîtrise de la force. Si la couleur verte est choisie, cela indique qu'il préfère l'étude de la force à l'étude des techniques de combat au sabre. La couleur rouge est pour ceux qui étudient les techniques du côté obscur de la force. Le violet est rare mais pas uniquement à cause de la difficulté d'obtenir le cristal, le violet est en effet le mélange du bleu et du rouge ce qui indique que le Jedi a étudié les différentes formes de combat au sabre mais également les techniques du côté obscur. Ce n'est cependant pas systématiquement le cas.

À l'origine, le sabre de Luke Skywalker dans Star Wars, épisode VI : Le Retour du Jedi devait être bleu mais cette couleur était difficile à mettre en scène sur le fond également bleu du ciel du décor sur Tatooïne. D'où la naissance du sabre vert.

Combat au sabre laser[modifier | modifier le code]

Deux sabres laser qui s'entrechoquent.

Le style de combat de l'ancienne trilogie n'était pas très complexe ni très excitant : c'était un mélange d'escrime et de duel à l'orientale (kendo); cependant, bien que moins beaux, ils sont nettement plus crédibles tactiquement que les duels virevoltants de la prélogie, où les situations de mise en danger inutiles sont très fréquentes. Ils se composaient d'attaques vers le haut et vers le bas et éventuellement d'une petite pirouette qui devait donner un certain dynamisme au combat. Peter Diamond était à l'époque le superviseur des duels au sabre laser. Même si les combats paraissaient spectaculaires à l'époque,ils ont perdu ce côté face aux acrobaties de la Prélogie. Ceci s'explique par le fait qu'à l'époque, premièrement George Lucas ne donnait pas aux duels toute l'importance qu'ils ont dans la Prélogie, deuxièmement les « sabres-laser » utilisés par les acteurs étaient plus lourds et plus fragiles que les maquettes du tournage des épisodes I à III.

Pour la nouvelle trilogie, les combats, supervisés par Nick Gillard, reçurent un meilleur traitement. Sept « Formes » spécifiques étaient codifiées à l'origine, mais elles furent enrichies et complétées par Lucas et Gillard jusqu'à l'épisode III, bien que les références de l'Univers étendu soient souvent incomplètes. Finalement (à partir de 2004 officiellement[réf. souhaitée]), on distingue neuf Formes, plus deux Formes spéciales. L'ensemble des Formes, dont chacune est un style à part entière, constitue ce qu'on appelle les Arts Jedi. Voici les Formes ainsi qu'une description succincte et des exemples pour chacune d'elles :

  • Forme I, Shii-Cho : dite Forme de Détermination. Style de combat fondamental, le premier enseigné au Padawan[11]. Il provient de l'ancienne utilisation des armes blanches (sabres, vibrolames…). Le Shii Cho est souvent dit « basique », mais intègre des attaques puissantes et permet de nombreuses combinaisons. Kit Fisto et Agen Kolar sont des maîtres de cette forme.
  • Forme II, Makashi : dite Forme d'Opposition. Style de combat de duel au sabre laser, considéré comme archaïque à l'époque de la Prélogie car les Jedi n'avaient plus à mener de duels. Fluide et précis, préférant la dextérité et la complexité à la puissance, le Makashi est élégant et efficace, et comprend des bottes parmi les plus délicates des Arts Jedi. Il est notamment utilisé par le Comte Dooku[12].
  • Forme III, Soresu : dite Forme de Protection. Style de défense par excellence, inventé lorsque les Jedi commencèrent à affronter des tireurs. Expression de la philosophie pacifique des Jedi, il est donc utilisé pour le renvoi des tirs de blaster et la protection individuelle, mais est peu agressif. Un grand maître du Soresu : Obi-Wan Kenobi. Également employé par Luminara Unduli, Barriss Offee et Luke Skywalker[13].
  • Forme IV, Ataru : dite Forme de Vélocité. Style de combat fondé sur la vitesse. Les attaques et enchaînements, qui nécessitent un important engagement physique, privilégient la surprise plutôt que la puissance. Acrobatique et virevoltant, il s'agit d'un style offensif, où la défense passe par le mouvement et la rapidité des enchaînements. Utilisé par Qui-Gon Jinn, Obi-Wan Kenobi (qui cessa de l'utiliser après la mort de son maître pour se tourner vers le Soresu[14]), Dark Sidious pour surprendre l'adversaire ou Yoda pour compenser sa petite taille[15].
  • Forme V, Shien / Djem So : dite Forme de Persévérance. Fondé sur des techniques de la Forme III, qu'il complète et "dépasse", le Djem So est un style très actif, voire agressif, axé sur l'offensive, et alliant puissance, précision et fluidité. (NB : "Djem" est le nom d'un enchaînement offensif, "Djem So" est le nom de la Forme qui l'utilise). Cette forme très polyvalente est notamment employée par Anakin Skywalker, Aayla Secura et Luke Skywalker[16].
  • Forme VI, Niman : dite Forme de Diplomatie. Intégrant certaines techniques de Soresu et de Djem So, elle fut créée comme une synthèse pratique de la philosophie Jedi, et est très utilisée sous l'Ancienne République. Cette Forme est élégante et équilibrée mais ne permet pas d'exceller dans tous les domaines ; son manque de mobilité et d'agressivité fut souvent fatal pour ses utilisateurs lors de la bataille de Géonosis. Parmi ses pratiquants, on peut citer Cin Drallig, Ki-Adi-Mundi, Grievous et le Comte Dooku [17].
  • Forme VII, Juyo / Vaapad : dite Forme de Suprématie ou de Domination selon les cas et les sources. Cette forme est la plus difficile à apprendre et la plus dangereuse, puissante et imprévisible. Elle se fonde sur l'utilisation d'émotions agressives pour mener le combat, produisant des attaques saccadées et des enchaînements décousus et surprenants. Elle est généralement associée au côté obscur : au départ, d'après Lucas, le Juyo devait être une Forme obscure, et le Vaapad un style inventé par Mace Windu ; cependant, on trouve à partir de 2002 (mi-tournage épisode III), des notes selon lesquelles le Juyo est le nom d'origine de la Forme, et le Vaapad son penchant Sith. Utilisée par Mace Windu et Dark Sidious. On peut également citer parmi les utilisateurs de la Forme VII Sora Bulq et l'apprentie de Windu Depa Billaba[18]. Ces deux derniers basculèrent du Côté Obscur de la Force, en partie à cause de leur pratique incontrôlée de la Forme VII.
  • Forme VIII, Sokan : dite Forme de Mobilité. Style de combat fondé sur le mouvement, dérivé de la Forme IV. Offrant une alternative défensive à la Forme III, il se fonde sur des évasions, des sauts, des attaques rares mais précises et puissantes, et utilise au maximum l'environnement immédiat. Obi-Wan Kenobi utilise le Sokan pour combattre le général Grievous sur Utapau, avant de perdre son sabre-laser, et sur Mustafar pour vaincre Dark Vador.
  • Forme IX, Shien So : dite Forme de Décision. Souvent confondue avec le Djem So, et pour cause : dans les notes de Lucas, ces Formes sont les mêmes jusqu'après l'épisode II. Style de combat inspiré de la Forme V, en version épurée : le but est de vaincre avec le minimum d'engagement physique, laisser l'adversaire se placer en position de faiblesse, attaquer avec un enchaînement complexe ou une série d'attaques saccadées. (NB : d'après Gillard, "Shien" ou "Sien Hai" est le nom d'un enchaînement surprenant, dont on peut voir la dernière composante - attaque haute retournée - lorsque Kenobi coupe la main de Zam Wesell au début de l'épisode II ; "Shien So", par contre, est le nom de la Forme IX, qui intègre cet enchaînement). Obi-Wan Kenobi mêle du Shien So à ses techniques plus classiques, dans l'épisode III ; on peut également voir Dark Sidious le pratiquer.
  • Forme X, Jar'Kai : cette Forme codifie le maniement de deux sabres-laser. Anakin Skywalker et Joclad Danva l'emploient dans l'épisode II. Dans l'Univers étendu (feuilletons animés), Asajj Ventress manie deux sabres-laser rouges jumeaux puis, Ashoka Tano pendant la guerre des Clones, manie deux sabres laser, un jaune et un autre vert. L'apprenti de Cin Dralling à savoir Serra, utilise deux sabres laser vert. Dans certains passages des scripts et notes de Lucas, le mot "Kai" signifie « deux » (voir les duels "Kai-Kan").
  • Forme XI : dont le nom reste vague… parfois appelée "Zez'Kai", à moins qu'il ne s'agisse d'un amalgame avec Zez-Kai Ell, Maître Jedi de l'Univers Étendu. Cette Forme codifie le maniement d'un sabre-laser à deux lames, mais reste extrêmement dangereuse à cause du double effet gyroscopique et de son maniment qui doit être très délicat; cela pourrait tuer celui qui le manie.[réf. souhaitée] Utilisée par Dark Maul et les chevaliers protecteurs de l'Ordre Jedi.

