Cluses

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d’aide sur l’homonymie Pour l’article homophone, voir Cluse.
Icône de paronymie Cet article possède un paronyme ; voir : La Cluse.
Cluses
Vue panoramique de Cluses depuis la pointe de Chevran
Vue panoramique de Cluses depuis la pointe de Chevran
Blason de Cluses
Blason
Logo
Logo
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Rhône-Alpes
Département Haute-Savoie
Arrondissement Bonneville
Canton Canton de Cluses
Intercommunalité Communauté de communes Cluses-Arve et Montagnes
Maire
Mandat
Jean-Louis Mivel
2014-2020
Code postal 74300
Code commune 74081
Démographie
Gentilé Clusiens et Clusiennes
Population
municipale
17 416 hab. (2011)
Densité 1 667 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 03′ 40″ N 6° 34′ 46″ E / 46.0611111111, 6.5794444444446° 03′ 40″ Nord 6° 34′ 46″ Est / 46.0611111111, 6.57944444444  
Altitude Min. 470 m – Max. 1 175 m
Superficie 10,45 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Savoie

Voir sur la carte administrative de Haute-Savoie
City locator 14.svg
Cluses

Géolocalisation sur la carte : Haute-Savoie

Voir sur la carte topographique de Haute-Savoie
City locator 14.svg
Cluses

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Cluses

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Cluses
Liens
Site web Cluses.fr

Cluses est une commune française située dans le département de la Haute-Savoie. Ses habitants s'appellent les Clusiens et les Clusiennes. Elle se situe dans la vallée de l'Arve sur la rivière du même nom (l'Arve). La principale industrie est le décolletage.

Géographie[modifier | modifier le code]

Cluses, dans la vallée de l'Arve
Cluses, et la vallée de l'Arve, sous la mer de nuages

Situation[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Située dans la vallée de l'Arve, dans la plus grande cluse des Alpes. Située à mi-distance entre Genève et Chamonix. Les communes limitrophes de Cluses sont Arâches-la-Frasse, Châtillon-sur-Cluses, Nancy-sur-Cluses, Saint-Sigismond, Scionzier, Thyez et Magland.

Climat[modifier | modifier le code]

Le nombre de jours d'enneigement au sol à Cluses est de 12 (30 en 1960). Le record de chaleur est de 40,6 °C en août 2003.

Le climat y est de type montagnard en raison de la présence du Massif alpin.

Ville Ensoleillement Pluie Neige Orage Brouillard
Paris 1 797 h/an 642 mm/an 15 j/an 19 j/an 13 j/an
Nice 2 694 h/an 767 mm/an 1 j/an 31 j/an 1 j/an
Strasbourg 1 637 h/an 610 mm/an 30 j/an 29 j/an 65 j/an
Cluses ... h/an ... mm/an ... j/an ... j/an ... j/an
Moyenne nationale 1 973 h/an 770 mm/an 14 j/an 22 j/an 40 j/an

Voici un aperçu dans le tableau ci-dessous pour l'année 2007 :

Mois J F M A M J J A S O N D Année
Températures (sous abri, normales) °C ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ...
Précipitations (hauteur moyenne en mm) ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ...
Source: Météo France et Météociel[1]

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Rond-point en centre ville
Voies routières[modifier | modifier le code]

Elle est traversée par l'autoroute A40 qui a 2 sorties pour Cluses : Cluses-Centre et Cluses-La Sardagne.

Pistes cyclables[modifier | modifier le code]

Le long de l'Arve (rivière) du Vieux-Pont (Centre) au canal de fuite EDF : 3 km, jonction avec Thyez vers Marignier. Cette piste cyclable est inscrite dans un projet pour lier les communes de Chamonix à Annemasse en suivant les bords de l'Arve.

Transport ferroviaire[modifier | modifier le code]

Liaison TER avec Annecy (Paris / Lyon), Chamonix et Genève par Bonneville et La Roche-sur-Foron, TGV Neige en Hiver (desserte des stations du Grand Massif et du Chablais)

Transports en commun[modifier | modifier le code]

Transport en bus dans toute la ville (accès libre et gratuit).

