Total Recall

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Total Recall : Mémoires programmées, le remake de 2012

Total Recall

Titre québécois Voyage au centre de la mémoire
Réalisation Paul Verhoeven
Scénario Ronald Shusett
Dan O'Bannon
Gary Goldman
Acteurs principaux
Sociétés de production Carolco Pictures
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre science-fiction
Sortie 1990
Durée 113 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Total Recall ou Voyage au centre de la mémoire au Québec est un film de science-fiction américain réalisé par Paul Verhoeven, sorti en 1990. C'est l'adaptation de la nouvelle Souvenirs à vendre (We Can Remember it for You Wholesale) de Philip K. Dick.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Dans le futur, Mars est colonisée et exploitée pour le turbinium enfoui dans son sous-sol. La planète est tyranniquement administrée par Vilos Cohaagen, qui contrôle les mines et l'approvisionnement en oxygène.

Sur Terre, Douglas Quaid mène une vie tranquille : il a un travail, des amis et une femme, Lori. Cependant, il ne se sent pas à sa place et rêve très fréquemment de Mars, se voyant explorer la colonie en scaphandre, en compagnie d'une femme brune, alors qu'il avoue lui-même ne jamais être allé sur cette planète.

Obsédé par ce rêve récurrent, il semble intéressé par les offres de la société Rekall qui propose à ses clients l'implant de souvenirs factices, mais qui paraissent aussi réels que de vrais souvenirs. Contre l'avis de sa femme et les avertissements de son meilleur ami Harry, qui a entendu parler d'un client lobotomisé accidentellement, il décide de se faire implanter un souvenir chez Rekall.

Alors que Quaid discute du souvenir à implanter avec l'employé de Rekall, il choisit sans hésitation la planète Mars comme destination de son souvenir. Bien qu'au début réticent à payer des options supplémentaires, il accepte l'idée concernant des souvenirs sortant de l'ordinaire, dans lesquels il pourrait être autre chose que lui-même : sportif célèbre, milliardaire, playboy, agent secret. Tenté par l'idée, Quaid répond alors à un questionnaire qui aidera Rekall à programmer le meilleur souvenir possible pour Quaid : il sera un agent secret, poursuivi par des tueurs, découvrira un secret concernant des artefacts extraterrestres, etc. Et surtout, il luttera auprès d'une belle femme brune, femme qui ressemble fortement à celle de son rêve récurrent…

Alors que Quaid est prêt à recevoir son souvenir, il est endormi afin de procéder à l'opération. Cependant, peu de temps après le début de l'intervention, les employés se retrouvent face à un Quaid enragé, qui leur demande de le laisser partir car sa couverture d'agent infiltré a été découverte et que d'autres agents vont venir les tuer.

Pour le responsable de Rekall, Quaid s'est réveillé pendant l'implantation du souvenir en mémoire et est en train de rêver éveillé. Cependant, l'employée responsable de l'opération lui annonce que cela est impossible car le rêve n'a pas encore été implanté chez Quaid. Afin d'éviter tout problème, Quaid est drogué et jeté inconscient dans un robotaxi, son dossier ayant été auparavant effacé de chez Rekall.

Note : à partir de ce moment, le scénario du film diffère radicalement de la nouvelle de Philip K. Dick

Quaid se réveille alors sans aucune idée de ce qui a pu lui arriver. Alors qu'il est en train de rentrer chez lui, il croise son ami Harry et un groupe d'hommes qui lui reprochent d'une manière très agressive d'être allé chez Rekall. Quaid est alors attaqué par Harry et les hommes qui l'accompagnaient et après un combat rapide Quaid les tue tous, comme malgré lui et à sa grande surprise.

Quaid rentre ensuite chez lui et raconte toute l'histoire à sa femme qui lui dit qu'il a rêvé et que rien de tout ça n'est vrai. Cependant, après avoir constaté le sang sur les mains de Quaid, elle réalise qu'il dit vrai et l'attaque sans explication. Celle-ci est rapidement maîtrisée par Quaid. Elle lui avoue qu'elle fait partie de l'Agence, qu'il n'est pas Doug Quaid, que sa mémoire a été effacée et qu'on lui a fait d'autres implants dans lesquels il est marié avec elle.

Doug n'a pas le temps d'obtenir plus d'explications car il se rend compte que Lori est en train d'essayer de gagner du temps, permettant à des hommes de main dirigés par Richter de venir l'éliminer. Quaid leur échappe de justesse et s'enfuit.

Il est contacté par une personne qui prétend l'avoir connu auparavant et lui laisse une mallette que Quaid lui avait confié dans laquelle il découvre de l'argent, des papiers d'identité, un ordinateur portable et d'autres objets.