Trucages pour les films[modifier | modifier le code]

L'accessoire utilisé comme poignée des sabres dans le film original était fondé sur la batterie du flash d'un vieil appareil photo. En version « sabre allumé », les épées utilisées étaient conçues dans le but de provoquer un effet lumineux directement intégré sur la pellicule lors du tournage. La lame était composée de trois faces recouvertes de rétroréflecteurs. Une lampe était positionnée aux côtés de la caméra et illuminait le sujet au travers d'une vitre inclinée à 45 degrés de manière à ce que l'épée semble briller du point de vue de la caméra. Un moteur placé dans la poignée faisait tourner la lame, assurant ainsi une réflexion permanente vers la caméra. Cela créait également l'effet familier de vacillement. Finalement, ce système ne donna pas les résultats escomptés et un procédé d'animation, inventé par Nelson Shin, fut employé pour rehausser la luminosité des sabres. C'est à ce stade que fut prise la décision artistique de donner différentes couleurs aux lames.

Pour L'Empire contre-attaque, les accessoires utilisés étaient de simples baguettes blanches, et l'effet lumineux était entièrement réalisé via un procédé particulier d'animation appelé rotoscopie, par lequel une animation est dessinée par dessus la vidéo enregistrée afin de conserver la précision des mouvements.

Pour Star Wars, épisode VI : Le Retour du Jedi et les films suivants, les poignées furent usinées à partir d'aluminium. Au lieu d'une lame brillante, des baguettes de carbone furent utilisées comme lame de référence pour les scènes de combat. Dans les épisodes I et II, ils passèrent à des poignées en résine et des tubes d'aluminium. Pour l'épisode final de la saga Star Wars, La Revanche des Sith, l'aluminium fut remplacé par un mélange de fibres de carbone, spécifiquement élaboré pour le film. Ces accessoires durent être renforcés car ils cassaient souvent lors de leurs premières utilisations par les acteurs dans les séquences de combat. On notera d'ailleurs que le tournage d'une scène de sabres lasers, telle que le duel final entre Obi-wan et Anakin sur Mustafar dans La Revanche des Sith, pouvait prendre plusieurs mois car chaque acteur devait mémoriser une séquence complexe de plus de 1 000 gestes et les exécuter parfaitement.

Dans l'ancienne trilogie, la couleur des sabres étaient dessinée manuellement par dessus l'image originale blanche de la lame. De nombreux commentaires affirment que les sabres laser de la version DVD paraissent moins beaux que dans la version originale, à cause de l'algorithme avancé utilisé pour restaurer et numériser les films. On remarquera d'ailleurs qu'à la suite d'une erreur de réalisation des effets spéciaux, dans Un nouvel espoir, lors d'une scène à bord du Faucon Millenium, le sabre laser de Luke Skywalker apparaît brièvement coloré en vert plutôt qu'en bleu, puis teinté d'un bleu clair grisâtre. Dans la trilogie récente, ce problème ne s'est pas posé puisque les lames étaient ajoutées numériquement.

