Narratologie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La narratologie (science de la narration) est la discipline qui étudie les techniques et les structures narratives mises en œuvre dans les textes littéraires (ou d'autres formes de récit).

Histoire de la narratologie[modifier | modifier le code]

Les premiers travaux en narratologie des études littéraires modernes proviennent du formalisme russe et tout particulièrement des travaux de Victor Chklovski et de Boris Eichenbaum.
L'étude systématique de la morphologie des contes russes par Vladimir Propp connait une bonne diffusion en France, parallèlement aux travaux (en particulier le schéma actantiel) d'Algirdas Julien Greimas.

En Allemagne la narratologie s'est développée sous l'impulsion de Franz Karl Stanzel et de Käte Hamburger.

Comme la sémiologie, la narratologie s'est développée en France à la fin des années 1960, grâce aux acquis du structuralisme. En 1969, Tzvetan Todorov, forgeait le terme dans Grammaire du Décaméron, et en 1972, Gérard Genette définissait certains de ses concepts fondamentaux dans Figures III. On constate toutefois, à l'origine, quelques hésitations quant à l'objet de la narratologie : certains travaux mettent l'accent sur le contenu (la « syntaxe » des histoires), tandis que d'autres privilégient la forme (les « figures » du discours). À quoi s'ajoute la question des récits non verbaux (par ex. le cinéma)[1].

Le personnage[modifier | modifier le code]

Un récit est composé de plusieurs éléments essentiels, notamment un personnage, c’est-à-dire celui qui participe à l’histoire, le narrateur, celui qui raconte l’histoire et, enfin, un auteur, celui qui l’écrit. Il ne faut donc pas confondre le narrateur et l’auteur, puisque le narrateur n’est, en fait, qu’un rôle joué et inventé par l’auteur. Donc, le narrateur narre l’histoire et l’écrivain l’écrit.

De même, tout comme une œuvre contient un auteur implicite, il existe aussi un lecteur et une personne construite à qui on destine le récit, c’est-à-dire le destinataire : « Le texte, objet de communication, ne se conçoit pas sans destinataire implicite[2]. » Le destinataire se définit comme le lecteur implicite à qui s’adressent les « effets de lecture programmés par le texte[3] », soit celui à qui s’adresse la narration. Selon Vincent Jouve, à la suite de l’analyse du destinataire on peut théoriquement mettre au jour les réactions du « lecteur réel », c’est-à-dire le sujet bio-psychologique qui tient le livre entre ses mains, lors de sa lecture du texte.

En narratologie, on nomme le destinateur « narrateur », par définition celui qui émet le message, et le destinataire « narrataire », celui à qui s’adresse le discours énoncé. Le narrataire n’a pas plus une existence réelle que le narrateur : ils n’existent que sous la forme textuelle. Le narrataire existe sous trois formes : narrataire intradiégétique (qui a toutes les caractéristiques d'un personnage), narrataire invoqué (qui n'a de caractéristique fictionnelle que l'apostrophe du narrataire intradiégétique[4]), narrataire extradiégétique (qui correspond à une figure de lecteur postulée par le texte lui-même et à laquelle tout lecteur s'identifie en lisant l'histoire)[5].

Les différents modèles d'interprétation des œuvres[modifier | modifier le code]

Le modèle sémiotique[modifier | modifier le code]

De prime abord, la sémiotique est la science dont l'objet est l'ensemble des processus de signification. Comme la sociologie ou la psychologie, la sémiotique n'a pas d'objet propre, mais elle constitue une grille d'analyse des phénomènes affectant le vivant et donc, elle représente un lieu où peuvent converger de nombreuses sciences comme la linguistique, l'anthropologie, la sociologie, la philosophie, l'épistémologie, etc. Peu importe son objet d'étude, elle approche les différents phénomènes qui le constituent en se demandant quel en est leur SENS.

La sémiotique narrative, voire la sémiotique greimassienne, s'intéresse aux structures de l'histoire qui compose le récit, soit au « contenu ». Sur ce plan, l'histoire peut se définir comme un enchaînement d'actions prises en charge par des acteurs. Par définition, l'acteur est l'instance chargée d'assumer les actions qui font fonctionner le récit. En effet, il ne peut y avoir de récit sans actions.

En ce qui concerne les actants, on se réfère surtout au schéma actantiel tel qu'établi par A.J. Greimas. Selon lui, dans un premier temps, les rôles actantiels (ou actants) sont au nombre de six :

  • le sujet
  • l'objet
  • l'opposant
  • l'adjuvant
  • le destinateur
  • le destinataire

Cependant, dès au moins Sémiotique. Dictionnaire raisonné de la théorie du langage (Hachette 1979, avec Joseph Courtés), il apparaît que l'opposant et l'adjuvant ne sont pas des actants, mais des acteurs (voir ci-dessous), que Greimas nomme des "auxiliants", renvoyant au pouvoir-faire (adjuvant) ou au non-pouvoir-faire (opposant) du Sujet. À partir de là, la théorie actantielle de Greimas va fonctionner avec seulement trois actants : le Sujet, "bloqué" avec le destinataire, qui disparaît en pratique de ce schéma-là, l'Objet et le Destinateur : on ne saurait donc affirmer que la réorganisation actantielle de Jean-Claude Coquet (Le discours et son sujet, Klincksieck 1984), en prime actant, second actant et tiers actant, réduit le nombre des actants ; c'est dans la modification de leurs relations et de leur contenu modal (pouvoir, savoir, vouloir) que se trouve l'apport spécifique, ici, de sa sémiotique.

Finalement, le rôle thématique désigne l'acteur qui est porteur de sens, notamment au niveau figuratif. Il renvoie donc à des catégories (psychologiques, sociales) permettant d'identifier le personnage sur le plan du contenu. Selon Vincent Jouve, « si le rôle actantiel assure le fonctionnement du récit, le rôle thématique lui permet de véhiculer du sens et des valeurs. De fait, la signification d'un texte tient en grande partie aux combinaisons entre rôles actantiels et rôles thématiques [6] ».

Le modèle sémiologique[modifier | modifier le code]

Une approche est qualifiée de sémiologique lorsqu'elle choisit d'étudier un aspect (par exemple le personnage) sur le modèle du signe linguistique. Ainsi, le personnage devient le « signe » du récit et se prête à la même qualification que les signes de la langue. De ce fait, on peut classer les personnages d'un récit en trois catégories:

  • les personnages référentiels : ils reflètent la réalité (personnages historiques, mythologiques, personnages types);
  • les personnages embrayeurs : ils dessinent la place de l'auteur ou du lecteur dans la fiction (narrateur-témoin, observateur);
  • les personnages anaphores : ils rappellent des données importantes ou préparent la suite du récit (historien, enquêteur, biographe, devin, prophète).

Philippe Hamon retient aussi trois champs d'analyse [7]:

  • l'être (le nom, le portrait physique, la psychologie, etc.) ;
  • le faire (les rôles thématiques et les rôles actantiels) ;
  • l'importance hiérarchique (statut et valeur).

Le modèle sémio-pragmatique[modifier | modifier le code]

Dans la lignée des travaux effectués par Umberto Eco dans Lector in fabula (1985), une approche sémio-pragmatique étudie le personnage comme « effet de lecture ». En d'autres termes, la narration (la manière dont le narrateur effectue sa présentation, sa mise en scène) influence l'image que retient le lecteur d'un personnage et les sentiments qu'il lui inspire.

Selon Vincent Jouve les personnages peuvent induire trois types différents de lecture [8]: "Un personnage peut se présenter comme un instrument textuel (au service du projet que s’est fixé l’auteur dans un roman particulier), une illusion de personne (suscitant, chez le lecteur, des réactions affectives), ou un prétexte à l’apparition de telle ou telle scène (qui, sollicitant l’inconscient, autorise un investissement fantasmatique). On nomme respectivement ces trois lectures : l’effet-personnel, l’effet-personne et l’effet-prétexte."

Les actions et l'intrigue[modifier | modifier le code]

Selon Paul Larivaille[9], l'intrigue (l'histoire) se résume dans toute œuvre selon un schéma quinaire :

  1. Avant - État initial - Équilibre
  2. Provocation - Détonateur - Déclencheur
  3. Action
  4. Sanction - Conséquence
  5. Après - État final - Équilibre

Bref, selon ce schéma, le récit se définit comme le passage d'un état à un autre par la transformation (étapes 2, 3 et 4):

"Un récit idéal commence par une situation stable qu'une force quelconque vient perturber. Il en résulte un état de déséquilibre ; par l'action d'une force dirigée en sens inverse, l'équilibre est rétabli ; le second équilibre est bien semblable au premier, mais les deux ne sont jamais identiques. Il y a par conséquent deux types d'épisode dans un récit ; ceux qui décrivent un état (d'équilibre ou de déséquilibre) et ceux qui décrivent le passage d'un état à l'autre."

(Tzvetan Todorov, Qu'est-ce que le structuralisme?, tome 2, "Poétique", Paris, Éd. du Seuil, 1968, p. 82)

La narratologie post-classique (Baroni 2007) est venue redéfinir les notions de schéma narratif et d'intrigue en insistant sur l'actualisation du récit par un interprète et sur les émotions (suspense, curiosité, surprise) générées par la "mise en intrigue" des événements. La séquence narrative repose dès lors sur l'alternance entre un nœud textuel qui agit comme un inducteur d'incertitude chez l'interprète, un retard qui entretient la tension narrative par une narration réticente, et enfin un dénouement textuel qui viendra éventuellement répondre aux questions engendrées par le nœud. Cette conception de la séquence narrative fait ressortir deux modalités alternatives de l'intrigue suivant le type de nœud textuel: l'interrogation peut porter soit sur le développement ultérieur d'un événement sous-déterminé (alors les pronostics de l'interprète accompagnent un sentiment de suspense), soit sur la nature d'un événement mystérieux actuel ou passé (alors les diagnostics de l'interprète accompagnent un sentiment de curiosité) (Baroni 2007: 110-152). Cette approche renouvelée permet de définir l'intrigue non seulement en tant que logique de l'action ou structure immanente de l'histoire, mais également en tant que dispositif textuel et fonctionnel dont dépend en partie l'intérêt anthropologique de la narrativité et ses effets passionnels ou "thymiques" sur un auditoire (cf. catharsis). Il devient en outre possible de tisser des liens entre narratologie thématique (Bremond, Larivaille, etc.) et narratologie modale (Genette) en insistant sur la nécessaire interdépendance entre histoire (fabula) et discours (sujet).

"les éléments textuels qui sont susceptibles de nouer une intrigue - c'est-à-dire les "complications" actionnelles ou les obscurités provisoires du texte - ne peuvent être ressentis et perçus comme des "événements" dans le procès narratif qu'en fonction de leur caractère "tensif", qui est plus ou moins marqué ou diffus. (...) Tension et intrigue se trouvent dès lors indissociablement liés, ce sont deux dimensions du récit qui se définissent réciproquement à partir d'un point de vue thymique et compositionnel."

(Raphaël Baroni, La Tension narrative, "Poétique", Paris, Éd. du Seuil, 2007, p. 54)

L'analyse de Genette[modifier | modifier le code]

Le temps narratif[modifier | modifier le code]

Il est important de toujours bien distinguer ce qui relève ou non de la narratologie, c'est-à-dire ici, le temps de l'univers représenté et les temps du discours.

La narratologie peut analyser le temps du récit. Il en existe plusieurs : l'ordre, la durée, la fréquence, etc. L'ordre du récit est l'ordre des faits. Il peut y avoir rétrospection ou anticipation, l'ordre peut aussi être linéaire mais aussi anachronique. La durée quant à elle est le temps que durent les faits, le rythme de la narration. Aussi, la fréquence est le nombre de fois qu'un événement s'est passé.

On peut distinguer :

  1. l'ellipse : Certains événements dans la narration sont passés sous silence et à ce moment on utilise une ellipse temporelle pour que le lecteur puisse se situer dans le texte. Exemple : « Le jour J (ellipse temporelle) arriva ». On peut supposer que les jours précédents n'ont pas été narrés.
  2. le sommaire : on résume en quelques lignes des événements de longue durée, le récit va plus vite que l'histoire.
  3. la scène : le temps de narration est égal au temps du récit. On raconte les événements tels qu'ils se sont passés. Exemple : dans un dialogue.
  4. la pause : le récit avance, mais l'histoire est suspendue, on omet une période de l'histoire. Exemple : lors d'une description.

Les moments de la narration[modifier | modifier le code]

On distingue au moins quatre moments différents dans la narration :

  1. ultérieur : on raconte après ce qui s'est passé avant (analepse) ;
  2. antérieur : on raconte avant ce qui va se passer (prolepse ou amorce) ;
  3. simultané : on raconte directement ce qui se passe;
  4. intercalé : on mélange présent et passé.

Les modes narratifs et les points de vue (cette conception est largement controversée)[10][modifier | modifier le code]

  • Focalisation externe

L’histoire est racontée à travers le regard d’un narrateur extérieur à l’histoire qui n’y participe pas.

  • Focalisation interne

L’histoire est racontée à travers le regard d’un personnage (ou de plusieurs[11]).

  • Focalisation zéro (point de vue omniscient)

Le narrateur sait tout et en sait même plus que les personnages (surtout dans le roman, permet de donner des informations en très peu de lignes)

Dans la majorité des romans, les 3 points de vue coexistent en alternance et s’inscrivent donc dans la focalisation variable (zéro) : la focalisation se déplace d’un personnage à un autre ou est indéterminable.

Lorsque le narrateur se confond avec l'un des personnages qui raconte l'histoire de son point de vue, il s'agit d'un récit à la première personne. Cette technique est différente de la focalisation interne. En effet, le narrateur peut prendre une distance avec le regard du personnage tout en utilisant la focalisation interne. Il peut pour cela utiliser l'ironie, à la manière de Flaubert.


Il existe plusieurs types de narrateurs (voir Figure III) :

  • le narrateur extradiégétique :

Le narrateur n'est pas un personnage de la diégèse (c'est-à-dire l'histoire racontée).

  • le narrateur intradiégétique :

Le narrateur est un des personnages de la diégèse (cas notamment des récits enchâssés : un personnage raconte une histoire et se fait narrateur)

  • le narrateur autodiégétique :

Cas particulier de narrateur intradiégétique, le narrateur se confond avec le protagoniste principal, il est le héros de l'histoire qu'il raconte (non un simple observateur ou personnage secondaire)

  • le narrateur hétérodiégétique :

Le narrateur n'intervient pas directement dans son récit (pas de prise de parole du narrateur)

  • le narrateur homodiégétique :

Le narrateur intervient directement dans son récit, à la première personne (sans pour autant être nécessairement un personnage de la diégèse)

Ces modes de narration ne sont pas exclusifs : outre qu'il est évidemment possible de trouver successivement plusieurs types de narrateur dans un même récit, un narrateur peut être à la fois extradiégétique et homodiégétique (sans être un personnage de la diégèse, le narrateur peut apostropher le lecteur ou livrer un jugement sur ses personnages, par exemple).

Inversement, un narrateur peut être intradiégétique et hétérodiégétique (tout en étant un personnage, il peut ne pas intervenir en tant que narrateur dans l'histoire qu'il raconte).

On peut enfin penser au cas particulier de l'autobiographie, où le narrateur est autodiégétique et homodiégétique (il y a alors équivalence de trois niveaux différents : personnage principal = narrateur = auteur)

Références[modifier | modifier le code]

  1. Michel Mathieu-Colas, « Frontières de la narratologie », Poétique 65, Paris, Le Seuil, 1986, pp. 91-110 [lire en ligne].
  2. Vincent Jouve, L’Effet-personnage dans le roman, coll. « Écriture », Paris, PUF, 1992, p. 18.
  3. Vincent Jouve, L’Effet-personnage dans le roman, coll. « Écriture », Paris, PUF, 1992, p. 21.
  4. Frank Wagner, « Analogons (de quelques figures de lecteurs/lectrices dans le texte et de leurs implications pragmatiques) », in Revue d'études culturelles (Lecteurs et lectrices, théories et fictions), Dijon, Association bourguignonne d'Etudes Linguistiques et Littéraires, no 3, automne 2007, p. 11 à 33.
  5. Vincent Jouve, La Lecture, Hachette, coll. "Contours littéraires", 1993.
  6. La poétique du roman, Éd. Armand Colin, 1997, p. 53.
  7. Pour un statut sémiologique du personnage, Paris, Seuil, coll. Point, 1977
  8. L'effet-personnage dans le roman PUF, coll. Écriture, 1992
  9. L'analyse morpho-logique du récit, in Poétique n°19, 1974
  10. Sylvie Patron, Le Narrateur. Introduction à la théorie narrative, Paris, Armand Colin, 2009.
  11. Dans Hypnose de Joe Haldeman, à chaque chapitre le narrateur change. Son nom est en titre de chapitre.


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Raphaël Baroni, La Tension narrative, Paris, Seuil Poétique, 2007
  • Umberto Eco, Lector in fabula : Le rôle du lecteur ou la Coopération interprétative dans les textes narratifs, Paris, Grasset biblio essais, 1985
  • Gérard Genette, Figures III, Paris, Seuil Poétique, 1972
  • Michael Metzeltin, Theoretische und angewandte Semantik: Vom Begriff zum Text. Wien, Praesens Verlag, 2007


Articles connexes[modifier | modifier le code]

Auteurs

Liens externes[modifier | modifier le code]

Résumé de la narratologie de Genette sur Signo