Transports aériens[modifier | modifier le code]

À 50 km de l'aéroport de Genève (Cointrin) GVA.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Cluses depuis la face nord du Bargy

On trouve de nombreux hameaux et quartiers à Cluses tels que Marzan, Noiret, Ponthior, Messy, Curzeilles, Sardagne, Ewues 1 & 2, Saint-Vincent, Saint-Nicolas, Grand-Champs.

L'ensemble de la population se répartit sur les quartiers du centre ville, de la Sardagne qui s'étend vers l'ouest jusqu'à Thyez, de Messy qui se trouve au sud de l'autre côté de l'Arve en limite de Scionzier, et les Ewües qui est un quartier principalement de logements sociaux qui se situe au nord du centre ville et de la Sardagne.

Les quartiers Ponthior, le Noiret et autres qui se situent plus au nord sont de plus en plus attractifs du fait de l'ensoleillement qui est plus fort sur les coteaux. Ces quartiers s'appuient sur les versants sud du Chevran et de la pointe d'Orchex bénéficiant ainsi de cette lumière recherchée dans un environnement où les montagnes ont tendance à ombrager durablement le fond des vallées.

Enfin le quartier de la Maladière est une zone commerciale et industrielle où de nombreuses entreprises se sont installées aux abords de la sortie d'autoroute qui est le principal moteur de l'activité du quartier. Ce quartier se trouve à l'est du centre ville de l'autre côté de la cluse qui a donné son nom à la ville. Le quartier est très isolé du reste de la ville et se trouve dans un passage beaucoup plus étroit de la vallée juste en amont de la ville, ce qui fait que l'ensoleillement en hiver y est très faible et donc c'est une zone peu attractive en matière de logement. Ce quartier héberge aussi, jusqu'au 31 décembre 2009, un bureau de Douanes, ultime vestige de l'Autoport de Cluses, dont l'activité fut florissante jusqu'en 1993 et l'avènement du Marché Unique. Regroupant des sociétés spécialisées dans la matière, et un bureau de l'Administration des Douanes et Droits Indirects français, ces trois services sont en phase de restructuration actuellement. La date ci-dessus étant purement une rumeur, il est difficile de juger de sa pertinence... Une autre implantation, dite de Douane « volante » (branche de la surveillance) a ses quartiers dans le centre-ville, non loin de l'église... Elle officie, en priorité, sur la zone La Roche-sur-Foron - Servoz.

En continuant vers le sud-est en suivant la vallée vers l'amont, on arrive rapidement sur la commune de Magland qui est dans des conditions similaires à la Maladière avec une forte concentration d'entreprises de décolletage[2].

Logement[modifier | modifier le code]

Projets d'aménagements[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Cluses est considérée comme la capitale du Faucigny, en rivalité (historique) avec La Roche-sur-Foron (foires et banque) et Bonneville (fonctions administratives).

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Cluses

Les armes de Cluses se blasonnent ainsi : Palé d'or et de gueules de six pièces.

Il s'agit des armes de la Maison de Faucigny[3]

Faits historiques[modifier | modifier le code]

Cluses devient ville indépendante le 4 mai 1310. Le baron Hugues de Faucigny crée une charte de franchise avec les clusiens[4]. Quatre syndics sont élus par la population. Des droits lui sont accordés.

Au Moyen Âge, on parlait déjà d’un pont sur l’Arve. Le premier bourg est né à l’entrée de la cluse, blotti entre les montagnes et la rivière.

En 1720, Claude-Joseph Ballaloud introduit le travail de l’horlogerie dans une vallée qui ne vit que de l’agriculture. Très vite, les ateliers familiaux se multiplient et fournissent les grandes firmes de Genève en Suisse. L’acquisition d’un savoir-faire s’accompagne de la création de l’École royale d’horlogerie en 1848. Pour répondre aux besoins des grands secteurs industriels, les artisans horlogers se diversifient dans la fabrication de petites pièces micromécaniques en série. Les techniques du décolletage sont nées et ne cesseront d’évoluer pour être aujourd’hui reconnues mondialement.

Elle fut chef-lieu de district de 1790 à 1795.

Le 20 juin 1844 le village typique haut-savoyard construit en chalets de bois est entièrement détruit par un incendie. Après cet épisode, une grave crise secoue Cluses. Les habitations et industries détruites, les gens quittent la ville.

