Willow (film)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Willow.

Willow

Réalisation Ron Howard
Scénario Adaptation :
Bob Dolman
Histoire :
George Lucas
Acteurs principaux
Sociétés de production Imagine Entertainment
Lucasfilm
Metro-Goldwyn-Mayer
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre fantasy
Sortie 1988
Durée 126 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Willow est un film américain de fantasy réalisé par Ron Howard, sorti en 1988. Le film est produit et coécrit par George Lucas. Le tournage s'est déroulé au Royaume-Uni et en Nouvelle-Zélande. Industrial Light & Magic a créé les effets spéciaux, qui ont permis une avancée décisive dans la technologie du morphing. Le film n'a rencontré qu'un succès commercial limité et a reçu des critiques mitigées mais a été nommé deux fois aux Oscars.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Une prophétie annonce qu'une princesse verra le jour, qui mettra fin au règne tyrannique de Bavmorda, la reine maléfique des Daïkinis (les humains). Apprenant la naissance imminente d'Élora, l'élue, Bavmorda s'empresse de donner l'ordre à ses guerriers de regrouper toutes les femmes enceintes du royaume pour empêcher l'accomplissement de la prophétie. L'enfant naît dans les donjons du château de Bavmorda mais sa nourrice réussit à s'échapper avec lui et l'abandonne au fleuve juste avant d'être rattrapée. Le bébé est recueilli par Willow, un fermier (et magicien amateur) Nelwyn (espèce humanoïde de petite taille). La présence du bébé mettant en danger tout le village, Willow est chargé de ramener l'enfant au pays des Daïkinis pour le confier au premier Daïkini qu'il rencontrera. Il s'avère que c'est le mercenaire Madmartigan, qui est enfermé dans une cage. Réticent à confier le bébé à cet individu qui paraît fort peu recommandable, Willow finit par céder mais Madmartigan se le fait voler peu après par des Brownies. Willow le retrouve et la fée Cherlindrea lui révèle le destin d'Élora, le chargeant d'être son protecteur jusqu'à ce qu'il la confie à la magicienne Fin Raziel.

Willow part à la recherche de Fin Raziel accompagné des Brownies Franjean et Rool, et croise à nouveau le chemin de Madmartigan, qui les aide à échapper à Sorsha, la fille de Bavmorda que sa mère a chargée de retrouver Élora. Ils finissent par trouver Fin Raziel mais la magicienne a été transformée en rongeur par Bavmorda. Sorsha capture le petit groupe peu après mais ils parviennent à s'échapper, non sans que Madmartigan n'inhale un élixir qui le fait tomber amoureux de Sorsha, alors que Willow tente vainement de faire reprendre sa véritable forme à Fin Raziel. Poursuivis par Sorsha et ses hommes, ils arrivent au château de Tir Asleen, dont toute la population a été congelée par magie. Madmartigan défend vaillamment le château, avec l'aide d'Airk Thaughbauer et de ses hommes, mais le général Kael, commandant de l'armée de Bavmorda, s'empare d'Élora, tandis que Sorsha réalise qu'elle est amoureuse de Madmartigan et change de camp.

Willow, Madmartigan, Sorsha et la petite armée d'Airk décident en désespoir de cause de prendre d'assaut le château de Bavmorda mais celle-ci les transforme tous en porcs, sauf Willow qui se protège du maléfice grâce à Fin Raziel. Il réussit peu après à rendre sa forme humaine à la magicienne et Raziel met alors fin au sortilège de Bavmorda. Grâce à un stratagème imaginé par Willow, la petite armée réussit à rentrer dans le château et livre bataille à Kael et ses troupes. Kael tue Airk avant d'être à son tour tué par Madmartigan. Raziel est vaincue par Bavmorda dans un duel de sorcellerie mais Willow parvient grâce à un tour de passe-passe à arrêter le rituel maléfique de la reine pour annihiler l'essence d'Élora, et Bavmorda en est elle-même victime. Après la victoire, Willow confie Élora à Madmartigan et Sorsha et retourne dans son village avec un livre de sorts que lui donne Fin Raziel pour qu'il développe son potentiel.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