Dès l'allumage de l'ordinateur, il aperçoit un message vidéo enregistré par lui-même. Son alter-ego vidéo lui apprend qu'il s'appelle en réalité Hauser, qu'il a travaillé pour Cohaagen sur Mars, qu'il y a découvert d'importantes choses concernant les mines martiennes, qu'il a aidé la résistance luttant contre Cohaagen et que la mémoire d'Hauser a été remplacée par celle de Quaid afin de ne pas être retrouvé par les hommes de Cohaagen. De plus, le message vidéo lui indique comment enlever le mouchard qu'il a dans le crâne qui permet aux hommes de Cohaagen de le localiser aisément, et finit par lui dire qu'il doit se rendre sur Mars afin de recontacter la résistance.

Arrivé sur Mars, il sème la milice locale et les hommes de Cohaagen et prend une suite au Hilton, hôtel dans lequel il aurait déjà séjourné sous le nom de Brubaker. Suivant un indice laissé apparemment par lui-même dans son coffre personnel à l'hôtel, Quaid part dans le quartier chaud de la colonie martienne, Venusville, quartier exposé aux radiations martiennes causées par l'exploitation de turbinium, radiations engendrant des mutations sur les habitants non protégés. Il y rencontre la femme qu'il voyait dans ses rêves : Melina, avec qui il aurait eu une relation. Le croyant mort, tué par Cohaagen, et ne lui pardonnant pas de s'être enfui sans la prévenir, Melina ne croit pas les explications de Quaid qui prétend que sa mémoire a été effacée et qu'il ne se souvient de rien. Melina n'est pas convaincue et chasse Quaid.

De retour au Hilton, Quaid est rejoint par le docteur Edgemar dans sa chambre. Ce dernier lui explique que la procédure d'implantation du souvenir s'est mal passée, qu'il est toujours sur le siège de chez Rekall en train de rêver. Edgemar apprend à Quaid qu'il est bloqué dans son propre délire, qu'il invente son rêve au fur et à mesure qu'il le vit et qu'il souffre d'une schizo-embolie. Edgemar a été implanté dans le rêve de Quaid afin de le raisonner et pour appuyer ses dires, il lui démontre que tout ce qui s'est passé jusqu'à présent n'était simplement que ce qu'il avait commandé chez Rekall : sa couverture d'agent secret, les tueurs, Mars, Melina… Cependant, il faut arrêter le rêve avant que Quaid ne subisse des dégâts irréversibles au cerveau. Lori les rejoint et appuie les dires d'Edgemar. Alors que Quaid s'apprête à avaler la pilule qui lui permettrait de sortir de son rêve avant qu'il ne soit trop tard, il aperçoit une goutte de sueur couler sur la joue d'Edgemar, montrant sa nervosité. Trouvant cela plus que suspect, Quaid abat froidement le docteur. Ses craintes sont justifiées : des hommes de mains de Cohaagen envahissent la chambre et Quaid est capturé. Alors qu'il sort de l'hôtel, Melina (qui finalement a cru Quaid) vient à sa rescousse. Quaid tue Lori d'une balle dans la tête et prend la fuite avec Melina avant que Richter et ses hommes ne puissent le tuer.

De retour à Venusville, Melina apprend à Quaid que Kuato, le chef de la résistance, serait capable d'extraire les informations cruciales que Quaid a en tête. Retrouvés par Richter et ses hommes, Melina et Quaid s'enfuient dans le taxi de Benny, un mutant martien, et se réfugient dans la cache secrète de la résistance. Quaid discute alors avec George qui l'emmène voir Kuato. Kuato est une sorte de mutant siamois logeant dans le ventre de George. Il lit alors l'esprit de Quaid et découvre la vérité sur les mines martiennes, qui abritent un gigantesque réacteur d'origine extraterrestre.

La cache de la résistance est prise d'assaut par la milice martienne, Quaid et Melina faits prisonniers et emmenés chez Cohaagen. Kuato est tué mais annonce alors à Quaid avant de mourir qu'il doit activer le réacteur. Chez Cohaagen, ce dernier montre un message vidéo à Quaid dans lequel les deux sont amis et apprend que toute l'histoire de Quaid, sa mémoire effacée, la mallette, n'étaient qu'un piège tendu par Cohaagen et lui pour leurrer les télépathes de la résistance martienne et de permettre à Hauser d'infiltrer et détruire une bonne fois pour toutes la résistance martienne. Quaid est alors de nouveau installé sur une machine Rekall afin qu'on lui réimplante la mémoire d'Hauser, pendant que d'autres employés de Cohaagen s'apprêtent à effacer la mémoire de Melina. Quaid et Melina réussissent cependant à s'enfuir et partent à la recherche du réacteur. Après avoir tué Benny (qui était en réalité un traitre à la solde de Cohaagen), Richter, les hommes de Cohaagen, Melina et Quaid arrivent sur le site extraterrestre. Cohaagen les rejoint et leur explique que la machine extraterrestre n'est en fait qu'une géante machine à terraformer et que son activation transformerait la calotte glaciaire martienne en une atmosphère respirable pour tous, ce à quoi il s'oppose fortement car il y perdrait le contrôle de la planète, étant le seul fournisseur d'air de Mars.