C'est à la suite de cet incident qu'on chercha à développer la ville. Ainsi, le développement de l'horlogerie savoisienne en Faucigny passe par la création d'une École royale d'horlogerie par Achille Benoit, en 1848, avec le soutien du syndic, le docteur Firmin Guy. Cette institutionnalisation, d'une industrie présente dès le XVIIIe siècle, avait pour but de mettre fin à l'émigration de travail local[5],[6]. La formation en horlogerie sera complétée par la mécanique et l'électricité dans les années 1890. L'École royale d'horlogerie, fondée en 1848, devient un lycée technique en 1960. Il fermera ses portes en 1989 avec la dernière promotion de sept élèves. L'établissement est devenu aujourd'hui le lycée Charles-Poncet[7].

La ville fut reconstruite de façon totalement différente. Le style turinois du Piémont en Italie fut adopté. L'architecte Justin refit le dessin de la ville en damier. Depuis, des règles d'urbanisme strictes sont toujours d'actualité sur les nouvelles constructions et maisons de Cluses. Ce style unique fait de Cluses une particularité en Haute-Savoie.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

L'hôtel de ville

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Cluses est une ville à tendance politique conservatrice. Du fait de son histoire, Cluses a toujours été orientée à droite. La droite modérée à catholique est très représentée. Jusqu'en 1860, le royaume de Piémont Sardaigne, puis le Second Empire (le passage de Napoléon III dans la Vallée de l'Arve fut un véritable évènement). Dans l'histoire récente, près de 64 % pour Nicolas Sarkozy au deuxième tour de l'élection présidentielle 2007. De 1995 à 2002, le Front national fit une percée. La liste électorale municipale du Front national fut créditée de nombreux suffrages. Le premier tour de 2002 mit Jean-Marie Le Pen et Jacques Chirac sur le même score.

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Les maires de Cluses[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1853 1858 Henri Jaccottet ... Industriel
... ... ... ... ...
1932 1941 Pierre Trappier ... Pharmacien
1941 1944 Claudius Bretton ... Industriel
1944 1945 Louis Gourdan ... Pharmacien
1945 1977 Paul Béchet ... Industriel
1977 1983 Fernand Montessuit ... Directeur d'école
1983 2014 Jean-Claude Léger UMP Industriel

Instances judiciaires et administratives[modifier | modifier le code]

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

La cascade de l'Englennaz.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Jumelage.

La ville de Cluses est jumelée avec plusieurs autres villes étrangères. Il faut rappeler que le jumelage est une relation établie entre deux villes de pays différents qui se concrétise par des échanges socio-culturels.

Voici la liste des villes ayant passé un jumelage avec la commune de Cluses[8] :

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 17 416 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements des communes de plus de 10 000 habitants ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1822 1838 1848 1858 1861 1866
1 609 1 823 1 732 1 953 1 970 1 947 1 925 1 585 1 643
1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911
1 751 1 813 1 915 1 915 2 126 2 403 2 208 2 141 2 155
1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
2 216 2 408 2 644 3 095 3 416 5 318 8 612 12 455 14 826
1982 1990 1999 2006 2011 - - - -
15 469 16 358 17 711 17 835 17 416 - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2004[10].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lors de l'incendie de 1844 la destruction des habitations a fait fuir la population dans d'autres villes du bassin clusien.

Évolution de la pyramide des âges de la ville de Cluses, comparaison entre l'année 1999 et 1982[11] :

Pyramide des âges en 1999 en nbre d'individus.
Hommes Classe d’âge Femmes
306 
75 à plus
548 
856 
60 à 74
1 023 
2 265 
40 à 59
2 145 
3 104 
20 à 39
2 670 
2 504 
0 à 19
2 299 
Pyramide des âges en 1982 en nbre d'individus.
Hommes Classe d’âge Femmes
146 
75 à plus
271 
577 
60 à 74
689 
1 818 
40 à 59
1 689 
2 816 
20 à 39
2 626 
2 523 
0 à 19
2 343 

Le nombre total de ménages à Cluses est de 6 931. Ces ménages ne sont pas tous égaux en nombre d'individus. Certains de ces ménages comportent une personne, d'autres deux, trois, quatre, cinq voire plus de six personnes. Voici ci-dessous, les données en pourcentage de la répartition de ces ménages par rapport au nombre total de ménages.

Les Ménages

Ménages de : 1 personne 2 pers. 3 pers. 4 pers. 5 pers. 6 pers. ou +
Cluses 29,5 % 29,7 % 17,4 % 14,3 % 5,5 % 3,6 %
Moyenne Nationale 31 % 31,1 % 16,2 % 13,8 % 5,5 % 2,4 %
Sources des données : INSEE[12]

Immigration[modifier | modifier le code]

En 2008, la ville comptait 3 409 immigrés sur un total de 17 972 habitants soit 19 % de sa population[13].

Enseignement[modifier | modifier le code]

L'enseignement dans la ville de Cluses s'étend de la maternelle jusqu'au lycée.

Les écoles de l'enseignement primaire sont réparties sur les différents quartiers de Cluses. On trouve ainsi des écoles dans le centre ville, dans Messy, à la Sardagne, au Noiret, aux Ewües 1 et 2. En général, ces écoles rassemblent les deux niveaux (maternelle et élémentaire). L'école privée de Sainte-Bernadette rassemble également les deux écoles dans le centre.

Deux collèges sont présents : le collège public Geneviève Anthonioz de Gaulle[14] (établissement public) et le collège St Jean Bosco[15] (établissement privé).

On trouve également trois lycées dont deux professionnels et un d'enseignement général. Le lycée des Cordeliers, qui est rattaché aux locaux de l'école de St-Jean-Bosco, est un lycée professionnel situé en centre ville[16].

Le second, le lycée de la vallée de l'Arve Paul Béchet propose des formations liées au décolletage, aux microtechniques et à l'usinage pour des niveaux bac professionnel avec des équipements en phase avec les industriels de la vallée (3 ans d'étude et environ 300 élèves)[17],[18].

Le lycée Charles Poncet propose des formations générales de la seconde à la terminale et des formations technologiques, de la seconde jusqu'au BTS, liées principalement au décolletage. Il est aussi appelé le lycée de l'horlogerie car ce lycée utilise les bâtiments de l'ancienne École royale, puis nationale, d'horlogerie. Il a actuellement une forte influence sur les commerces locaux puisque nombre d'entre eux sont dépendants de la consommation des lycéens. Environ 1400 élèves y étudient chaque année et 200 professionnels y travaillent[19],[20].

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Tous les ans, le dernier dimanche de juin, a lieu le Festival des musiques du Faucigny, en l'honneur de Francois Curt. Ce festival tourne sur 13 villes du Faucigny : Cluses, Bonneville, Sallanches, Passy, Megève, Chamonix, Taninges, Samoëns, Saint-Jeoire-en-Faucigny, Cruseilles, Scionzier, La Roche-sur-Foron, Saint-Gervais-les-Bains. Chaque année une ville accueille ce festival. La dernière édition ayant eu lieu à Cluses date de juin 2000.

Chaque année au début de juillet se déroule le festival de musiques actuelles : Musiques en Stock. Ce grand festival se déroule au centre de la cité, accueille près de 25000 spectateurs et est entièrement gratuit. De nombreux artistes nationaux et internationaux ont foulé la scène du festival : The Stranglers, dEUS, Stephan Eicher, Mickey 3D, Venus, Kill the Young, Emilie Simon, Sanseverino, Soulwax, The Dandy Warhols, Adam Green, The BellRays, Mademoiselle K

Au mois de novembre, se déroule le salon du Livre clusien : Esperluette. Il reçoit de nombreux auteurs locaux et nationaux sur 2 jours. Comme c'est l'habitude à Cluses, l'accès au salon est gratuit.

Fin 2006, est née une nouvelle manifestation, gratuite également : Cluses O'Clock, manifestation autour du temps et de l'horlogerie. Sur place : des ateliers pédagogiques pour enfants et adultes, des conférences et une bourse horlogère.

Santé[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Médias[modifier | modifier le code]

Canal C TV, la télévision du bassin clusien depuis de nombreuses années (www.canalctv.fr) et C RADIO, crée en 2011, est écoutable à Cluses, dans la Vallée de l'Arve et dans le pays du Mont-Blanc sur 91.1 mhz et sur www.cradio.fr

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Cluses est une ville où l'industrie est l'essentiel du centre d'activité. Cluses est surnommée « capitale du décolletage ».