George Lucas imagine l'idée de base de Willow (dont le titre de travail est alors Munchkins) en 1972 et cette idée lui tient autant à cœur que celle de Star Wars. Il doit cependant attendre le milieu des années 1980 et la fin de sa trilogie pour s'y consacrer, profitant des progrès en matière d'effets spéciaux pour concrétiser sa vision[2]. En 1982, durant le tournage du Retour du Jedi, Lucas propose à Warwick Davis, qui joue le rôle de l'Ewok Wicket, d'interpréter le personnage de Willow Ufgood. Lucas estime approprié qu'une personne de petite taille ait le rôle principal car beaucoup de ses films traitent d'individus luttant contre le système et « c'est une interprétation plus littérale de cette idée » estime-t-il[3]. Dans le même temps, le réalisateur Ron Howard, jusqu'ici habitué aux comédies, ressent le besoin de s'immerger dans une histoire féerique afin d'élargir sa palette de cinéaste. Il est approché par Lucas pendant la postproduction de Cocoon. Les deux hommes se connaissent depuis qu'Howard a joué dans American Graffiti, et Lucas pense qu'il peut avoir avec Howard une relation similaire à celle qu'il entretient avec Steven Spielberg. Bob Dolman (en), qui a travaillé avec Howard sur un pilote de série télévisée et dont Lucas a apprécié le travail sur le sitcom WKRP in Cincinnati, est chargé d'écrire le scénario adapté de l'histoire de Lucas[4].

Lucas, Howard et Dolman se rencontrent au Skywalker Ranch pour une série de longues discussions sur l'histoire, et Dolman écrit sept versions successives du scénario entre le printemps et l'automne 1986[4]. Lucas nomme le général Kael d'après la critique Pauline Kael[5], et le dragon à deux têtes Eborsisk d'après Roger Ebert et Gene Siskel[6]. La préproduction du film commence peu après mais plusieurs majors déclinent la proposition qui leur est faite de le coproduire avec Lucasfilm Ltd. car elles estiment, suite aux échecs successifs de films tels que Krull, Legend et Labyrinthe, que la fantasy est un genre trop risqué[7]. Lucas réussit néanmoins à faire assurer la distribution du film par Metro-Goldwyn-Mayer car son dirigeant, Alan Ladd Jr., connaît Lucas depuis le milieu des années 1970 quand il lui avait donné le feu vert pour réaliser Star Wars[8]. La MGM connaît alors des difficultés financières mais Ladd avance la moitié des 35 000 000 $ du budget de Willow en échange des droits cinématographiques et télévisés, laissant à Lucasfilm ceux du marché vidéo et des chaînes à péage[8].

Le tournage se déroule du 27 avril jusqu'au mois d'octobre 1987. Les intérieurs sont filmés aux studios d'Elstree, dans le Hertfordshire, et les extérieurs au Pays de Galles, dans le Gwynedd (château de Nockmaar), en Nouvelle-Zélande, à Queenstown (scènes de lac et montagnes) et dans le parc national de Tongariro (Tir Asleen), et à Welwyn Garden City (la vallée des Nelwyn)[8]. Quelques extérieurs sont également filmés aux alentours du Skywalker Ranch et à Burney Falls, près du mont Shasta[9]. Industrial Light & Magic, compagnie dirigée par Lucas, crée les effets spéciaux du film. La scène qui leur demande le plus de travail est celle où Willow tente de rendre sa forme humaine à Fin Raziel et où elle passe successivement de la forme d'une chèvre à celles d'une autruche, d'une tortue et d'un tigre avant de prendre enfin sa véritable forme. Dennis Muren, responsable des effets spéciaux du film, envisage d'abord d'utiliser l'animation en volume[10], avant de décider que cette scène constitue l'opportunité parfaite de perfectionner la technologie du morphing. Les animaux et la doublure de l'actrice sont filmés puis les images sont transférées dans un programme informatique, développé par Doug Smythe de septembre 1987 à mars 1988, qui crée des transitions fluides d'une étape à l'autre. Le résultat impressionnant représente une avancée majeure dans le domaine de l'infographie[8].

Bande originale[modifier | modifier le code]

La bande originale du film est composée par James Horner et jouée par l'orchestre symphonique de Londres[11].

Willow's Theme est ostensiblement similaire à l'ouverture du premier mouvement de la symphonie nº 3 en mi bémol majeur de Robert Schumann. Introduit dans Escape from the Tavern, le thème est orchestré dans un style musical évoquant celui des compositions de Erich Wolfgang Korngold pour les scènes d'action des films de cape et d'épée des années 1940. Le thème joué à la flute dans Elora Danan est emprunté à Mir Stanke le (Chant de moisson thrace), popularisé par le chœur Le Mystère des voix bulgares.

Liste des titres
  1. Elora Danan (9:45)
  2. Escape from the Tavern (5:04)
  3. Willow's Journey Begins (5:26)
  4. Canyon of Mazes (7:52)
  5. Tir Asleen (10:47)
  6. Willow's Theme (3:54)
  7. Bavmorda's Spell is Cast (18:11)
  8. Willow The Sorcerer (11:55)

Accueil[modifier | modifier le code]

Le film est présenté hors-compétition au festival de Cannes 1988[12]. Il sort aux États-Unis le 20 mai 1988 dans 1 209 salles et rapporte 8 300 169 $ pour son week-end d'ouverture. Il rapporte finalement 57 269 863 $ en Amérique du Nord[13], un score honorable mais qui n'est pas à la hauteur des attentes de George Lucas, qui espérait que le film rencontre un succès comparable à celui d'E.T. l'extra-terrestre[14]. En France, il réalise 2 176 569 entrées[1] et les bénéfices dégagés à l'étranger et sur le marché vidéo sont assez importants[15].

Le film a reçu un accueil critique assez mitigé, recueillant 46 % de critiques favorables, avec un score moyen de 5,4/10 et sur la base de 26 critiques collectées, sur le site Rotten Tomatoes[16].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Sauf mention contraire, cette liste provient d'informations de l'Internet Movie Database[17].

Récompenses[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

Autour du film[modifier | modifier le code]

  • Kenny Baker, acteur vétéran de la saga Star Wars (puisqu'il y joue R2-D2 dans tous les épisodes), interprète ici le rôle d'un Nelwyn.
  • À la faveur du tournage, Val Kilmer et Joanne Whalley tombent amoureux et se marient peu après, et Warwick Davis rencontre lui aussi sa future épouse parmi les figurants des villageois Nelwyn.
  • Gavan O'Herlihy a joué plus de dix ans auparavant aux côtés de Ron Howard dans la première saison de la série Happy Days. Howard interprétait le rouquin Ritchie Cunningham et O'Herlihy, son frère aîné Chuck. Il incarne ici le personnage d'Airk Thaughbaer.
  • George Lucas est séduit par l’idée de Chris Claremont d’offrir une suite à Willow sous forme de romans. Ils décident alors d’en faire une trilogie plus sombre que le film - qui s’adressait à un public familial – où Lucas pourrait développer un thème qui lui est cher : le héros en prise avec ses doutes et sa part sombre. Une trilogie de romans furent publiés entre 1995 et 2000 sous le nom des Chronicles of the Shadow War. Ce cycle se déroule douze ans après les évènements dépeints dans Willow et a Élora Danan comme personnage principal. Quinze ans plus tard, les éditions Soleil annoncent la parution française de la trilogie sous le titre Les Chroniques de la Terre d’Ombre, avec le premier volet, Willow, Lune d'ombre, paru en septembre 2011, le deuxième volet, Willow, Crépuscule d'ombre, en juin 2012, et le troisième volet, Willow, Étoile d'ombre, en septembre 2013.
  • Durant la bataille de Tir Asleen, on peut distinguer un soldat portant un casque similaire à celui de Dark Vador, en référence au personnage de la série des Star Wars, également produite par George Lucas.
  • Le cri Wilhelm est entendu plusieurs fois dans le film : une première fois par le conducteur du char qui se renverse à la fin de la course poursuite quand Madmartigan et Willow s'échappent de la taverne ; une deuxième fois par un cavalier ennemi au début de l'assaut du château de Nockmaar par l'armée de Airk ; et une troisième fois par un soldat lors de la bataille du château de Nockmaar quand les brownies déclenchent la baliste à tirs multiples.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Willow », sur JP's Box Office (consulté le 13 juin 2011)
  2. (en) Aljean Harmetz, « 'Star Wars' Is 10, And Lucas Reflects », The New York Times,‎ 21 mai 1987
  3. (Hearn 2005, p. 153)
  4. a et b (Hearn 2005, p. 154-155)
  5. (en) Lawrence Van Gelder, « Pauline Kael, Provocative and Widely Imitated New Yorker Film Critic, Dies at 82 », The New York Times (consulté le 13 juin 2011)
  6. (en) Beverly Gray, Ron Howard: from Mayberry to the moon-and beyond, Rutledge Hill Press,‎ 2003 (ISBN 1558539700), p. 134
  7. (en) Aljean Harmetz, « A Pained Lucas Ponders Attacks on 'Willow », The New York Times,‎ 9 juin 1988
  8. a, b, c et d (Hearn 2005, p. 156-157)
  9. (Baxter 1999, p. 365-366)
  10. (Baxter 1999, p. 367)
  11. (en) « Willow [Original Motion Picture Soundtrack »], sur Allmusic (consulté le 13 juin 2011)
  12. « Willow », sur Festival de Cannes (consulté le 13 juin 2011)
  13. (en) « Willow », sur Box Office Mojo (consulté le 13 juin 2011)
  14. (Baxter 1999, p. 372)
  15. (en) Richard Maltby, Hollywood cinema, Blackwell Publishing,‎ 1994 (ISBN 0631216146), p. 198
  16. (en) « Willow », sur Rotten Tomatoes (consulté le 13 juin 2011)
  17. (en) « Awards for Willow », sur Internet Movie Database

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :