Howard... une nouvelle race de héros

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Howard... une nouvelle race de héros

Titre original Howard the Duck
Réalisation Willard Huyck
Scénario Willard Huyck
Gloria Katz
Sociétés de production Lucasfilm Ltd.
Universal Pictures
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Comédie, science-fiction
Sortie 1986
Durée 111 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Howard... une nouvelle race de héros (Howard the Duck) est un film américain réalisé par Willard Huyck, sorti en 1986. Il est l'adaptation du comic Marvel Howard the Duck.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Howard T. Duck est un canard humanoïde qui vit sur une planète remplie de canards comme lui. Mais un jour, alors qu'il se prélasse sur son fauteuil, il se retrouve aspiré dans l'espace et atterrit sur la planète Terre. Il se fait recueillir par une rockeuse, Beverly.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]


Production[modifier | modifier le code]

Le costume de Howard coûta 2 millions de dollars. L'avion ultra-léger utilisé dans le film est un Quicksilver MX.

Casting[modifier | modifier le code]

La chanteuse Tori Amos, ainsi que Phoebe Cates, auditionnèrent toutes deux pour le rôle de Beverly Switzler.

Tournage[modifier | modifier le code]

Le tournage s'est déroulé à Black Point, Cleveland, Modesto, Nicasio, Novato, Oakland, Petaluma, Rancho Seco, Rio Vista et Sacramento.

Bande originale[modifier | modifier le code]

Accueil et critiques[modifier | modifier le code]

Le film est l'un des plus grands échecs commerciaux de l'histoire du cinéma. On attribue ce sort au fait que le film n'a pas pu trouver son public ; il est fondé sur une bande dessinée mal connue, a un thème principal qui semble en faire un film pour enfants (canard anthropomorphe...) mais introduit plusieurs éléments pour un public plus âgé (plusieurs références sexuelles...). Depuis, il est devenu une icône des échecs du cinéma. Steve Gerber a par ailleurs renié l'adaptation de son œuvre.

À l'époque de la sortie du film, George Lucas, alors lourdement endetté (il venait de dépenser 50 millions de dollars pour la construction du Skywalker Ranch) et appauvri par son divorce, comptait sur le succès de ce dernier pour se remettre à flot. Après l'échec commercial du film (près de 21 millions de dollars de perte), il fut obligé de vendre à Steve Jobs, bien en dessous du prix du marché, sa nouvelle division spécialisée en animation d'images de synthèse, qui deviendra par la suite les fameux Pixar Animation Studios.

Produit dérivé[modifier | modifier le code]

Un jeu vidéo Howard the Duck: Adventure on Volcano Island, fut sorti en 1986.

Références et clin d’œil[modifier | modifier le code]

Le monde de Howard contient de nombreuses versions "canardesques" d'éléments de culture populaire de notre monde avec des jeux de mots:

  • Howard a deux affiches de films sur les murs de son appartement: My Fair Chickadee (avec "Mae Nest") et Les Aventuriers de l'arche perdue (Breeders of the Lost Stork).
  • Howard lit un magazine Playduck.
  • Dans son portefeuille, Howard a une carte Mallardcard.
  • Curieusement, on peut voir la marque Budweiser dans la rue sur la planète d'Howard... une des affiches promotionnelles du film montre d'ailleurs bien en évidence la marque Budweiser sur la canette de bière que boit Howard.
  • Quand Howard pilote l'ULM, il s'annonce en tant que "Le Baron Blanc", référence à l'aviateur Baron rouge.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

  • Pire film, pire scénario, pire révélation de l'année pour les six hommes et femmes en costume de canard et pires effets spéciaux, lors des Razzie Awards 1986.

Nominations[modifier | modifier le code]

  • Pire réalisateur, pire chanson originale (Thomas Dolby, Allee Willis et George S. Clinton, pour Howard The Duck) et pire second rôle masculin pour Tim Robbins, lors des Razzie Awards 1986.
  • Nomination au prix du pire film de la décennie, lors des Razzie Awards 1989.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]