Emploi[modifier | modifier le code]

Cluses connut au XXe siècle un développement impressionnant. De 2208 habitants en 1902, sa population passa à 16 732 en 1990 puis à 18 000 actuellement. De paysans vivant de la terre en 1902, 199 entreprises individuelles existaient à Cluses en 1990. Depuis 2001 la concurrence de la Chine en matière industrielle tend à inverser la croissance forte que Cluses a connue ces dernières années.

Entreprises de l'agglomération[modifier | modifier le code]

Parmi les grandes entreprises présentes à Cluses, on peut citer Somfy...

Industrie du décolletage[modifier | modifier le code]

Définition du décolletage : réalisation par tournage ou usinage de petites pièces de micromécanique. La vis a été la première production de cette industrie.

À partir d'une barre de métal, l'opération consistait pour obtenir le filetage, à diminuer la section avec un tour, à enlever le collet…

Très vite les horlogers suisses utilisèrent le savoir-faire clusien pour sous-traiter les éléments de micromécanique des montres. Puis vint le tour de l'automobile et des nouvelles technologies avec la connectique moderne.

Le Centre technique de l'industrie du décolletage est basé à Cluses.

Commerce[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

  • La ville de Cluses est entourée de montagnes présentant quelques curiosités telles que la pointe du Chevran, présentant un panorama sur la vallée ou encore la cascade de l'Englennaz, seule cascade sur le territoire du Cluses.
L'Arve

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Espaces verts/fleurissement[modifier | modifier le code]

En 2014, la commune de Cluses bénéficie du label « ville fleurie » avec « deux fleurs » attribuées par le Conseil national des villes et villages fleuris de France au concours des villes et villages fleuris[23].

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Base de données météo et observations temps réelle par Méteociel et Météo France
  2. Cluses
  3. Annuaire de la Noblesse de France et des Maisons souveraines de l'Europe, publié sous la direction de M. Borel d'Hauterive, 1855, pp.378-379
  4. Léon Ménabréa, Article « De la marche des études historiques en Savoie et en Piémont, depuis le XIVe siècle jusqu'à nos jours, et des développements dont ces études seraient encore susceptibles », Mémoires (n°1, IX), Académie de Savoie,‎ 1839, p. 354. Voir aussi Article de Ruth Mariotte-Löber « Ville et seigneurie : Les chartes de franchises des comtes de Savoie: fin XIIe siècle-1343 », Mémoires et Documents (Vol. 4), Académie florimontane - Librairie Droz,‎ 1973.
  5. Présentée par Paul Guichonnet. Narcisse Perrin, L'horlogerie savoisienne et l'École nationale d'horlogerie de Cluses, RAffin et C* éditeurs puis Editions Cheminements,‎ 1902, 2004 (ISBN 2-84478-032-6 et 9782844780324), p. 171.
  6. Michel Germain et Gilbert Jond, Le Faucigny autrefois, La Fontaine de Siloé, Coll. « Chroniques de l'autrefois »,‎ 1995, 203 p. (ISBN 978-2-8420-6017-6), p. 56.
  7. * Paul Guichonnet, Nouvelle encyclopédie de la Haute-Savoie : Hier et aujourd'hui, La Fontaine de Siloé,‎ 2007, 399 p. (ISBN 978-2-8420-6374-0), p. 174.
  8. Cluses Magazine, l'information municipale, Vecteur Presse, Cluses, octobre 2007, n°31, page 9, magazine mensuel gratuit, [lire en ligne]
  9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011
  11. Recensement de l'INSEE en 1999 - Population totale par sexe et âge
  12. Données démographiques cités par le l'JDN
  13. Commune : Cluses - 74081, Insee 2008
  14. Site du collège Geneviève Anthonioz-de Gaulle
  15. Site du Collège Saint Jean Bosco
  16. Site du lycée des Cordeliers
  17. Site du lycée Paul Béchet
  18. Lycée Professionnel de la Vallée de l’Arve Paul Bechet
  19. Site du lycée Charles-Poncet
  20. Liste d'établissement sur copainsdavant.linternaute.com
  21. La littérature savoyarde du Moyen Âge au début du XVIIIe siècle sur Sabaudia.org
  22. Histoire de l'École d'Horlogerie et du Lycée Charles Poncet sur le site du Lycée Charles Poncet
  23. « Les villes et villages fleuris », sur le site officiel du « ‪Concours des villes et villages fleuris‬ » (consulté le 20 juillet 2014).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]