Gare de Lyon-Part-Dieu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gare de Lyon (homonymie).
Lyon - Part-Dieu
Image illustrative de l'article Gare de Lyon-Part-Dieu
L'entrée côté boulevard Vivier-Merle, place Charles-Béraudier.
Localisation
Pays France
Ville Lyon
Quartier La Part-Dieu
Adresse 5, place Charles-Béraudier
Coordonnées géographiques 45° 45′ 36″ N 4° 51′ 35″ E / 45.759978, 4.85966945° 45′ 36″ Nord 4° 51′ 35″ Est / 45.759978, 4.859669  
Gestion et exploitation
Propriétaire RFF / SNCF
Exploitant SNCF
Services TGV
Intercités
TER Rhône-Alpes
TER Bourgogne
TER PACA,
TER Auvergne, TER Franche-Comté
Caractéristiques
Ligne(s) Lyon-Perrache à Genève (frontière)
Collonges - Fontaines à Lyon-Guillotière
Lyon-Part-Dieu à Montalieu-Vercieu (HS)
Voies 11 à quai
Quais 6 voyageurs, 4 de service
Transit annuel 26,1 millions (2011)
Altitude 177 m
Historique
Mise en service 1983
Correspondances
Métro Métro de Lyon Ligne B
Tramway Tramway de Lyon Ligne T1 Ligne T3 Ligne T4 Ligne Rhônexpress
Lignes majeures Bus en mode C Ligne C1 Ligne C2 Ligne C3 Ligne C6
Bus en mode C Ligne C7 Ligne C9 Ligne C13 Ligne C25
Autobus Bus TCL Ligne 25 Ligne 37 Ligne 38 Ligne 70
Bus TCL Ligne 198 Ligne 296

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Lyon - Part-Dieu

Géolocalisation sur la carte : Rhône-Alpes

(Voir situation sur carte : Rhône-Alpes)
Lyon - Part-Dieu

Géolocalisation sur la carte : Grand Lyon

(Voir situation sur carte : Grand Lyon)
Lyon - Part-Dieu

Géolocalisation sur la carte : Lyon

(Voir situation sur carte : Lyon)
Lyon - Part-Dieu
Entrée Vivier Merle de la gare.

La gare de Lyon-Part-Dieu, située dans le quartier de La Part-Dieu, est une gare ferroviaire française de la ville de Lyon. Elle accueille les trafics internationaux, nationaux et régionaux et est la première gare européenne par le nombre de passagers en correspondance[1].

Situation ferroviaire[modifier | modifier le code]

La gare de Lyon-Part-Dieu est située au point kilométrique (PK) 5,010[2] de la ligne de Lyon-Perrache à Genève (frontière) et au PK 507,525[2] de la Ligne de Collonges - Fontaines à Lyon-Guillotière à 177 m d'altitude.

Présentation[modifier | modifier le code]

La gare de la Part-Dieu remplace la gare de Lyon-Brotteaux qui a été fermée en 1983.

Elle a été mise en service le 13 juin 1983 dans le cadre d'une opération d'aménagement urbain qui a vu la création d'un second centre ville de Lyon et l'un des plus grands centres commerciaux de France, le centre commercial de la Part-Dieu situé juste en face de la gare sur le boulevard Vivier-Merle, un important centre administratif et un centre d'affaires dominés par « le crayon » (Tour Part-Dieu). Ces centre d'intérêts ont conduit les TCL à en faire le premier pôle de correspondance de Lyon[3] : 17 lignes traversent ou prennent leur départ à Gare Part-Dieu Vivier Merle ou Gare Part-Dieu Villette.

Lyon comporte cinq autres gares, la gare de Lyon-Perrache, la gare de Lyon-Vaise, la gare de Lyon-Saint-Paul, la gare de Lyon-Jean Macé ainsi que la gare de Gorge de Loup. Une sixième gare, la gare de Lyon-Croix-Rousse a été fermée. On peut ajouter à cela d'autres gares situées en banlieue comme celles de Vénissieux, d'Oullins ou de l'aéroport Lyon-Saint-Exupéry (TGV).

Historique[modifier | modifier le code]

Desserte[modifier | modifier le code]

La gare de Lyon-Part-Dieu est l'une des premières gares de correspondance de la SNCF aux niveaux international, national et régional. Elle est desservie par de nombreux TGV, des trains Intercités et des TER Rhône-Alpes. Les trois relations régionales qui ont le plus de trafic sont Lyon - Grenoble, Lyon - Valence et Lyon - Saint-Étienne.

Depuis la mise en service de la LGV Rhin-Rhône, le 11 décembre 2011, des TGV relient directement Lyon Part-Dieu à l'Allemagne, via Strasbourg, pour Baden-Baden, Karlsruhe, Mannheim et Francfort-sur-le-Main. Depuis le 15 décembre 2013, des TGV de la Renfe relient directement Lyon Part-Dieu à Barcelone. Enfin, depuis le 12 décembre un aller/retour quotidien est assuré en TGV entre Lyon Part-Dieu et Milan via Turin.

Dessertes internationales[modifier | modifier le code]

Dessertes nationales[modifier | modifier le code]

Dessertes régionales[modifier | modifier le code]

Trafic[modifier | modifier le code]

La gare durant un court moment de non-affluence.
Le vaste hall de gare situé en contrebas des quais, encore bien fréquenté à presque 22 h.

Son fonctionnement dépassant fortement les prévisions de fréquentation initiales, aussi bien en passage qu'en destination de voyage, de 35 000 personnes en 1983 à une réalité de 80 000 personnes sur 500 trains en 2001, la gare a été restructurée de 1995 à 2001 en augmentant le nombre des quais et en révisant sa desserte depuis l'extérieur. Aux abords, le centre d'affaires se développe dans l'axe nord-sud aussi sur ce qui fut anciennement "l'arrière" des voies des gares des Brotteaux - gare de l'Est remplacée : cette vaste zone est en constant aménagement habitat et tertiaire depuis 1970 et lie désormais encore plus fortement Villeurbanne et Lyon économiquement et urbainement. La gare est autant une rue piétonne inter-quartiers qu'un centre sécurisé de transit.

Construite selon une architecture peu commune pour les gares françaises, la gare de Lyon-Part-Dieu se compose de deux niveaux : une halle au niveau du rez-de-chaussée fait office de bâtiment voyageur ("BV") où sont situés les points de vente des commerces alors que les quais, auxquels on accède par des escalators, sont situés au niveau supérieur.

En 2011, la fréquentation annuelle est de 26,1 millions de voyageurs, ce qui lui vaut la première place nationale de France hors région parisienne[4]. Ainsi, RFF a mis en chantier le quai de la 11e voie (la voie K), en service depuis le 11 décembre 2011[5].

  • Fréquentation journalière[6] :
    • = 35 000 voyageurs (dimensionnement à la conception, 1983)
    • = 80 000 voyageurs (2001)
    • = 90 000 voyageurs (2006)
    • = 100 000 voyageurs (2007)
    • = 140 000 voyageurs (2010)
    • = 220 000 personnes (projection 2030)[7]

Cette fréquentation inclut les flux piétonniers transitant par la gare[réf. nécessaire], dus notamment à la présence de deux pôles de correspondances urbains situés de part et d'autre de la gare : le tramway T1, le métro B, les bus, trolleybus et autocars inter-urbains côté ouest ; les tramways T3, T4, Rhône-Express, les autocars régionaux et grands parcours côté est, place de Francfort.

Plan de voies[modifier | modifier le code]

Projets[modifier | modifier le code]

Plusieurs projets avaient été à l'étude pour faire face à la saturation de la gare. Trois projets ont particulièrement retenu l'attention[8] :

  • La création d'un tunnel sous Lyon pour les TGV.
  • Une gare souterraine.
  • Une déviation d'une partie des TGV vers la gare de Lyon-Saint-Exupéry.

Le maire de Lyon, Gérard Collomb, qui plaidait en faveur d'un enfouissement [9] s'est opposé à ce titre à ce que les terrains situés le long du boulevard Stalingrad soient dédiés à l'agrandissement de la Part-Dieu. D'autre part, ces solutions sont très coûteuses et difficilement réalisables compte tenu du sous-sol qui imposerait un tunnel et une gare à 25 m de profondeur.

Finalement, le quartier de la Part-Dieu et sa gare vont être réaménagés d'ici 2030 sans gare souterraine : nouveaux accès à la gare depuis la rue Pompidou au Sud, création de places basses plus accueillantes et fonctionnelles, réaménagement des commerces de la gare[7]...

Dépôts lyonnais[modifier | modifier le code]

Il existe plusieurs dépôts et ateliers de matériels roulants à Lyon, notamment le récent Technicentre TGV de Croix-Barret situé dans le quartier de Gerland dans le 7e arrondissement, les dépôts de Scaronne, La Mouche, Vénissieux et Lyon-Vaise,

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.sncf.com/fr_FR/html/media/CH0004-Vie-pratique/BR1124-Une-11e-voie-a-Lyon-Part-Dieu/MD0005_20101207-Une-11e-voie-a-Lyon-Part-Dieu.html
  2. a et b Livre : Nouvelle géographie ferroviaire de la France, par Gérard Blier, tome 2, page 200.
  3. http://www.sytral.fr/include/viewFile.php?idtf=3345&path=1d%2F3345_265_depliant_metroB.pdf
  4. a et b Trafic: "La SNCF ne se cache plus", article du 19 janvier 2013, sur lexpress.fr. Consulté le 20 janvier 2013.
  5. [1]
  6. Chambre de commerce et d'industrie Lyon : Données économiques sur le tourisme lyonnais
  7. a et b Françoise Sigot, « Lyon, le quartier de la Part-Dieu se réinvente », Traits Urbains, no 72,‎ décembre 2014, p. 38-40
  8. [2]
  9. Lyon Pôle Immo: Collomb a « une grande ambition » pour Lyon Part-Dieu

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean Avenas, « la nouvelle gare Gare de Lyon-Part-Dieu », dans revue La Vie du Rail, 1983.
  • Indicateurs horaires de la SNCF de 1938 à 2005.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]