Alors que Cohaagen menaçait de faire exploser la salle contrôlant l'activation de la machine, Quaid s'empare des explosifs et les jette dans une conduite d'aération. La brèche ouverte crée une dépressurisation qui aspire tout au dehors. Cohaagen est projeté sur la surface martienne sans scaphandre et meurt d'asphyxie et de décompression. Avant d'être aspiré sur la surface avec Melina, Quaid réussit à activer la machine. Ils sont projetés à leur tour au dehors, mais sont sauvés in extremis par la vague d'air respirable crachée par la machine extraterrestre.

Venusville est libérée du joug de Cohaagen. Quaid embrasse Melina en se demandant si tout cela était un rêve ou la réalité.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Accueil[modifier | modifier le code]

Le film a connu un important succès commercial, rapportant environ 261 317 000 $ au box-office mondial, dont 119 394 000 $ en Amérique du Nord, pour un budget de 65 000 000 $[2]. En France, il a réalisé 2 360 003 entrées[3].

Il a reçu un accueil critique favorable, recueillant 84 % de critiques positives, avec une note moyenne de 7,3/10 et sur la base de 51 critiques collectées, sur le site agrégateur de critiques Rotten Tomatoes[4]. Sur Metacritic, il obtient un score moyen de 57/100 sur la base de 17 critiques collectées[5].

Thèmes[modifier | modifier le code]

Conformément à l'univers de Philip K. Dick, il n'est pas facile de trancher entre la réalité et le délire. Des indices semblent donnés aussi bien pour accréditer l'une des vues que l'autre.

Analyse[modifier | modifier le code]

  • Cette adaptation cinématographique respecte l'univers de Philip K. Dick dans le sens où le protagoniste perd non seulement ses repères avec la réalité, mais aussi avec lui-même :
    • perte avec la réalité : est-il en train de vivre le souvenir implanté chez Recall, avec tout le scénario dans ses grandes lignes qu'il a choisi et qui lui a été vendu, ou a-t-il été lobotomisé de façon à lui créer une nouvelle identité qui sert de couverture ?
    • perte avec lui-même : s'est-il programmé une couverture pour échapper à Cohaagen à la seule fin de mieux trahir la résistance sur Mars, et donc trahissant du même coup une identité qu'il s'est confiée au futur lui-même ? Cette dernière question appelle un questionnement métaphysique : trahirait-on son prochain, ou pire, son futur soi-même, en fonction des souvenirs que l'on a ? En ce sens, le film se rapproche de Memento, où la mémoire est questionnée quant au rôle qu'elle joue dans les actions du protagoniste principal. Si les souvenirs sont malléables, effacés ou erronés, à dessein ou pas, quel est le sens des actions actuelles ?
  • L'adaptation est cependant très partielle puisque dans le film, s'agissant de la partie commune du scénario (du début jusqu'à l'attaque par les hommes de Cohaagen) :
    • le héros est le sauveur de la planète Mars, où se déroule la plus grande partie de l'action (alors que dans la nouvelle, l'intégralité de l'action se déroule sur Terre),
    • les services secrets de Cohaagen sont mauvais (alors que l'Interplan de Dick est un organisme neutre),
    • l'épouse Lori (Kirsten dans la nouvelle) est une espionne chargée de surveiller Douglas (ce qui n'est pas le cas dans la nouvelle).

Distinctions principales[modifier | modifier le code]

Remake[modifier | modifier le code]

En août 2012 sort Total Recall : Mémoires programmées. D'abord décrit comme une nouvelle adaptation de la nouvelle de Philip K. Dick, le film est en fait un remake du film de Paul Verhoeven. Le film est mis en scène par Len Wiseman, d'après un scénario de Kurt Wimmer, Mark Bomback et James Vanderbilt[6]. Colin Farrell y reprend le rôle rendu célèbre par Arnold Schwarzenegger, tandis que Kate Beckinsale succède à Sharon Stone.

Dans la culture[modifier | modifier le code]

  • Sur l'album Paniac, Billy Ze Kick s'inspire du film comme thème pour sa chanson IMBL (Implant Memory Bank Limited)[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Excepté les répliques « Des nouvelles de Quaid ? » et « Attention à ce que vous dites, capitaine ! » à l'arrivée sur Mars, doublé par quelqu'un d'autre.
  2. Total Recall sur Box Office Mojo.
  3. Total Recall sur JP‘s Box-Office.
  4. Total Recall sur Rotten Tomatoes.
  5. Total Recall sur Metacritic.
  6. Total Recall : Len Wiseman au remake sur Écran Large - Publié le 30 juillet 2009.
  7. Fabrice Pliskin, « Billy Ze Kick en tournée française - L'encraoudeuse », sur Le Nouvel Observateur, nouvelobs.com,‎ 20 octobre 1994 (consulté le 25 avril 2012)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]