Bodyguard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bodyguard (homonymie).
Page d'aide sur les redirections Cet article concerne le film. Pour la bande originale, voir The Bodyguard: Original Soundtrack Album.

Bodyguard

Titre québécois Le Garde du corps
Titre original The Bodyguard
Réalisation Mick Jackson
Scénario Lawrence Kasdan
Acteurs principaux
Sociétés de production Tig Productions, Kasdan Pictures
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre drame
Sortie 1992
Durée 129 minutes (États-Unis)
124 minutes (France)

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Bodyguard (The Bodyguard) est un film américain réalisé par Mick Jackson, sorti le 9 décembre 1992 sur les écrans français. La chanson I Will Always Love You interprétée par Whitney Houston, qui fait partie de la bande originale, a été un grand succès planétaire.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Frank Farmer appartient à l'élite des gardes du corps américains. Il s'est interdit toute forme d'émotions susceptible de nuire à son efficacité. On lui propose un contrat pour la protection de Rachel Marron, comédienne et chanteuse menacée par un fan qui en veut à sa vie et qui lui envoie des lettres hostiles. Devant l'aspect fantasque de sa cliente, Frank accepte à contrecœur.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Whitney Houston en 1991

Référence VQ : Doublage Québec[2]

Autour du film[modifier | modifier le code]

A l'origine, le scénario de Lawrence Kasdan écrit en 1975 est proposé à Steve McQueen. Il est prévu qu'il tourne le film après Le Chasseur mais son décès prématuré en 1980 fait capoter le projet. Pendant deux décennies, le scénario est régulièrement proposé mais essuie refus sur refus. Par dérision, Lawrence Kasdan conserve une feuille de papier sous verre mentionnant les soixante-cinq refus depuis 1975. Durant le tournage de Silverado en 1985, Kevin Costner entend Kasdan en parler à Scott Glenn et l'histoire lui plaît tellement qu'il promet au réalisateur qu'il le fera un jour avec lui. Celui-ci lui répond : « Monte plutôt sur ton cheval pour le moment. »[3].

Devenu une star au début des années 90, Kevin Costner décide de produire le film avec sa société Tig. Fan de Steve McQueen, il rêve d'interpréter un rôle qui a été écrit pour lui. Au même moment, Arista Records, producteur de Whitney Houston, veut la lancer au cinéma mais dans un film qui la mettrait en valeur[3]. Après avoir visionné les clips et les interviews télévisées de la chanteuse, Kevin Costner est convaincu qu'elle serait parfaite pour le rôle principal. Il lui déclare : « Je sais que vous pouvez le faire ; je sais que vous pouvez jouer. C'est vous que je veux (pour ce rôle). »[4].

Cependant, Whitney Houston renâcle et le tournage est repoussé d'un an[4]. Il débute en octobre 1991 sous la direction de Mick Jackson, un réalisateur britannique néophyte que Kevin Costner a lui-même choisi. En effet, son ami Kevin Reynolds, qui venait de le diriger dans Robin des Bois, prince des voleurs, n'aime pas l'histoire et Kasdan est déjà engagé sur Grand Canyon. Du reste, celui-ci ne croit plus en son propre scénario : « Quelque-chose de profond en moi me disait : "Laisse-le mourir." C'est le seul scénario déjà vendu que je n'avais jamais pu faire - mais Kevin n'avait de cesse qu'il l'ait tourné. »[5]. Les détracteurs de Kevin Costner ont avancé que le choix de Mick Jackson permettait à l'acteur de s'imposer davantage et d'agir sans contrainte. D'autres biographes penchent plutôt pour un désir de tranquillité. Kevin Costner reste marqué par JFK réalisé par le controversé Oliver Stone et toute la polémique qui en a suivi. Ayant reçu des menaces de mort, il demande que le plateau ne soit autorisé qu'aux personnes de l'équipe[5].

Pour mieux s'imprégner du personnage, Kevin Costner décide de rencontrer de nombreux gardes du corps et se renseigne sur la surveillance électronique. Il apprend également à maîtriser le lancer de couteau et s'initie aux arts martiaux[6]. Lors du tournage, l'ambiance est électrique entre les deux stars. Whitney Houston se comporte comme une diva et Kevin Costner a du mal à supporter ses caprices[7]. Il ignore à cette époque que la chanteuse est déjà toxicomane[8]. Lors de la promotion du film, ils tenteront de cacher cette mésentente dans leurs interviews. Toutefois, cette entente de façade ne fera pas long feu. Whitney Houston déclarera : « Il y avait de la place pour un conseiller, pas pour des leçons d'art dramatique. J'ai toujours été une actrice - quand vous vous montrez sur scène, vous jouez. Je n'ai pas besoin de leçon. »[9]. Lors des scènes d'amour, elle exige notamment de porter un maillot couleur chair pour ne pas apparaître nue. Selon elle, sa mère Cissy Houston, de confession baptiste, voulait qu'elle reste chaste à l'écran[9].

Le directeur artistique Jeffrey Beecroft est chargé de la conception des décors du film. Il a déjà eu l'occasion de travailler avec Kevin Costner sur Danse avec les loups. Pour Bodyguard, il reconstitue une cérémonie des Oscars fastueuse avec tapis rouge et photographes. Un millier de figurants sont ainsi regroupés dans la salle du célèbre Pantages Theatre de Los Angeles[6]. Les premiers rushs présentés à l'équipe sont décevants. Kevin Costner trouve le film beaucoup trop atone : « Certaines choses avaient besoin d'être revues et mises au point parce qu'elles étaient embarrassantes pour moi et tout aussi embarrassantes pour Whitney. ». Il prend donc l’initiative de refaire le montage du film en compagnie de Lawrence Kasdan, co-producteur : « J'avais réellement besoin du soutien moral de Larry, qui savait comment une telle situation peut se résoudre. »[10]. Mick Jackson ne s'en formalise pas et tous trois décident de recentrer le film sur l'histoire d'amour. Le montage final comprend une demi-heure supplémentaire mais ne satisfait pas Kevin Costner qui estime que : « la fin ne tient même pas debout : elle n'a aucun sens. »[11].

Selon Kevin Costner, une suite aurait été prévue avec Lady Diana Spencer ; celle-ci aurait accepté à condition que le futur scénario soit écrit pour elle, scénario que Costner reçut la veille de la mort de Diana[12].

Accueil critique[modifier | modifier le code]

Dans l'ensemble, les critiques sont mitigées. Isabelle Danel dans Télérama, en décembre 1992, le descend en flèche en une dizaine de lignes. En janvier 1993, Laurent Vachaud dans Positif trouve le film « risible et interminable »[13]. La nouvelle coupe de cheveux de Kevin Costner a également surpris défavorablement[14]. Lawrence Kasdan lui-même n'est pas convaincu par le film. S'il approuve le choix de Kevin Costner pour Whitney Houston - il reconnaît que le succès du film lui doit beaucoup - il trouve néanmoins que : « Malheureusement, tout ce qui tourne autour d'eux ne fonctionne pas comme cela devrait et c'est en partie ma faute, parce que j'étais un des producteurs, et peut-être aurais-je dû apporter quelque-chose, ce que je n'ai pas fait. »[4]. Il avoue même : « C'est un sentiment bizarre d'être mécontent de quelque-chose que vous avez fait et qui a énormément de succès. »[13]. Kevin Costner, quant à lui, considère que Mick Jackson n'était finalement pas à la hauteur du projet : « Mick fit un très bon travail pendant le tournage mais quand le film fut mis bout à bout, il n'était pas aussi bon qu'il aurait dû l'être. »[5].

Accueil public[modifier | modifier le code]

Le film remporte un énorme succès au box-office. Deux mois après sa sortie aux États-Unis, il cumule 102 millions dollars de recettes[13]. En France, il totalise plus de trois millions d'entrées au mois d'août 1993. Au niveau mondial, il occupe la deuxième place des succès de l'année 1993 avec un total de 410,9 millions de dollars[15].

Bande originale[modifier | modifier le code]

Si la musique du film est composée par Alan Silvestri, la bande originale comprend plusieurs titres interprétés par Whitney Houston. Elle remporte un succès phénoménal et truste les premières places des classements anglais, américain et français. Les gains remportés (clips et disques) sont tels qu'ils dépassent ceux du film[16].

Influences culturelles[modifier | modifier le code]

Dans l'épisode des Simpson Homer, garde du corps, Homer Simpson reçoit la formation de garde du corps d'un instructeur qui chante I Will Always Love You. Mark Hamill est porté par Homer comme dans le film.

Récompenses[modifier | modifier le code]

Bodyguard reçoit deux nominations aux Oscars de 1993 :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Fournier, p. 243.
  2. Doublage Québec
  3. a et b Fournier, p. 235.
  4. a, b et c Fournier, p. 236.
  5. a, b et c Fournier, p. 239.
  6. a et b Fournier, p. 241.
  7. Fournier, p. 238.
  8. Sophie Bernard, « Kevin Costner : "J'ai choisi de laisser Whitney faire sa vie après 'Bodyguard'" », Ohmymag,‎ 11 avril 2012 (consulté le 30 décembre 2014)
  9. a et b Fournier, p. 240.
  10. Fournier, pp. 241 et 242
  11. Fournier, p. 242.
  12. (en) « Princess Diana wanted to star in Bodyguard 2, says Kevin Costner », The Guardian,‎ 12 avril 2012 (consulté le 25 février 2014)
  13. a, b et c Fournier, p. 244.
  14. Fournier, p. 248.
  15. The Bodyguard (1992) Box Office Mojo
  16. Fournier, p. 245.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Roland Fournier, Kevin Costner, Éditions du Rocher, 1995

Liens externes[modifier | modifier le code]