Réseau express régional franco-valdo-genevois

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis RER franco-valdo-genevois)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Réseau express régional.
RER franco-valdo-genevois
Situation Canton de Genève Drapeau de la Suisse Suisse
Canton de Vaud Drapeau de la Suisse Suisse
Région Rhône-Alpes Drapeau de la France France
Type Réseau express régional
Entrée en service 2017 (prévision)
Gares 45 (réseau étendu : 53 gares)
Écartement des rails 1 435 mm
Propriétaire CFF / RFF
Exploitant CFF
SNCF
(non confirmés)
Réseaux connexes Transports publics genevois
Transports annemassiens collectifs
Réseau Express Vaudois
TER Rhône-Alpes

Le Réseau express régional franco-valdo-genevois est le futur réseau de transports ferroviaires régionaux du bassin franco-valdo-genevois. Il s'étendra sur un périmètre recouvrant les cantons suisses de Genève et de Vaud, ainsi que les départements français de l'Ain et de la Haute-Savoie.

Le projet repose essentiellement sur la construction de la liaison ferroviaire CEVA (acronyme de « Cornavin - Eaux-Vives - Annemasse »). Le chantier de cette ligne a été lancé en novembre 2011, avec une inauguration prévue en 2017[1]. Si le chantier ne subit pas de retard, le réseau RER devrait être mis en service en même temps que le nouveau tronçon.

Il existe déjà une ligne appelée RER sur le réseau genevois. Il s'agit du Rhône Express Régional mis en service en 1996 sur la liaison Genève Cornavin - La Plaine - Bellegarde.

Avancement et mise en œuvre du projet[modifier | modifier le code]

Un travail de partenariat[modifier | modifier le code]

De par sa nature transfrontalières (2 pays, 2 cantons et 2 départements), ce projet regroupe un nombre important d'acteurs :

L'ensemble des parties s'est engagée, par un protocole d'accord signé le 29 mars 2008[2] à travailler en commun sur l'organisation du futur réseau et toutes ses thématiques : offre, exploitation, matériel roulant, communication-marketing, tarification-billettique, services, commercialisation,…

Le projet est piloté conjointement par la Région Rhône-Alpes et le Canton de Genève.

Ce travail de partenariat a déjà été récompensé par la remise le 3 février 2010 du prix européen Intermodes 2010 qui récompense ainsi l'intermodalité et la complexité transfrontalière du RER franco-valdo-genevois et de son infrastructure principale, le CEVA[3],[4]

Des premiers résultats[modifier | modifier le code]

Le 12 janvier 2009, la Région Rhône-Alpes, à l'occasion d'une réunion de concertation regroupant notamment les collectivités et les associations d'usagers de Haute-Savoie, a présenté les premiers aboutissement de ce travail commun.

Le 13 janvier 2009, les Cantons de Genève et Vaud ont présenté à leur tour ce projet lors d'une conférence de presse[5]. À cette occasion, la mise en service du réseau a été annoncée à l'horizon 2016 (l'année 2013 était évoquée jusqu'à présent) Le dossier de presse était constitué des éléments suivant :

Caractéristiques du projet[modifier | modifier le code]

Périmètre[modifier | modifier le code]

Une fois la liaison CEVA réalisée, le RER-FVG sera construit avec la connexion des deux réseaux existants :

Le réseau, via les gares d'Annecy, Annemasse, Bellegarde, Genève-Cornavin et Lausanne, sera connecté avec les réseaux grandes lignes suisses (IC, ICN, EC, IR) et français (TGV et TGV Lyria). Et pas le Réseau express régional vaudois ?

Volume d'offre[modifier | modifier le code]

Le réseau est intégralement cadencé et construit autour de nombreux nœuds de correspondance dont Annemasse, Bellegarde, Genève-Cornavin et La Roche-sur-Foron. Dans cette idée, chaque train arrivant dans une de ces gares est quasi systématiquement en correspondance vers une autre destination (exemple : en gare de La Roche sur Foron, le TER St-Gervais - Annecy est systématiquement en correspondance avec le RER Annecy - Genève - Coppet).

Ainsi, selon le projet présenté en début d'année 2009[6],[7], les lignes du réseau seront cadencées de la manière suivante :


Romont/Vevey - Lausanne - Genève Cornavin - Annemasse (RE (Régio-Express) ou RER accéléré)

  • 2 liaisons par heure : desserte des gares de Nyon, Coppet, Genève-Cornavin, Lancy-Pont-Rouge, Genève-Eaux-Vives et Annemasse uniquement
  • Tous les trains sont en provenance de Lausanne et desserviront aussi les gares de Renens, Morges, Allaman, Rolle et Gland
  • 1 sur 2 en provenance de Romont - 1 sur 2 en provenance de Vevey


Lyon-Part-Dieu - Bellegarde - Genève/Evian/St-Gervais (TER)

  • 1 liaison par heure : desserte des gares d'Ambérieu en Bugey, Culoz et Seyssel-Corbonod
  • desserte systématique de Genève
  • desserte d'Évian et St-Gervais en alternance (1 heure sur 2)
  • coupe-accroche en gare de Bellegarde (entre les trains en provenance/à destination de la Haute-Savoie et Genève)


Annecy - La Roche sur Foron - Annemasse - Genève-Cornavin - Coppet (RER et TER) :

  • 2 liaisons par heure (cadence 1/2 heure) : desserte omnibus
  • 1 sur 2 direct
  • 1 sur 4 en une correspondance à La Roche sur Foron
  • 1 sur 4 en deux correspondance à La Roche sur Foron et Annemasse


St-Gervais-les-Bains-le-Fayet - La Roche sur Foron - Annemasse - Genève-Cornavin - Coppet (RER et TER)

  • 2 liaisons par heure (cadence 1/2 heure) : desserte omnibus
  • 1 sur 4 direct
  • 1 sur 4 en une correspondance à Annemasse
  • 1 sur 2 en une correspondance à La Roche sur Foron


Évian-les-Bains - Annemasse - Genève-Cornavin - Coppet (RER et TER)

  • 2 liaisons par heure (cadence 1/2 heure) : desserte omnibus
  • 3 trains sur 4 directs
  • 1 train sur 4 en une correspondance à Annemasse


Coppet - Genève-Cornavin - Annemasse (RER)

  • 4 liaisons par heure (cadence 1/4 d'heure) : desserte omnibus
  • 3 trains sur 4 continuent au-delà d'Annemasse à destination d'Evian, St-Gervais et Annecy (voir ci-dessus)
  • tous les trains sont directs

Un extrait détaillé des horaires de cet axe a été diffusé en janvier 2009[8]


Genève - La Plaine - Bellegarde (RER)

  • 2 RER par heure entre Genève et La Plaine : desserte systématique des gares de Vernier, Meyrin, Zimeysa, Satigny et Russin
  • 1 RER par heure entre Genève et Bellegarde : desserte systématique des gares de Vernier, Meyrin, Zimeysa, Satigny, Russin et Pougny Chancy. En raison de contraintes d'exploitation (un seul quai en service), la gare de La Plaine ne peut être desservie tant qu'elle n'aura pas fait l'objet de réaménagements.

À noter qu'il s'agit de l'offre actuellement en service sur l'axe.


Relations avec les autres réseaux[modifier | modifier le code]

En gare de Genève-Cornavin :

  • desserte de l'aéroport : 5 trains par heure
  • IC Genève - Lausanne - Berne - Zurich - Saint-Gall
  • IR Genève - Lausanne - Berne - Lucerne
  • IR Genève - Lausanne - Brigue (2 liaisons)
  • ICN Genève - Neuchâtel - Bâle/Zurich
  • EC à destination/provenance de Milan (ex Cisalpino)
  • TGV Lyria vers Paris
  • TGV vers le Sud (Montpellier, Marseille, Nice)
  • TER vers Lyon et Chambéry/Grenoble/Valence

En gare de Bellegarde :

  • TGV Lyria Genève - Paris
  • TGV Genève - Sud de la France (Montpellier, Marseille, Nice)
  • TER Intercités à destination de Lyon ou Chambéry/Grenoble/Valence

En gare d'Annecy :

  • TGV Annecy - Paris
  • TER Intercités Annecy - Chambéry - Grenoble - Valence
  • TER Intercités Annecy - Lyon

Matériel roulant[modifier | modifier le code]

Une des nouvelles RABe 511 qui assurent les liaisons RE entre Genève et Lausanne.

Les liaisons RER seront réalisées par un matériel roulant neuf partagé entre les deux opérateurs. Les CFF ont choisi en 2014 le Flirt de Stadler. Il sera nécessairement bicourant 15/25 kV (tensions suisses et françaises).

Les liaisons RE ou RER accéléré (entre Annemasse, Lausanne, Romont/Vevey) seront assurées par des rames à deux niveaux RABe 511 construites par Stadler.

Notes et références[modifier | modifier le code]