Toile de fond

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Dans un œuvre de fiction (roman, film, bande dessinée, mais aussi jeu vidéo et jeu de rôle), la toile de fond — on utilise aussi souvent l'anglicisme background (litt. « arrière-plan »), bien que le terme anglais dans ce contexte précis soit backstory (histoire de fond) — est le contexte, le cadre, l'« arrière-plan » de l'œuvre. C'est sur cette toile de fond que viennent se « greffer » les personnages et les actions fictives.

Cette toile de fond peut être l'univers réel, à l'époque contemporaine ou à une époque ancienne. Mais cela peut également être un univers de fiction.

Cette toile de fond permet d'immerger le récepteur de l'œuvre — lecteur, spectateur, joueur… — dans l'œuvre elle-même. Elle permet d'impliquer le récepteur, et de renforcer la cohérence de l'œuvre.

Créer un univers cohérent permet également de fidéliser des récepteurs, qui sont, dans le cas d'œuvres commerciales, des consommateurs. On peut par exemple citer le cas des produits dérivés ; le premier exemple fut celui de Star Wars, et l'exemple le plus abouti Pokémon, avec la conception dès le départ de types d'œuvres différents — dessin animé, jeu de cartes à collectionner, jeu vidéo — sur la même toile de fond.

Un des cas les plus développés de toile de fond est la Terre du milieu, développée par John Ronald Reuel Tolkien pour ses romans Le Seigneur des anneaux. L'auteur a créée une géographie, avec des cartes, des peuples avec une langue, une culture, des légendes… Les romans sont ainsi parfois ponctués d'anecdotes et de détails inutiles à l'intrigue, mais donnant du relief à l'œuvre.

Historique des personnages[modifier | modifier le code]

Un des éléments de cette toile de fond est l'historique des personnages. L'œuvre met en effet en scène des personnages à un moment donné de leur vie ; les agissements d'un personnage sont grandement influencés par son passé et son caractère. Or, le récepteur de l'œuvre ne connaît initialement pas ces éléments.

Dans certains cas, les personnages sont des personnages réels, historiques, ou bien légendaire ou fictifs, mais bien connu du public. Le récepteur de l'œuvre est alors censé posséder les éléments importants permettant de comprendre le personnage. Cela pose alors le problème de la culture du récepteur ; à titre d'exemple, le film Tigre et Dragon est un film racontant des légendes chinoises mais destiné aux occidentaux, le début du film est donc destiné à présenter les personnages, et paraît bien ennuyeux à un spectateur chinois qui lui est déjà imprégné de ces personnages.

Pour faciliter cette étape de présentation, certains auteurs, notamment dans le cinéma hollywoodien, ont recours à des archétypes stéréotypés : le jeune cadre dynamique, le chercheur replié sur lui-même, le détective privé alcoolique, l'enfant battu… ou bien exposent un événement dramatique unique expliquant le caractère du personnage, comme par exemple la perte d'un enfant ou d'un parent.

Dans le domaine du jeu[modifier | modifier le code]

L'existence d'une toile de fond cohérente permet de mieux impliquer les joueurs dans le jeu, et donc de favoriser l'interprétation du personnage.

Jeu vidéo[modifier | modifier le code]

Dans le jeu vidéo, le toile de fond est l'environnement ou le contexte dans une œuvre artistique. C'est-à-dire tout ce qui existe autour des personnages dans une œuvre et qui n'est généralement pas présentée clairement. Il est toujours intéressant de connaître le background pour mieux comprendre les personnages. Il sert aussi à installer une ambiance et à permettre une meilleure immersion. Dans certains cas, la toile de fond est décrite dans un livret accompagnant le jeu, ou encore par des séquences vidéo d'introduction ou bien émaillant le jeu (coupure entre des « scènes »).

Jeu de rôle[modifier | modifier le code]

Dans le domaine du jeu de rôle sur table, on utilise volontiers les termes :

  • background
  • cadre de campagne ;
  • contexte, par exemple dans l'expression « supplément de contexte » (ouvrage décrivant des éléments de la toile de fond) ;
  • lorsque cela concerne un personnage, la personnalité (ce qui le définit en dehors de son apparence ou de ses capacités physiques).

Le background dans le sens de l'univers imaginaire du jeu — cadre, contexte — est fondamental en jeu de rôle car il constitue le seul cadre dans lequel la partie se déroule. En effet, les parties ne font en général pas intervenir de matériel (tablier de jeu, pion), le cadre de jeu est donc un univers imaginaire commun indispensable au jeu — imaginaire dans le sens « qui doit être imaginé par les joueurs », le cadre pouvant être le monde réel.

La background d'un personnage — sa personnalité — permet de lui donner une consistance, d'expliquer ses motivations. Des événements inventés dans l'historique d'un personnage peuvent également servir à la construction de l'intrigue des parties futures. Notons que dans le jeu 13th Age, le terme background, traduit en français par « concept », désigne une expérience du personnage (un métier, un vécu) qui lui apporte des compétences.

Dans le cas des jeux vidéo de rôle, on utilise en général le terme anglais background.