La lumière normalement émise par les sabres est assez mal rendue dans toute la saga Star Wars. En effet, les sabres n'étant pas éclairés lors des tournages, la réflexion de la lumière se voit ainsi très peu sur les murs et les visages. Seuls les personnages de synthèse comme Yoda dans les épisodes II et III sont correctement éclairés. Une exception toutefois, lors de la scène finale du combat entre Dooku et Anakin dans Star Wars, épisode II : L'Attaque des clones, les acteurs utilisèrent des tubes fluorescents d'une couleur adaptée à leurs armes ; mais ce choix répondait uniquement à un besoin précis : la scène était supposée se jouer dans un hangar mal éclairé..

Les créateurs de fanfilms ont utilisé diverses techniques pour recréer l'effet « sabre laser », la plupart impliquant des programmes tels qu'AlamDV, Adobe After Effects, Adobe Photoshop, MainVision, GIMP, LSmaker, crimsonFX (pour Mac), ou Blender.

Le son caractéristique est ajouté en postproduction par l'équipe des effets sonores. Le son original du sabre fut créé par Ben Burtt à partir de la combinaison du bruit d'une lampe de projecteur et de l'interférence produite par une télévision sur un câble audio non-blindé.

Lorsque le tournage de la nouvelle trilogie commença, George Lucas décida que tous les Jedi auraient des sabres de couleur bleue ou verte, pas seulement pour les différencier des Sith, mais aussi pour leur donner une identité visuelle propre.

Les sabres laser étant l'un des accessoires les plus demandés de l'histoire du cinéma, de nombreux jouets tentent de les répliquer. Ceux-ci allant de la simple lampe de poche avec tube plastique, à des copies fidèles des accessoires originaux des films, comprenant des effets sonores s'adaptant aux mouvements et une lame colorée. Ces jouets sont les produits dérivés Star Wars qui se vendent le mieux, mais il semble que la reproduction du faisceau d'énergie émis par les vrais sabres laser soit encore hors de portée pour quelque temps. Par contre, d'autres jouets peuvent faire sortir un tube plastique de la poignée et produire de la lumière et du son, mais ce sont des collectors.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. L'usage du tiret diffère en fonction des ouvrages officiels.
  2. Donald F. Glut, Star Wars : L'Empire contre-attaque, Paris, Fleuve noir,‎ avril 2002, 288 p. (ISBN 2-265-07409-8), p. 42
  3. Sabre laser Star Wars - STAR WARS L'EXPO - Cité des Sciences Paris
  4. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k et l (en) Lightsaber sur Wookieepedia. Consulté le 15 juin 2011.
  5. a, b, c, d, e, f et g Sabre Laser, Star Wars Holonet.com. Consulté le 15 juin 2011.
  6. a et b Kevin J. Anderson et Rebecca Moesta, Les jeunes chevaliers Jedi 4 : Les Sabres de Lumière, Pocket, 217 p.
  7. a et b David West Reynolds et James Luceno, Star Wars, tout sur la saga : Les personnages et les créatures des Épisodes I à VI, Nathan, 274 p. (ISBN 978-2-09-251364-4)
  8. (en) Darth Vader's armor sur Wookieepedia. Consulté le 16 juin 2011.
  9. C'est le cas du sabre laser de Kit Fisto, qu'il utilise sous l'eau dans l'épisode 5 de la première saison de la série Clone Wars.
  10. Dans Star Wars, épisode I : La Menace fantôme, Qui-Gon Jinn emploie ainsi son sabre laser à faire fondre une porte blindée, mais la densité de celle-ci le ralentit considérablement.
  11. (fr) Forme 01 - Shii-Cho, Star Wars Holonet.com. Consulté le 16 juin 2011.
  12. (fr) Combat au Sabre Laser 2, Star Wars Holonet.com. Consulté le 16 juin 2011.
  13. (en) Form III: Soresu sur Wookieepedia. Consulté le 16 juin 2011.
  14. (fr) Forme 03 - Soresu, Star Wars Holonet.com. Consulté le 16 juin 2011.
  15. (en) Form IV: Ataru sur Wookieepedia. Consulté le 16 juin 2011.
  16. (en) Form V: Shien / Djem So sur Wookieepedia. Consulté le 16 juin 2011.
  17. (en) Form VI: Niman sur Wookieepedia. Consulté le 16 juin 2011.
  18. (en) Form VII: Juyo / Vaapad sur Wookieepedia. Consulté le 16 juin 2011.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :