Terminator

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Terminator (homonymie).

Terminator

Description de cette image, également commentée ci-après

Statue du Terminator à la Comic-Con de 2004.

Titre québécois Terminateur
Titre original The Terminator
Réalisation James Cameron
Scénario James Cameron
Gale Anne Hurd
Acteurs principaux
Sociétés de production Hemdale Film Corporation
Pacific Western Productions
Euro Film Funding
Cinema 84
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Genre Science-fiction, thriller, action
Sortie 1984
Durée 107 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Terminator (The Terminator) est un film de science-fiction américano-britannique réalisé par James Cameron et sorti en 1984.

Ce film est un des classiques du cinéma d’action et d’anticipation des années 1980, et traite du voyage dans le temps et de la menace que pourraient faire naître les robots intelligents. Il a conforté Arnold Schwarzenegger dans son statut de star du cinéma d’action, acquis en 1982 avec Conan le Barbare.

Terminator a donné lieu à trois suites : Terminator 2 : Le Jugement dernier en 1991, Terminator 3 : Le Soulèvement des machines en 2003 et Terminator Renaissance en 2009 et une série télévisée, Terminator : Les Chroniques de Sarah Connor de 2008 à 2009.

En 2008, le film a été sélectionné par la National Film Registry de la Bibliothèque du Congrès américain pour y être conservé, comme étant « culturellement, historiquement ou esthétiquement important »[1],[2].

Synopsis[modifier | modifier le code]

En 2029, une guerre apocalyptique oppose ce qui reste de l'humanité, décimé par un holocauste nucléaire, aux machines douées d'intelligence artificielle. Deux êtres de cette époque sont envoyés dans le passé, en 1984, à Los Angeles. L'un est un robot Terminator, un assassin cybernétique programmé pour tuer une certaine Sarah Connor : l'autre est Kyle Reese, un résistant humain envoyé par John Connor (le fils que Sarah doit mettre au monde dans un futur proche) afin de protéger sa mère. Les troupes de Connor étant sur le point de triompher en 2029, les machines envoient dans le passé (1984) un Terminator afin de tuer sa mère, et ainsi empêcher la naissance de John Connor, « effaçant » de manière rétroactive son existence.

Les deux antagonistes parviennent à retrouver Sarah dans une boite de nuit où elle s'était réfugiée en attendant la police, se sentant suivie. Reese parvient à blesser le Terminator, l'immobilisant pour quelques instants et en profite pour s'enfuir avec Sarah.

Visage en cire d'Arnold Schwarzenegger mettant en scène le Terminator T-800 au musée de Madame Tussauds à Londres.

Après une course-poursuite haletante avec le Terminator, Kyle et Sarah s'enfuient en voiture et se mettent à l'abri dans un parking souterrain. C'est alors que Reese lui explique que, dans le futur d’où il vient, un système informatique doté d'une d'intelligence artificielle (« le réseau des ordinateurs de défense ») fait la guerre à l'humanité, visant à éradiquer la race humaine, afin d'assurer la suprématie des machines (« ...pour montrer leur science, une nouvelle forme d'Intelligence, qui ne pouvait tolérer l'existence d'une décision humaine. Et notre sort a été scellé en une micro-seconde : extermination ! »). Il lui explique que le Terminator est une créature robotisée, un cyborg doté d'un « endosquelette de métal mu par des microprocesseurs », recouvert d'une couche de tissu charnel humain, et que son but est de la tuer. Reese lui apprend que John Connor, le fils que Sarah doit mettre bientôt au monde, ralliera dans le futur les survivants de la guerre nucléaire et dirigera la résistance contre les machines. Après quelques instants d'incertitude, où Sarah doute de la véracité des propos de Kyle, celle-ci accepte de le suivre.

Peu après, Kyle et Sarah sont à nouveau pris en chasse par le Terminator, qui est maintenant au volant d'une voiture de police volée. Nouvelle course-poursuite avec échanges de coups-de feu, qui se termine avec les deux voitures accidentées sur une portion d'autoroute. La police, arrivée sur les lieux, arrête Connor et Reese ; le Terminator, dont la voiture avait heurté un mur, réussit à s'enfuir sans laisser de traces. Au commissariat, le lieutenant Traxler et le détective Vukovich prennent en charge Sarah et l'informent du meurtre de son amie Ginger et de son petit-ami Matt, tués par le Terminator chez elle pendant qu'elle était sortie en ville. Kyle est interrogé ; un psychologue, le docteur Silberman, écoute son histoire futuriste avec intérêt, mais conclut qu'il est fou. Restant dormir au commissariat pour la nuit, Sarah est brutalement réveillée : le Terminator, ayant retrouvé sa trace, attaque le commissariat et massacre la trentaine de policiers qui s'y trouve.

Endosquelette du Terminator T-800 muni d'une arme.

Sarah et Reese s'échappent à nouveau de justesse et, après avoir abandonné leur voiture, se réfugient sous un pont proche de la route pendant la nuit, et le lendemain partent se cacher dans un motel. Là, Reese avoue à Sarah ses sentiments qui lui ont fait se porter volontaire pour cette mission de protection à travers le temps, et les deux fugitifs font l'amour. On suppose donc que Kyle Reese est le père de John Connor.

Cependant, le Terminator parvient à retrouver leurs traces en se faisant passer au téléphone pour la mère de Sarah (qu'il vient de tuer chez elle peu avant) et arrive rapidement sur les lieux. Prévenu in extremis de son arrivée par l'aboiement du chien de l’hôtel, Kyle et Sarah s'enfuient dans un pick-up volé, immédiatement poursuivis par le Terminator à moto. Reese tente alors de le semer en lui lançant des bâtons de dynamite qu'il a confectionné à l’hôtel (des bombes tuyaux ou pipes bombs). Malheureusement, l'un des explosifs éclate non loin de Kyle, le blessant sérieusement. Sarah, qui a pris les commandes du pick-up, réussi à heurter le Terminator avec la voiture, mais ce-faisant elle perd le contrôle du véhicule et fait une embardée, retournant la voiture.

Touché à la jambe, le Terminator prend alors le contrôle d'un camion-citerne et fonce sur la voiture des deux fuyards. Kyle s'extrait du véhicule, aidé par Sarah, et parvient à faire exploser un peu plus loin le camion-citerne avec un bâton de dynamite. Alors que Kyle et Sarah croient avoir enfin vaincu la machine, le Terminator surgit des flammes du camion détruit, son corps carbonisé laissant place à son endosquelette mécanique, maintenant parfaitement visible.

Les fugitifs s'enfuient de nouveau et prennent refuge dans une usine[3] qui se trouve non loin de là, poursuivis par le Terminator endommagé à la jambe (il claudique), mais toujours fonctionnel. Acculés, Reese affronte alors la machine, mais celle-ci le frappe mortellement. Dans un ultime acte de bravoure, Reese fait exploser un bâton de dynamite en le glissant dans la cage thoracique de métal du Terminator, qui explose en mille morceaux, tuant Kyle sur le coup et blessant Sarah à la cuisse. L'explosion emporte les jambes du Terminator, ainsi qu’une partie de son abdomen et un bras. Alors que Sarah est penchée, en pleurs, sur le cadavre de Kyle, le Terminator, toujours fonctionnel bien que fort endommagé, tente de l'agripper. Sarah s'enfuit en rampant, poursuivie par la machine. Affaiblie par sa blessure, Sarah parvient à ramper à l'extrémité d'un tunnel formé par une presse hydraulique, et, refermant la grille de sécurité, elle réussit finalement a broyer ce qu'il reste du Terminator alors que celui-ci tente de l'attraper à travers la grille.

Le film se termine sur la scène où Sarah, maintenant enceinte de plusieurs mois, roule au volant d'une jeep sur les routes du Mexique. Elle enregistre une cassette audio et s'adresse à son fils, John, lui racontant tout ce qui s'est passé, tout en se demandant si elle doit lui révéler l'identité de son père, Kyle. Arrivée à une station-service pour faire le plein d'essence, un jeune garçon mexicain la prend en photo et lui vend le cliché : il s'agit de la photo que John Connor donnera à Reese dans le futur pour reconnaitre Sarah. Le garçonnet la prévient alors qu'une « tempête arrive » (« Viene una tormenta ! »), ce à quoi elle répond, l'air triste, « Je sais... », avant de se diriger vers celle-ci au volant de sa voiture.

Introduction[modifier | modifier le code]

La version originale de 1984 débute par le texte introductif suivant, avant le générique proprement dit[4] :

« Los Angeles 2029 A.D.

The machines rose from the
ashes of the nuclear fire.
Their war to exterminate
mankind has raged for
decades, but the final
battle would not be fought
in the future.
It would be fought here,
in our present.

Tonight… »

Dans la version française du film, le texte apparaît en anglais, mais une voix-off en donne la traduction : « Los Angeles, An 2029. Les machines s'élancèrent des cendres du feu nucléaire. La guerre totale pour exterminer l'humanité a fait rage pendant des décennies. Mais l'ultime combat n'aura pas lieu dans le futur. Il sera livré dans le présent. Ce soir. »

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Sauf mention contraire, cette fiche technique est établie à partir d'IMDb[5].

Distribution[modifier | modifier le code]

L'acteur Arnold Schwarzenegger en 1984, aux côtés du président Ronald Reagan.

Bande originale du film[modifier | modifier le code]

The Terminator

Bande originale par Brad Fiedel
Sortie Drapeau des États-Unis L’Original : 1984
Drapeau des États-Unis The Definitive Edition : 1994
Durée L’Original : 36:16
The Definitive Edition : 72:13
Genre Rock
Producteur Brad Fiedel
Label Edel

Albums par Brad Fiedel

  • L’Original
  1. The Terminator Theme
  2. Terminator Arrival
  3. Tunnel Chase
  4. Love Scene
  5. Future Remembered
  6. Factory Chase
  7. You Can’t Do That (Interprété par Tahnee Cain & Tryanglz)
  8. Burnin’ In The Third Degree (Interprété par Tahnee Cain & Tryanglz)
  9. Pictures Of You (Interprété par Jay Ferguson & 16 mm)
  10. Photoplay (Interprété par Tahnee Cain & Tryanglz)
  11. Intimacy (Interprété par Linn Van Hek)
  • The Definitive Edition
  1. Theme from The Terminator
  2. The Terminator Main Title
  3. The Terminator’s Arrival
  4. Reese Chased/Listen Listen
  5. Sarah on Her Motorbike
  6. Gun Shop/Reese In Alley
  7. Sarah in the Bar
  8. Tech Noir/Alley Chase
  9. Garage Chase
  10. Arm and Eye Surgery
  11. Police Station/Escape from Police Station
  12. Future Flashback/Terminator Infiltration
  13. Conversation by the Window/Love Scene
  14. Tunnel Chase
  15. Death by Fire/Terminator Gets Up
  16. Factory Chase
  17. Reese’s Death/Terminator Sits Up/You’re Terminated!
  18. Sarah’s Destiny/The Coming Storm
  19. Theme from the Terminator (August 29th, 1997: Judgment Day Remix)

Production[modifier | modifier le code]

Développement[modifier | modifier le code]

À Rome, au moment la sortie du film Piranha 2 : Les Tueurs volants, le réalisateur James Cameron tomba malade et rêva d'un « torse métallique se traînant hors d'une explosion, tenant des couteaux de cuisine »[6]. Quand Cameron retourna à Pomona, en Californie, il séjourna chez Randall Frakes où il écrivit un brouillon de Terminator[7]. Cameron précisa par la suite que ses inspirations pendant la rédaction du scénario étaient des films de science fiction des années 1950, des épisodes de la série Au-delà du réel ainsi que des films contemporains tels que Driver et Mad Max 2[8],[9].

Afin de traduire le script en un scénario, Cameron engagea son ami Bill Wisher, qui avait une approche similaire concernant la manière de raconter une histoire. Cameron donna à Wisher les premières scènes impliquant Sarah Connor, ainsi que les scènes à écrire pour le commissariat. Comme Wisher vivait assez loin de chez Cameron, les deux se communiquaient des idées de script en enregistrant des cassettes audio de ce qu'ils avaient écrit pendant leurs conversations téléphoniques. L'agent artistique de Cameron détestait l'idée de Terminator et lui conseilla de travailler sur autre chose. Après ceci, Cameron le renvoya[10].

La première esquisse du script impliquait deux Terminators envoyés dans le passé. Le premier était similaire au Terminator du film, tandis que le second était un cyborg composé de métal liquide, qui ne pouvait pas être détruit avec un armement conventionnel. Cameron n'arrivait pas à trouver une bonne manière de représenter ce robot, déclarant qu'il « visualisait des choses dans sa tête qui ne pouvaient pas être faites avec la technologie existante »[Note 1],[11],[12]. Finalement, l'histoire des cyborgs dans le film fut réduite à l'idée d'un seul robot[12]. L'idée du Terminator en métal liquide sera reprise avec le personnage du T-1000 dans la suite de 1991 ; Terminator 2 : Le Jugement dernier.

Gale Anne Hurd et James Cameron en 1986 lors de la promotion d'Aliens, le retour.

Gale Anne Hurd, qui avait travaillé chez New World Pictures en tant qu'assistante de Roger Corman, montra un intérêt pour le projet du film[10]. Cameron vendit à Hurd les droits de Terminator pour un dollar symbolique, avec la promesse qu'elle pourrait le produire uniquement si Cameron le réalisait. En tant que productrice, Hurd avait suggéré des changements dans le script et obtint une ligne dans les credits du générique du film, en tant que scénariste. Cameron a déclaré par la suite que Hurd « n'avait fait aucune écriture réelle »[13].

Cameron et Hurd avaient des amis communs ayant travaillé précédemment avec Roger Corman et qui travaillaient maintenant chez Orion Pictures. Orion accepta de distribuer le film si Cameron arrivait à trouver un financement autre-part. Le script fut repris par John Daly de chez Hemdale Pictures. Cameron, voulant une présentation pour Daly afin de finaliser l'accord, fit apparaitre son ami Lance Henriksen au début de la réunion, habillé et jouant comme le Terminator. Henriksen déboula dans le bureau en enfonçant la porte, vêtu d'une veste de cuir, les dents recouvertes de feuilles d'or et le visage parsemés de coupures factices, avant de s'asseoir sur une chaise. Cameron arriva peu après, rassurant toute l'équipe sur la performance de Henriksen. Daly a été impressionné par le scénario, les croquis de Cameron et sa passion pour le film[14]. Fin 1982, Daly accepta de financer le film avec l'aide de HBO et d'Orion[15]. Le budget initial de Terminator était fixé à 4 millions de dollars et fut augmenté plus tard à 6,5 millions de dollars[16].

Pre-production[modifier | modifier le code]

Une des premières tâches pour Cameron était de trouver un acteur pour interpréter le rôle de Kyle Reese. Orion souhaitait une star américaine montante qui plairait également à l'étranger. Le cofondateur d'Orion, Mike Medavoy, avait rencontré Arnold Schwarzenegger et envoyé le scénario de Terminator à son agent[15]. Cameron n'était pas convaincu par ce choix de Schwarzenegger en Reese parce qu'il estimait qu'il devra trouver quelqu'un d'encore plus impressionnant physiquement pour le Terminator. Le studio a alors proposé O. J. Simpson dans le rôle du Terminator, mais Cameron ne trouvait pas qu'il était crédible dans le rôle d'un tueur[17]. Cameron accepta tout de même de rencontrer Schwarzenegger pour le film, mais avait préparé une parade pour s'embrouiller avec lui et dire à Hemdale qu'il n'était pas fait pour le rôle. Lorsqu'il l'a rencontré, Cameron était très impressionné par Schwarzenegger qui lui expliquait comment l'antagoniste devrait être joué. Cameron a commencé à dessiner son visage sur une bloc note, et lui a demandé de ne pas bouger[18]. Après l'entretien, Cameron a annoncé à Daly que Schwarzenegger ne jouerait pas le rôle de Reese, mais celui du Terminator[19]. De son côté, Schwarzenegger n'était pas très enthousiaste pour le film. Lors d'un interview pendant le tournage de Conan le Barbare, il était questionné sur ses chaussures (qui étaient pour Terminator), et Schwarzenegger a répondu « juste un film de merde que je fais, ça prendra quelques semaines »[Note 2],[20]. Pour préparer le rôle, Schwarzenegger s'est entraîné pendant trois mois avec des armes afin les maîtriser correctement et de se sentir à l'aise avec elles[19].

Dans le rôle de Reese, plusieurs suggestions ont été faites, dont le musicien Sting. Finalement, Cameron a choisi Michael Biehn. Biehn était initialement sceptique, estimant que le film était stupide, mais il changea d'avis après une rencontre avec Cameron[21]. Hurd expliqua la difficulté de trouver l'actrice pour interpréter Sarah Connor, les prétendantes étaient trop dures, ce qui rendrait peu crédible l'histoire d'amour entre l'héroïne et Kyle Reese[22]. Dans les premières pages du scénario, Sarah Connor est décrite ; « 19 ans, petite aux traits délicats. Jolie bien qu'accessible. Elle n'interrompt pas la fête quand elle arrive, mais on aimerait tout de même la connaître. Son aspect vulnérable cache une force dont elle n'est elle-même pas consciente »[Note 3]. Pour ce rôle Cameron a choisi Linda Hamilton qui venait de terminer le tournage du film Les Démons du maïs. Cameron a donné le rôle du détective Hal Vukovich à Lance Henriksen puisqu'il était essentiel pour trouver les financements pour le film[23]. Pour les effets spéciaux, Cameron souhaitait Dick Smith qui avait déjà travaillé pour Le Parrain et Taxi Driver. Smith a refusé l'offre et a conseillé son ami Stan Winston à la place[24].

Tournage[modifier | modifier le code]

Le tournage de Terminator devait débuter en 1983 à Toronto, mais le producteur Dino De Laurentiis a appliqué une option dans le contrat d'Arnold Schwarzenegger qui le rendrait inaccessible pendant neuf mois alors qu'il tournait Conan le Destructeur[25]. Durant cette période d'attente, James Cameron fut engagé pour écrire le scénario de Rambo 2 : La Mission. Il a également utilisé ce temps pour améliorer certaines scènes de Terminator et pour rencontrer les producteurs David Giler et Walter Hill afin de discuter d'une suite d'Alien, le huitième passager[23],[26].

Il y avait peu d'ingérence de la part d'Orion Pictures. Orion a tout de même suggéré de rajouter un cyborg canin pour Reese, ce que Cameron a refusé, et de renforcer la romance entre Sarah et Reese, ce que Cameron a accepté[27]. Pour l'aspect physique du Terminator, Winston et Cameron s'échangeaient leurs dessins. Ils ont finalement choisi un design presque identique à l'original que Cameron avait dessiné à Rome[24],[28]. Winston avait une équipe de sept artistes travaillant pendant six mois pour créer la marionnette du Terminator. Elle était d'abord moulée en argile, puis renforcée de plâtre avec des nervures d'acier. Ces pièces étaient ensuite poncées, peintes et couvertes de plaques chromées. Winston a sculpté plusieurs reproductions du visage de Schwarzenegger avec du silicone, de l'argile et du plâtre[28]. Les scènes en 2029 et celles en animation en volume ont été créées par Fantasy II, une agence d'effets spéciaux dirigée par Gene Warren Junior[29]. Une sculpture du Terminator squeletique était utilisée pour plusieurs scènes d'animation en volume. Cameron souhaitait convaincre le spectateur que la sculpture était capable de faire tout ce qu'ils ont vu Schwarzenegger faire. Ainsi une scène était filmée où Schwarzenegger est blessé et il boite. Ceci rendait plus facile d'imiter Schwarzenegger avec la sculpture, que les marionnettistes ont fait boiter également[30].

Un des pistolets qui apparaît dans le film et sur son affiche est un AMT Hardballer Longslide modifié par Ed Reynolds de SureFire pour inclure une visée laser. Deux modèles ont été créés, l'un fonctionnel et l'autre non. À cause du budget limité, les visées laser utilisaient une alimentation externe que Schwarzenegger devait activer manuellement. Reynolds a précisé que son unique compensation pour le projet était du matériel de promotion pour le film[31].

Le tournage commence en mars 1984 à Los Angeles[28],[32]. Cameron a estimé que la présence de Schwarzenegger a contribué au changement de style du film sur le plateau[33]. La plupart des scènes d'action étaient tournées de nuit, ce qui a conduit à un contrôle serré des horaires de tournage avant le lever du soleil. Une semaine avant le début du tournage, Linda Hamilton se foule la cheville, ce qui obligea à un changement dans la production de sorte que les scènes où Hamilton est censée courir soient filmées le plus tard possible dans le calendrier du tournage. La cheville de Hamilton était bandée chaque jour et elle a tourné la majorité des scènes dans la douleur[34].

Post-production[modifier | modifier le code]

Après la fin du tournage de Terminator, quelques plans de postproduction étaient nécessaires[35], dont les scènes avec le Terminator à l'extérieur de l’appartement de Sarah Connor, le cadavre de Reese enfermé dans un sac et la tête du Terminator se faisant écraser par une presse hydraulique[17],[32],[35].

La bande originale du film, sortie en 1984[36], a été composée par Brad Fiedel sur un synthétiseur[36]. Fiedel a expliqué que la musique parlait d'un homme mécanique et son battement de cœur[37]. Presque toute la musique était jouée en live[10],[37]. Le thème musical principal du Terminator est joué pendant les crédits du début du film, et à divers moments du film en version plus rapide. Une version plus lente est jouée lorsque Reese meurt, ainsi qu'une version au piano pendant la scène d'amour[38]. Fiedel a également composé une musique « héroïque » pour lorsque Reese et Connor s'échappent du commissariat, mais Cameron l'a refusée, estimant qu'elle perdrait l'excitation des spectateurs[37].

Réception[modifier | modifier le code]

Le scénariste Harlan Ellison a encensé le film mais estimait que le scénario plagiait certains de ses épisodes d'Au-delà du réel ; Soldier ou Demon with a Glass Hand selon les rapporteurs. Finalement, Orion lui a donné de l'argent et Ellison était rajouté dans les crédits du film[39],[40],[41],[42].

Cameron était contre cette décision d'Orion mais ils lui ont dit que s'il n'acceptait pas l'accord, Cameron paierait tous les dommages et intérêts si Orion perdait le procès contre Ellison. Cameron a répondu « Je n'avais pas le choix que de consentir avec l'accord. Bien sûr on m'a dit de la fermer aussi, alors je ne pouvais pas raconter l'histoire, mais maintenant je m'en fiche. C'est la vérité. Harlan Ellison est un parasite qui peut me lécher le cul »[Note 4],[40],[43].

Box-office[modifier | modifier le code]

Orion Pictures ne pensait pas que Terminator aurait du succès au box office et craignait un accueil critique négatif[44]. Lors d'une avant-première pour le film, les agents des acteurs ont insisté auprès des producteurs pour qu'une séance soit prévue pour les critiques[17]. Orion n'a organisé qu'une seule séance pour la presse[44].

Le film est sorti aux États-Unis le . Durant la première semaine d'exploitation, Terminator a été diffusé dans 1005 salles. Il a terminé la semaine à la première place du box-office, engrangeant un total de 4 020 663 de dollars. Il est resté numéro un à sa seconde semaine, mais a perdu cette place à sa troisième semaine en faveur du film Oh, God! You Devil[45],[46].

James Cameron a noté que Terminator était un succès « par rapport à son marché, qui se situe entre les blockbusters de l'été et ceux de Noël. Mais c'est plus facile d'être un gros poisson dans un petit étang que l'inverse »[Note 5],[47].

Terminator a rapporté 78 371 200 de dollars au box-office international, dont 49 % aux États-Unis (38 371 200 de dollars) et 51 % à l'étranger (40 000 000 de dollars) pour un budget de 6 400 000 de dollars[48]. En France, Terminator est sorti en salles le 24 avril 1985[49].

Pays Box-office Nbre de sem. Classement TLT[Note 6]
Box-office Paris 654 452 entrées 37 sem. -
Box-office Drapeau de la France France 3 055 355 entrées 37 sem. -
Box-office Drapeau des États-Unis États-Unis 38 371 200 de dollars ? sem. 1.238e
Box-office mondial 78 371 200 de dollars ? sem. 841e

Accueil critique[modifier | modifier le code]

Terminator a été très bien reçu par les critiques du monde entier. Sur le site internet Rotten Tomatoes, le film obtient le score de 100 % de critiques positives, avec une moyenne de 8,6/10 (basée sur quarante-quatre critiques différentes)[50]. Sur Metacritic, le film a reçu la mention « acclamation générale » (universal acclaim) avec un score de 86/100 basé sur onze critiques[51]. En général, les critiques ont célébré les scènes d'action retentissantes, ainsi que le rythme rapide et stressant du film.

Récompenses[modifier | modifier le code]

En 1985, Terminator a remporté trois prix sur sept nominations aux Saturn Awards, qui récompensent les films et programmes télévisés de science-fiction, de fantasy et d'horreur. Il a remporté les prix du meilleur maquillage (Stan Winston), du meilleur film de science-fiction et du meilleur scénario (James Cameron et Gale Anne Hurd). Ses autres nominations étaient meilleur acteur (Arnold Schwarzenegger), meilleure actrice (Linda Hamilton), meilleure réalisation (James Cameron) et meilleure musique (Brad Fiedel)[52].

Terminator a également remporté le Grand prix au Festival international du film fantastique d'Avoriaz 1985[52].

Héritage[modifier | modifier le code]

Postérité[modifier | modifier le code]

En 2003, l'American Film Institute a classé le Terminator comme le 22e plus grand méchant de tous les temps. Parallèlement, le Terminator de Terminator 2 : Le Jugement dernier a été classé 48e plus grand héros[53].

En 2008, le film a été sélectionné par la National Film Registry de la Bibliothèque du Congrès américain pour y être conservé, comme étant « culturellement, historiquement ou esthétiquement important »[1],[2].

Terminator fait également partie du Top 250 du site Internet Movie Database, classant les 250 meilleurs films de tous les temps, se positionnant à la 171e place[54].

La saga Terminator[modifier | modifier le code]

Le succès critique et commercial de Terminator a donné lieu à une suite également réalisée par James Cameron, Terminator 2 : Le Jugement dernier (1991), qui a reçu un accueil positif similaire. Deux autres suites sont sorties avec un accueil critique plus mitigé, Terminator 3 : Le Soulèvement des machines (2003) et Terminator Renaissance (2009). Un cinquième opus est prévu, le tournage ayant commencé le 9 juillet 2013 au USA, le film est prévu de sortir en 2015.

Une série télévisée Terminator : Les Chroniques de Sarah Connor (2008-2009), diffusée sur le réseau américain FOX, est censée se situer chronologiquement après Terminator 2 mais faisant l’impasse sur Terminator 3, les producteurs expliquant que c’est leur propre vision de la franchise. La série a été officiellement annulée par la chaîne américaine FOX en mettant en cause une chute des audiences tout au long de la diffusion de la seconde saison[55],[56].

Jeux[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « He was seeing things in his head that couldn't be done with existing technology ».
  2. « Oh, some shit movie I'm doing, take a couple weeks ».
  3. Citation« 19, small and delicate features. Pretty in a flawed, accessible way. She doesn't stop the party when she walks in, but you'd like to get to know her. Her vulnerable quality masks a strength even she doesn't know exists ».
  4. « I had no choice but to agree with the settlement. Of course there was a gag order as well, so I couldn't tell this story, but now I frankly don't care. It's the truth. Harlan Ellison is a parasite who can kiss my ass ».
  5. « relative to its market, which is between the summer and the Christmas blockbusters. But it's better to be a big fish in a small pond than the other way around ».
  6. Tous les temps - All Time.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) « 2008 Entries to National Film Registry Announced », Bibliothèque du Congrès, consulté le 31 juillet 2011.
  2. a et b (en) « Terminator Joins Movie Archive », BBC, consulté le 31 juillet 2011.
  3. Dans une scène du film coupée au montage final, on voit à cette occasion le nom de l'usine distinctement, il s'agit de l'entreprise Cyberdyne, qui jouera un rôle majeur dans le film suivant, Terminator 2 : Le Jugement dernier.
  4. [1]
  5. Équipe complète du film sur IMDb, consultée le 27 juillet 2011.
  6. Keegan 2009, p. 34.
  7. Keegan 2009, p. 35.
  8. French 1996, p. 15.
  9. French 1996, p. 20.
  10. a, b et c Keegan 2009, p. 36.
  11. Keegan 2009, p. 110.
  12. a et b Keegan 2009, p. 111.
  13. Keegan 2009, p. 37.
  14. Keegan 2009, p. 38.
  15. a et b Keegan 2009, p. 39.
  16. French 1996, p. 6.
  17. a, b et c Gale Anne Hurd. Other Voices Documentary [The Terminator Special Edition DVD]. MGM.
  18. Keegan 2009, p. 40.
  19. a et b Keegan 2009, p. 41.
  20. Andrews 2003, p. 120-121.
  21. Keegan 2009, p. 42.
  22. Keegan 2009, p. 43.
  23. a et b Keegan 2009, p. 46.
  24. a et b Keegan 2009, p. 50.
  25. (fr) « Secrets de tournage », sur Allociné,‎ 5 mai 2011.
  26. Keegan 2009, p. 47-49.
  27. French 1996, p. 23.
  28. a, b et c Keegan 2009, p. 51.
  29. French 1996, p. 24.
  30. French 1996, p. 25-26.
  31. (en) « True Story: The Making of the Terminator's Laser-sighted .45 pistol », Ars Technica, 30 juillet 2011.
  32. a et b William Wisher. Other Voices Documentary [The Terminator Special Edition DVD]. MGM.
  33. French 1996, p. 30-31.
  34. Keegan 2009, p. 52.
  35. a et b Mark Goldblatt. Other Voices Documentary [The Terminator Special Edition DVD]. MGM.
  36. a et b (en) Adams, Bret, « The Terminator Review », Allmusic, 30 juillet 2011.
  37. a, b et c Brad Fiedel. Other Voices Documentary [The Terminator Special Edition DVD]. MGM.
  38. Hayward 2004, p. 168.
  39. Heard 1997, p. 41.
  40. a et b Keegan 2009, p. 54.
  41. French 1996, p. 16.
  42. (en) The Terminator, Turner Classic Movies, 30 juillet 2011.
  43. Keegan 2009, p. 55.
  44. a et b Keegan 2009, p. 53.
  45. (en) « The Terminator - Box office Data », The Numbers, 30 juillet 2011.
  46. (en) « The Top Movies, Weekend of November 9, 1984 », The Numbers, 30 juillet 2011.
  47. (en) « « The Terminator Surprises the Critics; Is a Top Grosser » » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2013-03-23, Tri City Herald, 30 novembre 1984, 30 juillet 2011.
  48. (en) « Box-Office », sur boxofficemojo.com (consulté le 31 juillet 2011)
  49. « Terminator (1984) », sur AlloCiné (consulté le 31 juillet 2011)
  50. (en) The Terminator (1984) sur Rotten Tomatoes, consulté le 29 juillet 2011.
  51. (en) « The Terminator Reviews » sur Metacritic, consulté le 29 juillet 2011.
  52. a et b (en) « Awards for The Terminator », IMDb, consulté le 31 juillet 2011.
  53. (en) AFI's 100 years...100 heroes and villains, American Film Institute, consulté le 25 août 2011.
  54. http://www.imdb.com/chart/top?tt0088247
  55. « Audiences saison 1 » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2013-03-23, Serieslive.com (2008)
  56. « Audiences saison 2 » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2013-03-23, Serieslive.com (2008/2009).

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Sean French, The Terminator, British Film Institute,‎ 1996 (ISBN 0851705537)
  • (en) Rebecca Winters Keegan, The Futurist : The Life and Films of James Cameron, New York, Crown Publishers,‎ 2009 (ISBN 978-0-307-46031-8)
  • (en) Nigel Andrews, True Myths: The Life and Times of Arnold Schwarzenegger, Carol Publishers,‎ 2003 (ISBN 1-55972-364-5, lire en ligne)
  • (en) Philip Hayward, Off the planet: music, sound and science fiction cinema, Indiana University Press,‎ 2004 (ISBN 0-86196-644-9)
  • (en) Christopher Heard, Dreaming Aloud: The Life and Films of James Cameron, Toronto, Canada, Doubleday Canada,‎ 1997 (ISBN 0-385-25680-9)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]