Magland

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Magland
Magland et sa cascade.
Magland et sa cascade.
Blason de Magland
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Rhône-Alpes
Département Haute-Savoie
Arrondissement Arrondissement de Bonneville
Canton Canton de Cluses
Intercommunalité Communauté de communes Cluses-Arve et Montagnes
Maire
Mandat
René Pouchot
2014-2020
Code postal 74300
Code commune 74159
Démographie
Gentilé Maglanchards et Maglanchardes
Population
municipale
3 174 hab. (2011)
Densité 79 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 01′ 22″ N 6° 37′ 14″ E / 46.0227777778, 6.6205555555646° 01′ 22″ Nord 6° 37′ 14″ Est / 46.0227777778, 6.62055555556  
Altitude Min. 483 m – Max. 2 649 m
Superficie 40,32 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Savoie

Voir sur la carte administrative de Haute-Savoie
City locator 14.svg
Magland

Géolocalisation sur la carte : Haute-Savoie

Voir sur la carte topographique de Haute-Savoie
City locator 14.svg
Magland

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Magland

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Magland
Liens
Site web Magland.fr

Magland est une commune française située dans le département de la Haute-Savoie, en région Rhône-Alpes. Ses habitants sont les Maglanchards et les Maglanchardes. Elle se situe dans la vallée de l'Arve et borde la rivière du même nom (l'Arve).

Géographie[modifier | modifier le code]

Description[modifier | modifier le code]

La commune de Magland se situe dans la vallée de l'Arve entre Cluses et Sallanches. Elle se compose de plusieurs grands hameaux tels que Gravin, Balme, Oëx, Luth. C'est la plus grande commune du canton. Elle s'étend du massif des Aravis (pointe d'Areu, 2478 m) jusqu'au massif du Giffre (sommet du petit colonné, 2600 m). La moitié de Flaine fait partie de la commune de Magland et l'autre moitié d'Arâches.

Réseau de communication[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par la ligne de La Roche-sur-Foron à Saint-Gervais-les-Bains-Le Fayet. La gare de Magland est desservie par des trains régionaux[1]. Deux anciennes gares sont fermées : Balme-Arâches et Oëx. Magland est également traversée par l'autoroute 40 (A40) mais les sorties les plus proches sont celles de Sallanches et de Cluses-Centre. La route départementale 205 (RD205, anciennement RN1205) traverse le centre de Magland.

Histoire[modifier | modifier le code]

Grâce à l'émigration intense en 1726 vers la Suisse puis vers l'Allemagne pour exercer le métier de chaudronnier, les habitants de Magland eurent par la suite le monopole du travail du cuivre auquel s'ajoutait le trafic du métal usagé et le commerce ou la contrebande d'or et d'argent.

Cette émigration facilita l'installation de l'horlogerie dans la commune qui profita en effet des très anciennes relations commerciales qu'elle entretenait dans les régions de la langue allemande.

Cette commune de la vallée de l'Arve, la plus vaste du canton de Cluses, est riche d'une importante industrie du décolletage.

On y trouve également une spécialité : le saucisson de Magland au goût très particulier. Malheureusement, cette salaison ne peut se trouver que dans l'aire de production et quasiment nulle part ailleurs. Ce saucisson peut être soit fumé soit nature.


Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Mars 2001 en cours René Pouchot ... ...
Les données manquantes sont à compléter.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Magland est jumelée avec la commune italienne Barzio de la province de Lecco dans la région Lombardie en Italie.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 3 174 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1822 1838 1848 1858 1861 1866
1 472 1 749 1 778 1 907 1 925 1 972 1 477 1 615 1 645
1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911
1 659 1 676 1 576 1 595 1 647 2 000 1 748 1 650 1 620
1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
1 436 1 396 1 382 1 391 1 419 1 669 2 018 2 168 2 232
1982 1990 1999 2004 2006 2009 2011 - -
2 630 2 861 2 801 2 929 2 896 3 086 3 174 - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique


Enseignement[modifier | modifier le code]

Ce village comporte 4 écoles : l'école primaire du Chef-Lieu, l'école primaire de Gravin, l'école primaire de la Moranche et l'école maternelle.

Culture et Patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église Saint-Maurice de Magland avec la pointe d'Areu en arrière-plan

Espaces verts/fleurissement[modifier | modifier le code]

En 2014, la commune de Magland bénéficie du label « ville fleurie » avec « une fleur » attribuée par le Conseil national des villes et villages fleuris de France au concours des villes et villages fleuris[8].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Description du blason
Blason ville fr Magland (Haute-Savoie).svg Blason Tranché : au premier d'azur à la marque au quatre de chiffre des colporteurs savoyards d'or, au second de gueules aux trois glands d'or posés à plomb mal ordonnés ; à la cotice d'argent brochant sur la partition.
Notes Blason modèle fr Armes parlantes.svg Armes parlantes.
Statut Présenté sur le site de la commune, adopté en 1984.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Site ter-sncf.com : Gare de Magland (consulté le 24 janvier 2014).
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011
  4. « Maison-forte de Loche », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  5. Georges Chapier, Châteaux Savoyards : Faucigny, Chablais, Tarentaise, Maurienne, Savoie propre, Genevois, La Découvrance. Collection L'amateur Averti,‎ 2005, 410 p. (ISBN 978-2-8426-5326-2), p. 48-49.
  6. Élisabeth Sirot, Noble et forte maison - L'habitat seigneurial dans les campagnes médiévales du milieu du XIIe au début du XVIe, Editions Picard,‎ 2007 (ISBN 9782708407701), p. 95
  7. Élisabeth Sirot, Noble et forte maison - L'habitat seigneurial dans les campagnes médiévales du milieu du XIIe au début du XVIe, Editions Picard,‎ 2007 (ISBN 9782708407701), p. 117
  8. « Les villes et villages fleuris », sur le site officiel du « ‪Concours des villes et villages fleuris‬ » (consulté le 20 juillet 2014).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :